News

Meissa Babou, économiste : «Il faut surveiller le service de la dette, Nous remboursons 55 milliards par mois»

L’endettement à 47% n’est pas alarmant si l'on prend le paramètre de la bonne gouvernance de l'emprunt fixé par les grandes institutions financières comme la Banque mondiale et même notre organe sous-régional qu'est la Cedeao, qui doit être à 70% du Pib. L’assurance est de l’économiste Meissa Babou, qui estime toutefois, qu’au Sénégal, il n’y a pas encore d’action politique d’envergure qui pourrait booster la croissance à 5,4%. Dans les colonnes de l’Observateur, ce weekend, il revient sur le service...

 

L’Argentier Amadou Ba reçoit à Washington le Prix du Leadership décerné au président Macky

L'argentier sénégalais, Amadou Ba recevra à Washington DC le Prix Leadership ce vendredi 17 avril à 20 heures ( heures locales ) au nom du président de la République du Sénégal, Macky Sall empêché. Ce prix, qui récompense la vision et la pertinence des plans économiques des nouveaux dirigeants africains, va être décerné par le groupe AllAfrica Global Média, en marge de son 15ème anniversaire et des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale.

 

Amélioration environnement des affaires : une quarantaine de mesures effective au Sénégal sur la période 2013-2015 (APIX)

Une quarantaine de mesures destinées à améliorer l’environnement des affaires au Sénégal est devenue effective sur la période 2013-2015, a déclaré vendredi à Saly Portudal (station balnéaire située à 80 km de Dakar), M. Mamadou Lamine Bâ, directeur de l’environnement des affaires de l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (APIX).

 

Plus de 80% des femmes actives travaillent dans le secteur informel

Malgré une présence très forte dans le milieu du travail, les femmes ne bénéficient que très peu des avantages sociaux. Emna Aouij, Présidente du Groupe de travail du Conseil des droits de l’homme sur la question de la discrimination contre les femmes dans la législation et dans la pratique a estimé que malgré l’absence de barrière formelle pour la pleine participation des femmes à la vie économique du Sénégal de nombreux obstacles se posent à elles. « 80% des femmes actives travaillent dans le secteur informel, ne...

 

Serigne Mboup, président Cciak : Pourquoi le Port de Kaolack n’est plus compétitif

Durant de nombreuses années le port de Kaolack a été le second de l’Afrique Occidentale Française (Aof), en termes de flux de marchandises, a révélé, hier, le président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack (Cciak). Ce, devant le président Macky Sall qui était dans le Bassin arachidier dans le cadre de la tournée économique.

 

Serigne Mboup à Macky Sall : « L’économie gagnerait à être redynamisée pour la création de futurs emplois»

Opérateur privé, par ailleurs, Président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack (Cciak), Serigne Mboup a lancé un défi à Macky Sall. Dans son allocution fait au forum économique organisé à Kaolack, il s’est réjoui du choix du président Macky Sall d’implanter l’Université du Sine Saloum. Mais, il a aussi souligné que l’ensemble des acteurs du secteur privé appuyé par l’Etat, doivent s’engager à «développer une économie capable d’absorber la...

 

Serigne Mboup dénonce une concurrence déloyale au profit des entreprises étrangères

Les avantages qui profitent aux entreprises étrangères au Sénégal soutenues par les Etats dont elles sont originaires constituent aux yeux des acteurs du secteur privé une source de frustration que Serigne Mboup a vivement dénoncée, hier, devant le président Macky Sall. Alors que ce dernier effectuait une tournée économique dans le Saloum, M. Mboup, coiffé de sa casquette de président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack (Cciak) a fustigé la démarche de ces entreprises aidées par  leurs...

 

Selon le rapport Africa’s Pulse de la banque mondiale : La croissance de l’Afrique subsaharienne devrait chuter à 4 % en 2015

Les dernières projections de la Banque mondiale, publiées hier, tablent sur un ralentissement de la croissance économique de l’Afrique subsaharienne qui devra se situer autour de 4,0 % en 2015 contre 4,5 % enregistrés en 2014. Ces contreperformances s’expliquent largement par la baisse des cours du pétrole et des autres matières premières.

 

Finances publiques : Les ressources collectées haussent de 7,3 % en février

La gestion budgétaire au cours des deux premiers mois de l'année 2015 a été marquée par une hausse « satisfaisante » des ressources collectées. Elles sont évaluées, à fin février, à 248,3 milliards de FCfa contre un recouvrement de 231,4 milliards un an auparavant, soit une hausse de 7,3 %. Quant aux dépenses, elles sont estimées à 286,3 milliards de FCfa, soit aussi une hausse de 23,6 %.

 

Le Sénégal cité parmi les pays importateurs de pétrole qui maintiennent le cap de la croissance

Du fait de la grande diversité économique du continent, l’impact de la baisse des cours des matières sera toutefois variable selon les pays, même parmi ceux producteurs de pétrole, a indiqué ce lundi, la Banque mondiale. Dans un document publié par la structure,  le Sénégal est dans le lot des pays qui devraient avoir une croissance forte malgré les fluctuations notées dans le marché mondial, avec la baisse de l’euro et de celle du prix du baril de pétrole.

 

La Banque mondiale prévoit le ralentissement de la croissance de l’Afrique subsaharienne de l’ordre de 4% en 2015

Une baisse du taux de croissance annuel de l’ordre d’une croissance de 4% en 2015 comparée à 4.5% en 2014. C’est ce qui ressort des prévisions avancées de la Banque mondiale. Dans les dernières prévisions du Groupe de la Banque mondiale publiées aujourd’hui, la structure a affirmé que «la croissance de l’Afrique subsaharienne ralentira autour de 4% en 2015, au lieu des 4,5% enregistrés en 2014. Recul qui s’explique largement par la baisse des cours du pétrole et des autres matières premières », ont révélé les...

 

Makhtar Diop, Banque Mondiale: « La croissance est toujours au rendez-vous en Afrique subsaharienne »

Makhtar Diop, Vice-président du Groupe de la Banque mondiale pour l’Afrique, s’est montré confiant quant aux potentialités du continent, en dépit des crises dont il est confronté. «La croissance est toujours au rendez-vous, en Afrique subsaharienne, malgré de nouveaux défis et des facteurs externes défavorables. Mais ces défis s’accompagnent toutefois d’opportunités nouvelles», a-t-il déclaré.

 

Aquaculture : le gouvernement mise sur la participation du secteur privé

L’aquaculture doit être soutenue à travers l’implication du secteur privé et le renforcement de la coopération multilatérale, a déclaré, vendredi à Dakar, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guàye, soulignant que la production nationale est relativement faible. ‘’L’aquaculture occupe une place importante avec 42% de la production halieutique. Ainsi, si nous voulons accroître notre production, nous devons développer la coopération mais aussi l’implication du secteur privé’’, a dit M...

 

Clôture de la semaine nationale de la jeunesse : Les jeunes appelés à s´approprier le PSE

La jeunesse sénégalaise s´est de nouveau fixée rendez-vous pour 2016. Le Président de la République Macky Sall a prononcé, ce jeudi, le discours marquant la clôture de la semaine nationale de la jeunesse, qui cette année, a été placée sous le thème  « La jeunesse au service du plan Sénégal émergent ». Un  grand rendez-vous de la jeunesse sénégalaise, qui  a connu  une réussite totale en cette édition 2015 après 15 années d’interruption. « Pour nous qui vous avons...

 

Circulation de l’argent : Le ministère des Finances affiche le sourire

L’argent circule : c’est la conviction des collègues du ministre Amadou Ba qui ont pondu un document pour démentir cette idée très répandue, depuis l’avènement de Macky Sall et selon laquelle l’argent ne circule pas au Sénégal. Dans les colonnes de L’Observateur, ces derniers de préciser toutefois, que «la masse monétaire a progressé de 11,4%, reflétée par l’augmentation de la circulation fiduciaire de 65 milliards de FCfa et des dépôts de 292 milliards de FCfa». 

 

Le Sénégal se rapproche des taux de croissance du PSE, selon Macky Sall

Le Président de la République, Macky Sall a indiqué mardi à Diamniadio qu'avec les taux de croissance actuels qui se situent entre 4 et plus de 5 %, le Sénégal se rapproche des taux de croissance dont son économie a besoin pour la réalisation des objectifs du Plan Sénégal Émergent (PSE). ''Le Sénégal est passé d'un taux de croissance d'un plus de 1% à un taux de plus de 4% avec une projection de plus de 5 %. Avec ses taux, le Sénégal se rapproche des objectifs du PSE en matière de croissance qui se situent entre 7 et 8%'', a...

 

La BM préconise l’immatriculation universelle des pirogues avant la fin de cette année

Le Sénégal doit réussir l’immatriculation universelle des pirogues avant la fin de l’année 2015 pour bénéficier davantage du secteur de la pêche qui génère, en Afrique, des bénéfices additionnels de l’ordre de 50 à 100 milliards de dollars par an, a soutenu jeudi à Mbodiène (Mbour), la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal, Vera Songwé.

 

Commune de Ngayokhème dans le département de Fatick : Un scandale financier secoue la mairie

Woula Ndiaye, conseiller municipal à la commune de Ngayokhème, accuse le président de la commission des finances, Aliou Faye, d’avoir procédé depuis quelque temps, «en complicité» avec le maire, Mbagnick Ndiaye et son premier adjoint Marcel Ndiana Ndiaye, à un recouvrement «frauduleux et illégal» de taxes. Des accusations que les mis en cause ont réfutées.

 

Révélation de la Bceao : La gratuité de 19 services bancaires effective

Le 1er octobre dernier, les mesures rendant gratuit 19 services bancaires dans l’espace Uemoa sont entrées en vigueur. Le Directeur national pour le Sénégal de la Bceao, M. Mamadou Camara, a renseigné qu’en l’état actuel des choses, ces mesures «sont pour une grande part respectées». «Pour l’heure, ce qu’on peut avancer ici, sur la base des reportings et résultats des investigations que nous avons opérées, on ne peut pas dire que ces mesures ne sont pas respectées», a renseigné M Camara, face à la presse ce mercredi...

 

Résumé de l’actualité économique internationale du mercredi 1er avril 2015

-DAKAR-Le conseil des ministres de l’UEMOA a décidé, à l’issue de sa réunion du 30 mars 2015 à Dakar du lancement de la 2-ème phase du relèvement du capital minimum des banques et établissements financiers de la zone UEMOA. Selon le compte rendu de cette réunion établi par la Banque centrale des Etats de l\'Afrique de l\'Ouest (BCEAO), il s\'agit, à travers ce relèvement du capital minimum de ‘\'renforcer la solidité du secteur bancaire de

 

Vulgarisation du Pse : Les Cadres républicains mobilisent à Sédhiou

La convergence des cadres républicains (Ccr), à l’occasion de l’an 3 de Macky Sall à la présidence de la République, a réuni les acteurs au développement afin de vulgariser le plan Sénégal émergent (Pse). Après un long échange sur son impact socio-économique, les participants ont salué les actes déjà posés dans le sens de la réalisation de ce plan. C’est ainsi que les membres de la convergence sont revenus en large sur toutes annonces de projets faites à l’occasion du conseil des ministres délocalisé. Le...

 

Kaffrine : les prévisions d’investissement pour 2015 s’élèvent à près de 7,5 milliards (officiel)

Les prévisions d’investissement de l’Etat du Sénégal, des partenaires techniques et financiers, ainsi que des collectivités locales, pour la région de Kaffrine au courant de l’année 2015, s’élèvent à 7 milliards 400 millions de francs, a appris l’APS de source officielle. ‘’Ces financement concentrent principalement les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’hydraulique et de l’agriculture. 

 

Mayacine Camara, Ministère de l’Economie : «Le Sénégal ne travaille pas 10 heures par semaine»

Mayacine Camara, coordonnateur de la Direction de planification et des politiques économiques du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan est très critique envers les travailleurs sénégalais. «Tout le monde bouge, mais personne ne travaille», dit-il, lors de la campagne de vulgarisation du Plan Sénégal émergent (Pse) à la Chambre de commerce. Des propos rapportés par “Le Témoin”.

 

REGLEMENT DES DIFFERENDS DANS LES AFFAIRES : Le Comité national de médiation et de conciliation installé

Pour rendre l’environnement des affaires plus attractif et sécurisant pour les investisseurs, les acteurs judicaires cherchent à réinventer une nouvelle méthode de règlement des différends. C’est dans cette logique que s’inscrit la création d’un Comité national de médiation et de conciliation qui a été installé hier par le ministre de la Justice, garde des Sceaux.

 

Le 1 avril, mercredi de tous les dangers à la chambre de commerce

Le bras de fer entre le président Lamine Niang et ses adversaires de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) continue de plus belle. Après plusieurs sorties médiatiques initiées par les contestataires, dirigés par Birane Yaya Wane, pour accélérer le départ de M. Niang de la présidence de ladite structure, ces derniers ont annoncé leur volonté ferme d’envahir les locaux de la Cciad) pour exprimer leur dépit.

 

ÉMERGENCE DES PAYS AFRICAINS: La problématique du financement débattue à Bem

La première édition du colloque international de l’école Bem (Bordeaux école de management), lancée, hier, a été l’occasion pour des professeurs et spécialistes venus des universités d’Europe et d’Afrique de parler du problème du financement des plans de développement. En Afrique, les spécialistes pensent qu’il faut des financements innovants, car point d’émergence sans ce mode d’investissement.

 

Les 10 hommes les plus influents en Afrique pour l’année 2015 dans le classement Forbes

Alors que 2014 a été une année extrêmement difficile pour le continent africain avec des épisodes sans précédent tel que l’ épidémie Ébola, l’horrible enlèvement de près de 300 filles par Boko Haram au Nigéria, la croissante instabilité politique et les conflits au Sud du Soudan et en République centrafricaine (RCA), les meilleurs poids lourds de l’Afrique sont restés résolus et implacables dans leur mission de laisser une marque indélébile tout en faisant une différence dans la vie quotidienne des...

 

Résumé de l’actualité économique internationale du mercredi 25 mars 2015

ADDIS ABEBA-L’Afrique, rien qu’en comptant sur ses ‘’ressources internes’’, peut s’appuyer sur ‘’d’énormes possibilités’’ aptes à financer son développement, soutient une étude sur la mobilisation des ressources nationales élaborée par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et l’Agence du Nouveau partenariat pour l développement de l’Afrique (NEPAD).

 

Pourquoi Dangote n'a pas cassé le prix du ciment sur le marché sénégalais

Ayant démarré ses activités il y a quelques mois, Dangote industrie Sénégal S.a. a commencé a écouler ses produits sur le marché. Et cela depuis deux mois environs. Constituant la troisième cimenterie du Sénégal, après respectivement la Sococim et Les Cimenteries du Sahel, Dangote industrie Sénégal dit avoir porté sa préférence sur la qualité du produit et non sur le prix. Pour ce faire, les responsables qui ont initié ce mercredi une visite de presse dans leur structure ont légitimé cette préférence par une...

 

Guichet unique : La Senelec et l’Apix s'allient pour faciliter aux entreprises l’accès à l’électricité

Papa Dieng, Directeur général de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) et Mountaga Sy, Directeur général de l’Agence de promotion des investissements et grands travaux (Apix), ont signé un protocole d’accord portant sur l’organisation du Guichet unique et de procédure de raccordement à l’électricité pour les Petites et moyennes entreprises (Pme). La cérémonie de lancement officielle de ce Guichet unique a eu lieu ce mercredi 25 mars, à l’Agence Grand compte de la Senelec, sise à...

 

Meissa Babou, économiste : « Il y aune augmentation de la pauvreté, même si on ne le dit pas»

La politique d’homologation des prix sur les denrées de première nécessité, en vigueur depuis deux ans maintenant, est passée à la loupe par l’économiste Meissa Babou, qui revient dans l’Observateur, sur la lecture des indices mensuels en 2014. Il parle de la baisse de 1,5% des activités financières, le repli de l’inflation en 2014, entre autres. «Si l’on fait l’addition des hausses et des baisses, on se rend compte qu’il n’y a pas d’inflation. 

 

Mounirou Ndiaye, économiste : « Le Sénégal n'est pas sur la voie de l'émergence »

L'économiste El Hadji Mounirou Ndiaye pense que le Sénégal ne figure pas parmi les pays qui sont sur la voie de l'émergence. “Ce que je constate avec le président Macky Sall, c'est qu'il n'y a pas de ligne d'action claire. Le président a déclaré : “nous savons où nous allons”, mais quand on observe ce qui se fait, on se rend compte qu'il y a beaucoup de tâtonnements. Tantôt on nous dit qu'on va développer la Casamance. On va en Casamance, on met trois jours, on oublie, on revient pour dire qu'on va réhabiliter...

 

Le secteur alimentaire représentait 4,4% du PIB en 2013

Le secteur alimentaire représentait 4,4% du Produit intérieur brut (PIB) en 2013, avec un chiffre d’affaires de 1 448, 7 milliards de francs, selon ‘’Les bonnes feuille’’, une publication de l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (APIX). Ce document reçu mardi à l’APS donne les chiffre clés de ce secteur durant cette période : 511 entreprises, une valeur ajoutée de 329, 6 milliards de francs, un montant de salaires versés évalués à 145, 0 milliards de francs.

 

L’investissement privé passe à 1.367 milliards entre 2012 et 2014 (APIX)

L’investissement privé au Sénégal est passé à 1 367 milliards de francs entre 2012 et 2014, a appris l’APS, mardi, de l’Agence pour la promotion des grands travaux de l’Etat (APIX). ''L’investissement privé au Sénégal a plus que doublé après la dévaluation (du francs en 1994) avec une moyenne annuelle de 464 milliards de francs entre 1996 et 1999 qui est passée à 664 milliards de francs entre 2000 et 2004, puis à une moyenne de 1045 milliards de francs entre 2005 et 2011.

 

Résumé de l’actualité économique internationale du lundi 23 mars 2015

PARIS-La contrefaçon des produits électriques courants est largement répandue en Afrique, et pourrait représenter en fonction des pays entre 40 et 80% du marché, selon une étude publiée lundi. Les produits les plus contrefaits, sont les câbles, les disjoncteurs et les interrupteurs, relève cette étude réalisée par l'Organisation de la presse africaine (APO) dans 11 pays africains pour le compte du géant français du matériel électrique Schneider Electric. 

 

Services

NECROLOGIE

Awa Diallo Mboup

30 Septembre 2006 - 30
Septembre 2012

QUE LE BON DIEU L'ACCEUILLE DANS SON PARADIS

ANNONCES AUTOMOBILES

Nissan - NS

19 000 000 FCFA

Mercedes-Benz S Class

1 500 000 FCFA

Mercedes-Benz S Class

3 000 000 FCFA