Samedi 27 Novembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Culture

Polémique Expo De Dago : L’impossible Débat Entre Le Commissaire Et Les Censeurs

Single Post
Polémique Expo De Dago : L’impossible Débat Entre Le Commissaire Et Les Censeurs


La toute dernière exposition du peintre et photographe Ousmane Ndiaye Dago à la Galerie nationale d’art a manifestement donné de l’urticaire à quelques-uns : trop dénudé pour ne pas dire «pornographique». Le collectif «And Samm Jikko Yi», qui regroupe un certain nombre d’associations religieuses et de la Société Civile, dit «avoir fait constater cet acte de provocation gravissime par huissier». La suite, cette «grande marche de protestation» que le Collectif entend organiser devant la Galerie nationale. Toujours à ce sujet, le débat qui aurait dû avoir lieu ce mardi 11 juillet sur la DTV a dû être annulé, parce que le commissaire d’exposition Babacar Mbaye Diop a tout simplement quitté le plateau ; «en direct». Autre cible de «And Samm Jikko Yi», le concert du groupe togolais Toofan de ce samedi 15 juillet.
 
«Il barbouille de terre de jeunes femmes, qu’il convainc de poser nues, et il appelle ça de l’art». Voilà, de façon très ramassée pour ne pas dire caricaturale, ce que le responsable moral de Mouride Action, Serigne Moustapha Diakhaté, pense de la pratique artistique du peintre, photographe et designer Ousmane Ndiaye Dago. Dans le milieu, l’artiste est connu pour ses «Femmes-terre», recouvertes d’argile quitte à les rendre méconnaissables ou à les «dépersonnaliser». Des sculptures ? Des œuvres d’art ? Peut-être pas pour tout le monde. La preuve, avec cette expo de Dago qui s’est achevée récemment à la Galerie nationale d’art, et qui n’a manifestement pas été du goût de tout le monde. Derrière ce «travail», un artiste quelconque, un certain Ousmane Ndiaye Dago dit Serigne Moustapha Diakhaté, qui s’est exprimé à ce sujet sur Lamp Fall Tv.

Pour montrer à quel point ce serait indécent, l’homme n’hésite d’ailleurs pas à faire le lien entre la Galerie nationale d’art, siège de cette exposition, et le «Palais» de la République qui se trouve à côté : sacrilège !

En farfouillant dans le passé de l’artiste, on tombe forcément sur l’affaire Mathiou et Compagnie, une histoire de mœurs impliquant des mineures à l’époque (2008), et où le nom de Dago avait été cité à l’époque. A l’écran, Serigne Moustapha Diakhaté s’en donne à cœur joie, laissant entendre que l’artiste «aurait dû faire être emprisonné, au même titre que ses complices», mais qu’il «avait alors préféré prendre la fuite».

Dans l’après-midi de ce mardi 11 juillet, Ousmane Ndiaye Dago lui-même, et son commissaire d’exposition, Babacar Mbaye Diop, étaient les invités d’un débat qui aurait dû avoir lieu sur la DTV. «Aurait dû», parce que Babacar Mbaye Diop a tout simplement quitté le plateau de la DTV» ; «en direct», avant de s’excuser, sur sa page Facebook». Pas «auprès de ces barbus qui veulent nous imposer leurs lois, mais auprès du public amoureux de l’art et de la culture qui suivait l’émission ».

«La cohésion sociale est en danger»

A sa décharge, dit l’ancien secrétaire général de la Biennale de Dakar, et actuel président de la section sénégalaise de l’Association internationale de la critique d’art (Aica), «je pensais que DAGO et moi étions les seuls invités. C’est sur place que j’ai découvert que je partage le plateau avec des gens qui ne méritaient pas le déplacement. (…) Je me renseignerai désormais sur un plateau avant d’aller répondre à une invitation de télévision sur les questions de l’art ». Avant d’ajouter que lorsque «des censeurs décident de juger, valider ou rejeter des œuvres de propriété artistique ou littéraire dans l’espace public, la cohésion sociale est en danger».

Argument à l’appui, le commissaire d’exposition cite l’article 8 «de notre Constitution», qui consacre le droit des citoyens à un «accès aux biens culturels». Sans oublier, dit Babacar Mbaye Diop, que Dago expose ses «Femmes-terre» depuis 1995 ; autrement dit depuis plus d’une vingtaine d’années. Des regrets ? Absolument pas dit-il : parce que «si c’était à refaire, j’exposerais les mêmes œuvres».

L’autre reproche que l’on fait à cette exposition, intitulée «Reflets d’expressions et d’expériences», c’est son vernissage, et surtout sa performance artistique. «Pornographique» ? Certainement pas, dit le commissaire d’exposition. Idem pour certains journalistes. D’après le journal Enquête (édition du 4 juillet), on a surtout vu Dago mettre «les dernières couches de peinture sur son mannequin». Et puis, «dans un coin de la Galerie nationale», il y avait aussi sa très emblématique «Femme-terre», qui «recevait un coup de pinceau d’Ousmane Ndiaye Dago ou de Chalys Lèye», qui a, de façon très «spontanée», «apporté un brin de folie au tableau». Donc pas de quoi fouetter un chat…Sans oublier que, selon le président de l’Aica, ce n’était pas la première fois : « L’artiste a réalisé cette performance plusieurs fois, même en face des autorités de ce pays lors du colloque sur l’ouverture du Musée des civilisations noires. Si c’était pornographique, elles seraient les premières à la dénoncer. Elles ne l’ont pas fait parce qu’elles savent ce qu’est la création artistique.»

La menace sur le concert de ce samedi

Toujours est-il que l’artiste se serait comme qui dirait fait pas mal d’ennemis, quand on sait que Serigne Moustapha Diakhaté n’est pas seul dans ce combat. Autour de lui, il y a l’alliance «And Samm Jikko yi», qui regroupe plusieurs organisations religieuses et de la Société Civile, pour la «défense de nos valeurs» : la Ligue des Imams et Prédicateurs du Sénégal, le Comité pour la Défense des Valeurs Morales, l’Organisation islamique JAMRA, SOS Consommateurs, Mouvement pour une Afrique Debout, Mouride Action, etc.

Dans un communiqué qui remonte au 7 juillet, donc en pleine exposition, l’Alliance écrivait déjà ceci : «Après avoir fait constater cet acte de provocation gravissime par huissier,  nous Associations islamiques, organisations de la société civile et chefs religieux, Exigeons l’arrêt immédiat de l’exposition d’Ousmane Ndiaye (…) Le Collectif informe qu’il organisera  une grande marche de protestation devant la galerie nationale des Arts de Dakar pour dénoncer et faire cesser de tels agissements provocateurs. »

Réplique de Babacar Mbaye Diop, qui enseigne aussi l’Esthétique au Département de Philosophie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) : «Les œuvres de DAGO sont très esthétiques, superbes. Qu’ils restent donc dans leur domaine et laissent le domaine de l’art et de la création artistique aux artistes et aux experts !»

Autre cible de «And Samm Jikko yi», qui en veut aussi au ministère de la Culture et la Communication, qui a bien voulu autoriser une exposition de cette nature, le concert du groupe Toofan de ce samedi 15 juillet au Grand Théâtre : «Nous mettons en garde contre la tentative d’organiser le 15 juillet prochain au Grand Théâtre, un spectacle qui sera animé par “Toofan”, le duo togolais Master Just & Barabas, souvent accompagnés par des filles qui s’adonnent à des danses obscènes, vêtues de slips.»


affaire_de_malade

6 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2017 (17:48 PM)
    ce n'est de l'art que lorsqu'ils enduiront leur maman de terre pour l'exposer
  2. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2017 (18:23 PM)
     :emoshoot:  :emoshoot: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2017 (21:02 PM)
    Le Sénégal sombre un peu plus chaque jour dans l'obscurantisme.



    Triste pays....
    {comment_ads}
    Auteur

    Ngor

    En Juillet, 2017 (22:27 PM)
    Au lieu d'aller une marche, concentrez-vous sur les problèmes de notre pays, éducation, santé,alimentation et j'en passe, on a vraiment des choses plus importantes à traiter que ça, laissez ceux qui veulent aller voir Dago, aller voir Dago.Pourquoi vouloir imposer votre vision par la force à ceux qui ne veulent pas, on est en démocratie wala book?
    {comment_ads}
    Auteur

    Muslim

    En Juillet, 2017 (22:57 PM)
    Salam alaykoum il n'y a rien de plus important que la foi et la préservation des bonnes moeurs
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2017 (08:29 AM)
    Quand il s'agit des tableaux wala expos à caractére "PORNOGRAPHIQUE" ils crient partout en tout temps et moment. Mais les BINE-BINE, DIAL-DIALI et LEUMBEUL sur les Tv devant tout un chacun mome on les entend jamais



    txhiiimmmmm!!!!!!!!!!!!! :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">  
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email