Merkel et Hollande célèbrent 50 ans d'amitié franco-allemande

  • Par : 7sur7,be | Le 22 janvier, 2013 à 09:01:48 | Lu 5358 fois | 3 Commentaires
content_image

Merkel et Hollande célèbrent 50 ans d'amitié franco-allemande

Le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel se retrouvent lundi soir à Berlin pour célébrer l'amitié franco-allemande alors que, de l'euro au Mali, les occasions de marquer leurs différences de manquent pas. Célébrant le 50e anniversaire du Traité de l'Elysée, qui scellait en 1963 l'amitié des "ennemis héréditaires", les deux dirigeants doivent débattre en fin d'après-midi avec des jeunes. Mais le plus important de la soirée devait être un dîner de travail, à l'abri des micros et des caméras, avec au menu l'actualité internationale, dont le Mali. Alors que l'armée française est engagée aux côtés de celle du Mali dans le combat contre les islamistes armés qui occupent en grande partie ce pays africain, l'Allemagne se contente d'un soutien discret, avec l'envoi de deux avions et d'instructeurs pour former les troupes africaines, ainsi que la promesse d'une aide humanitaire. "L'Allemagne ne veut plus être une grande puissance en politique étrangère", a reconnu le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, dans un entretien paru lundi, évoquant le douloureux souvenir de la barbarie nazie. "Nous ne sommes même pas jaloux de la France et de la Grande-Bretagne qui sont des puissances en politique étrangère. On ne le voit pas seulement au Mali, mais on l'a vu aussi en Libye et un peu en Syrie", a-t-il avoué. En mars 2011, l'Allemagne avait froissé ses alliés occidentaux en s'abstenant, avec la Chine et la Russie, pendant un vote au Conseil de sécurité de l'ONU sur le recours à la force contre l'armée de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Première puissance économique européenne et première contributrice aux fonds de secours des pays en difficulté de la zone euro, l'Allemagne donne de facto le "la" en matière financière sur le vieux continent, s'opposant régulièrement à la France sur les solutions à apporter à la crise. Jeroen Dijsselbloem devrait présider l'Eurogroupe Toutefois, Paris et Berlin semblent avoir réussi à s'entendre sur la succession du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la tête de l'Eurogroupe: lundi, la candidature du Néerlandais Jeroen Dijsselbloem --soutenue par M. Schäuble-- devrait être acceptée par consensus, a indiqué dimanche le ministre français de l'Economie Pierre Moscovici, qui n'avait pas caché ses réserves vis-à-vis de ce quasi-inconnu. Alors que de nombreuses voix en Allemagne se sont inquiétées, parfois avec une certaine condescendance, d'un décrochage économique de la France, M. Schäuble affirme avoir une "grande confiance" en celle-ci. "La France est un pays puissant qui résoudra ses problèmes", a-t-il estimé dans un entretien paru simultanément lundi dans les quotidiens allemand Süddeutsche Zeitung et français Le Monde. "Sur certaines questions, nous demeurons très divergents" Samedi, dans son message vidéo hebdomadaire sur internet, Mme Merkel a mis en avant la "très grande proximité" entre l'Allemagne et la France, même si, "sur certaines questions, nous demeurons très divergents". La chancelière conservatrice, qui avait ostensiblement soutenu le président Nicolas Sarkozy (droite) pendant la campagne française, s'est souvent opposé à son homologue socialiste. Résolument tournée vers l'avenir, Mme Merkel a enjoint les jeunes Français et les jeunes Allemands à apprendre la langue de l'autre, reconnaissant que ce ne serait pas facile étant donné la "domination de l'anglais" dans le monde. La chancelière, qui a grandi en ex-RDA, maîtrise le russe et l'anglais et M. Hollande a de maigres connaissances scolaires en allemand. Mardi, les deux pays fêteront leur amitié avec faste, avec la réunion des deux gouvernements en conseil des ministres à la chancellerie, puis celle des députés du Bundestag et de l'Assemblée nationale au Reichstag, tandis que le Sénat français et le Bundesrat en feront autant.

7sur7,be


Commentaire (2)


Un Exemple à Suivre En Janvier, 2013 (18:51 PM) 0 FansN°: 1
La réconciliation franco-allemande est un exemple à suivre pour les relations entre la France et l'Algérie.
Rafale En Janvier, 2013 (12:43 PM) 0 FansN°: 2
La France s'est liée d'amitié avec son ancien bourreau germanique en donnant de ce fait le coup de pied de l'âne au Royaume Uni qui a servi de base arrière à la "France libre" en lui donnant son hospitalité, ses média (bbc avec ses messages codés aux résistants et d’où Charles De Gaulle a lancé son fameux appel un certain 18 juin 1940), ses infrastructures militaires et industrielles , ses armements surtout sa force aérienne car il n'est que de rappeler les formidables campagnes de la Royal air Force en France et jusqu'au cœur de l'Allemagne et de la Belgique. Le Royaume Uni a servi de base de préparation au débarquement de Normandie qui a été un des faits d'armes les plus remarquables de l'histoire militaire et a accéléré la libération de la France. Cette amitié franco allemande m'a tout l'air d'un "judaïsme" (je suis pas antisémite, je fais juste un jeu de mots en parlant du traitre judas) fait au Royaume Uni; j'ai du mal en effet à comprendre que la France ne soit pas tant copine à la bonne vieille Angleterre au Pays de Galles et à l’Écosse et l'Irlande du Nord. Je comprends ainsi un peu plus pourquoi ce pays ce sent à l'étroit en Europe avec cet axe des anciens bourreau et victime qui entend jouer les premiers rôles en Europe. Ce n'est pas un fait d hasard que Cameron ait choisi d'annoncer un referendum sur l'Europe au moment de la célébration des noces d'or franco-germanique après avoir boudé la cérémonie du prix nobel de la paix décerné à l'Europe.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]