Education

Enseignement supérieur : Les universités désormais soumises à des contrats de performance

  • Par : Lesoleil.sn | Le 08 août, 2012 à 10:08:03 | Lu 5277 fois | 6 Commentaires
content_image

Enseignement supérieur : Les universités désormais soumises à des contrats de performance

Le gouvernement cherche à assoir un nouveau de mode de gouvernance des universités sénégalaises. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui a visité le campus pédagogique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), a annoncé le démarrage imminent de la signature de contrats de performance entre l’Etat et les universités sénégalaises.


Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a passé la demi-journée d’hier dans le campus pédagogique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le recteur, le Pr. Saliou Ndiaye, s’est félicité de la venue du ministre à l’Ucad. Il a listé les problèmes de l’institution notamment la massification et le déficit budgétaire. Après lui, il est revenu au Directeur de l’enseignement et de la réforme (Der) de l’Ucad, le Pr. Abdoul Karim Ndoye, de faire une présentation sur la situation de l’Ucad. Après cette présentation du Pr. Abdoul Karim Ndoye qui a levé le voile sur les tendances évolutives des effectifs qui sont passés de 30.000 entre 2000 et 2001, à 72.926 étudiants en 2012, le ministre s’est rendu dans les amphithéâtres Boilat et Jean Capelle. Il a aussi visité les nouveaux amphithéâtres de la Faseg, où il a eu une idée nette de la massification de l’institution. 


Les conséquences sont sans appel. Dans les Facultés, le taux de réussite est de 30 % au 1er cycle et 68 % au second, alors qu’il tourne entre 85 % et 99 % dans les écoles et instituts de formation ou le ratio d’encadrement enseignement et étudiant est plus ou moins rationnel. Ces nouvelles réalités imposent une nouvelle orientation dans le management des institutions universitaires. « Pour les questions de qualité et d’efficacité de l’enseignement, nous commencerons à signer des contrats de performance avec les universités. Nous devions démarrer ce jeudi 9 avec l’Université de Saint-Louis, la signature a été décalée. Nous allons certainement le faire avec les universités de Thiès et de Bambey la semaine prochaine. Les relations entre les universités et l’Etat seront contractuelles dans le cadre de contrat de performance avec les ressources additionnelles qui peuvent être dégagées », a révélé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Serigne Mbaye Thiam.

Equilibre budgétaire des universités 


Ces contrats arrivent à point nommé. Le déficit de financement est la contrainte commune à toutes les universités. Ce déficit est plus marqué pour l’Université de Dakar qui fonctionne avec 20.623.652.174 milliards de FCfa, la contribution de l’Etat est de 15.384.492.000 de FCfa. 
Le gouvernement veut aller plus loin dans la résolution du déficit structurel des ressources financières. «  Nous avons organisé des réunions sur l’équilibre budgétaire des universités. Nous avons eu des réunions avec l’ensemble des recteurs sur ces questions pour voir comment, progressivement, arriver à l’équilibre budgétaire des universités, et  nous comptons tenir une réunion sur le suivi des budgets universitaires dans les prochains jours », a indiqué le ministre. Il a visité le nouvel amphithéâtre de la Faculté des lettres. Cette faculté compte, à elle seule, 26.562 étudiants. A la Faculté de médecine, l’exécution du chantier a accusé un retard. Toutefois, l’entrepreneur projette de le livrer en fin décembre.

Livraison de la 2ème cité des enseignants le 15 octobre


Le gouvernement compte sur l’augmentation de la capacité d’accueil pour absorber les flux croissants de bacheliers. « Le gouvernement a pris à bras-le-corps les chantiers en sécurisant le montant budgétaire de 8 milliards de FCfa prévus dans le budget 2012 pour la finalisation des infrastructures. Nous faisons un monitoring sur le suivi de ces chantiers, et dans le budget 2013, il est inscrit un montant budgétaire pour faire face à de nouvelles demandes dans les universités », a  expliqué Serigne Mbaye Thiam. La délégation s’est ensuite rendue à la deuxième cité des enseignants. Les immeubles, repeints en couleur jaune avec fentes roses, s’intègrent en parfaite harmonie avec les logements de la première cité. 
Les ouvriers donnent le dernier coup de lime. La deuxième cité sera livrée le 15 octobre prochain. La délégation a fait aussi un tour dans un appartement. Selon certains visiteurs, ces appartements sont plus spacieux que ceux de la première cité, mais d’autres estiment que l’entrepreneur doit tenir compte de la taille des familles africaines. 

Des nouvelles réformes dans le circuit pour moderniser le régime financier
Des réformes seront instruites dans le fonctionnement des universités. Les nouvelles dispositions pourraient ouvrir l’ère des conseils pédagogique et administratif et de la restitution de la gestion des deniers publics. « Au début du mois de septembre, nous essayerons d’adopter une nouvelle loi sur le fonctionnement des universités qui fait une réforme du système de gouvernance avec un conseil académique et un conseil d’administration. Un nouveau décret sur le régime financier des universités est aussi en chantier, il sera adopté dès que le gouvernement reprendra les réunions du Conseil des ministres », a révélé M. Thiam.                             

2ème université de Dakar : le site identifié, le financement de 17 milliards de FCfa disponible


Le ministre de l’Enseignement supérieur a révélé que la deuxième université de Dakar sera réalisée dans la banlieue. Le coût de construction de 17 milliards de FCfa est déjà disponible ainsi que la réserve foncière entre Diamniadio et Sébikhotane. Son coordonnateur et probable futur recteur sera bientôt connu. Les réunions sont en cours pour proposer un profil. Déjà, 11 candidatures sont enregistrées. Le dernier mot reviendra au chef de l’Etat. Les autorités avaient besoin d’au moins 100 ha, ce qui était impossible de trouver dans la banlieue dakaroise. « Nous avons eu des réunions avec les bailleurs. L’option de l’Etat, c’est de prendre tout de suite un coordonnateur du projet et la commission de sélection est en train de se réunir. Et peut-être là c’est aussi une innovation, parce que c’est par appel à candidature que ce coordonateur-recteur est en train d’être recruté. Des profils qualifiés seront proposés au président de la République, Macky Sall », a rapporté le ministre. Selon lui, il n’est pas exclu de s’appuyer sur l’Université du futur Africain.                                                        

Idrissa SAN


Lesoleil.sn


Commentaire (4)


Brooooooo En Août, 2012 (11:01 AM) 0 FansN°: 1
Macky marche directement sur les pas de wade pourquoi une autre université a dakar alor k bambey est thies n'on toujours pas d'amphi et le materiel qu'il faut la solution c de renforcer les nouvelles univ comme celle de thies et de bambey!!!!!!!!!
Zizouboy En Août, 2012 (11:12 AM) 0 FansN°: 1
meme s il en faut d autres, dans tous les sites de l université de bambey il y a un amphi.
Sempieur En Août, 2012 (11:16 AM) 0 FansN°: 2
Cela fait plus de un an que les universités travaillent sur ces contrats de performances initiés par la banque mondiale et le gouvernement de Wade. Le nouveau régime n'y est pour rien, il ne faut pas qu'il s'en glorifie.

Je ne suis pas Wadiste et j'ai voté pour Macky meme si je commence à regretter mon choix. Mais il fallait que Wade parte.
Moussa2 En Août, 2012 (13:10 PM) 0 FansN°: 3
Je pense effectivement que l'état doit accompagner les nouvelles universités à monter en puissance. Les universités de Ziguinchor, Thies et bambey ne sont des universités que de nom; elles manquent de tout. Néanmoins, je pense que Dakar a besoin d'une deuxième université pour désengorger l'UCAD. Cependant les autres universités dont on parle (kaoloack, Tamba, etc) peuvent vraiment attendre une décennie encore.
Avis En Août, 2012 (17:07 PM) 0 FansN°: 1
la meilleure façon de désengorger l'ucad est de sortir de dakar et je rejoins les avis des premiers intervenants. tout le monde ne peut pas habiter à dakar, il faut dscentraliser dans tous les secteurs y compris l'enseignement supérieur pour aérer un peut dakar qui est surpeuplé et difficile à vivre pour un Étudiant.
Kit En Août, 2012 (22:46 PM) 0 FansN°: 4
Beaucoup de ces réformes ont été initiées avec Wade et sous la houlette de la Banque Mondiale. La question du régime financier semble nouveau. Il est bon que le Ministre fasse la part des choses pour notre lanterne. Il y a du travail dans l'éducation!!!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]