Interdiction de sortie de responsable du PDS : Le constat fait par 3 huissiers

  • Par : SERIGNE MOUR DIOP | Le 13 décembre, 2012 à 23:12:52 | Lu 9249 fois | 29 Commentaires
content_image

Interdiction de sortie de responsable du PDS : Le constat fait par 3 huissiers

Le Pds n’entend pas se laisser marcher sur les pieds par le régime du président Macky Sall, qu’il soupçonne d’appliquer une «justice sur mesure». Aussi, face à l’interdiction opposée à quelques-uns de ses membres de sortir du territoire, ce jeudi 13 décembre 2012, alors qu’ils voulaient se rendre en Côte d’Ivoire, ils ont commis des huissiers pour constater les faits et, peut-être, entreprendre des actions en justice.

 

Oumar Sarr, Karim Wade, Samuel Sarr et Me Madické Niang, qui étaient à l’aéroport de Dakar, ce jeudi 13 décembre vers 14 h 30 pour se rendre à Abidjan, se sont heurtés à une interdiction de sortie, qui leur a été notifiée par le Commissaire Seck du Commissariat spécial de l’aéroport. «Face à cette illégalité et à ce non-respect des procédures de notification écrite, informe un membre du Comité Directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), les concernés ont commis trois huissiers de Justice pour constater le forfait».

 

Ces responsables de la formation libérale «ont pris acte et comptent se faire rétablir dans leur droit», conclut notre source. Ce jeudi à 17h 30, le Comité Directeur du PDS était déjà en conclave pour se pencher sur la question et sur d’autres sujets.




SERIGNE MOUR DIOP

Articles similaires

Commentaire (16)


X-men En Décembre, 2012 (23:16 PM) 0 FansN°: 1
111
Letemoin En Décembre, 2012 (23:22 PM) 0 FansN°: 2
Huit mois après avoir élu triomphalement — presque un plébiscite, avec 65 % des suffrages exprimés ! — le président Macky Sall, les Sénégalais ont le blues. Ils ressentent une gueule de bois terrible et se demandent si, finalement, ils n’ont pas été floués.

Si la copie vaut vraiment l’originale. C’est dire à quel point ils ont perdu leurs illusions ! Cette désaffection de nos compatriotes vis-à-vis du nouveau pouvoir, nous avons été les premiers à tirer la sonnette d’alarme et à la signaler. Sous la forme d’une lettre ouverte adressée au président de la République.



Malheureusement, ce que nous dénoncions ne s’est pas amélioré et les choses vont de mal en pis. Et le Sénégal tombe de Charybde en Scylla. Quant aux habitants de ce pays, ils cherchent désespérément le « Yoonu Yokkuté », cette voie de la prospérité qu’on leur a tant chantée au cours de la dernière élection présidentielle, pour l’emprunter. Hélas, il s’agit apparemment soit d’une voie obstruée soit d’une voie détournée, ou alors d’une voie sans issue.



En bientôt une année d’exercice du pouvoir par le président Macky Sall, c’est plutôt une impasse qu’emprunte le Sénégal, guère une voie censée déboucher sur la prospérité. Cette prospérité dont le président Roosevelt disait aux Américains qu’elle est au coin de la rue (around the corner) mais qui, pour les Sénégalais, s’éloigne à tire d’ailes. Il n’y a ni calebasse de « Kouss », ni corne d’abondance au rendez-vous. La prospérité promise s’apparente à une Arlésienne que l’on cherche, mais que l’on ne trouve jamais. En lieu et place, les Sénégalais sont au régime du pain sec et de l’eau tellement leurs conditions d’existence se sont détériorées.



Oh certes, les nouvelles autorités ont su relever avec succès le défi des coupures intempestives d’électricité, ces redoutables délestages de sinistre mémoire. Et tant pis si, pour cela, elles ont dû saigner à blanc les finances publiques avec plus de dix milliards de nos francs versés chaque mois à la Sénelec. La paix sociale n’a pas de prix. Oh certes, elles ont réalisé un véritable Plan Marshall pour le monde rural qui a reçu plus de 34 milliards de francs en intrants. Oh certes, et surtout, elles ont su faire mentir les prédictions apocalyptiques de l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, qui prétendait que, Macky Sall président, en moins de trois mois, les salaires des fonctionnaires ne seraient plus payés.



Cela fait huit mois que le pape du Sopi est parti et il n’y a pas eu le Déluge promis. Au contraire, les salaires sont payés avant la fin du mois, le Gouvernement s’étant même payé le luxe, fin Octobre, de régler les avances de Tabaski en plus ! Ajoutons à cela que la dette du Sénégal est honorée régulièrement même si celle intérieure, elle, enfle dangereusement et approche les 700 milliards de nos francs. C’est justement, là, une des principales causes du malaise ambiant.



Car, aujourd’hui, une phrase revient comme une ritournelle dans toutes les conversations : « dëkk bi da fa wow » (littéralement, le pays est sec), manière de dire que l’argent ne circule plus ! L’Etat étant dans ce pays le principal client, celui dont les commandes nourrissent l’activité économique, il suffit qu’il n’achète plus, ou qu’il ne paye plus voire qu’il règle ses factures avec du retard, pour que l’activité économique s’en ressente ! Or, aujourd’hui, du fait de ce gonflement de la dette intérieure, des centaines de Pme-Pmi sont à l’article de la mort. Surtout que les banques ne prêtent plus, crise économique et financière mondiale oblige.



Il s’y ajoute qu’au Sénégal, cela fait au moins un an et demi que presque personne ne travaille plus. Il y a eu d’abord la longue période de violences pré-électorales qui a commencé le 23 juin 2011 et qui ne s’est véritablement arrêtée qu’au lendemain du 25 mars dernier. On espérait qu’avec l’avènement d’un nouveau régime, les Sénégalais, et particulièrement les milieux économiques, allaient enfin se remettre au travail.



Hélas, le dilettantisme du premier gouvernement, composé en majorité d’amateurs alors qu’il aurait fallu mettre des professionnels chevronnés, les hésitations et indécisions du nouveau Président, sa lenteur à la détente et, surtout, le manque d’argent dans les caisses de l’Etat… tout cela a aggravé la détérioration de la situation économique de notre pays. Résultat ; les importateurs n’importent presque plus, les investisseurs retiennent leur argent dans l’attente d’y voir plus clair, les entreprises tournent au ralenti.



Et ce qui devait arriver est arrivé : les recettes de l’Etat, surtout les impôts intérieurs, ont commencé à baisser. Alors même que les urgentes sont devenues plus pressantes ! Mais heureusement que le gouvernement a lancé un emprunt obligataire de 50 milliards de francs et que le président de la République a ramené du Koweït un précieux chèque de 140 milliards de francs qui va servir à financer des travaux d’infrastructures. Une excellente bouffée d’oxygène pour nos finances exsangues !



Il est heureux que le président de la République songe enfin — mieux vaut tard que jamais — à aller chercher de l’argent pour faire tourner l’économie plutôt que d’effectuer des voyages-bidons qui font de lui la risée de l’Afrique. Car enfin, quelle idée d’aller à La Haye pour assister aux festivités marquant les 10 ans de la Cour Pénale Internationale (CPI) ? Une Cour qui, en une décennie d’existence, n’a inculpé et détenu que des Africains et qui continue encore d’humilier le continent.



Une Cour à ce point exécrée que même les chefs d’Etat de l’Union Africaine — qui ne sont pourtant pas connus pour leur témérité face à l’Occident !—prenant leur courage à deux mains, avaient décidé de ne pas coopérer avec elle lorsqu’elle a émis un mandat d’arrêt international contre le président soudanais en exercice, M. Omar El Béchir. M. Macky Sall était d’ailleurs, à notre connaissance, le seul président africain à avoir assisté à ces cérémonies marquant le dixième anniversaire de la CPI. Il a même manqué l’occasion de se taire en préconisant… l’élargissement des prérogatives de la CPI à la lutte contre la corruption. Et pourquoi pas aux conflits matrimoniaux, tant qu’on y est ?



En fait, ce qui nous inquiète surtout en lui, c’est sa volonté d’apparaître comme le bon élève de l’Occident en tout, au point d’endosser ses combats les plus douteux. Il est allé chanter les louanges de la CPI, on ne lui en demandait pas tant. Il avait déclaré urbi et urbi qu’il n’enverrait pas de troupes au Mali… avant de décider de le faire pour complaire à la France. Alors que les Sénégalais ont d’autres chats à fouetter, qu’ils cherchent désespérément le diable pour lui tirer la queue et que le « Yoonu yokkuté » s’éloigne comme un mirage dans le désert, il fait des pieds et des mains pour organiser — à la demande de l’Union africaine mais surtout de l’Occident, et en particulier des Etats-Unis dont la secrétaire d’Etat a déclaré que son pays allait apporter sa contribution financière — le procès du président Hissène Habré. Et ce bien que l’ancien président tchadien avait été accueilli dans notre pays à l’époque à la demande de l’Oua et comme condition du règlement définitif de la crise politico-militaire qui embrasait ce pays.



M. Habré dont on dit que, en venant se réfugier chez nous, il avait emmené des dizaines de milliards de francs qu’il a investis au Sénégal. Plutôt donc que de lui élever une statue et de le protéger, voilà que nous le jetons en pâture aux Ong occidentales, à la Belgique, qui a assassiné le grand héros africain Patrice Lumumba mais aussi au Tchad dont le Président — qui fut pourtant son chef des services de sécurité ! — peut difficilement être innocenté d’éventuels « crimes » qu’aurait commis M. Habré. Mais voilà, il paraît que c’est une grande priorité nationale que d’organiser le procès de ce distingué hôte du Sénégal, qui vit en parfaite harmonie dans notre pays depuis plus de 20 ans et dont les enfants sont des Sénégalais.



Toujours dans sa volonté proclamée d’instaurer une gouvernance « vertueuse » selon les standards internationaux, le président de la République a lancé une croisade contre l’argent « sale », en décrétant que seul l’argent « propre » devrait désormais circuler dans ce cher pays. Or, à notre avis, les Sénégalais se tamponnent du fait que l’argent qui entre dans ce pays soit propre ou sale. L’essentiel, pour eux, c’est qu’il fasse tourner l’économie et serve à construire le pays.



Encore une fois, on veut plaire aux Occidentaux qui nous disent : « faites ce que nous disons, mais ne faites pas ce que nous faisons » ! Car ces chers maîtres occidentaux, après avoir recyclé l’argent « sale » du monde entier, veulent nous demander à présent de ne surtout pas y toucher au risque de nous brûler. Un peu comme après s’être dotés de la bombe atomique, ils veulent empêcher par tous les moyens un pays comme l’Iran d’en fabriquer.



Cela dit, si la traque des biens mal acquis déclenchée par les nouvelles autorités pouvait permettre de rapatrier au Sénégal ne serait-ce que quelques milliards, nous sommes preneurs. L’ennui c’est que, tel que c’est parti, votre serviteur doute fort que, franchement, cette opération aboutisse à quelque chose de concret. Non pas que les gens épinglés ne soient pas des voleurs, loin de là, mais tout simplement parce que tous ces braves gens ont souscrit des assurances tous risques à Touba notamment. Sans compter qu’avec les milliards qu’ils ont pris, ce serait bien le diable s’ils ne réussissaient pas à obtenir la bienveillance de magistrats véreux. On a vu la manière dont on a laissé filer Moustapha Yacine Guèye de « MTL », maintenu en liberté provisoire sur ordre de son marabout.



De même, le fait que l’homme d’affaires Cheikh Amar soit toujours libre de ses mouvements après avoir encaissé huit milliards de l’ARTP (Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes) à laquelle il était censé vendre deux immeubles… qui n’étaient même pas sortis de terre, et après avoir aussi pris sept milliards de francs pour « phosphater » les sols de nos braves paysans, le fait donc que Cheikh Amar se pavane en liberté et que son dossier traîne dans les cabinets des juges — alors que tout le monde attendait un mandat d’arrêt —, c’est un indicateur intéressant de l’enterrement de première classe promis à tous ces dossiers d’enrichissement illicite !



Car de deux choses l’une : ou bien tous ces messieurs sont des voleurs et il faut les jeter en prison sans tarder en nous épargnant le spectacle de ces défilés triomphalistes de « voleurs » à la caserne Samba Diéry Diallo, ou alors ils sont innocents et, dans ce cas, il faudra mettre fin à cette comédie guignolesque.



Et ce afin que l’argent circule de nouveau dans ce pays. Qu’il soit sale ou propre, on s’en fout, pourvu que l’économie nationale tourne enfin et que le président de la République lui-même ait à présenter un bilan en 2017. Un vrai « Yoonu yokkuté » quoi ! Car si on ne se base que sur l’argent « propre »…



Mamadou Oumar NDIAYE Le Témoin N° 1106 –Hebdomadaire Sénégalais ( Décembre 2012)



Yo En Décembre, 2012 (23:32 PM) 0 FansN°: 1
les alimentaires et la chiens du pds poluent ce site....

mais on les connait!

la verite vaincra, inchallah
Los Angeles En Décembre, 2012 (00:35 AM) 0 FansN°: 3
le temoin wahal.loula nekhh mais khamal ni nous serons patient avec macky.tu es de tres mauvaise foi
@letemoin En Décembre, 2012 (01:46 AM) 0 FansN°: 4
faut parler pour toi et arreter de dire nous. ce "nousnoiement" ne concerne ke toi. tas commence a aboyer ca fait des mois, des ke ce gars a ete elu. cesse de nous casser les tympans avec tes dissertations bidonnes
merde waye et non a ta demagogie de tete de rat
Le Droit En Décembre, 2012 (23:24 PM) 0 FansN°: 3
le droit on l'exhorte   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
Cd En Décembre, 2012 (23:28 PM) 0 FansN°: 4
that what we call bullies. Bande de voleurs, on doit faire vite et foutre ces especes de malin en prison quelque part ou il fait tres chaud et le viol est legal.
Nino En Décembre, 2012 (23:59 PM) 0 FansN°: 6
il faut se taire ........wakhe fegne.........vous les fils de wade laissaient nous svp de trouvez de koi manger ,,,en tt cas j n vs pardonnerais jamais mais 5f k vous m'avais volé et tant d'autre senegalais ,,,,,,  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
Pepes En Décembre, 2012 (00:00 AM) 0 FansN°: 7
TOUT CE QU'A PRODUIT CETTE INTERDICTION ILLEGALE ET INSENSEE C'EST DE PERMETTRE AU PDS DE SE RELANCER SUR LA SCENE POLITIQUE EN MOINS DE TEMPS ET A MOINDRES FRAIS!lLES STRATEGES APR SONT VRAIMENT DES PIEDS NICKELES!
Zag En Décembre, 2012 (00:01 AM) 0 FansN°: 8
les quatre brigands tentaient une fuite bien organisées et ils ont été pris comme des rats.le PDS n'a rien à dire
Aa En Décembre, 2012 (00:02 AM) 0 FansN°: 9
QUELLE EST LA SOURCE, QUI EST L'AUTEUR DE CET ARTICLE ?
Le Parisien 66 En Décembre, 2012 (00:10 AM) 0 FansN°: 10
alors comment peut-on imaginer sortir du territoir alors qu,on a pas fini avec la justice ? si vous voulez sortir du pays , soyez d,abord blanc comme neige avant de franchir les frontieres comme çà vous dormirez tranquille mes pauvres voleurs ; ; c,est vrai que les choses bougent lentement au niveau de la justice mais sachez que c,est la logique de la procédure partout à travers le monde entier et vous avez meme bénificié de la solidarité et de la bonté de ce gouvernement en place car avant tout vous avez commis un crime et on vous laisse trainer dehors librement en faisant méme de la comédie à travers les artéres et les télévisions de notre pays et voilà que méme les voleurs de chevres ou de moutons sont en prison en attendant leur sort sans etre jugé . alors prenez le nombre d,huissiers que le senegal comptera , force restera à la loi et le peuple veut que la vérité rien que la vérité ; s,il vous plait ramenez tout ce qui appartient au peuple senegalais avec pitié car vous n,avez plus de vergogne et cessez de nous tympaniser car nous souffrons déjà de vos maux
Zap En Décembre, 2012 (01:56 AM) 0 FansN°: 11
c'est le peuple senegalais qui doit sortir dans la rue pour reclamer la tete de ces anciens du PDS.
Titi En Décembre, 2012 (05:53 AM) 0 FansN°: 12
JE SUIS VRAIMENT CONTENT.CES VOLEURS IL FAUT LES ARRETER.EN 12 ANS ILS ONT VOLES PLUS QUE LES 40 ANS DU PARTI SOCIALISTE.MEME ABLAYE WADE MERITE LA MORT.
Ndiour En Décembre, 2012 (07:07 AM) 0 FansN°: 13
If you guys bring back the billins we lose may be you can get a freedom but untill than you would rather stay home in lymbo. :-D 
Snake En Décembre, 2012 (08:48 AM) 0 FansN°: 14
c trois voleurs trament kelkchoz et j m demande de koi macky a peur pr les foutre tous en prison!!!
V En Décembre, 2012 (11:47 AM) 0 FansN°: 15
Je me demande si certains ont compris l'utilité et le sens de l'expression "faire un commentaire" sur un article ou un fait posé. IL ne s'agit point ici de leur culpabilité mais plutot de l'amateurisme dont fait monstre les gouvernants. La régle élémentaire du droit est "la notification par écrit d'une décision judiciaire aux concernés à partir de la date de prise ou de l'effet. Ils ont raison ici, ils n'ont reçu aucune notification d'une décision judiciaire leur interdisant une sortie du territoire national, donc l'Etat a tout bonnement violé leur liberté.... quand est ce que ce gouvernement va etre responsable et décider avec responsabilité de mettre sur la table de la justice les faits et condamner et travailler. C'est pitoyable que nous soyons gouvernés par des gens qui n'ont rien compris de ce que c'est l'appareil d'ETAT;
Paf En Décembre, 2012 (13:17 PM) 0 FansN°: 16
LE PLUS INTELLIGENT DES SENEGAULOIS AURAIT DU INVESTIR DANS UN HARRIER AU LIEU D'UN JET

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]