Dimanche 25 Février, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Entretien

El Hadj Mounirou Ndiaye, économiste, sur le Pétrole : « Pourquoi le mode de partage de production n’est pas adapté »

Single Post
El Hadj Mounirou Ndiaye, économiste, sur le Pétrole : « Pourquoi le mode de partage de production n’est pas adapté »


Économiste et Enseignant chercheur à l’Ufr Sciences économiques et sociales de l’Université de Thiès, le Dr El Hadji Mounirou Ndiaye alerte. La décision prise par l’Etat du Sénégal de miser sur le mode de partage de production, ainsi que la configuration de la joint-venture, dans le cadre de l’exploitation du pétrole sénégalais, ne lui semblent pas judicieux. Il ajoute cependant, quelques idées et suggestions dans la corbeille étatique.

 

Est-ce que la répartition des parts, dans sa configuration actuelle, est avantageuse pour notre pays?

Le Sénégal doit s’appuyer sur les erreurs contractuelles commises dans d’autres pays africains pour mieux profiter de cette opportunité. Le mode de partage de production évoqué par le Président Macky Sall ne me semble pas adapté. Ce que le Président Macky Sall a dit et qui a été rapporté par les médias est vrai, et c’est ce qui s’est toujours passé dans le pétrole africain.

Fan-1 et Sne-1 font partie de trois blocs offshores couvrant une superficie de 7.490 kilomètres carrés co-exploités, dans le cadre d’une joint-venture, par l’écossais Cairn Energy (40% des parts), l'américain Conoco Phillips (35%), l'australien Far (15%) et Petrosen (10%). Cependant, de mon modeste point de vue, cette répartition des parts dans la joint-venture est déjà d’une mauvaise configuration pour le Sénégal puisqu’elle va déterminer le mode de répartition des parts dans le partage de production qui est prôné. Donc plus de parts du Sénégal dans cette joint-venture, implique deux avantages immanquables: encaissement d’une bonne partie du «Cost Oil » (remboursement des dépenses d’exploration et de développement) et maximisation du « Profit Oil » (part de l’Etat dans le pétrole). Dès lors, même si les inputs de l’exploitation pétrolière s’avèrent être trop onéreux pour notre budget public, les enjeux économiques sont suffisamment colossaux pour que le Sénégal redouble encore d’efforts financiers dans les financements de cette joint-venture (et de l’exploitation future). L’argument financier étant souvent évoqué pour justifier la maigre part du Sénégal, il est alors nécessaire de mettre tout atout possible de notre côté, afin d’éviter de tomber dans le piège des contrats spoliateurs qui sont en vigueur dans d’autres pays africains ou arabes.

 

Quelle serait selon vous, la configuration idéale?

Le Président Macky Sall a très vite évacué la concession et nous sommes conscients que c’est une décision mûrie puisque cette histoire du pétrole sénégalais ne date pas d’aujourd’hui. C’est vrai qu’il existe des paramètres inconnus du public que pondèrent les dirigeants et qui infléchissent les décisions étatiques. Néanmoins, la concession pourrait, après analyse, concertation et négociations, s’avérer être la meilleure formule et consacrer une innovation sénégalaise historique dans ce sens. L’exploration du pétrole sénégalais est en cours, le forage est maintenant prévu en 2016 et il faut encore 5 à 6 ans pour le démarrage des activités de production. On peut donc dire qu’il reste encore une marge temporelle que nous pouvons utiliser pour réfléchir davantage, de connivence avec toute la matière grise dont dispose le Sénégal dans ce domaine. Les parts des entreprises étrangères doivent être consistantes, c’est vrai. Comme l’a si bien dit Monsieur le Président, «ce sont les compagnies pétrolières qui investissent lorsqu’il y a découverte de pétrole dans un pays». Mais est-ce une raison valable pour que le Sénégal courbe l’échine en renonçant à ses marges de négociations, en renonçant à l’élaboration d’une transaction optimale ? Après tout, il s’agit de nos côtes, de notre environnement immédiat, voire même d’une opportunité unique d’avoir de conséquentes ressources additionnelles pour le financement de notre émergence économique.

Comment l’Etat peut faire en sorte que les populations tirent profit des retombées pétrolières ?

Sur ce pétrole, l’on ne souhaite pas que se reproduise le même scénario des contrats miniers de Sabadola par exemple, où l’Etat et les populations tirent des miettes pour une pollution et une indisponibilité de site aussi désolantes. Le Président Macky Sall semble pourtant acquiescer aveuglément à un dictat de multinationales, dont les intérêts sont certes légitimes, mais cela ne justifie pas cette tendance à commettre les mêmes erreurs qui ont perdu le Gabon, le Congo ou la Centrafrique. En sa qualité de leader panafricain, puisqu’il est à la tête du Nepad, il peut innover, insuffler un renouveau et indiquer une nouvelle voie dans les négociations contractuelles étatiques à tous les niveaux. Avec ce pétrole, l’occasion lui est donnée de montrer une voie jamais empruntée par un Etat africain, une exemplarité et une empreinte historique, sans pour autant réellement piétiner les avantages des multinationales. La répartition des parts de ce pétrole sénégalais dépend de multiples autres paramètres qui sont encore loin d’être tranchés. Un questionnement supplémentaire et prépondérant doit être adossé à la définition des relations partenariales qui vont nous lier avec ces multinationales. Par mimétisme, Macky a jeté votre dévolu sur les contrats de partage de production qui, il faut le reconnaître, peuvent effectivement être ficelés suivant une approche favorable à notre pays. Ce questionnement répond à la nécessité indécrottable d’évaluer le coût d’opportunité global de l’exploitation pétrolière, afin de jauger les avantages minimaux que le Sénégal doit en tirer, et à défaut desquels ce jeu du pétrole n’en vaudra vraiment pas la chandelle. 

 

Avec un contexte international tendu, n’y a-t-il pas quelques risques pour l’exploitation du pétrole sénégalais ?

Avant même de parler de parts, il importe d’évoquer les récents rebondissements sur le pétrole qui font état d’une chute des cours du baril qui se situent maintenant à 60 Us dollars environ. C’est pourquoi, nous avons constaté au Sénégal une baisse de 102 F Cfa sur le Diésel et 94 F Cfa sur le Super. Les supputations vont bon train sur cette chute des cours du pétrole avec l’argument phare d’intentions de fragilisation financiers des Etats russe et iranien qui dépendent des recettes pétrolières. Mais il a été constaté que les Etats-Unis qui sont cités comme architectes de cette volonté de fragilisation de la Russie et de l’Iran, risquent de subir des conséquences négatives si cette chute ne s’arrête pas. Le pétrole américain, dont le coût d’exploitation est supérieur à 50 Us dollars par baril, ne sera donc plus rentable si le cours arrivait loin en deçà de 60 dollars. Or les américains sont aujourd’hui obnubilés par l’objectif d’extirper leur dépendance pétrolière vis-à-vis du Moyen Orient. Mais les saoudiens n’entendent pas diminuer leur offre puisqu’ils doivent faire face à la concurrence des nouveaux pays producteurs qui, même si leur pétrole est lourd et coûteux à exploiter, se font des marges incitatives de rentabilité si le baril est maintenu à un niveau haut. Ce contexte tendu laisse s’instaurer un environnement incertain où les cours du pétrole peuvent drastiquement chuter si la production continue d’augmenter. Dans ce cas, il y a des risques que l’exploitation du pétrole sénégalais soit compromise puisqu’il s’agit d’un pétrole dont l’exploitation s’avère assez onéreuse. Toutefois, l’on peut espérer que les tendances à moyen terme seront favorables pour une exploitation future du pétrole sénégalais, relativement aux capacités de recherche et d’innovations des multinationales impliquées et aux investissements déjà consentis.

 

Un transfert de technologie semble aussi être primordial à votre avis…

Pour ce pétrole, il nous faut travailler avec l’hypothèse que d’autres gisements peuvent être découverts incessamment et dans le futur. Un mécanisme de transfert de technologies, durant le déroulement des contrats, doit alors être indispensablement prévu afin de laisser au Sénégal une marge d’arbitrage entre «faire faire» et «faire soi-même» sur les découvertes futures. A défaut d’un tel scénario contractuel, le Sénégal va inéluctablement être victime de ce que les économistes des contrats appellent «effet lock in» qui nous piégera, comme c’est le cas ailleurs en Afrique, dans la dépendance perpétuelle vis-à-vis des entreprises étrangères pour des exploitations de ce genre.  

 

Vous dites que le Sénégal peut participer aux investissements. Que peut rapporter une telle stratégie aussi coûteuse ?

D’autre part, le Sénégal peut bel et bien participer dans les investissements en renonçant partiellement et momentanément aux Budgets consolidés d’investissements. Nous sommes à l’ère de l’intelligence économique et de l’optimisation. Tout Franc Cfa supplémentaire encaissé est utile. Et cet effort participatif dans les investissements ainsi que les documents d’enquêtes supplémentaires financées et coordonnées par le Sénégal pourront servir de supports et d’arguments en vue d'une négociation plus poussée des parts du Sénégal, que cela soit un partage de production ou une concession. Le Sénégal disposera ainsi d’une marge d’arbitrage confortable. Et suivant la quantité exacte des réserves (qui reste à préciser) et la durée de la production, le Sénégal peut proposer un contrat de concession en tablant sur un minimum de 25% des parts. Une telle formulation partenariale permettra d’encaisser 25% des recettes du pétrole auxquelles s’ajoute un impôt de 30% sur le bénéfice de la joint-venture qui est soumise au code général des impôts du Sénégal. 


12 Commentaires

  1. Auteur

    Autoroute Thies Touba

    En Janvier, 2015 (20:36 PM)
    MORT DES PAYSANS DE THIES



    LE PREFET DE THIES VEUT ACHETER LES TERRES DES PAYSANS A 48F le METRE CARRE





    IL FAUT ARRETER LE PREFET AVANT QU'IL TUE LES PAYSAN
  2. Auteur

    Manou

    En Janvier, 2015 (20:55 PM)
    3 suspects de l'attaque de charlie hebdo ont été identifiés. apparemment des maghrébins dont les 2, c'est sûr, sont nés en France et son frères. l'autre, un jeune sdf à la nationalité encore inconnue.



    pourquoi ne rentre-t-on pas chez soi, quand on aime pas un pays à ce point. :?: 



    les arabes ne peuvent plus assumer leur rôle historique dans l'islam, ils sont à la fois orgueilleux, fiers et incapables de donner l'exemple d'humanisme.



    les victimes de cette lâche tuerie étaient pour la plupart des intellectuels de gauches prêts à défendre les musulmans et personnes de couleurs de France quand ils étaient stigmatisés.



    c'est la droite et l’extrême droite qui en profiteront.



    j'ai hâte d'entendre les khutba de vendredi. l'on saura que certains imams ne maîtrisent rien de certains dossiers concernant leur religion. s'ils ne s'informent pas assez tard.
    {comment_ads}
    Auteur

    Ind

    En Janvier, 2015 (20:58 PM)
    Concession dans le cadre de l'exploitation de ressources naturelles épuisables dans le temps....Mr l'économiste êtes sur que c'est le meilleur schéma ???
    {comment_ads}
    Auteur

    Lipo

    En Janvier, 2015 (20:59 PM)
    il faut creer un fond d'investissement senegalais ou tout le monde met son argent le paysans ses 5000f ou le marchand ambulant ses 2500f etc chaque senegalais met ses economies mais macky tapet la il n'osera jamais dire non aux multinationales
    {comment_ads}
    Auteur

    Patriote Degoute

    En Janvier, 2015 (22:16 PM)
    Mr. Le Professeur, vous avez certainement des connaissances generales de l'industrie petroliere internationale mais vous ignorez tout du cadre juridique (legal et contractuel) qui regit les activites de recherche et d'exploitation petrolieres au Senegal. C'est ce cadre qui definit le mecanisme contractuel de partage des revenus et il decoule directement du Code Petrolier (1998) qui en soi, est une loi de la Republique. Tout investissement dans le secteur est fait en conformite avec les termes de ce code petrolier.



    Pour tout changement majeur dans ce domaine, il faudra une revision de la loi, et tout le monde sait qu'une Republique habituee a des revisions de lois pose les fondements d'une instabilite et d'une certaine fragilite.



    Avant l'annonce de cette decouverte de Petrole au Senegal les activites petrolieres ont toujours ete menees par des societies etrangeres sous l'egide de notre societe nationale PETROSEN dont le personnel est tres qualifie, avec toutes les competences necessaires pour mener a bien leur mission.



    De grace, laissons les experts en la matiere travailler sereinement et au besoin, qu'on s'adresse a Petrosen pour toute information dont aurait besoin le public. Au lieu de cela, on voit des gens faire des contributions portant sur un sujet qu'ils ne maitrisent pas. Et cela peut-etre dangereux pour notre Nation lorsqu'on connait l'enjeu que represente le Petrole pour toute economie nationale de quelque pays que ce soit.



    PS: Aucune intention d'offense ou de polemique, et aussi desole pour les accents, j'utilise un clavier Anglais.

    Auteur

    Patriote Degoute

    En Janvier, 2015 (23:19 PM)
    Au Senegal, le jour ou les gens se retiendront pour eviter de se prononcer sur des sujets qu'ils ne maitrisent pays, le Pays aura fait un grand saut dans sa marche vers le developpement.



    Un expert dans un domaine determine peut avoir une large connaissance generale dans plusieurs autres secteurs d'activites. Mais expert en tout, amoul feine. Et c'est tres rare d'entendre un Senegalais sur un plateau de TV ou dans un debat dire "Ah...Wakh deug Yallah lolou mom khawma si darra". En general les gens percoivent comme une honte ou un signe d'incompetence le fait d'avouer son ignorance d'un sujet.



    Nguir Yallah laissons les experts s'exprimer et agir dans leur domaine...Senegal dieum kanam.
    {comment_ads}
    Auteur

    Nbjk

    En Janvier, 2015 (05:06 AM)
    maky sale est un pd femme de yaya jammeh .
    {comment_ads}
    Auteur

    Poulo Poulo

    En Janvier, 2015 (07:46 AM)
    BLA BLA BLA. Waaji théorie rek; Khamoul touss; Koumou diangaal djissoumala mbao.
    {comment_ads}
    Auteur

    P

    En Janvier, 2015 (10:05 AM)
    Mais khana dans ce pays on a pas d'experts reconnus pour mettre fin à ce débat. il faut les pousser à se prononcer sur la question
    Auteur

    Pepes

    En Janvier, 2015 (11:57 AM)
    LE PREMIER BARIL DE CE PETROLE NE SERA PRODUIT QU'EN 2026...ET ENCORE!CETTE EVENTUALITE DEPEND DE BEAUCOUP DE FACTEURS DE RENTABILITE INCERTAINS EN CETTE PERIODE D'INSTABILITE DANS L'INDUSTRIE PETROLIERE QUI CONNAIT UNE TENDANCE BAISSIERE QUI POURRAIT DURER...IL RESTE UN GRAND NOMBRE D'ETUDES TECHNIQUES A ENTREPRENDRE POUR ASSEOIR LA FAISABILITE DE L'EXPLIOTATION DES GISEMENTS IDENTIFIES!LE GOUVERNEMENT DOIT COMMUNIQUER ET COMMUNIQUER JUSTE POUR EVITER DE LAISSER LES SENEGALAIS CROIRE QUE LES REVENUS PETROLIERS SONT POUR DEMAIN...MEME AVEC UN SECOND MANDAT MACKY SALL NE SERA PLUS AU POUVOIR EN 2026....
    {comment_ads}
    Auteur

    Leboulay

    En Janvier, 2015 (16:47 PM)
    le prix du petrole remontera c'est une guerre pour le long terme que l'arabie saoudite mene pour le moment en refusant de diminuer sa production il veut eliminer les petits producteurs et surtout le petrole usa il veut conserver ses parts de marché apres pour le long terme les prix vont augmenter donc le petrole senegalais sera rentable il faut des maintenant revoir les contrats et les renegocier pour faire de chaque senegalais un actionnnaire
    {comment_ads}
    Auteur

    Mounos

    En Février, 2015 (21:46 PM)
    Il est temps que le débat s'instaure pour savoir pourquoi ce sont toujours les peuples nègres d'Afrique qui se font léser dès qu'il s'agit d'exploiter des richesses naturelles ! Le Sénégal, ni les autres pays d'Afrique noires ne sont pas les seuls à avoir découvert du pétrole dans leur sous-sol, par conséquent personne ne comprend que ce qui est proposé au nègres, personne s'oserait le proposer au Sud-Américains, ni aux Arabes ! Si dans les mêmes conditions, les Islandais, les Norvégiens et tous les autres pays étaient logés à la même enseigne dès qu'il est question de partage, personne ne trouverait à redire, mais que les nègres soient logés à des conditions particulières est honteux et humiliant pour nous tous !
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email