Mardi 27 Juillet, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Un réseau de «trafic humain» vers l'étranger démantelé à Ouagadougou

Single Post
Un réseau de «trafic humain» vers l'étranger démantelé à Ouagadougou
Un réseau de "trafic humain" vers des pays étrangers, a été démantelé par les forces de l’ordre et de sécurité burkinabè, a-t-on appris auprès de la brigade-ville de gendarmerie de Kosyam, un quartier au sud de Ouagadougou.

Le réseau a été présenté, samedi aux journalistes au cours d'une conférence de presse animée par le commandant de la compagnie de gendarmerie du Kadiogo (Ouagadougou), le capitaine, Issa Paré.

Expliquant le mode opératoire des présumés délinquants, le capitaine Issa Paré a souligné que tout serait parti d'une plainte déposée par un citoyen, le 6 janvier dernier, faisant cas de la disparition de sa femme. 

Ainsi, l'équipe de la gendarmerie de la brigade-ville de Kosyam aurait saisi le procureur du Faso à des fins d'enquête qui s'est soldée par l'arrestation d'une dame d'une trentaine d'année chargée de faire partir des individus vers des destinations inconnues. 

Les perquisitions au domicile de la mise en cause aurait permis la découverte de 39 fiches d'identification de personnes ayant bénéficié de ses services et quatre faux passeports. 

Selon les renseignements fournis à la gendarmerie, c'est depuis février 2010, que ce trafic a lieu, un important lot de dossiers ayant également été saisi. 

«L'agence de cette dame qui n'avait d'ailleurs pas l'autorisation d'exercer au Burkina Faso est en partenariat avec d'autre agences dans chaque pays d'accueil », précise-t-on. 

Toujours selon la gendarmerie, c'est la dame en question qui est chargée de recruter les filles et les femmes sans aucun apport. 

Et d'ajouter qu'une fois le passeport acquis, la bénéficiaire est envoyée vers le pays d'accueil, où elle est vite confiée à une famille pour trois ans de contrat. 

Aux dires de l'une des victimes revenue au Burkina Faso, les clauses du contrat consistent à reverser le salaire des trois premiers mois, soit 100 000 F CFA/mois, au compte de la trafiquante. 

Le capitaine Issa Paré a confié que l'enquête se poursuit en vue de mieux élucider le problème.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email