Le combat sublime et solitaire du journaliste contre le corporatisme aveugle et obtus des Juges !

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Mais où sont donc terrés « les nouveaux chiens de garde. » de notre jeune et frêle démocratie? Ces prescripteurs d’opinions et faiseurs d'agenda ? Ces vaillants petits soldats prompts à s’autoproclamer « cerbères » de la démocratie et de la bonne gouvernance ? Ceux-là mêmes qui récemment, ont amplifié les clameurs de l’aversion publique sur le Sénat, ayant conduit à la suppression de cette institution ? Peut on se complaire dans l’indifférence, voire la lâcheté, et laisser Madiambal Diagne, endosser SEUL, le combat de TOUS? Et que dire du combat désespérant et honteux des juges, militants de l’UMS (Union des magistrats du Sénégal), pour conserver, coûte que coûte, vaille que vaille, le Fcm (le Fond commun des magistrats), ce monstrueux enfantement du Docteur Abdoulaye FRANKENSTEIN Wade ? Ce « cadeau de trop aux juges » pour ainsi reprendre le propos du journaliste. Pour cerner de manière limpide les tenants et les aboutissants de ce fameux Fcm, dont la suppression hérisse certains magistrats imprudents pour ne pas dire indécents, il faut s’en référer à deux articles commis par le journaliste engagé dans un combat éminemment citoyen : « Le cadeau de trop aux juges. », « Halte ! Vous faites fausse route Monsieur le juge. » On peut trouver ces lumineux articles, dans la livraison N°2886 ou sur le site du journal lequotidien.sn, à la rubrique les Lundi de Madiambal. Des articles construits sur une solide argumentation et nourris de riches données factuelles. C’est le lieu de rendre un vibrant hommage à tous journalistes citoyens qui se sont assignés l’obligation morale et déontologique de porter à la connaissance de leurs concitoyens, les comportements qui jurent d’avec l’éthique et la morale de nos gouvernants.

 L’ex Président de l’UMS Aliou Niane, a pareillement, fait une sortie au vitriol dans la presse, pour clouer au pilori ce « cadeau » immoral que Wade a octroyé aux juges à trois mois de l’élection présidentielle de 2012. Allez comprendre ! Il a parlé de « Cantinisation » et de « mercantilisation de la justice. » L’actuel président, n’a rien trouvé de mieux que des infamies sanglantes, pour répondre aux critiques sévères, mais objectives de Mr Niane. Nous tenons à mépris et totale irrévérence cette posture condescendante de Monsieur Seck. Nous regrettons ce raidissement insensé. Nous aurions souhaité entendre des explications convaincantes,  différentes de ce salmigondis d’idées reçues du genre « intangibilité des droits acquis », « Nous n’avons rien demandé » etc.

Mais de quels droits parlent ces si mal nommés juges qui acceptent un cadeau inique et indécent d’un vieil autocrate aux abois. Combien de fois ces juges ont envoyé en prison des personnes pour recel de vol ? Alors qu’elles, croyaient tout simplement acheter un bien d’occasion moins cher ? Se procurer de la marchandise volée est d’abord immoral avant d’être illégal. Pourquoi ces drôles de juges ne se sont jamais posés la question de savoir dans quel but le sinistre politicien les a subitement fourgué ce cadeau de trop ? Nous le savons TOUS. Ce vieux satrape compliqué d’un dangereux aventurier politique était devenu comme un vieux magicien, dont les ficelles dépassaient grossièrement le costume. Toutes ses ruses, toutes ses manœuvres, étaient devenues tellement énormes que la dernière bourrique de la terre pouvait les démêler sans les lunettes d’un observateur averti ! Ce Fcm n’est rien de moins qu’une abomination inacceptable!

Pour oser une telle entreprise, il ne fallait rien moins qu’Abdoulaye Wade. Lui seul pouvait la concevoir et la réaliser comme hardi  politicien qui n’a peur de rien, pas même du ridicule.  Son côté politicien eut l’idée, son côté homme à tout oser l’exécuta!

Pour circonvenir les juges le vieux politicien, les a tout simplement enfermés dans une bulle  d’argent, de privilèges en nature de toutes sortes, de passe-droits et autres avantages que le contribuable sénégalais ne soupçonne même pas ! Voilà les genres d’accommodements qui conduisent à transiger avec l’éthique et la morale, avec le risque de faciliter le naufrage et des valeurs et des Institutions en péril. Nous prions Dieu que cette Entreprise satanique n’ait pas atteint sérieusement l’intégrité de ces juges dont la Nation a dépensé beaucoup d’argent pour les former. Nous ne les demandons pas de rembourser les sommes déjà engrangées. Grand bien cela leur fasse !

L’union européenne a osé demander aux paysans français ayant reçu des subventions indues, entre 1992 et 2002, de rembourser le trop perçu. Nous ne voulons pas en arriver à cette ultime alternative avec ces juges.

Ce sont nos juges. Et on ne jette pas l’eau du bain avec le bébé ! En revanche ils ne doivent pas s’accrocher à des privilèges iniques, illicites,  et indécents comme une moule à son rocher.

Ils auraient dû faire profil bas et se passer d’une publicité aussi fâcheuse. Il faut reconnaître qu’au sein de la magistrature, s’en trouvent des réfractaires à cette générosité sélective de Wade et n'en sont pas moins en total désaccord avec ces « last minute » privilèges accordés à certains juges et magistrats intervenant directement ou indirectement dans le processus électoral. Il y a anguille sous roche ! Cela va de soi !

 Aujourd’hui nous avons élu un président pour la rupture. Alors Messieurs les juges il faut rompre avec ces pratiques surannées d’un autre âge. Le 25 Mars 2012, nous avons décidé de donner un coup de frein brutal à la République des privilèges, pour désormais construire ensemble une République des droits et des devoirs. Dorénavant pour prétendre à la moindre parcelle d’autorité sur le NTS, il faut jouir d’une légitimité démocratique, mais aussi et surtout d’une légitimité morale et. Le Fcm tel que conçu par Abdoulaye Wade, « heurte la morale et toute éthique » pour ainsi paraphraser le journaliste qui, vent debout, livre un furieux combat contre ce qu’il appelle « la dictature des juges », cette sidérante inconséquence de ceux qui devraient incarner à tout point de vue la justice et l’éthique !

Il faut impérativement sortir de cette bulle qui tend à vous rendre sourd et aveugle aux préoccupations fondamentales du Peuple. Le respect des sénégalais vaut mieux que ces réflexes corporatistes. Le Fcm ne pourra jamais résister à l’ouragan qui a emporté le Sénat!

La logique de rationalisation, de gestion sobre et vertueuse, qui a supprimé une soixantaine d’agences et structures de l’état, dégraissé le salaire exorbitant de certains Directeurs d’agence, réduit la voilure des généraux, ne peut pas épargné les mandarins de la basoche !

Ass Malick NDOYE

Chargé de Communication de L’APR (Commune de Fass, Colobane, Gueule tapée.)

[email protected]


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :