Aliko Dangote : « Les pays africains francophones ne contrôlent pas leurs économies »

  • Source: : Oeildafrique.com | Le 31 mars, 2015 à 22:03:43 | Lu 25057 fois | 95 Commentaires
content_image

Aliko Dangote : « Les pays africains francophones ne contrôlent pas leurs économies »

Le serial entrepreneur nigérian, Aliko Dangote n’est pas allé du dos de la cuillère lorsqu’il s’était agi de se prononcer sur les économies des pays africains. Dans un entretien accordé à Africa 24, l’entrepreneur nigérian pense que les pays africains ne contrôlent pas leurs économies et que celles-ci sont contrôlées par des étrangers.

«Vous avez dû lire les difficultés qu’on a pu avoir au Sénégal à cause d’un concurrent qui était français alors que nous sommes anglophones. Mais tout cela est dernière nous, car les difficultés ne nous arrêtent pas, nous aimons les défis», raconte M. Dangote qui abordait ainsi la construction de sa cimenterie au Sénégal.

Fort de cette expérience, le milliardaire nigérian avance que le problème des pays africains francophones est qu’ils n’ont pas assez de prise sur leurs propres économies.

«La différence qu’il y a entre les pays francophones et le Nigeria est que nous avons pris notre destinée en main, nous contrôlons l’économie de notre pays. Je m’excuse auprès des personnes à qui cela pourrait déplaire, mais au Nigéria, nous contrôlons notre économie, ce qui n’est pas le cas de la plupart des pays francophones où les nationaux n’ont aucune emprise sur leur économie. Ces économies sont contrôlées par des étrangers qui parfois dictent leurs conditions aux gouvernements et à tout le monde», a-t-il indiqué

Mais en termes de difficultés dans son déploiement en Afrique, Aliko Dangote n’en a pas rencontré que dans les pays francophones africains. Au niveau de certains pays anglophones aussi, la tâche a été rude pour lui.

En effet, Dangote a également rencontré des difficultés en Tanzanie. Par contre, l’homme d’affaires nigérian a été reçu à bras ouverts au Cameroun par le président Paul Biya qui lui a accordé des facilités d’investissements.


Auteur: oeildafrique.com - Oeildafrique.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (38)


Lhom En Mars, 2015 (22:50 PM) 0 FansN°: 1
Et voice pourquoi ...



Afrique : Franc CFA, la grande "Entourloupe".

Le Franc CFA est la monnaie utilisée par plusieurs pays africains (15) de la zone franc d'Afrique de l’ouest (UEMOA) et de l'Afrique centrale (CEMAC). Cette zone franc, gérée par la Banque de France est une concentration géo-politique et monétaire associée autrefois au franc Français, puis à l’Euro et dont la parité est fixée par les bons du trésor français.



Au lendemain des indépendances dans les années 60, les anciennes colonies françaises d'Afrique se sont vues "vivement suggérées" d'adhérer à une monnaie unique censée leur servir de monnaie d'échanges sur le plan international. Elle est supposée leur donner une crédibilité leur permettant d'assurer leur stabilité et leur sécurité, éléments favorisant des investissements étrangers au sein de ladite communauté. Aujourd'hui quelles incidences de l'adoption du Francs CFA sont retenues ? Tromperie du colon ou rapports égaux établis et entretenus entre la France et ses anciennes colonies africaines ?

Lhom2 En Mars, 2015 (22:51 PM) 0 FansN°: 1
historique

né un 26 décembre 1945, le franc cfa voit le jour suite à des accords ratifiés par la france à bretton woods. accords signés entre les pays alliés pour relever l’économie de leurs pays aux lendemains de la deuxième guerre mondiale. sa parité une fois déclarée et validée auprès du fonds monétaire international (fmi), cette nouvelle monnaie se déclinera sous l’appellation de « franc des colonies françaises d'afrique », franc cfa. en 1958, l’appellation du franc cfa change et devient "franc de la communauté française d'afrique", puis "franc de la communauté financière d'afrique", appellation usitée de nos jours.

certains de ces pays membres de la zone franc, portés par la mouvance des indépendances sortent successivement de cette communauté, jugeant cette monnaie être une autre forme de pérennisation du joug colonial sur leurs économies. c’est le cas du mali qui en sortira en 1962, suivi de madagascar en 1973. ce nouveau souffle de liberté ne convient pas à la france qui se voit perdre ses intérêts financiers et économiques en afrique. la politique économique occidentale contraint alors ses pays à rentrer dans les rangs. le mali qui croule sous des difficultés économiques est forcé de revoir sa copie et de revenir sur sa décision en 1984, la guinée Équatoriale et la guinée bissau rejoignent également les rangs respectivement en 1985 et 1997...
Lhom3 En Mars, 2015 (22:53 PM) 0 FansN°: 2
véritable marché de "dupes"

le franc cfa est une monnaie qui n’a aucun pouvoir à l'international, car pour être crédible, elle s’appuie sur l’euro. par conséquent, aucune décision des banques centrales des pays membres de la zone franc ne peut être prise sans l’accord de la banque de france.

la france contrôle les dépenses publiques, elle s’érige en maître absolu des dépenses qui s'effectuent entre les États membres et l'international. ces États sont soumis au diktat de "colonies françaises" bien qu'ils aient durement acquis leurs indépendances. en effet, leurs dépenses ne peuvent pas excéder 20% de leurs recettes budgétaires, la planche à billets est gérée par la france au travers de la banque de france. aucun de ces pays membre n’est en mesure d’émettre de la monnaie selon ses besoins, aussi, cette situation ralentit significativement l’économie et elle favorise dans la foulée l’inflation, voire la dévaluation de ladite monnaie afin de renflouer les caisses d'une france fortement essoufflée, endettée mais flot grâce sa politique et aux maintiens de ses intérêts en afrique. les pays membres de la zone franc sont assujettis à la santé financière de l’économie française qui influence les secteurs de l'import-export et de fait affaiblit leurs économies. un véritable marché de dupes établit à ciel ouvert est maintenu à renfort de pressions de toute sorte sur ces pays. la situation est-elle la même au sein des autres pays africains non membre de cette supercherie ?
Lhom4 En Mars, 2015 (22:54 PM) 0 FansN°: 3
prospérité dans les pays non-membres

lorsqu’on fait le tour des pays africains ayant adoptés leur propre monnaie, les différences sont flagrantes. en effet, pendant que les anciennes colonies françaises suffoquent à trouver un quelconque essor économique, car majoritairement engluées dans des difficultés telles : la pauvreté, les guerres civiles et coups d'état (bien que n'étant pas l'apanage seulement des anciennes colonies françaises), la paupérisation des populations, la déstabilisation des pays, le choix des gouvernants ..., quelques autres pays africains émergent peu à peu de leur bourbier économique pour atteindre une certaine stabilité financière. c'est le cas notamment du nigeria dont la monnaie usitée est le naira, du kenya avec le shilling, du ghana avec le cédi pour ne citer que ceux-là.

il serait peut être tant que la zone franc se décide à réagir et pourquoi pas suivre l'exemple de ces pays affranchis de toute monnaie dite "coloniale". il est grand temps de penser à une solution alternative pour ces pays, le plus rapidement possible.

alexandra dumallet
Lhom5 En Mars, 2015 (23:05 PM) 0 FansN°: 4
ce qui est marrant c'est qu'a chaque que je ajoute un commentaire critiquant le cfa et avertissant mes compatriotes sur la necessite absolue de se debarasser de cette monnaie avant tout development economique, seneweb le'eleve sous different pretexte.
a croire que la francafrique a conquis seneweb.

comme le disait sankara...
l'imperialisme! a bas!!!!
le colonialisme! a bas!!!!
le neo colonialisme! a bas!!!!
moi je rajoute .... le franc cfa a bas!!!!
la patrie ou la mort! nous vaincrons!!!!
Leboom En Mars, 2015 (23:06 PM) 0 FansN°: 5
c'est la triste realité il suffit juste de voir ce qui se passe et comment nos ressources sont pillées par des étrangers tout ça avec la complicité de nos dirigeants qui se font acheter à coup de milliards soit disant des accords economiques.
le pire c'est que la population n'en profite pas.
tous ces etrangers qui disent vouloir le developpement de l'afrique ne font que mentir et nos dirigeants les y soutiennent.
Koura En Avril, 2015 (03:37 AM) 0 FansN°: 6
les francs-maçons de la mafia france-afrique sabotent les pays francophones. cette mafia est à la base du cfa.
Cia En Avril, 2015 (09:20 AM) 0 FansN°: 7
---------- message transféré ----------

> fcfa : comment la france nous vole
>
>
> sarkozy devrait sûrement regarder les enfants des polygames et des
> femmes excisés avec un œil beaucoup plus bienveillant. notre argent
> depuis la seconde guerre mondiale, permet au trésor français de bien
> se tenir. nos pays, anciennes colonies de la france, continuent à
> travers la bceao de déposer 50% de leurs réserves d’argent au trésor
> français, pour obtenir une garantie de convertibilité inutile. ces
> dépôts sont estimés aujourd’hui à plus de 8000 milliards de francs
> cfa.
>
> c’est-à-dire que pour un franc cfa battu, la france demande en garanti
> pour assurer sa convertibilité, presque 10 f cfa. les africains sont
> loin d’être inutiles à la france. ils n’ont pas seulement les élites
> pour le rappeler souvent aux néo-lépenistes de l’elysée. le franc des
> colonies françaises d’afrique (cfa) rebaptisé franc de la communauté
> française d’afrique reste toujours accroché à l’ancienne métropole.
> les pays de l’union monétaire ouest africaine (umoa) ont choisi de
> déposer leurs réserves de change au trésor public français. certains
> pays du maghreb et la mauritanie ont choisi de battre leur propre
> monnaie et de quitter la zone franc pour une organisation libre de
> leur économie à l’aube des indépendances. l’afrique noire française
> est-elle restée dans le schéma qui a guidé la monnaie en 1945. les
> économies restent toujours surveillées par la france à travers les
> accords de coopérations et les convention d’opération.
>
> selon le directeur national de la banque centrale des etats de
> l’afrique de l’ouest (bceao) au burkina, m. bolo sanou, la monnaie est
> le miroir de la société. elle reflète la santé économique d’un pays.
> c’est elle la locomotive de l’économie et du développement. on ne peut
> donc dissocier politique monétaire et politique économique. la bceao
> doit sauvegarder la valeur interne et externe de la monnaie pour
> garantir la stabilité des prix. elle a le droit exclusif de l’émission
> monétaire.
>
> la définition de la politique de change et de réserves de changes
> reste toutefois la prérogative du conseil de ministre de l’umoa. cette
> politique tient compte de l’accord de coopération entre la france et
> les pays de l’umoa et les conventions de compte d’opérations conclues
> avec le trésor français. les termes de ces accords laissent penser que
> le cfa est une sous monnaie du franc français, puis de l’euro.
>
> il existe différents types de régime de change dont le taux de change
> fixe et le taux de change flexible. les pays de l’umoa ont opté pour
> cette dernière forme. le directeur national a fait savoir qu’il
> n’existe pas de régime idéal. le franc de la communauté française
> d’afrique (f cfa) est lié à l’euro pour une parité fixe de 655,957 f
> cfa. par contre les taux de change avec les autres devises
> s’effectuent en fonction du cours des marchés. mais toutes ces devises
> doivent être converties au préalable en euro suivant la cotation du
> jour de cette monnaie sur le marché de change. l’accord de coopération
> signée entre la france et ses ex colonies en 1973 à dakar prévoit que
> la france apporte un appui à l’umoa pour assurer la libre
> convertibilité illimitée du f cfa quelles que soient les
> circonstances. cela se traduit par la protection contre le risque
> d’épuisement en devises. la france et ses colonies ont convenu
> également à la centralisation des réserves de changes des pays de
> l’umoa.
>
> ces réserves sont utilisées sur le principe de la solidarité. la
> banque centrale dépose ensuite 50% de ces réserves de change auprès du
> trésor français sur le compte d’opération, en contrepartie de la
> convertibilité illimitée garantie par la france. ce taux de 50% est
> entré en vigueur en 2005. il était de 65% dans le premier accord.
> l’article 2 de cet accord stipulait que la banque centrale versera au
> compte d’opérations du trésor français les disponibilités qu’elle
> pourra avoir en dehors de la zone d’émission, soit 65% de ses avoirs
> extérieurs. les 35% doivent servir à des charges bien définies. il
> s’agit des sommes nécessaires pour la trésorerie courante de la banque
> centrale, pour obligations contractées par les etats à l’égard du fmi
> et des sommes libellées en devises auprès de la banque des règlements
> internationaux (bri) etc le compte d’opération est un compte ouvert au
> trésor français au nom de la bceao. selon m. bolo sanou, c’est un
> compte rémunéré qui offre la possibilité d’un découvert illimité. mais
> en cas de découvert sur le compte d’opérations le trésor français
> prélève des intérêts.
>
> le fcfa est une monnaie imposée par la france à ses colonies en 1939
> et officialisée en 1945. jadis franc des colonies françaises
> d’afrique, l’appellation est passée à franc des communautés
> financières d’afrique. la monnaie relève de la souveraineté des etats,
> et est surtout le reflet de la politique et des rapports de forces.
> c’est pourquoi m. bolo sanou affirme que la question du mariage f cfa
> et euro est un sujet éminemment politique. cet arrimage du franc cfa à
> l’euro est un prolongement de l’union française qui regroupait la
> france et ses colonies. après les indépendances, le colonisateur n’a
> pas souhaité couper le cordon ombilical avec ses colonies, notamment
> dans le secteur économique. les pays de l’umoa ne sont pas maîtres de
> leur monnaie, donc de leur économie. l’histoire du franc des colonies
> d’afrique montre que cette monnaie est fortement vitale pour
> l’ancienne métropole.
>
> le franc cfa, instrument de domination et de spoliation des colonies
>
> le franc, monnaie française a été imposé par la france à toutes ses
> colonies. en afrique le colon exigeait dès 1891 que l’impôt de
> capitation soit payé en franc français. les monnaies locales et
> étrangères étaient ainsi bannies. les populations africaines étaient
> contraintes d’introduire dans les échanges le franc français.
>
> les colonies qui venaient d’adopter la monnaie de la métropole,
> intégraient du coup la zone franc de l’union française. la zone franc
> est une zone monétaire unique sans problème de change. on ne pouvait
> pas encore parler de change puisque c’est une monnaie unique pour la
> france et ses colonies. mais la seconde guerre mondiale et ses
> conséquences sur l’économie de la france va bouleverser l’ordre dans
> la zone franc. les transactions avec les colonies sont perturbées par
> les difficultés du transport maritime avant d’être complètement
> arrêtées. l’inflation sévit partout et s’en est suivie une perte
> globale de la compétitivité de la zone franc. la france affaiblie
> économiquement par la guerre, enregistrait une dépréciation forcée de
> sa monnaie face à la livre sterling et au dollar américain.
>
> une reforme monétaire s’imposait dans la zone franc pour une reprise
> des exportations. ce sont les colonies qui vont payer le prix fort. la
> france décide le 25 décembre 1945 de dévaluer le franc et de créer des
> devises pour ses colonies avec des parités fixes. les francs des
> colonies françaises d’afrique (cfa) et des colonies françaises du
> pacifique (cfp) furent ainsi créés.
>
> la création de cette sous monnaie permet à la france d’importer
> beaucoup moins cher et de vendre plus cher à ces colonies. le pouvoir
> d’achat dans les colonies devenait également très élevé avec la hausse
> des prix des marchandises importées, et la baisse des prix des
> produits exportés des colonies.
>
> ces colonies qui ont participé à l’effort de guerre devront encore
> continuer à se saigner pour le relèvement de l’économie française. les
> producteurs africains devront exporter plus pour acheter moins. la
> france reprenait ainsi les échanges commerciaux par une spoliation de
> ses colonies. le f cfa est donc une monnaie de spoliation dans ses
> origines. il n’y avait rien de surprenant que cette intégration
> économique forcée des colonies servait plus le peuple français. le
> pacte colonial en vigueur était l’expression de cette véritable
> spoliation aggravée par l’effort de guerre et le f cfa. ce pacte
> colonial imposait que les colonies ne pouvaient vendre et acheter
> qu’avec la métropole. les prix sont fixés également par la puissance.
> elles ne pouvaient pas avoir d’industries, la france se chargeait de
> la transformation des matières premières.
>
> la bceao , une œuvre de la france
>
> le fcfa est resté sous le contrôle exclusif de la métropole, et il a
> fallu attendre la signature de la loi cadre en 1946 pour que quelques
> aspirations des colonies soient prises en compte. il a été créé
> l’institut d’émission, un établissement public national français avec
> siège à paris. c’est lui qui a le privilège exclusif d’émettre des
> billets de banques pour les pays de l’afrique occidentale française.
> la politique monétaire reste toujours le monopole de la france. la
> réglementation, la législation relative à la monnaie et aux changes
> reste toujours de la compétence de la france.
>
> cet institut d’émission qui joue le rôle de banque centrale servira à
> financer l’économie française. il faut donc remonter à la convention
> de 1955 pour comprendre les liens séculaires entre le trésor public de
> france et la bceao. la banque centrale de l’umoa est le prolongement
> de l’institut d’émission. les opérations de change avec la bceao, tout
> comme l’institut d’émission sont exécutées dans le cadre de la
> convention de compte d’opérations signée en 1955 entre l’institut
> d’émission et le trésor public français. cette convention stipule que
> l’institut dispose d’un compte courant ou compte d’opérations au
> trésor public français, l’institut d’émission y verse tous ses avoirs
> qu’il se constitue hors du territoire d’émission, exception faite des
> sommes faites pour sa trésorerie courante. lorsque le solde du compte
> est débiteur, le trésor prélève des intérêts et si le solde est
> créditeur, il reste en dépôt au trésor français.
>
> cet institut d’émission subit une transformation en 1959 pour devenir
> banque centrale des etats de l’afrique de l’ouest (bceao) sous
> contrôle français. les attributs et les fonctions ne changent pas.
> pour une fois les africains entrent au conseil d’administration avec
> huit représentants et huit pour la france. mais ce n’était que
> formelle, puisque les décisions dépendaient beaucoup plus de la
> métropole que des africains. la bceao a évolué sous ce statut jusqu’en
> 1972. les pays de l’umoa vont en ce moment demandé des reforme de
> l’institution. le général marc garango ministre des finance de la
> haute volta fut le président du comité de réflexion de cette reforme.
>
> il semble que cette prise de conscience a été impulsée par le retrait
> de la mauritanie et des pays du maghreb de la zone franc. ces pays ont
> décidé de battre leur propre monnaie.
>
> le président mauritanien expliquait en ces termes les raisons de
> battre une monnaie. « nous savons qu’on ne peut être indépendant
> économiquement si on ne bat pas sa propre monnaie. si on n’a pas la
> maîtrise totale de la politique de crédit. cette monnaie sera garantie
> par nos moyens nationaux malgré la sécheresse qui nous a accablée
> pendant trois années consécutives ». les pays de l’afrique noire
> française ont préféré évolué dans le giron français. le renforcement
> du soutien de l’etat français pour garantir la convertibilité du f cfa
> au niveau international a été même sollicité. les quelques reformes
> recommandées n’ont pas été du goût des autorités françaises qui y
> voyaient des velléités d’autonomie. les pays de l’umoa vont néanmoins
> forcer la main de la france et obtenir une gestion partagée de la
> banque centrale sous un accord de coopération signée par les deux
> parties.
>
> les pays de l’umoa vont obtenir l’africanisation de la banque
> centrale. cela inclut une autonomie surveillée de gestion, le
> transfert de siège de la bceao sur le continent africain et le
> remplacement des français par des cadres africains au sein de la
> banque. dakar fut choisi pour abriter le siège de la banque. c’est
> d’ailleurs dans cette ville que furent implantées les premières
> banques coloniales. l’esprit colonial demeure toutefois dans cette
> nouvelle gestion et ce partenariat négocié sous des conditions. la
> france maintient sa présence avec deux représentants dans le conseil
> d’administration de la banque centrale et participe à toutes les
> deliberations
>
> par abdoul razac napon
>
> -----------------------------------------
>
> les comptes d’opération
>
> il y a actuellement environ 8000 milliards de francs cfa venant de la
> bceao et la beac stockés au trésor public, soit plus de 12 milliards
> d’euros. c’est autant d’argent qui est amputé du budget des États de
> la zone franc. la france rémunère les banques centrales africaines en
> intérêts, tout en se servant au passage grâce à des placements privés
> (des sommes dégagées au profit de la france qui se comptent en
> centaines de millions d’euros). pire, la part d’intérêts versée aux
> banques centrales est comptabilisée dans l’aide publique au
> développement !
>
> lorsque le rapport entre les avoirs extérieurs nets et les engagements
> à vue de chacune des banques centrales est demeuré, au cours de trois
> mois consécutifs inférieur à 20 %, le conseil d’administration de la
> banque centrale concernée se réunit en vue d’adopter les mesures
> appropriées : relèvement des taux directeurs, réduction des montants
> de refinancement. les statuts de la bceao précisent que lorsque les
> disponibilités en compte d’opérations présentent une « évolution qui
> laissera prévoir leur insuffisance pour faire face aux règlements à
> exécuter, elle devra alimenter le compte d’opérations par prélèvement
> sur les disponibilités qu’elle aura pu se constituer en devises
> étrangères autres que le franc, demander la cession à son profit,
> contre francs cfa, des devises détenues par les organismes publics ou
> privés des pays membres (pratique dite du » ratissage "), et invitera
> les etats membres à exercer leurs droits de tirage sur le fonds
> monétaire international.
>
> source : afrik.com
>
> l’evènement
Br En Avril, 2015 (19:26 PM) 0 FansN°: 8
ce que dangote a dit est vrai. n avez vous pas vu bolore venir faire la dans du scalp a dakar apres leur victoire sur la famille wade.
Lu.... En Mars, 2015 (22:53 PM) 0 FansN°: 2
... DANGO..... IL NE FAUT PAS ENFONCER UNE PORTE OUVERTE...... CONCENTRE TES ENERGIES à AUTRE CHOSE....



... :hun: “Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, l’histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur”. CHINUA ACHEBE



... :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun: 
Tam2015 En Mars, 2015 (23:19 PM) 0 FansN°: 1
si les chefs d'etat d'afrique francophone au lieu de soutenir un vampire comme bolloré, s'alliaient avec aliko et d'autres milliardaires africains du sud ou de leurs propres pays (senegal, mali cote d'ivoire etc... ), l'afrique francophone serait aussi avancée que l'afrique du sud au moins, dans pleins de domaines !

et c'est pas compliqué, car les puissances occidentales ne peuvent pas faire la guerre à tout le monde en même temps pour soutenir leurs "bolloré" et leurs vassaux africains. mais voilà quand on a des béni oui oui à la tête de nos etats, il n'y a que des exceptions (kagamé, etc..) ca et là, malheureusement. le jour cette union se mettra en place tout suivra dans la foulée: puissance militaire et puissance économique, gages de la respectabilité qui fait défaut depuis 400 ans à nos peuples et seul moyen pour devenir enfin réellement indépendants !
Deugg Gui  En Mars, 2015 (23:39 PM) 0 FansN°: 1
bolloré nous a été présenté au jt de la rts escorté des négriers des temps modernes. il est venu savourer son triomphe contre ablaye wade et fils jusque dans nos salons.

il va dérouler avec le terminal roulier qui lui a été concédé au port et, en prime, il aura transrail qui lui a été promis avec le coup du débarquement de jaber...
Guisssss...... En Mars, 2015 (22:58 PM) 0 FansN°: 3
... ET POURTANT DANGO A CITé SON CAS EN TANZANIE, AU CAMEROUN ET AU SENEGAL....



....ANGLO..... FRANCO-ANGLAIS.........FRANCO..........



.... :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun: 
Sharpe En Avril, 2015 (00:36 AM) 0 FansN°: 1
l'acte le plus suicidaire les sénégalais cherchent a introduire le franc cfa dans des pays comme la gambie comme ils ont saboté la guinée-bissau. les francophones sont un poison en afrique.
Xxx En Mars, 2015 (23:01 PM) 0 FansN°: 4
Bravo au Nigeria d avoir opter pour la Democratie .
Bikinibang En Mars, 2015 (23:35 PM) 0 FansN°: 5
Le defun prezi bongo pere dizai de facon ter a ter k l'afrique(Franco ) bien sur sans la France est une voitur San chofeur & la France San l'afrique etait une auto San carburan. Keski puvai si bien resumer les rapport francafrik . Bollore . Orange . Eifage . Total . Canal + . Societe generale. Bnp paribas et j'en pass com di le mollah de xar yala . Nou nou en sortiron jamai on est étouffé de toute par par ce pays de merde com dizai zlatan. Colonization culturel economic etc.... Et c pa no boufon de prezi Charlie ki ne Von pa a Tunis ki nou zen sortiron eux ki apel a la reouvertur d baz francaise
Kk En Mars, 2015 (23:39 PM) 0 FansN°: 6
vrai mais nous au moins nous controlons notre sécurité
Lhom En Avril, 2015 (05:34 AM) 0 FansN°: 1
quelle securite?
celle geree par l'armee francaise avec toutes ses bases en afrique francophone?
tu es au courant de ce qui se passe en republique centre africaine ou meme l'armee allemande est presente?
ils te piquent tes richesses mon frere et rendent ta famille encore plus pauvre!!!
??? En Avril, 2015 (08:09 AM) 0 FansN°: 1
quelles richesses??
Lhom En Avril, 2015 (08:54 AM) 0 FansN°: 1
tu ne savais pas qu'il ont des gisements de diamant en rca?
toi aussi renseigne toi avant de poser de telles questions!
tu as pas access a internet?
Mtr En Mars, 2015 (23:43 PM) 0 FansN°: 7
ET POUR PREUVE VOICI LA LISTE DES ENTREPRISES KI FONT RECETTES AU SÉNÉGAL



Eau (Bouygues, France) ;



Pain et Sucre (GMD et CSS-France) ;



Téléphonie (Orange-France, Tigo-USA, Expresso-Soudan) ;



Pétrole (SAR,Bin Laden-Arabie Saoudite ; Total-France, Shell-Hollande, Oilibya-Libye) ;



Banques (France, Maroc, Nigeria) ;



Assurances (Axa-France ; Allianz-Allemagne) ;



Phosphates (ICS, Indorama-Indonésie) ;



Poissonnerie (Dongwon-Corée) ;



Aaéroport (Fraport-Allemagne) ;



Port (Bolloré, Necotrans et Getma-France ; Dakar-Nave, Portugal ; Maersk Line-Danemark) ;



Rail (Canac-Getma, France et Canada) ;



BTP (Eiffage-France) ;



Courrier (DHL-Allemagne) ;



Extractions Minières (Afrique du Sud et Australie
Et? En Avril, 2015 (08:10 AM) 0 FansN°: 1
ce sont des multinationales qu'on trouve dans tous les pays du monde, ce n'est pas propre à chez nous et ce n'est pas différent au nigeria.
Toto  En Avril, 2015 (01:29 AM) 0 FansN°: 8
Bon dieu de bordel de pays de France de merde , on ne se rend pas compte mais cette France nous étrangle à tout point de vue.
Fatta En Avril, 2015 (02:44 AM) 0 FansN°: 9
la chose est simple avec cette monnaie...Pour avoir 500 millions CFA qui lui sont propres dans son trésor national le Senegal doit disposer d'un milliard CFA. Et ceci a cause de la garantie imposée par la France...Et on nous pompe l'air ici avec Sénégal Emergent dans une monnaie étrangère...C'est plutot Sénégal noyé..et la noyade de toutes ces institutions financières qui renforcent notre dépendance et empechent notre essor économique.
Doxandem En Avril, 2015 (05:09 AM) 0 FansN°: 10
Mimran est un sénégalais et qui a fait pas mal pour le Sénégal et pour les sénégalais à un moment où ses pairs étaient encore sous l'arbre à palabre. Les faveurs accordées à Mimran seraient plutôt d'ordre éthique.Le koleuré et la téranga obligent
@doxandem En Avril, 2015 (09:41 AM) 0 FansN°: 1
mimran est francais! son père a bénéficié du fond koétien pour ouvrir la css! il est devenu millardaire grace à nous sénégalais. partout il se définit comme francais! il n'a commencé à payer ses impots qu'en 1996 quand sud quotidien avait révélé la fraude douanière sur le sucre.
Rootsman En Avril, 2015 (05:22 AM) 0 FansN°: 11
Mr. Dangote c pas seulement les francophones africains qui sont sous le joug du neo-colonialisme mais toute l'Afrique souffre de cette "pseudo-independance" En tant qu'individu, vous avez certainement plus d'ouverture chez les anglophones mais cela ne veut pas dire qu'ils controlent totalement leur economie. Et d'autre part, on a pas besoin de se liberer du colon blanc pour le noir et se declarer "independant". Nous encourageons les businessmen Africains mais pas pour qu'ils se prennent pour des oppresseurs legitimes.
Mossade En Avril, 2015 (05:32 AM) 0 FansN°: 12
Iran et Russie aux USA:« La Syrie est pour nous ce qu’Israël est pour vous » LA MANIPULATION DU SIECLE Un deuxième message aurait été remis par le président russe Vladimir Poutine à son homologue américain Barack Obama: « Pour nous, aujourd’hui, la Syrie est exactement ce que représente Israël pour vous ».



Selon certaines informations, la Russie « ne laissera pas la Syrie sans armes stratégiques face à ses ennemis ». Les mêmes informations font état d’une « décision russo-iranienne » de renforcer les moyens militaires du régime syrien IRAN ISRAEL USA RUSSIE (rigels et procyons ) la complicites des enciens fin mossade

Set Text Size Small Set Text Size X-Large

Par Agence | 13/09/2013 | 23:15  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
Mossade En Avril, 2015 (05:49 AM) 0 FansN°: 13
POUR IRAN pourquoi ne pas confier la chine comme surveillance sur le programme nucleaire iranien et les usa la surveillance par satelite stationaire et echange de renseignement entre les etats usa et chine sur le programme nucleaire de iran et par contre l’OTAN installe dans la REGION POUR LA SECURITE DE L ETAT ISRAEL ET LE MONDE dans l’urgence, des systèmes anti-missiles balistique jusqu a 4500km: fin mossadesn: :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
Babs En Avril, 2015 (07:20 AM) 0 FansN°: 14
c est évident que temps que nous sommes dépendant du trésor français la zone CFA n a pas d état souverain  :sn: 
Jotaay En Avril, 2015 (07:48 AM) 0 FansN°: 15
Quand est-ce nous serons indépendants mbok yi.
[email protected] En Avril, 2015 (08:54 AM) 0 FansN°: 16
Jacques Chirac avoue ce qui suit :

« On oublie une chose: c’est qu'une grande partie de l'argent

qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de

l'exploitation depuis des siècles de l'Afrique. Pas

uniquement, mais beaucoup vient de l'exploitation de

l'Afrique ! Alors il faut avoir un petit peu de bon sens. Je ne

dis pas de générosité, mais de bon sens, de justice pour

rendre aux Africains, …ce qu'on leur a pris. D'autant que

c'est nécessaire si l'on veut éviter les pires convulsions ou

les difficultés avec les conséquences politiques que ça

comporte dans le proche avenir »
[email protected]  En Avril, 2015 (08:55 AM) 0 FansN°: 17
feu omar bongo

« Personne ne nous a dit de dévaluer de 50 % dans les

PMA[1], et de 25 % dans les PRI[2]. Nous avons été tous

mis dans le même panier »
[email protected] En Avril, 2015 (09:02 AM) 0 FansN°: 18
*La surévaluation du franc CFA appauvrit les exportateurs

africains deux fois au moins*

1 Premièrement , les Africains devenus moins compétitifs à cause du FCFA surévalué

perdent des parts significatives de leurs marchés étrangers au profit de leurs

concurrents mondiaux.

Deuxièmement, les Africains perdent beaucoup d'argent lorsque leurs recettes

d'exportation sont converties en euros.

Par exemple leur recette d'exportation de 1.500 000 000 de dollars équivalent à 1

500 000 000 d'euros si un euro est égal à un dollar.

En revanche, cette même recette d'exportation se réduit à 1 000 000 000 d'euros [1]

lorsque l'euro s'apprécie et s'échange à 1,5 dollar.

On constate ici une perte de change sérieuse des Africains de 500 000 000 de

dollars[2] qui correspondent à 250 milliards de francs CFA[3].

Cela veut dire que si l'euro vaut demain le double de la devise américaine, les

revenus d'exportation des Africains seront amputés automatiquement de leur moitié.
[email protected] En Avril, 2015 (09:09 AM) 0 FansN°: 19
L'autonomisation de la dette extérieure des Pays Africain Zone Franc par la fixité de parités.





Au cas où l’euro est plus faible que le dollar, la dette africaine en dollars augmente mécaniquement et en toute autonomie, sans un emprunt supplémentaire contracté par l’Afrique...



On dit que la dette africaine s’autonomise. Les Pays de la zone franc sont donc

perdants avec un euro plus faible que le dollar.

Exemple: Soit une dette africaine de 100 milliards de dollars

a)- Si 1$ = 1€, alors 100 milliards de dollars de dette = 100milliards d’euros

b)- Mais si 1$= 1,25 euro ou si 1euro =0,80 dollar alors la dette africaine

devient 125milliards d’euros

car on aura 100 milliards de dollars *1,25 euros =125 milliards d’euros à payer par

l’Afrique
[email protected] En Avril, 2015 (09:12 AM) 0 FansN°: 20
* Les Africains approvisionnent l'économie française gratuitement





La zone franc « est une zone monétaire qui, dans sa forme

traditionnelle, se caractériserait par le fait qu’elle assurait une

intégration économique entre la France et les pays d’Outre-mer.

Pratiquement, toutes les décisions étaient prises à Paris. Au

point de vue monétaire, le franc était la monnaie commune,

même quand il existait théoriquement une autre monnaie (franc

CFA par exemple en Afrique noire), car celle-ci n’était qu’un

multiple fixe du franc. …

La zone franc a permis à la France de se fournir en certaines

matières premières (plomb, zinc, manganèse, nickel, bois,

phosphates, oléagineux, uranium…) sans débourser

de devises. … On a calculé qu'elle représentait 250

millions de dollars par an d'économies de devises. La métropole

a acheté, en 1954, pour 365 milliards de marchandises

(principalement des produits). On a estimé que 500 000 Français

de la métropole tiraient leurs moyens d'existence de l'ensemble

économique de la zone franc »[
Mounos En Avril, 2015 (09:14 AM) 0 FansN°: 21
Beaucoup d'Africains, à tous les niveaux, n'ont pas encore compris que les Occidentaux, quoi qu'ils disent en public, les prennent toujours pour des peuples qui ne comprennent pas quand on les trompent dans leurs rapports commerciaux quelles que soient les formes ! Les Maghrébins (Maroc, Tunisie, Algérie) et les Latinos ont compris depuis plus de 40 ans et petit à petit et intelligemment se sont émancipés dans leurs rapports avec les pays riches d'Europe ! Les Présidents Africains aiment bien se sentir amis avec les pays d'Europe, ils sont contents quand un chef d'Etat d'un pays riche leur fait la bise or entre Présidents Européens, entre ministres aussi ils ne se font jamais des bises ! Dangote a parfaitement raison, mais nos peuples dans leur grande majorité n'ont pas une conscience politique parce que depuis nos indépendances, une éducation de masse n'a jamais été mise en œuvre pour avoir de bons citoyens au fait de la façon dont fonctionne le monde ! Le maintien de cette garantie du FCFA, avec les avantages énormes qu'en tire la FRANCE en est la preuve ! Sortir de ce carcan du FCFA est le dernier des soucis de nos Chefs d'Etat de la zone UEMOA par peur de devoir consommer à 90% local ! POSEZ LA QUESTION au Président Macky Sall, il vous répondra que les relations entre la France et le Sénégal sont solides, elle est notre premier contributeur au développement, et notre premier partenaire commerciale. Des fadaises de ce genre MACKY en a une benne !
[email protected] En Avril, 2015 (09:22 AM) 0 FansN°: 22
***** Le fonctionnement des comptes d'opérations



La convention entre la France et l’Afrique de la zone franc stipule que :

« Les Etats membres conviennent de mettre en commun leurs

avoirs extérieurs dans un fonds de réserves de change. Ces

réserves feront l’objet d’un dépôt auprès du Trésor Français

dans un compte courant dénommé compte d’opérations. »[1] Et

« la banque versera au compte d’opérations les disponibilités

qu’elle pourra se constituer en dehors de sa zone d’émission. »[2]

Jusqu’en 1973, les banques centrales africaines étaient tenues de verser sur ce

compte la totalité des avoirs extérieurs qu’elles détenaient. La convention de 1973,

qui se veut plus souple, contraint les PAZF à déposer au Trésor Français 65 % au

moins de leurs réserves de change. Depuis le 26 septembre 2005, ce taux est

passé de 65% à 50%.

[1] Article 11 de la convention de coopération monétaire entre la France et les Etats

membres de la B.E.A.C., 13 Mars 1973.

[2] Article 2 de la convention de compte d’opérations entre la France et les pays

africains de la zone franc (les PAZF).



En contrepartie du respect rigoureux de ce principe (de centralisation des

réserves de change à Paris) par les Africains, le Trésor Français s’engage à

fournir toutes les sommes dont les Banques centrales africaines peuvent avoir

besoin, aussi bien pour leurs règlements à l’intérieur de la zone que pour leurs

paiements extérieurs en devises[1].

« Le compte d’opérations peut devenir débiteur sans qu’aucune limite ne soit

assignée à ce découvert. Lorsque le solde est débiteur, le Trésor Français perçoit

des intérêts »[2] payés par les Africains. Dans le cas contraire, c’est-à-dire

lorsque le solde du compte d’opérations est créditeur, le Trésor Français verse

des intérêts aux Africains.





La zone franc « est une zone monétaire qui, dans sa forme

traditionnelle, se caractériserait par le fait qu’elle assurait une

intégration économique entre la France et les pays d’Outre-mer.

Pratiquement, toutes les décisions étaient prises à Paris. Au

point de vue monétaire, le franc était la monnaie commune,

même quand il existait théoriquement une autre monnaie (franc

CFA par exemple en Afrique noire), car celle-ci n’était qu’un

multiple fixe du franc. …

La zone franc a permis à la France de se fournir en certaines

matières premières (plomb, zinc, manganèse, nickel, bois,

phosphates, oléagineux, uranium…) sans débourser

de devises. … On a calculé qu'elle représentait 250

millions de dollars par an d'économies de devises. La métropole

a acheté, en 1954, pour 365 milliards de marchandises

(principalement des produits). On a estimé que 500 000 Français

de la métropole tiraient leurs moyens d'existence de l'ensemble

économique de la zone franc »







Dans la réalité, c’est « la Banque de France

qui achète ou vend quotidiennement les

devises sur le marché des changes pour le

compte des Institutions d’émission

africaines.









Par exemple : « E n 1966... le gain total de 1 220,3 millions de franc français résulte

d'un apport de 221 millions de la France, d'un apport de 1218,6 millions des Etats

africains et malgaches et d'un apport de 193,3 millions des autres pays de la zone

franc (Mali excepté), soit 1 632,3 millions de francs. » (1)

Cela veut dire que l'apport en devises des PAZF est 5,51 fois

plus élevé que celui de la France métropolitaine.

(1) Journal officiel de France du 15 avril 1970 page 209.

« Les coûts liés à la garantie de convertibilité des monnaies de la zone se sont

avérés assez faibles du point de vue de la France. La discipline monétaire que les

banques centrales de l’Union Monétaire Ouest Africaine et de l’Afrique centrale

(BCEAO et BEAC) ont dû maintenir, les a conduites à disposer d’un solde

excédentaire de leurs comptes d’opérations jusqu’à la décennie quatre-vingts.

Au début de son existence, la zone franc a joué un

rôle non négligeable de pourvoyeur de devises pour la

France. En 1969, le solde positif des comptes

d’opérations a atteint 8,9% des réserves de change de

la France »





« L’avantage que représente pour le Trésor

français l’existence de soldes créditeurs aux

comptes d’opérations est réel, car ils sont l’une

des ressources qu’utilise le Trésor français

pour financer la charge qui résulte pour lui des

découverts d’exécution des lois de finances et

de l’amortissement de la dette publique. »





« Lorsque les pays de la zone franc exportent

vers l’étranger plus qu’ils n’importent, ils

procurent à la France des devises. Celles-ci lui

sont utiles si dans le même temps sa propre

balance des paiements avec l’étranger est

déficitaire. »



« Les avoirs en devises se sont accrus de 247,8

milliards, notamment les avoirs en compte

d’opérations, la B.E.A.C. souligne qu’« au 31 décembre

1991, le pourcentage des avoirs placés en compte

d’opérations s’est situé aux alentours du quota statutaire

minimum de 65 %.

En dépit de sa politique de diversification des avoirs

extérieurs, la B.E.A.C. a toujours tenu à conserver

dans le compte d’opérations la majeure partie de ses

avoirs extérieurs en raison des taux rémunérateurs qui

y sont servis et surtout de la clause de garantie de

change qui met à l’abri de la dépréciation les avoirs

placés dans ce compte »



« Nous sommes dans la zone franc. Nos comptes d’opérations sont gérés par

la Banque de France, à Paris. Qui bénéficie des intérêts

que rapporte notre argent ? - la France » (1)

(1) Omar BONGO,interview accordée à Libération du Mercredi 18 Septembre

1996. P. 6.











Exemple : 12 000 milliards placés à 3% rapportent :360 milliards

d’intérêts que la France prête aux Africains en partie ou en totalité

au taux supérieur à 5%



@mounos En Avril, 2015 (10:24 AM) 0 FansN°: 23
Khamoumala mais kou am guiss guiss nga. Macky est heureux d'être pauvre et de reconnaître que dans sa misère, la France est son "premier partenaire" c'est terrible mais les fadaises de ce Président sont ... légion
Gherty En Avril, 2015 (10:27 AM) 0 FansN°: 24
Il est imperatif que les SENEGALAIS de tout bord lancent le mouvement Y'EN A MARRE DU C.F.A pour que VIVE LE SENEGAL ETERNEL.
Kombiko En Avril, 2015 (10:43 AM) 0 FansN°: 1
tout a fait d accord
Kombiko En Avril, 2015 (10:42 AM) 0 FansN°: 25
c est la france qui controle tout sous la complicite de nos dirigeants sous le dos des pauvres citoyens

il faut que ca cesse
Corruption En Avril, 2015 (10:48 AM) 0 FansN°: 26
Les chefs d ' états des pays AFRICAINS FRANCOPHONES , ne peuvent pas , ni sont capable de contrôler les économies de nos pays , car ils s ' en mettent plein les poches .
Cane En Avril, 2015 (11:22 AM) 0 FansN°: 27
DANGOTE A RAISON JUSQU'A LA MORT, AU SENEGAL ON PEUT S'EN DEBARASSER, COMMENT??? EN VOTANT KARIM WADE MEME S'IL EST EN PRISON. LE GOSSE EST UN BOSSEUR, LUI QUI EST NE EN FRANCE CONNAIT MIEUX CES DIABLES SANS LA QUEUE. MACKY TRAVAILLE POUR LA FRANCE POUR QUI NE SAIT PAS ENCORE. je jure devant Dieu que je ne connais pas KARIM WADE ET JE NE SUIS POINT PDS. LES PAYS ANGLOPHONE SONT LIBRE DE LEUR MAITRE, JE VIS EN ANGLETERRE, LA VIE EST CHERE MAIS ILS TE DONNENT UNE DEUXIEME CHANCE DE VIE. Tidiane Thiam en est l'illustre exemple. Je lance un cri aux jeunes etudiants FRANCOPHONE qui peuvent se payer des etudes a l'exterieur de choisir L'ANGLETERRE. SENEWEB GARES A TOI D'EFFACER MON COMMENTAIRE
Pap  En Avril, 2015 (11:43 AM) 0 FansN°: 28
Parmi les 10 pays émrgents en Afrique, il n' a que des pays non francophones sauf le Rwanda qui a renoncé à la fraconphonie pour devenir anglophone. Et n'oublions pas qu'un nombre non négligeable des présidents et ministres africains francophones d'Afrique ont une citoyenneté française qu'ils n'affichent pas.

@cane En Avril, 2015 (11:51 AM) 0 FansN°: 29
Vous avez tout a fait raison, je travaille pour une firme anglaise et je peux vous assurer que cela n'a rien avoir avec les francais, chez eux tout est dans l'attitude, une attitude mentale positive, un travail acharne et ne jamais abandonner. Chez nos amis francais qui ont d'ailleurs bien deteints sur nous Senegalais, tout est dans le verbe, des qu'on termine de parler on croit avoir agi. Le CFA est un cancer pour les economies de nos pays. Sommes nous des incapables pour etre mis sous tutelle ?
Gherty En Avril, 2015 (12:14 PM) 0 FansN°: 30
Il n'y a que les incapables juridiquement parlant qui sont sous tutelle, oui pour le mouvement Y'EN A MARRE DU CFA, Jacques CHIRAC a bien dit que : Si un francais a cinq euros dans son portefeuille, qu'il sache que les quatre viennent de l'explotation que nous faisons de l'Afrique. Si cela ne suffit pas pour se revolter, alors j'ai un qualificatif pour nos dirigeants que je tairai par respect. VIVE LE SENEGAL LIBRE INDEPENDANT ET ETERNEL.
Dioublank En Avril, 2015 (13:41 PM) 0 FansN°: 31
Le seul combat qui vaille. Je le repete encore que le seul combat qui vaille pour les Africains francophone est la separation avec la France par tout les moyens possible.
Deugggui En Avril, 2015 (15:04 PM) 0 FansN°: 1
ablaye wade ne l'a pas dit mais telle était sa politique: faire du sénégal un marché ouvert dans le contexte de mondialisation pour y faire venir toutes les ressources nécessaires à son développement. ce que la france n'entend pas admettre dans son précarré et n'a jamais admis...

le premier président togolais olympio père avait déclaré ne pas vouloir adhérer au cfa, il a été très vite assassiné par les soldats qui assuraient sa garde.
Cane En Avril, 2015 (17:16 PM) 0 FansN°: 32
NOUS LES AFRICAINS ON DOIT LAISSER LA HAINE QU'ON A ENVERS L'AUTRE, IL YA RIEN DE TEL QUI RETARDE L'ETRE HUMAIN. DIEU EST LE PREMIER A NOUS LE DIRE, D'AIMER TON PROCHAIN. ARRETONS AVEC L'ETHNICITE, LES CLANS, CAR L'UNION FAIT LA FORCE. BEAUCOUP DE GENS N'AIMENT PAS QUE JE PARLE DE KARIM WADE MAIS BON DIEU, donnez lui la chance, BILHAHI WALHAHI vous meme vous recolterez les fruits. IL A APPRIS A. CONNAITRE NOTRE MENTALITE EN ETANT EN PRISON, SURTOUT IL S'AURA RECONNAITRE TOUS LES CHAROGNARDS QUI L'ONT ENDUIT EN ERREUR. IL EST EN TRAIN DE PAYER LE PRIX POUR TOUS CEUX QUI SONT DEVENUS MILLARDAIRES ET QUI SONT DANS LE PARTI DE MACKY ET DU PDS SANS ETRE INQUIETE. SON PERE EN NOMMANT SON FILS PENSAIT DE SERVIR SON SENEGAL ET NON A S'ENRICHIR, CES MILLARDS DONT IL EST ACCUSE SONT ENTRE LES MAINS DES SENEGALAIS QUI SE VANTENT TOUJOURS. ILS ONT MIS KARIM EN PRISON POUR NOUS APRAUVRIR NOUS MEME . REVEILLONS NOUS AU LIEU DE CROIRE A CES ACCUSATIONS, PRENONS L'EXEMPLE SUR LE RUANDA ET VOUS VERREZ LE GOUT DE LA LIBERTE. SEUL LE TRAVAIL PAYE ET NON LA CALOMNIE ET LE MENSONGE. VIVE LA LIBERTE ANGLOPHONE.
Zigman En Avril, 2015 (20:18 PM) 0 FansN°: 33
Le franc CFA ne pose pas de problème donc il ne faut pas le supprimer. Il faut juste qu'on enlève l'arrimage à l'euro. Je trouve que c'est une bonne chose d'avoir eu l'UEMOA et le degré d'intégration atteint avec une monnaie unique. Il faut même chercher à unir les deux zones CFA et que la BECEAO fusionne avec la BEAC et se soustraire de l'arrimage français. Il faut aussi que les dirigeants africains y aille petit à petit. Par exemple renégocier le % des dépôts pour les faire passer de 50 à 25% dans un premier temps en se préparant petit à petit. Les français sont mauvais, si on y va d'un coup ils chercheront toujours à mettre les uns contre les autres ou créer de l'instabilité par des trafics d'armes. Le cas de Khadafi, Sankara et Lumumba doivent nous faire comprendre que le rapport de force est déséquilibré. Les français, il faut les contourner en cherchant sa force ailleurs. Sur ce plan, Macky a raison de chercher l'autosuffisance alimentaire parce que les pays qui nous fournissent le riz ne nous tiennent pas. S'il réussit ça donnera une force qui jaillira sur d'autres aspects.
Dya En Avril, 2015 (21:38 PM) 0 FansN°: 34
nos président ils nous ont vendu depuis les indépendance , senghor ce traite que le monde n'a jamais connu ,depuis le monde est monde ,voilà nous sommes pauvres de pères en fils ,nos filles se prostituent chez les blancs , et, voilà leurs gouvernements les disent ,vous pouvez aller se faire des africaines par ce que se sont nos esclaves , leurs hommes ils peuvent rien gérer ,on détient leur monnaie leurs richesses ,donc on peut avoir leurs femmes.nous franchement des merdes , et nous resterons pauvres ,au sénégal les gens se comportent des esclaves devant le blanc.
France Pays De Merdre En Avril, 2015 (22:44 PM) 0 FansN°: 35
les africains doivent savoir que l avenir de l afrique depend des africains et non de ce pays de merdre de raciste qui n aime que le sexe ils sont rien les francais a part des pedophiles des violeurs des menteurs des semeur de trouble merdre la france
Kotch En Avril, 2015 (16:13 PM) 0 FansN°: 36
Quand on dit que le Sénégal est trahi par sa classe politique depuis plus de 30ans maintenant, personne ne semble y croire et les traìtres de politiciens font la moue, parce que le peuple n'est pas au courant de leur deal avec les impérialistes et néocolonisteurs. Beaucoup de ces gens feront leur mea culpa avant de mourir. Des Français de souche l'ont déja fait. Cheikh Hamidou Kane l'écrivain a regretté d'avoir été associé aux politiques d'ajustement structurel conduites sous l'ère Abdou Diouf. Les impérialistes français savent choisir leurs hommes comme Abdou le complexé, ou Wade le téméraire qui ne s'occupe que de se remplir les poches et autres, mais ils se trompent aussi sur certains qui vont un jour dévoiler la face lugubre de leur agenda au Sénégal qui remonte à l'ère pré-(indépendance nominale). Il faut avoir à l'esprit que la France est une puissance en rapide déchéance don't on peut se passer facilement. Donc, il faut commencer par se débarrasser de leurs pions.
Dry En Avril, 2015 (21:50 PM) 0 FansN°: 37
il faut que la jeunesse prenne le pouvoir ,et virer tous les vieux complexés plus de 60 ans.
Portavion En Avril, 2015 (18:00 PM) 0 FansN°: 38
JE RECOMMANDE LE COM DE CIA PLUS HAUT !!! ET J'AJOUTERAIS QUE LA QUASI TOTALITE DES RESSOURCES MINIERE DE LA PLANETE CE TROUVE EN AFRIQUE MAIS QUE LA TRANSFORMATION CE FAIS EN OCCIDENT OU EN ASIE ....UN COMBLE NON !!?? EST CE QUE LES PAYS D'AFRIQUE PEUVENT S'UNIRENT DANS CE SENS ,???? LES AFRICAIN POURRAIS FAIRE PLIER CES MULTINATIONALS POUR LE BIEN DES POPULATIONS AFRICAINE. VOUS VOULEZ NOS RESSOURCES ?? ALORS OK !! ON VEND CE DONT VOUS AVEZ BESOIN A CONDITION QUE LES USINES DE TRANSFORMATION SOIT SUR LE SOL AFRICAIN !! POINT BARRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]