Samedi 22 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

[Focus] Petites histoires secrètes des premières dames qui ont marqué le Sénégal

Single Post
[Focus] Petites histoires secrètes des premières dames qui ont marqué le Sénégal

 

 

Élu président de la République du Sénégal à l’issue du scrutin du 24 mars dernier, Bassirou Diomaye Faye va prêter serment le mardi 2 avril 2024. Ses deux épouses deviendront ainsi les 5e et 6e premières dames du pays. Prétexte pour Seneweb de jeter le regard dans le rétroviseur, pour relever les secrets des premières dames qui ont marqué la vie sociopolitique du Sénégal.

 

Marie Khone Faye et Absa Faye. Retenez bien ces noms : elles sont désormais les premières dames de la République du Sénégal. Inconnues du grand public, elles ont été présentées par Ousmane Sonko, lors du meeting de clôture de la coalition DiomayePrésident le vendredi 22 mars au stade Caroline Faye de Mbour.

Elles ont fait leur deuxième apparition lors du vote de leur époux Bassirou Diomaye Faye, dans son village natal à Ndiaganiao. Ce dernier est élu président de la République. Leur rôle auprès de leur mari, lors de ce premier mandat, permettra aux Sénégalais de les connaître davantage.

Mais bien avant elles, d’autres premières dames ont marqué, chacune à sa manière, la vie politique du Sénégal.

 

Marième Faye Sall, épouse influente, mais très sociale

 

Née à Saint-Louis, Marième Faye Sall est devenue la quatrième première dame du Sénégal, le 2 avril 2012.

Inscrite à l'Institut supérieur de technologie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, elle a étudié le génie électrique, sans obtenir de diplôme. La rencontre du couple présidentiel remonte à 1992, alors que Marième Faye Sall était au lycée.

La naissance de son premier enfant la contraint, en 1995, à quitter l’université. Mère de trois enfants, Marième Faye Sall a joué un rôle de proche conseillère de Macky Sall à la Présidentielle de 2012, contre Me Abdoulaye Wade, le président sortant.

Simple et discrète, Marième Faye Sall joue un rôle essentiel auprès de son époux, en se gardant bien d’interférer avec ses décisions. Son rôle est essentiellement social (arrivée au pouvoir, elle a créé la fondation Servir le Sénégal pour aider son mari dans sa politique sociale), mais au Sénégal, rapprochements et ralliements se scellent le plus souvent lors des funérailles, des mariages ou des baptêmes.

En vraie Sénégalaise, l’ex-First Lady a toujours effectué des missions discrètes tous azimuts : pour consoler des militants de l’APR en souffrance, représenter le couple présidentiel dans les cérémonies familiales, et surtout pour nouer discrètement les rapprochements avec certains opposants –un processus au cœur de la stratégie du chef de l’État.

Selon des indiscrétions, la Saint-Louisienne aurait ainsi été à la manœuvre pour initier la réconciliation – hautement symbolique – entre le président et son ancien mentor, Abdoulaye Wade, qui s’est concrétisée en septembre 2019 à la mosquée dakaroise Massalikoul Djinane. De même, elle aurait joué les éclaireuses pour favoriser le ralliement récent d’Idrissa Seck, frère ennemi de Macky Sall au sein de la famille libérale, à la mouvance présidentielle.

En définitive, sa présence et son influence ont été plus remarquées au sommet de l’État que les anciennes Premières dames Colette Senghor, Élisabeth Diouf et Viviane Wade. Pour preuve, un ministre de la République du Sénégal l’avait publiquement remerciée d'avoir contribué à le faire nommer au gouvernement.

À quelques encablures de la fin du mandat de Macky Sall, Marième Faye Sall a dissous la fondation Servir le Sénégal.

 

Viviane Vert Wade, de Besançon au Point E


Troisième première dame du Sénégal après l’alternance en 2000, Viviane Vert est née le 13 septembre 1932 à Besançon en France. Toute petite, Viviane n’a « jamais eu le sentiment de franchir une frontière ». Pourtant, de sa Franche-Comté natale au Point E à Dakar, sa vie n’a pas été une ligne droite. Fille d’un professeur de lettres et d’une mère héritière d’une vieille famille de propriétaires terriens, elle n’avait pas 20 ans quand elle a rencontré Abdoulaye, l’un des premiers Africains à fréquenter la faculté de droit de Besançon, en 1952. L’été 1963, elle l’épouse malgré les réticences de ses parents « qui avaient peur d’une vie difficile pour [elle] en Afrique ». Ils auront eu raison. En 1974, Me Wade fonde le premier parti d’opposition au Sénégal. En 1988, la fraude électorale ayant provoqué des émeutes, il est jeté en prison.


« Sa valise était prête, confie Viviane. Quelques jours plus tôt, j’avais reçu un appel de Paris qui m’annonçait qu’on l’arrêterait ».


Mais comme toutes les premières dames, Viviane Wade a soutenu son mari par son association Education-Santé. Elle a été la promotrice de l’hôpital de Nénéficha, un village Bedick situé à 40 km de Kédougou, près de Bandafassy. Cet hôpital moderne, dont le financement a été estimé à 200 millions F CFA, a été inauguré le 6 novembre 2002. Il comprend un bloc opératoire, une maternité, une case de soins et des logements pour les médecins et les infirmiers.


Complètement en ruine, quelques années plus tard, il a été fermé le 30 juin 2013 avant de rouvrir ses portes en 2014, avec l’aide de l’ONG Vision mondiale, puis érigé en poste de santé.

Mme Wade avait pour ambition d’accompagner le développement de cette localité éloignée du sud-est du pays. Elle a également beaucoup investi dans le domaine de l’éducation.

 

Élisabeth Diouf, « Madame Moulin »

 

Mariée au président Abdou Diouf depuis 1963, Élisabeth Diouf, est mère de quatre enfants : Pedro, Habib, Fabienne et Yacine. De confession catholique, Élisabeth Diouf, métisse d’origine libanaise, a joué un rôle de premier rang dans le dialogue islamo-chrétien au Sénégal durant le magistère de son époux à la tête du pays (1981-2000).


Discrète et très mesurée, la deuxième première dame du Sénégal, avec sa fondation Solidarité-Partage, a marqué la vie sociale sénégalaise avec ses nombreuses activités caritatives. Créée en 1995, ladite fondation a pendant longtemps servi de raccourci pour politiciens et hommes d’affaires pour s’enrichir. Parmi eux, un ancien baron du Parti socialiste, administrateur de ladite fondation. Selon un ex-ministre de l’époque, le modus operandi était huilé. «Il (le baron) demandait à des hommes d’affaires d’importer des produits via la fondation Solidarité et partage. Les fondations étant exonérées de toutes taxes, cela leur permettait de ne pas payer les droits de douane » et de faire fortune, confie notre interlocuteur, révélait le journal Enquête, dans un article paru en octobre 2014.


Quoi qu’il en soit, dans sa politique sociale, le président Abdou Diouf avait fait de l’accès à l'eau potable une priorité. Ce qui avait permis à raccorder les grandes villes du pays au réseau de distribution d’eau et de doter les zones rurales en forages.


La transformation des produits agricoles, avec la politique du « consommer local », était une priorité. On assiste à l’accompagnement de la mécanisation du traitement des produits agricoles.

Cette période sera marquée par l’octroi de nombreux moulins à céréales par la première dame Élisabeth Diouf, par l’entremise de sa fondation Solidarité-Partage.


Le couple présidentiel Abdou-Elisabeth a été surnommé « M. Forage et Mme Moulin » par Me Abdoulaye Wade, le leader de l’opposition à l’époque qui succédera à Abdou Diouf en 2000.


En 2012, alors que la nationalité des anciennes premières dames faisait l’objet d’une vive polémique, suite à l’arrivée de Marième Faye Sall, Penda Mbow, professeur d’histoire, a précisé que celle d’Abdou Diouf était bien sénégalaise. « Contrairement à ce que les gens pensent, Mme Élisabeth Diouf était une Sénégalaise. Je me souviens, alors que son époux était Premier ministre, on voyageait ensemble et la femme de Jacques Baudin lui demandait des bracelets qu'elle portait. Elle lui a répondu : 'Si je vais au palais, tu viendras les chercher.' Elle parlait bien le wolof. C'est une Sérère », affirmait-elle. 


Colette Senghor, « femme de l’ombre »


Décédée le 18 novembre 2019 à l’âge de 93 ans, Colette Senghor, née Hubert, a été la seconde épouse du président Léopold Sédar Senghor et la première  dame du Sénégal, pendant près de vingt ans, de 1960 à 1980.

Un vibrant hommage lui a été rendu par le président Macky Sall qui a reconnu en elle une « femme discrète et femme de l’ombre ».

Le président Diouf qui avait succédé Senghor au pouvoir et qui l’avait côtoyée avait dit à ses obsèques que « c’était une femme merveilleuse à tout point de vue et une femme remarquable » qu’il considère comme « l’une des plus remarquables Premières dames dans le monde et dans l’histoire », a relaté BBC Afrique.

Née le 20 novembre 1925 à Mouzay (Meuse) dans une famille de la noblesse normande, Colette Hubert est mariée au député du Sénégal Léopold Sédar Senghor le 18 octobre 1957.

Un an plus tard, en 1958, sera né Philippe Maguilène Senghor, l’enfant unique du couple qui est décédé dans un accident de voiture à Dakar, le 6 juin 1981.

Dans ses Lettres d’hivernage (éditions Le Seuil, 1972), le président Senghor a rendu un vibrant hommage à son épouse Collette Senghor. "À Colette, ma femme, qui m’a inspiré ces poèmes", avait-il déclaré plus tard, expliquant que Colette était la source de son inspiration et de sa force.

À la mort du président Senghor en 2001, elle s’est battue pour la conservation d’une partie de ses archives au sein de la salle Djilor dans l’espace Senghor dans la commune de Verson.

Le président Senghor a eu un premier mariage avec la Guyanaise Ginette Eboué, fille de l’ancien gouverneur du Tchad Félix Eboué. Il a eu deux enfants avec elle, Francis-Arfang et Guy Senghor, avant leur divorce consommé en 1955. 



3 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2024 (14:15 PM)
    Grand Makhtar Diouf Pedro n'est pas le fils de Élisabeth Assef Diouf, sa maman habitait à Mermoz , idem Fabienne Diouf certes porte le nom Diouf par adoption est né de l'union de Élisabeth avec un autre Monsieur,  de l'union de Abdou Diouf et Élisabeth Assef naîtra deux garçons et une fille ,Habib Diouf homonyme de Habib Thiam grand ami à Abdou Diouf, Pape Diouf qui vit à Londres et la cadette Yacine Diouf..
    Top Banner
    • Auteur

      Siley

      En Avril, 2024 (14:48 PM)
      on est passé de femmes blanches françaises, à une metisse libano senegalaise à, une sénégalaise, à DEUX sénégalaises. Si c'est pas une évolution ça! 😂
       
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (16:21 PM)
      L'awo est la première dame et la niarel est la deuxième dame pour rester conforme aux traditions sénégalaises. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (21:54 PM)
      Wait wait break that down for me. Ils ont tous des enfants hors mariage ou bien ils ont été mariés avant leur mariage ou bien ils ont eu des enfants ailleurs tout en étant ensemble? I'm puzzled 🤯
    Top Banner {comment_ads}
  2. Auteur

    En Avril, 2024 (14:39 PM)
    On n'a jamais entendu Elisabeth parler wolof. C'est juste bizarre ce petit mépris 
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (14:52 PM)
      Elisabeth Diouf certes son Papa est libanais mais sa maman est bien  sérère. Elle est née du côté de Djilor.Et vers Joal, Fadiiouth, Djilor il y'a beaucoup de gens qui sont d'ascendance libanaise. Elle a cependant grandi chez les Orphelins d'Auteuil en France.Durant sa jeunesse elle a vécu beaucoup de chose qu'on ne peut devoiler
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (20:45 PM)
      Dommage qu'il ny a pas bcp de documents sur certaines de nos figures et personalités.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (23:16 PM)
    Objection mareme faye sall est née à kaolack cazenave au lieu de saint Louis une vraie saint louisienne est douce pas comme elle une rambath nafekh dans la république avec ses jeux de dupe
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email