Les semences traditionnelles gage d un développement durable 

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

Les semences de mil, de sorgho, de maïs, fonio, etc qui sont gardées pendant des générations sont d'une importance capitale pour notre émergence économique et sociale. Malgré leur faible rendement les espèces locales devaient pouvoir exister avec les espèces mutées ou croisées à haut rendement. Les espèces à gènes naturels peuvent être un niche market qui dans un avenir proche vont jouer un rôle économique très important parce que l'avenir de l'agriculture ne sera pas qui a produit plus mais qui a produit mieux. 

Je me posais souvent des questions pourquoi nos parents gardaient jalousement leur semences surtout les céréales. A chaque début d'hivernage quand on allait semer les céréales, nos parents nous disaient que celui qui transporte les semences ne doit s'adresser à personne et aussi on ne peut pas regarder derrière soit. Il y avait des règles de conduites qu'il fallait respecter pour au moins espérer à des récoltes prodigieuses. Pour nos parents, la préservation de semenses de qualité faisait partie des facteurs qui garantissent notre sécurité alimentaire. Probablement ils avaient presenti l'avènement des organismes génétiquement modifiés(OGM) qui si on n'y prend pas garde peuvent  menacer l'existence de l'écosystème. Les espèces mutées comme les OGM avec tous ses avantages et inconvénients discutés dans un de nos blog sur "la biotechnologie et l'intégration de l'Afrique" sont importantes pour l'auto suffisance alimentaire surtout dans nos pays en voie de développement. Mais les espèces non mutées à gènes plus ou moins naturels sont d'une importance capitale à long terme, parce que c'est là où se trouve notre particularité. Cette caractéristique africaine ou sénégalaise dans l'agriculture devait être jalousement gardée comme l'avait fait nos parents et nos grands, grands parents. Si nous atteignons la suffisance alimentaire et nous ne sommes pas préparés pour une agriculture compétitive mondiale, nous n'allons pas survivre économiquement. Les sciences et les technologies doivent nous servir d'outils pour mieux améliorer et vulgariser nos produits agricoles(augmentation de la production et de la transformation par la mécanisation et le marketing) mais il faut toujours garder cette caractéristique naturelle de nos espèces malgré l'agression de l'agriculture des OGM. Dans un avenir proche les produits purement naturels seront compétitifs sur le marché mondial parce que ils sont meilleurs pour la santé.

Djibril Ndiaye Ph.D.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :