Casamance : « Il Parait Difficile D’envisager Une Solution Sans Qu’il Y Ait Un Compromis»

  • Source: : Sud Quotidien | Le 13 mars, 2018 à 15:03:58 | Lu 4738 fois | 25 Commentaires
content_image

Casamance : « Il Parait Difficile D’envisager Une Solution Sans Qu’il Y Ait Un Compromis»

Toute la lumière sur la tuerie de Boffa-Bayotte, ayant fait près d’une quinzaine de morts, n’aurait pas été faite, notamment l’identification du groupe en question, de tous les responsables, ainsi que les réels motifs qui ont poussé à ce massacre. C’est du moins l’avis de Jean Claude Marut,  docteur en géographie, auteur du livre : «Le conflit casamançais : ce que disent les armes». Il estime que les deux «glissements de terrain» de l’Etat, notamment «du fait divers à l’affaire politico-militaire» et aussi «de l’objectif très flou de bandes armées à un objectif de lutte contre la rébellion» posent problème et ne seraient pas sans conséquences. Moyennant quoi, le Chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde (Cnrs - Sciences-po Bordeaux), relève que le premier pas, dans le règlement de ce conflit, serait de «reconnaitre qu’il existe un point de vue indépendantiste» si on veut que ce point de vue puisse s’exprimer autrement que par la lutte armée.
 
Il a été signalé un regain de violence en Casamance, avec le déploiement de l’armée sénégalaise. Vous qui venez d’y passer un séjour relativement long, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
 
Il y a plusieurs constats à faire. Il y a tout d’abord le changement de terrain à partir de ce qu’il s’est passé dans la forêt de Bayotte. Jusqu’à preuve du contraire, il s’agit d’un fait divers, certes dramatique, mais un fait divers. C’est un assassinat qui a été commis par des groupes mal identifiés. On a parlé de groupes armés, manifestement. Mais la vérité me semble devoir encore être établie sur ce plan-là. Qui était vraiment ce groupe, pour quelles raisons exactes a-t-il fait ça ? Mais n’y a-t-il pas d’autres implications ? Tout n’est peut-être pas établi. Toujours est-il que, pour moi, dans une affaire comme celle-là, c’est à la police, à la gendarmerie, de mener l’enquête, d’identifier les coupables, de les rechercher et les remettre à la justice. Or, ce qu’il s’est passé après cet épisode, c’est que c’est l’armée qui est intervenue, en évoquant des « bandes armées » qu’il s’agissait de « démanteler », d’après le communiqué officiel. Pour moi, il y a un problème qui est posé par  ce passage d’un terrain qui est un terrain dramatique de fait divers, au terrain politico-militaire. Dans n’importe quelle autre région du Sénégal, l’assassinat d’une quinzaine de personnes n’aurait pas entrainé, me semble-t-il, l’intervention de l’armée. Ça, c’est la première contradiction qu’on peut relever.
 
Ensuite, la deuxième question que je me pose, elle est relative aux objectifs de l’intervention de l’armée. Dans un premier temps, il était question de démanteler des groupes armés. Donc, on a pensé à des bandits, puisque ce sont les termes qui étaient utilisés. Très rapidement, on s’est aperçu que ce sont les positions militaires du Mfdc qui étaient visées et désormais d’ailleurs, dans le discours officiel, dans celui de la Dirpa notamment, il n’est question que de s’attaquer aux rebelles. Autrement dit, il y a là un deuxième glissement. Non seulement, on est passé du fait divers à l’affaire politico-militaire, mais sur le plan militaire, l’objectif n’est plus un objectif très flou de bandes armées, mais un objectif de lutte contre la rébellion. Avec un déploiement de moyens considérables, comme la région n’en a peut-être pas connu depuis le début du conflit, et dont l’opinion n’est pas informée. Donc, voilà les deux bonnes questions que je me pose et auxquelles je n’ai pas de réponses. Mais, disons qu’on constate ces deux glissements. 
 
Par rapport à ces deux glissements, quelles peuvent être les conséquences, selon vous ?
 
Les conséquences, on les connaît. A savoir que, à partir du moment où l’armée a fait connaitre ses intentions, cela a laissé le temps à ces bandes armées, en réalité aux maquisards, le temps de se retirer de leurs positions, que ce soit des cantonnements ou des bases. A ma connaissance, d’après les informations que j’ai pu recueillir, une grande partie des cantonnements rebelles ont été évacués sans combat. Les combattants du Mfdc se sont retirés et leurs positions ont été investies par l’armée. Ce qui démontrerait qu’il y a moins une volonté d’écraser la rébellion que de mettre la pression sur elle. C’est ça la première grande conséquence : l’armée semble contrôler le terrain et ça peut correspondre à quelque chose qui n’est pas illogique, à savoir que l’Etat cherche à montrer, vis-à-vis de l’opinion, qu’il a la maitrise et les moyens de contrôler son territoire. Ça, ça peut être de nature à rassurer l’opinion. Le grand problème, c’est la question que je posais tout à l’heure : Au- delà de cet affichage compréhensible de maitrise du territoire, n’y a-t-il pas un deuxième objectif qui serait d’affaiblir la rébellion? Ça, il me semble que oui. Certains ont d’ailleurs parlé de « coup de pied dans la fourmilière ». Il me semble évident que cette dispersion des combattants du Mfdc est un élément d’affaiblissement de la rébellion. Alors, que sont-ils devenus ? Que feront-ils après ? Je n’en sais rien. Mais, il est incontestable que ce résultat a été obtenu. Il y a donc deux résultats qui ont été obtenus : le premier, c’est l’occupation du territoire et le deuxième, c’est la disparition, provisoire, peut- être, des combattants du Mfdc. Voilà au niveau des conséquences, sans parler des conséquences au niveau des populations. Il semblerait qu’un certain nombre de populations proches des frontières, se sont réfugiées ailleurs, soit en Guinée Bissau, soit dans d’autres localités casamançaises.
 
Pour vous qui aviez écrit sur la crise casamançaise, quelle devrait-être la solution la mieux indiquée pour régler ce conflit qui a duré plus de 35 ans ?
 
Ecoutez, je suis chercheur, je ne suis pas là pour donner des leçons ou pour répondre aux questions, mais je suis là pour essayer de comprendre les positions des uns et des autres. Donc, je comprends parfaitement le souci qu’a l’Etat sénégalais d’assurer à la fois l’unité nationale et l’intégrité territoriale. Je comprends ce souci : il parait logique et légitime. Comme je comprends et j’essaie de comprendre le point de vue indépendantiste, qui est l’affirmation d’un point de vue politique. L’un des problèmes que j’ai soulevé depuis longtemps, c’est que ce point de vue indépendantiste, depuis le début du conflit en 1982,  n’est pas reconnu. Il est combattu, réprimé. Alors que, dans mon sens, c’est un point de vue politique, quoiqu’on en pense, qu’on soit pour ou contre. Ce point de vue politique n’a pas la possibilité de s’exprimer librement. Donc, à partir de là, on peut considérer que la reconnaissance de ce point de vue politique, comme de la même manière que dans d’autres pays où des points de vue politiques d’autonomie sont reconnus, serait une des réponses au problème. Ou en tout cas, la première réponse. Reconnaitre qu’il existe un point de vue indépendantiste, qu’il soit minoritaire peu importe, mais qu’il existe un point de vue indépendantiste, un point de vue politique, de la même manière qu’en France où le point de vue nationaliste corse est reconnu- les indépendantistes corses peuvent se présenter aux élections – ou en Espagne - on connaît le problème catalan – ou en Belgique, en Italie, etc. Il y a de nombreux pays où il y des particularismes plus ou moins forts, des particularismes régionaux. Avec, il peut y avoir des partis politiques qui réclament l’autonomie, voire l’indépendance. Mais, à partir du moment où ils s’inscrivent dans un cadre politique, légal, ils sont reconnus et il n’y a pas de conflits armés.
 
L’une des difficultés est que, jusqu’à présent, le Mfdc a privilégié la lutte armée et n’a pas proposé de réponses politiques autres que l’indépendance. Il n’a pas proposé de compromis politique. Il n’a pas envisagé la possibilité de compromis. Le mot d’ordre reste le même depuis le début : c’est l’indépendance ou rien ! Et, en face, l’Etat sénégalais à l’inverse continue à défendre son point de vue, à savoir l’ouverture à tout dialogue à partir du moment où l’intégrité territoriale et l’unité nationale ne sont pas menacées. Entre ces deux positions apparemment irréductibles, il y a un vaste espace qui, malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, n’a pas été exploré. La question est la suivante, finalement : quelles seraient les possibilités d’un compromis, étant bien entendu que le mouvement indépendantiste n’est pas en position de force. Loin de là : il n’a jamais été aussi faible, et il n’est pas en position de force pour imposer quoi que ce soit. En même temps, il parait difficile d’envisager qu’une solution soit trouvée sans qu’il y ait un compromis, sans que l’Etat accepte certaines concessions pour permettre une sortie honorable à ce mouvement.

Auteur: Jean Michel DIATTA - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (12)


Attention En Mars, 2018 (16:32 PM) 0 FansN°: 1
je propose la surveillance de ce monsieur
Reply_author En Mars, 2018 (17:03 PM) 0 FansN°: 1
poste n°1 je suis parfaitement d accord avec vous et j'augmenterai de l'auteur de l'article aussi
Southmoreland Gomis En Mars, 2018 (18:51 PM) 0 FansN°: 2
c'est plutôt le mfdc qui le surveille à la traditionnelle, ce français néo-colon blasphémateur qui jadis crié haut (au nom de dieu vive la colonial) voici l’agent marut l'africaniste vieux baroudeur spé(cia)liste de l'afrique loge et piscine cnrs de la raison hélène dans les cabeza des responsables politique sénégalais qui croient que l’émotion est pour les casamançais. ce gaulois classe lugan est un des pires ennemis du mfdc. l’échec du protectorat français a poussé la france a laissé ses valets sénégalais a continué l'occupation de la casamance par des occupants a peaux noir plus cyniques que leurs maîtres blanc. a leur arrivé les français avaient-ils trouvé un roi du cayor ou du sine-saloum, du tékrou, du djolof qui régnait en casamance invicta felix.
Sénégalais En Mars, 2018 (19:04 PM) 0 FansN°: 3
@southmoreland gomis
il y'a eu des traités de protectorat avec des villages en casamance, via leurs rois. (diémbéring, kabrousse etc. comme il y'en a toujours eu partout dans le reste du sénégal (cayor, sine, dioloff, walo etc.). il n'y a jamais eu protectorat , en revanche, ni quelconque accord entre l'état français et une entité appelée casamance. cela n'existe pas! les traités de protectorats qu'il y'avait étaient signés par des roitelets qui ne représentaient que leurs villages, comme c'est le cas dans tout le reste du sénégal.
a leur arrivée, les français avaient trouvé en casamance, par ci un roi (oussouye) ou une reine (kabrousse), par là des villages divers avec divers chefs coutumiers qui n'ont jamais formé un état.
et aucun "damel" ou "bourba" n'est allé s'imposer en casamance. ils s'en foutent car eux aussi ont été colonisés par le toubab comme vous. maintenant, il y'a ce qu'on appelle état sénégalais (regroupant tout le territoire du sénégal dont la casamance) qui s'est substitué à l'état français aux indépendances.
jamais aucune velleité d'indépendantisme pendant la colonisation. il a fallu que les blancs partent pour que le nègre ziguinchorois retrouve son courage 20 ans après d'ailleurs pour nous parler d'indépendance! vous croyez que c'est sérieux?
ensuite, vous avez intérêt à respecter la france chez qui tous vos leaders sont allés se réfugier. vous passez votre temps à prendre la france à témoin et vous l'insultez? si vous avez un accord entre la france et la casamance justifiant l'indépendance, sortez le ou taisez vous à jamais
Southmoreland Gomis En Mars, 2018 (19:35 PM) 0 FansN°: 1
la suzeraineté et non protectorat entre les français et les rois de casamance. la présence française en casamance est du à la convention franco-portugaise. les portugais avaient pris de sacrés raclée en casamance le fort de bolole fut détruit aucun légionnaire portugais n’a survécu. les français ont pris la relève et on laissé les sénégalais et des monuments, celui de ziguinchor de ziguinchor et une tombe pyramidale à carabane tombe du capitaine protêt neveux du maréchal protêt? avant indépendance du sénégal la place de l'indépendance portée la place protêt. c'est par la maladie de variole comme contre les indiens que les français ont occupé l'île de carabane. les français ont quitté la casamance à l’anglaise pour faire place aux sénégalais avec de futilité psychologique cousinage entre sérères et ajamaats. comme les français le corps expéditionnaire diplomatique sénégalais et son armée quittera la casamance. comme son palmier la casamance fleurira.
Southmoreland Gomis En Mars, 2018 (19:43 PM) 0 FansN°: 2
les rois de casamance ont des noms exemple silahélébé diatta. allez savoir comment les sujets sénégalais ont conspiré et provoqué la guerre contre oussoye.
Chercheur Sénégalais En Mars, 2018 (16:32 PM) 0 FansN°: 2
J'avais voulu mené des recherches sur la Casamance et particulièrement sur le conflit. Mais c'était très risqué. Finalement, avec beaucoup d'hésitation, j'ai renoncé car le constat d'une répression de part et d'autre était plus qu'une réalité. Beaucoup de personnes ont payé de leur vie pour avoir voulu jouer un rôle même pour l'intérêt général (des deux parties).
Talibe En Mars, 2018 (17:03 PM) 0 FansN°: 3
Tuez les tous et revenez seuls
Anonyme En Mars, 2018 (17:26 PM) 0 FansN°: 4
Ils réclament l'indépendance en cultivant du Yamba? C'est du banditisme, la question de l'indépendance n'est qu'une diversion.
Sénégalais En Mars, 2018 (17:37 PM) 0 FansN°: 5
Monsieur Marut nous prend réellement pour des demeurés que nous ne sommes pas.

Premièrement, il s'étonne de voir l'armée intervenir pour mâter de "simples bandes armées" qui ne seraient pas du mfdc. Pour lui certainement, la police et la gendarmerie auraient suffit si l'état sénégalais était de bonne foi.

Cependant, je rappelle à monsieur marut qu'en france, ce sont des militaires de l'armée, en tenue de combat, qui patrouillent dans les rues depuis les attaques terroristes! où sont la police et la gendarmerie française? Donc, monsieur marut, l'armée peut inte

Deusrvenir chaque fois que la gravité de la situation l'exige. Et le massacre de 15 personnes avec des armes de guerre, dans une zone de rebellion armée justifie amplement le déploiement de l'armée nationale.

Deuxièmement, monsieur marut nous reproche de ne pas "prendre en compte" le point de vue indépendantiste!

Mais, monsieur marut, qu'est ce que vous appelez "prendre en compte"? Si c'est reconnaître le droit à des gens de proclamer l'indépendance d'une parcelle du territoire national, je vous rappelle que ce droit n'est reconnu par aucun pays, y compris le vôtre! la france tolère certes le nationalisme corse mais n'a jamais reconnu son droit à l'indépendance! récemment, la france a refusé de mentionner dans sa constitution, comme le lui demandaient les nationalistes corses, de mentionner la corse dans la constitution française! ce refus est justifié par l'atteinte à l'intégrité territoriale qui est un crime en france.

Donc ce que votre pays refuse, vous nous reprochez de ne pas l'accepter! pourtant, les revendications indépendantistes corses peuvent paraître plus justifiées que celle du mfdc puisque la corse correspond à un ensemble territorial coupé de la france et habité par un peuple homogène, le peuple corse qui, une fois dans lhistoire, s'était administré lui-même avant d'être annexé par la france au 18ème siècle.

La casamance, au contraire, n'a jamais correspondu à un peuple homogène s'étant librement. adminisitré et n'est pas coupée du sénégal.

La france fait face à trois indépendantismes : basque, corse et bretons. Elle n'en a reconnu aucune.

Les nationalistes corses participent à des élections, mais territoriales, tout comme les membres du mfdc peuvent participer aux élections locales.

D'ailleurs, lors des législatives de 2012, jean marie biagui, secrétaire général du mfdc était tête de liste à ziguinchor (sous la liste des écologistes) mais a été battu (ce qui sonne comme un rejet de l'indépendantisme par une majorité de ziguinchorois). Donc sur ce point, le sénégal n'a pas de leçon à recevoir de vous.

Il demeure que, comme tous les états souverains, le sénégal ne peut accepter la présence de mouvements armés sur son territoire (la france ne l'a jamais accepté), d'où la légitimité du démantèlement des bases du mfdc.
Sénégalais  En Mars, 2018 (17:54 PM) 0 FansN°: 6
(Suite ). Le conseil constitutionnel français a refusé la mention " peuple corse " dans la constitution française, ce qui, contrairement aux allégations de marut, sonne comme un rejet du nationalisme corse. Le conseil constitutionnel français a soutenu qu'il n'existe en France qu'un peuple : le peuple français.

Donc marut doit arrêter de nous prendre pour des cons en nous faisant croire que la France a reconnu le nationalisme corse.
Anonyme En Mars, 2018 (18:19 PM) 0 FansN°: 7
La Casamance est aussi en droit de demander son autonomie, il faut discuter avec elle au lieu de laisser des sénégalais tirer sur d'autres sénégalais. Ce massacre a plus que duré, c'est la faute à ses marabouts et politiciens qui ne respectent que ceux qui s'appellent Mohamed ou Karim, s'ils étaient musulmans tous les chefs réligieux allaient parler mais la ils sont considérés comme des gnaks ou lakeukats.

Pauvres négres arabisés, vous pleurez pour la palestine ou les royhingas mais pas pour vos compatriotes.

Le changement est en cours, les fanatiques qui pensent que le sénégal leur appartient et qui n'ont d'autres arguments que la violence et se disent réligieux.

La majorité silencieuse est en marche, vous n'avez rien apporté à ce peuple depuis plus de 50ans avec vos prières, djangues, magal, ziarr etc
Sénégalais En Mars, 2018 (18:53 PM) 0 FansN°: 1
quelle est cette légitimité? déclinez la moi, depuis le temps que je vous la demande! la casamance ni historiquement, ni sociologiquement, ni religieusement n'a aucune particularité justifiant son autonomie (je ne parle même pas d'indépendance).
historiquement, la casamance est devenue sénégalaise avant la cayor et le dioloff car rattachée au territoire sénégalai le 12/05/1886 (cayor 27/10/1886, dioloff 1890). historiquement aussi, la casamance n'a jamais correspondu à un état ou une entité regroupant un territoire autonome avec un peuple homogène. si cela a existé, indique moi quand avec les références et comment cet "état "s'appelait et quels étaient ses limites géographiques (car la dénomination casamance vient du colon de même que la délimitation géograhique ).
sur le plan sociologique, il n'existe pas de "peuple casamançais" mais des populations de casamance composées d'ethnies différentes entre elles mais partageant le même substrat culturel que tous le reste des sénégalais. si tu n'es pas d'accord, indique moi un seul trait culturel commun à tous les casamançais et qu'on ne retrouve pas chez les peuples du nord du sénégal. je te met au défi.
sur le plan religieux également aucun particularisme! car l'islam, le christianisme, l'animisme existent tant en casamance qu'au nord du sénégal.
les prénoms arabisés ( mohamed , karim etc.) existent aussi en casamance. par exemple; votre goebbel apakena diémé a été baptisé par son père ahmed. il y'a salif (sadio), ismaiel (magne diémé), mamadou (krumah sané) etc.
votre mouvement a été dirigé par l'abbé menteur diamacoune qui est dirigeant d'un culte non casamançais (le christianisme=.
pour ce qui est des magal, ziars, ou autres manifestations religieuses musulmanes, elles existent aussi en casamance dont le plus important est le dakka de médina gounass (kolda). les aidaras de casamance sont des marabouts de même que les cissé de diamacouta, les doumbia etc.
en vérité, votre mouvement est raciste car pensant le vrai casamançais comme forcément diola et animiste! c'est cela la réalité, à travers vos propos haineux contre l'islam (vous tolérez beaucoup plus le christianisme alors que c'est aussi une religion de colon).
pour le manque de compassion prétendu, je te rappelle que l'état du sénégal a décrété un deuil national pour la mort de ces gens tués à boffa (et qui sont presque tous musulmans contrairement à tes mensonges). pendant ce temps, des casamançais comme atépa et les autres, banalisaient ces morts en se focalisant plus sur la coupe de bois.
Casamançais En Mars, 2018 (18:25 PM) 0 FansN°: 8
Moi je suis casamançais, mais les rebelles n'ont pas de légitimité, ils représentent quelle casamance? Les casamançais non armés à majorité écrassante ne veulent pas de cette utopie.
Anonyme En Mars, 2018 (19:46 PM) 0 FansN°: 9
A quel titre va t il se balader dans une zone de combat ? Ce Francais là est à expulser et avec interdiction de séjour au Sud. Il se fait porte parole de ces rebelles et ce Diatta n´esst pas propre non plus. S il l´est qu´il me pardonne alors.
Faye En Mars, 2018 (09:31 AM) 0 FansN°: 10
Bravo Senegalais vous clouez le bec à ces pseudo indépendantistes par vos arguments pertinents et bien documentés.Je soupconne d'ailleurs que sous ce pseudonyme de Soumtherland gomis se cache en réalité Apakana Dieme.Ce rebelle de salon qui est en Allemagne dans son confort douillet et qui veut attiser le feu chez nous en reprenant les theses mensongères de Diamacoune .
Rémond Gomis En Mars, 2018 (19:38 PM) 0 FansN°: 1
personne ne peux clouer le bec aux hommes du mfdc. les sénégalais ce qui sont assissent sur la table de la casamance devront se lever pour faire place aux membres du mfdc.
Anonyme En Mars, 2018 (09:58 AM) 0 FansN°: 11
Ce chercheur est vraiment de mauvaise foi. Son argumentaire est plein de contradictions. Le Sénégal doit surveiller ce genre de types qui sont en réalité des agents de la francafique ou simplement des consultants du mfdc même. Il faut simplement les arrêter et les traduire en justice. A-t’on jamais permis à un quelconque sénégalais d’aller rédiger un mémoire de masser sur la cause corse ou basque? Alors il faut arrêter ce genre de faux chercheurs
Anonyme En Mars, 2018 (16:56 PM) 0 FansN°: 12
Il s'est tout simplement enrichi de cette crise avec lae Collabo "SOS Casamance" qui organise ses conférences où les Membres du Mfdc en France en particulier les invités d'honneuret jamais un représentant de la Nation sénégalaise.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com