Dimanche 26 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

[Entretien] Jean Michel Sène : “Les exploitations agricoles familiales sont paralysées par des modèles qui ne leur conviennent pas”

Single Post
[Entretien] Jean Michel Sène : “Les exploitations agricoles familiales sont paralysées par des modèles qui ne leur conviennent pas”
   

Après Babacar Fall qui s’est prononcé sur les réformes annoncées du système électoral, le juge Ibrahima Hamidou Dème sur celles de la justice et Birahim Seck sur la question de la bonne gouvernance, le secrétaire exécutif de l’ONG Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs (Enda Pronat), Jean Michel Sène donne son avis sur l’objectif du président Bassirou Diomaye Faye d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. L’ingénieur en agroéconomie trace les voies à suivre pour une agriculture durable.

Le président de la République dans son adresse à la nation le 03 avril dernier, a évoqué sa volonté d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Ce qui constituait déjà un objectif pour son prédécesseur, le président Macky Sall qui n’a visiblement pas réussi ce pari. Ou est-ce que ça coince ?

Cette question d’autosuffisance alimentaire, je dirai même souveraineté alimentaire parce que l’autosuffisance, on peut l’avoir à partir des importations mais la souveraineté alimentaire, ça a bloqué sur le modèle agroalimentaire sur lequel ses prédécesseurs avaient bâti leurs stratégies politiques et qui ont montré des limites. 70% des denrées sont importées et la période de covid a montré à suffisance combien notre système alimentaire était vulnérable. Avec les restrictions de déplacement à l’intérieur du pays comme à l'international, on avait la difficulté d’approvisionner nos marchés. Dès lors, on devrait carrément rompre avec les importations. On nous dit aujourd’hui que les importations de riz avoisinent les 100 mille tonnes par mois. Le gap entre ce que l’on produit et ce qui est importé est important. Pour le résorber donc, il faut toute une politique cohérente. Ce n’est pas simplement une affaire du département de l’agriculture. L’alimentation ce n’est pas seulement les produits végétaux cultivés. C’est aussi la pêche, l’élevage. Donc il faut une cohérence politique qui a toujours manqué dans les gouvernements précédents pour arriver à un juste équilibre.  Il faut revoir comment mieux valoriser, mieux exploiter les ressources naturelles dont regorge le pays. Je peux citer par exemple les terres. On sait que le Sénégal possède 3,8 millions d’hectares de terres arables dont 2,5 millions ont été mises en cultures donc 65% des terres. Et dans ces 2,5 millions, seuls 30% sont irrigués. Ce fait justifie déjà ce gap. A cela s'ajoutent les mesures d’accompagnement telles que la subvention. Chaque année, on déclare avoir subventionné l’agriculture à coup de milliards mais qu’est-ce qui arrive réellement jusqu’aux mains du petit agriculteur et qui arrive à provoquer une transformation positive de son système agricole ? C’est là où on devrait s’arrêter et questionner profondément les compromis qui sont là. Soit ce qui a été mis à disposition n’est pas arrivé et intégralement entre les mains des vrais agriculteurs qui ont nourri le pays pendant des décennies et surtout des centaines d’années avant l’ère coloniale. 



“Pour cultiver, on a besoin de bras valides et ce n’est pas ce dont manque ce pays quand on sait que 76% de la population est âgée de moins de 35 ans” 



A ce propos, on ne peut pas ne citer parmi les facteurs qui bloquent notre agriculture, cette influence, cette transformation de notre agriculture par le système colonial qui nous a fait croire que la terre, pour la valoriser, il faudrait tout raser, la mettre à nu et ensuite apporter des engrais et des pesticides chimiques pour sauver la culture. Mais, ils ne nous disent pas ouvertement que ces engrais et ces pesticides chimiques, on devrait les acheter à l’extérieur et non pas les produire chez nous. Alors que ces engrais et ces pratiques de protection de culture ont été apprivoisés naturellement par l’homme et son environnement. 

On n’oubliera pas aussi la question de la main-d’œuvre. Aujourd’hui, pour cultiver, on a besoin de bras valides et ce n’est pas ce dont manque ce pays quand on sait que 76% de la population est âgée de moins de 35 ans au moment où en France ils sont aux alentours de 17%.  Nous avons de la main d’œuvre, de la terre, même dégradée, nous avons les capacités de le restaurer, nous avons de l’eau mais pas facilement accessible mais la technologie ne manque pas pour faire accéder l’eau à ces exploitations agricoles familiales. Ces exploitations avaient cette fonction d’assurer la mise à disposition des produits. Elles se trouvent aujourd’hui brisées, paralysées par des modèles qui ne les conviennent pas, par des modèles qui ne les soutiennent pas.



“Il faut une formation accessible aux agriculteurs dans laquelle seront valorisées les connaissances scientifiques et endogènes”



Quels seront dans ce cas les principaux leviers pour atteindre cette souveraineté alimentaire ?

Il faudrait d’abord réinvestir les bases productives au sein des exploitations agricoles familiales. Permettre qu’elles puissent avoir des équipements à leur portée, motorisés comme mécanique. Aujourd’hui, une bonne partie de la subvention ne leur est pas adressée. Quand on parle par exemple de tracteurs, ce n’est pas à la portée de tout le monde. Il faudrait également beaucoup travailler sur les connaissances notamment endogènes mais aussi scientifiques parce que nous faisons face aux effets des changement climatiques qui impactent négativement sur les modèles de production. Nous avons aussi besoin de variétés adaptées mais pas exclusivement des variétés améliorées. Il y a ce qui ressort du travail de la recherche dans un esprit de souveraineté mais il y a ce qui relève du monde paysan, de l’expertise paysanne qui a été mis au froid au profit de l’expertise scientifique, académique qui n’est tout à fait mauvaise en soit mais il faudrait arriver à ce juste équilibre et tirer de la science, le bon, le durable pour nos sociétés. Il y a également la question de la formation. On se réjouit aujourd’hui de la multiplication des centres de formation dans le secteur de l’agriculture mais il faudrait les multiplier et de façon à être le plus proche des communautés. Il faut une formation accessible aux agriculteurs dans laquelle seront valorisées les connaissances scientifiques et endogènes.



“Nous ignorons l’origine d'une bonne partie de ce qu’on nous présente dans nos plats mais aussi ce que cela nous rapporte”



L’arachide continue d’être la première production agricole alors que les Sénégalais consomment beaucoup plus de riz. N’y a-t-il pas besoin de travailler à la diversification des cultures mais aussi à la consommation ?

Effectivement, il s’agit d’un levier sur lequel les gouvernements précédents n’ont pas assez travaillé. Il faut rompre avec ces modèles de culture simpliste avec une seule variété, une seule espèce. Notre « Thiebou dieune », ce n’est pas uniquement du riz. C’est du riz accompagné de poisson et des légumes. Nous devons revenir sur ces modèles de cultures diversifiés qui ont montré leur résilience par rapport à des chocs d’ordre climatique ou autres dans les exploitations agricoles familiales mais également aussi sur le plan alimentaire. Il faudra aussi mettre en place une campagne de sensibilisation pour que le consommateur puisse savoir l'origine de ce qu’il mange. Nous ignorons en effet l’origine d'une bonne partie de ce qu’on nous présente dans nos plats mais aussi ce que cela nous rapporte. Il s’agit de décloisonner l’accès à l’information et malheureusement c’est devenu un luxe. Seules les personnes ayant les moyens connaissent l’origine de ce qu’il mange et de ce qu’elle rapporte. Il faut donc déconstruire cela et ériger une politique sur des principes d’équité, d’accès à la bonne nourriture et d’accès à la bonne information pour transformer nos systèmes alimentaires.

Qui parle d’autosuffisance alimentaire pense à la production de masse donc à l’agrobusiness. Est-ce qu’il ne faudrait pas justement aider les exploitations agricoles familiales à faire de l’agrobusiness pour féliciter l’atteinte de la souveraineté alimentaire mais surtout l’autosuffisance alimentaire.

L’agrobusiness n’est pas mauvais en soi. C’est le modèle d’agrobusiness extraverti qui ne profite ni au consommateur ni aux ruraux. De ce que l’on sait, les ruraux sont convertis en ouvriers agricoles, dépossédés de leurs terres avec des promesses qui ne sont jamais tenues. J’aimerais bien voir des industries locales à la portée des communautés et des industries qui font vivre l’économie aux niveaux des territoires où elles sont implantées. Ce qu’on a l’habitude de voir c'est une industrie, une grande firme qui a venir s’installer, qui va produire pour exporter et finalement ne fera que payer des maigres salaires à ces agriculteurs qui ont été convertis en ouvriers agricoles. L’exploitation agricole familiale peut bien faire de l’agrobusiness à sa taille, à sa portée. Et c’est le cumul de ces mini entreprises qui fera l’économie de nos territoires, nourrira les populations des zones où elles sont installées mais en même temps les centres urbains qui n’ont pas assez de potentiel de production agro sylvo pastorale.

A l’ère des Objectifs de développement Durable (ODD), la production responsable est préconisée. Est-ce-que cela peut être appliqué dans des pays comme les nôtres, en quête d’autosuffisance alimentaire ?

C’est juste une question de volonté politique. Tout ne peut pas être réglé par le simple citoyen mais devrait être guidé par des orientations politiques et une volonté ferme. Tout le monde est responsable parce que tout le monde pollue. Si personne ne prête attention à la réduction de notre empreinte carbone, de l’abandon des pratiques polluantes qui bousillent notre santé et la santé de notre environnement, on ira droit vers le mur et il nous faudra à ce moment le contourner. Pour ce faire, il faudra adopter les bonnes pratiques en changeant de comportements en acceptant ce devoir d’aller vers un équilibre entre le profit, la santé et la santé de l’environnement.

Quelle devrait être la place de l’écologie dans cette politique d’autosuffisance ou de souveraineté alimentaire ?

L’écologie serait le trait d’union. On ne peut pas se passer de l’écologie et prétendre arriver à des systèmes alimentaires durables avec un profit durable. N’oublions pas que dans ces modèles conventionnels que nous avons toujours connus, on n’a jamais enregistré des résultats de profit croissant en permanence. La courbe finit toujours par chuter à un moment. L’écologie sera donc le trait d’union mais aussi la base pour construire cette souveraineté. On ne pourra pas y arriver en faisant fi de l’écologie. Elle permet de simuler les interactions naturellement donc arriver à un équilibre des écosystèmes et au renforcement progressif, dans la durabilité, de notre productivité.




6 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2024 (10:00 AM)
    Qui ne leur conviennent pas ! Le niveau de français laisse à désirer... 
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (10:14 AM)
      C'est pour cette faute que je n'ai pas lu la suite. C'est une preuve suffisante de nullité!
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (12:23 PM)
      Dommage que vous n'avez pas tout lu et la faute peut venir de la retranscription. 
      C'est une interview intéressante.
    {comment_ads} Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (12:13 PM)
      Vous etes profs de français ou quoi. Le gars fait une analyse fine de la problèmatique de l'agriculture au senegal en proposant des pistes et on se permet de s'arreter  sur de fautes. Faites vos analyses et on en reparlera. Sans vouloir vous offenser 
    {comment_ads} {comment_ads}
  2. Auteur

    En Avril, 2024 (10:21 AM)
    Analyses tres pertinentes, nous sommes une PME agricole, mais bon force est de constater que l'irrigation est un gros goulot d'etranglement  pour nous mais certainement pour les petites exploitations familiales. Le solaire / le renouvelable devrait donc etre fortement subventionnè pour permettre de bonnes exploitations. Il y egalement la question de la mecanisation adaptèe avec vraiment la recherche et la formation technique + les artisans qui doivent bcp collaborer - Pendant la campagne bcp de candidats on parlè de l'artisanat d'art - joiaillerie , confection textile, etc... Mais au moins aussi important est l'artisanat productif avec des plusieurs applications pour alleger - motoriser à minima notamment avec le solaire - le travail des paysans, agriculteurs , pecheurs, transformateurs etc... caisses de froid solarisès pour les pecheurs, aviculteurs, ... etc...  Houes-Sines et tondeuses, mecanisees,  cuissons, couveuses solaires ...... Oui il y a en theorie de la main d'oeuvre en abondance , mais plus aucun jeune ne veut travailler dur et les vieux-vielles n'ont plus la force dans un contexte où les conditions d'exploitation sont extremement dures et volatiles ... Et pour les grandes choses comme les tracteurs, les chambres froides et autres il faut un soutien à travers des regroupements de producteurs et pas seulement au niveau communautaire mais egalement avec des logiques business pur dur ..... 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (10:21 AM)
    Peu importe c esr accessible a tout le monde y compris des eleves . Et c est la que c est important.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (11:05 AM)
    Le modele que M. Mabouba veut imposer avec ses investisseurs étrangers me parait dangeureux pour nos parents agriculteurs. M. Le président Faye doit bien scruter ce business-Modele pour éviter un conflit d'intérêt et de paupériser des milliers de familles agricoles/éleveurs. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (11:55 AM)
      ce modèle ne peut prendre en compte plus de 15% de la production agricole et n'est intéressé que par les produits agricoles à haute valeur ajoutée (piment, poivron, fraise, haricots, arboriculture mangue, cajou....)
      Rien ne peut se faire sans l'agriculture familiale qui produit le riz, l'oignon, l'arachide, le mil, le sordgho, le niébé, le maïs.... dont nous dépendons pour vivre. 
      Il ne faut donc pas s'alarmer outre mesure ! Il faut relever la productivité de l'agriculture familiale via des semences certifiées et la formation sur les bonnes pratiques agricoles, assurer l'autosuffisance en mettant en place des infrastructures de stockage (froid et magasins adaptés dans les zones surtout chaudes) et pour gérer le susplus de production, mettre en place des petites unités industrielles pour transformer l'arrachide en huile, en pâte, les  fruits et légumes en compotes, macédoines, jus (mangue.... ne pas oublier les produits forestiers tels que le ditakh, le madd...)
      Le tout doit être jumelé à un très fort accompagnement aux organisations de producteurs pour la création de coopératives et d'interprofessions représentatives et légitimes avec des leaders qui rompent d'avec les pratiques connues auparavant et qui ne sont plus caisses de résonnance du pouvoir en place comme leurs devanciers leaders paysans qui ont toujours oeuvré plus pour le parti au pouvoir et leurs intérets personnels; Ce faisant, on pourra aisement couper l'herbe sous les pieds des intermédiares et autres gros producteurs fantômes qui ont toujours, depuis l'indépendance, détourné les subventions au détriment du monde rural.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (11:17 AM)
    L'autosuffisance tout le monde en parle les solutions ne manquent pas .Il faut  tout de même que:les subventions parviennent aux paysans, augmenter les surfaces cultivables et réhabiliter les centaines de milliers d'hectares en friche dans la vallée à cause des dettes impayées à la LBA, faciliter l'accès aux intrants surtout l'engrais.Sagissant de l'engrais nul ne comprends avec nos réserves en phosphates que notre agriculture ne puisse pas en bénéficier .
    Top Banner
    Auteur

    Bo

    En Avril, 2024 (14:07 PM)
    Tout le monde est expert...Les gens pensent qu' un article peut les ouvrir des opportunités.
    {comment_ads} {comment_ads} {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email