Photo ''choc'' d'un magazine Marocain: xénophobie, stigmatisation, amalgames ignorance ou mépris ?

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: diarra mame

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les journalistes du Royaume Chérifien n'ont plus rien à envier à leurs confrères occidentaux proches des extrêmes en matière de caricature et de stigmatisation, bien au contraire. La photo de couverture, ci dessous, d'un des quotidiens Marocains pourtant réputé sérieux en est la parfaite illustration.

  

 

Bonjour la stigmatisation !

Le péril pour un État est défini comme une situation dans laquelle celui-ci est menacé dans sa sécurité, ses intérêts ou son existence en elle même.

En gros le Maroc serait donc menacé par les noirs clandestins, ''ces africains'', dans sa sécurité, ses intérêts et son existence, c'est à se demander si le Maroc se trouve en Afrique ou sur la planète Mars.

Le quotidien poursuit et nous rapporte que '' de plus en plus d’Africains se recyclent en dealers. D’abord, ils écoulent la drogue dans leur communauté. Ensuite, ils arrosent les Marocains, selon des procédés bien rodés''

Les africains arroseraient donc les gentils et innocents Marocains de drogue (cherchez l'erreur ! les Marocains ne seraient donc pas des africains?) Mais ce quotidien semble oublier ou ignorer volontairement que le Maroc est le premier fournisseur de cannabis au marché Européen, il semble aussi oublier que le Haschisch est devenu la principale activité agricole du Rif Marocain.

Pareille couverture est impensable sous nos cieux et provoquerait certainement une indignation et des condamnations sous d'autres cieux, certes les peuples Marocains et le monde Arabo-musulman n'ont rien à envier à leurs voisins occidentaux en matière de racisme mais y a de quoi se poser des questions si l'élite (journalistes – politiciens – universitaires...) banalise ce phénomène.

Enlevons le mot Noir et mettons Arabe ou Musulman à la place et nous aurions littéralement ''Le péril Arabe – le péril musulman...ils vivent de mendicité, s'adonnent au trafic de drogue.... et posent un problème humain et sécuritaire pour l'Europe...'', dans ce scénario indignations – condamnations et manifestations violentes se seraient multipliées.

Comme quoi chacun voit midi à sa porte !

Et pour vous chers internautes xénophobie, stigmatisation, amalgames, ignorance ou mépris ?

 


 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :