Mercredi 27 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Sédhiou : Grogne dans le secteur de la santé

Single Post
Sédhiou : Grogne dans le secteur de la santé

Vers la paralysie du secteur de la santé. Le syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) déroule son premier plan d’action le vendredi 16 janvier.

De nouvelles perturbations dans le secteur de la santé qui ont, pour motif, le paiement sans délai des arriérées de salaire, les indemnités diverses et l’affectation à l’hôpital régional de spécialistes en médecine. Selon Massamba Mbaye qui a parlé en leur nom, ce mot d’ordre est conforme au plan d’action national qui démarre par un sit-in suivi d’une marche.



3 Commentaires

  1. Auteur

    Foumouna

    En Janvier, 2014 (14:33 PM)
    C'est vrais, on demande aux agents de la santé de bon résultats pour atteindre les OMD d'ici 2015.Mais imaginé jusqu' aujourd'hui ces agents contractuels du ministère de la santé sont à leur deuxième mois sans salaire; des Pérès et mères de famille; c'est très grave vous imaginez. D'autres secteurs réclament aujourd'hui de primes, d'indemnité, de logement occupés dans certains corps qui ont même leur primes et indemnité seulement sans compter le salaire 4fois plus grand que le salaire d'un infirmier ou sage femme qui se trouve en brousse dans la profondeur travaillant sans repos sauvant de vies avec tous les risques qu'on peut imaginer de toute maladie très contagieuse. Pour appeler il fut un temps mois même j'étais resté 4mois sans salaire. Ces agents non motivés ne font pas parfois correctement leur travail Et c'est toujours la population qui subis ces conséquences. Il y a beaucoup de non dit. C'est l'Etat même qui ne joue pas son rôle.
  2. Auteur

    Mammodou

    En Janvier, 2014 (12:15 PM)
    La santé des populations est trop importante pour qu'on en fasse un fonds de commerce (au propre comme au figuré). Paralyser le système de santé est une arme de lutte aux conséquences désastreuses pour les populations (et pas nécessairement pour le pouvoir). C'est pourquoi, il doit être le tout dernier recours, ne serait-ce que par respect pour les populations au service desquelles nous travaillons et à la sueur de qui nous percevons nos salaires et autres indemnités. Même si on est d'accord que le non paiement de salaires est totalement injuste et anormal, il me semble plus sage de poser le problème et d'en discuter - je suis sûr qu'une solution rapide et juste serait trouvée.

    Au-delà de la situation ponctuelle qui motive cette décision du Sutsas, se pose le problème épineux des contractuels qui sont souvent des personnels non qualifiés, en nombre trop élevé au point d'empêcher le bon fonctionnement des services. Les gouvernements qui se sont succédés de 2000 à 2012 ont complètement saboté le système en l'utilisant pour caser leurs militants sans se soucier de la mission du système de santé, ni du besoin de soins de qualité des usagers, ni des exigences d'un plateau technique performant pour résoudre les problèmes de santé des populations.

    Les solutions idoines aux problèmes du secteur viendront d'une large concertation avec tous les acteurs. La ministre de la santé dont la photo est tout le temps associée à chaque article sur la santé ne fera pas de miracles : s'il n'y a pas de spécialistes sénégalais formés, elle ne pourra affecter aucun spécialiste à Sédhiou (ni ailleurs). Par contre, il est de son devoir de planifier dès à présent la formation de spécialistes et de prévoir dans le budget les fonds nécessaires pour les bourses d'études (sauf si cette responsabilité est dévolue au ministère de l'enseignement supérieur - dans lequel cas, la ministre doit entrer en contact avec son collègue pour résoudre le problème des bourses). Mille excuses pour la longueur du texte. Je pense qu'il est important qu'il y ait une volonté commune de dialogue et de résolution des problèmes pour que le droit des populations à la santé soit en permanence préservé. Je soutiens votre lutte mais, il faudrait juste en revoir les formes.
    Auteur

    Sage Femme

    En Janvier, 2014 (17:21 PM)
    Les salaires des contractuels sont mal gérés au niveau du ministère de la santé et plus précisément au niveau de la DRH. Le directeur signe des contrats sans couverture budgétaire qui engage l'Etat. Cela a pour conséquence des dépenses extrabudgétaires avec des dépassements budgétaires qui vont du simple au triple.N'est ce pas une vétable faute de gestion et tout ceci pour caser des personnels soit disants administratifs (parents , politiques....) sans qualification au détriment du personnel technique exercant en brousse. Madame le ministre en personne pouvait régler le problème en prenant des mesures d'assainissement de la masse salariale des contractuels. Mais elle a complètement fermé l'oeil là dessus. Cette mauvaise gestion de la masse salariale des contractuels de la santé devrait etre audité pour éclairer la laterne des syndicalistes. Les autorités du pays en commençant par le pésident Macky SALL doivent prendre leurs responsabilités pour que le ministère gère de manière rationnelle et transparente la masse salariale des contractuels. Seul un audit indépendant et transparent pourrait permettre d'avoir des solutions durables.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email