Samedi 12 Juin, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Culture

L’écrivain Charles Nokan relève le peu d’intérêt accordé à la lecture en Côte d’Ivoire

Single Post
L’écrivain Charles Nokan relève le peu d’intérêt accordé à la lecture en Côte d’Ivoire
 La régression de la quête de connaissances, de culture et de savoir fait qu’en Côte d’Ivoire, ''il y a peu de populations intéressées par la lecture'', a indiqué l’écrivain ivoirien Charles Nokan, soulignant que du temps de la lutte pour les indépendances, ‘’on lisait davantage’’.

‘’Immédiatement après les indépendances, la jeunesse s’est plutôt intéressée à la télévision. Et de nos jours, c’est l’internet qui domine’’ a-t-il confié à l’APS, pour justifier le peu de considération donnée à la lecture en Côte d’Ivoire.

Charles Nokan, professeur de philosophie et de sociologie à la retraite, participe à la 14-ème édition de la Foire internationale du livre et du matériel didactique de Dakar (FILDAK). Il a déjà publié quelque 36 ouvrages et en a deux qui sont en ce moment sous presse.

Selon l’écrivain, qui a publié son premier livre ‘’Le Soleil noir point’’ en 1962, ''la cherté du livre en Côte d’Ivoire peut aussi être un des facteurs qui influe négativement sur l’envie et l’utilité à la lecture''.

‘’Les livres coûtent assez cher, a-t-il dit. Mais, même si nous ne sommes pas encore parvenus à obtenir que la majorité des Ivoiriens se mette à lire, nous faisons tout pour que les populations lisent davantage. Et, tout de même, il y a une bonne minorité qui lit’’ s’est-il défendu.

D’ailleurs, a-t-il fait savoir, ''certains sont même en train de penser que le livre va disparaître''. Mais ils, assure-t-il, ''ils peuvent déchanter parce que le livre sera encore là, étant entendu que les écrivains continuent d’écrire et il y a beaucoup de maisons d’éditions en Côte d’Ivoire''.

''Malgré tout cela, le livre tient encore sa place en Côte d’Ivoire'', Charles Nokan qui a tout de même dénoncé ''une certaine dichotomie qui fait que, malgré que la population n’ait pas un pouvoir d’achat élevé lui permettant d’acheter des livres, la réalité est que les enseignants eux-mêmes ne lisent pas''.

‘’Juste pour vous dire que, nous écrivains, éditeurs et diffuseurs, faisons des efforts, mais il y a aussi que les vrais lecteurs ne lisent pas’’, a fait noter l’écrivain-poète qui a invité les ivoiriens au retour vers la culture de la lecture pour renforcer leur savoir.

Prévue pour six jours, la FILDAK est organisée par le ministère de la Culture et du Patrimoine, sous le thème : ''Le livre et la diversité culturelle’’, avec comme pays invité d'honneur la Côte d’Ivoire.

Elle se tient en partenariat avec le Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), la Francophonie et l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email