Affaire Béthio Thioune et thianta ''cons'' ''connes'' premier test grandeur nature pour le gouvernement Macky Sall !

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: diarra mame

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

La nature a horreur du vide, dit-on.

Quand un État s'affaiblit, il ne faut pas s'étonner que d'autres groupuscules viennent faire la loi telle dans une jungle. Les violentes manifestations d'hier en sont la parfaite illustration : illustration d'un État laxiste – faible – frileux – décadent – défaillant et irresponsable. De toute évidence personne ne pourra dire qu'on a rien vu venir car depuis des années nous tirons la sonnette d'alarme sur le développement de ces groupuscules ou milices dans les villes, les quartiers et jusque dans l'université. Le comble ! Et comme d'habitude on nous traite de ''trop alarmistes'', ''d'anti-islam''... le résultat est là, et surtout que personne ne fasse semblant d'être surprise, on le savait tous mais on a préféré fermer les yeux, se boucher nez et oreilles.

L'indiscipline a atteint son paroxysme dans ce pays, les malfaiteurs de tout bords ne trouvent même plus nécessaire de cacher leurs visages pour réaliser leurs forfaits, après tout ils ont la certitude que cet État faible qu'est le Sénégal garantit l'impunité.

Les gouvernements successifs ont laissé faire car ils ont toujours été plus préoccupés par la politique politicienne que par la sécurité des biens et personnes et ce n'est pas pour demain la fin.

Démocratie ne veut pas dire anarchie et ça certains sénégalais ne l'ont pas encore compris, il en sera toujours ainsi tant qu'un État fort indépendant de toutes religions – confréries et sectes ne sera pas mis en place pour instaurer le respect face à ces meutes prompts à exiger des droits sans accomplir leurs devoirs.

Que leur gourou soit coupable ou innocent, caillasser gratuitement des voitures, saccager des banques, vandaliser des boutiques, brûler des transports en commun, semer la terreur en étant munis de machettes et de de gourdins est-ce une façon de manifester ? de demander justice ? Non il s'agit de banditisme.

Il appartient donc à l’État de réaffirmer son autorité, de faire en sorte que ces voyous – moutons – sauvages – écervelés – obscurantistes – agresseurs – idiots – mal civilisés et incultes soient sanctionnés sévèrement. C'est la leçon la plus élémentaire et tout bon berger vous dira que pour remettre sur la bonne voie un troupeau de moutons il faut parfois faire usage du bâton alors que l’État use de sa force légitime pour réprimer avec fermeté la meute de chiens enragés et de moutons sans cervelles. Là dessus il aura notre feu vert et notre soutien inconditionnel car les Républicains et citoyens ordinaires que nous sommes en ont marre d'être prise en otage.

Macky Sall et son gouvernement auront ils le courage d'aller jusqu'au bout ? d'être fermes et de ne pas céder aux pressions confrériques ? de sanctionner sans répit ces groupuscules, milices et affidés ?

Les signaux envoyés ne sont guère rassurants :

nous avons été nombreux à être choqués de voir un ministre, le premier ministre de la République laïque du Sénégal faire un déplacement jusqu'à l'intérieur du pays pour s'entretenir avec un marabout sur l'affaire ''béthio'' comme s'il avait à se justifier devant un citoyen fut il marabout.

nous avons failli piquer une crise d'entendre le plus grand responsable de la sécurité dans le pays en l’occurrence Mbaye Ndiaye ministre de l'intérieur (devant le peuple entier) lancer '' un appel à la société civile qui est là pour protéger tous les citoyens et leurs biens, il serait pas normal que cette société civile garde son calme'' . Quel aveu d'échec ! Quel incompétence ! Quel amateurisme ! Dans tout pays qui se respecte ce ministre aurait démissionné dans les minutes qui suivent, d'ailleurs après son expression tristement célèbre ''c'est une affaire entre chrétiens'' et le fiasco sécuritaire du match Sénégal – Côte d'ivoire peut il en être autrement ? Wait and see !

Une réponse forte et ferme s'impose à la provocation organisée de la meute de moutons et chiens enragés. Ces manifestations violentes sont un premier test pourMacky Sall et son gouvernement réputés réputés d'une mollesse légendaire, aujourd'hui c'est à la meute de thiantacounes de défier la République, sans sanctions fortes et exemplaires demain ce sera au tour des milices de Kara ou Moustapha Sy de prendre la relève.


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :