Samedi 19 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Environnement

Djoloff : l’ampleur de la déforestation décourage les populations de la localité

Single Post
Djoloff : l’ampleur de la déforestation décourage les populations de la localité

La déforestation, un phénomène récursif, décourage les populations des départements de Linguère et Ranérou. Ces populations ont ras- le- bol de cette situation chaotique. Les coupeurs de bois, depuis presque une décennie, continuent de se servir de la nature sans se soucier de la régénération du patrimoine forestier. Nuit et jour, des camions gros porteurs chargent le bois mort au profit exclusif des habitants de  Touba et Louga, distants de près de 200 km des sources. Ce fait inquiète les habitants et les amis invétérés de la nature.

Linguère et Ranérou constituent les deux départements les plus menacés au Sénégal en matière de déforestation. Entre les deux chefs-lieux de Département des deux régions administratives distinctes, les 139 km qui, naguère, étaient comparables à des savanes boisées. Aujourd’hui, Djolof-Djolof et Ferlanké, pour la plupart des pasteurs, peinent en toute saison à la recherche de pâturages. Le paysage, déjà éprouvé par de longues années de sécheresse, à l’image de celle très mémorable de 1973, offre des spectacles désolants. Les chercheurs de bois mort, tels des fauves affamés qui s’acharnent sur des bestiaux encore mal en point dans une nature trop peu généreuse, agresse impitoyablement la brousse. Ce déboisement sans cesse décourage les populations et désertifie la zone Ranérou-Linguère. 

Chaque jour qui passe, des camions de tous genres en provenance de ces deux localités transportent leurs fardeaux en direction de l’occident. Les environnementalistes peuvent aisément en imaginer les conséquences désastreuses. C’est ce qu’affirme avec quelque réserve le commandant en chef du Secteur des Eaux, forêts et Chasse de Linguère, Souleymane Ndoye : " Nous constatons une déforestation un peu partout dans le département de Linguère ". Cependant, le commandant Ndoye apporte quelques précisions sur la provenance de ce bois : " (...) Quand on voit les camions chargés de bois mort, ils pensent que tout le produit provient de Linguère. Je précise que la Communauté rurale de Lougre Thioly ne fait plus partie du Département de Linguère. C’est du Département de Ranérou d’où proviennent la majeure partie des camions. Mais il y a quand même une partie de ces camions qui viennent de Diagaly, dans le Département de Linguère et là, c’est le bois mort  ’’. Or, selon lui, il est préférable d’ôter ce bois mort de la nature pour amoindrir les risques d’incendie, tout en renflouant les caisses de l’Etat. " Mieux vaut enlever ce bois mort que de le laisser sur place ; si on le laisse sur place, en cas de feu de brousse, nous constatons que cela donne de l’ampleur à ces feux de brousse ; également cela peut diminuer le combustible critique, sans compter les fonds destinés au Trésor qui fortifient les caisses de l’Etat ", argumente-t-il.

 


Article_similaires

11 Commentaires

  1. Auteur

    Parent

    En Juillet, 2012 (21:42 PM)
    la deforestation au senegal est l'affaire de tous les senegalais et particulierement nos parents villageois qui abattent les arbres pour en faire des des habrits aulieu d'en planter
  2. Auteur

    Serv Du Peup

    En Juillet, 2012 (21:46 PM)
    Ali Haidar wakh ci book. Il faut intégrer dans les matières à l'école l'environnement au même titre que l'observation et la géographie.
    • Auteur

      Diop Mouha

      En Juillet, 2012 (09:25 AM)
      mieux il faut commencer par contraindre les enfants aux reboisements des espèces fruitières. ce n'est pas les travaux forcés mais de l'épargne pour les jeunes...demain ils ceuilleront les fruits... vivement que le reboisement des arbres fruitiers deviennent un controle continu à l'école, noté et apprécier par tout le système scolaire
    Auteur

    Moom Ndiaye

    En Juillet, 2012 (21:48 PM)
    A Monsieur le Ministre de l’écologie et de la protection de la Nature.

    Monsieur le Ministre,

    Je viens par la présente lettre , vous faire part de mes préoccupations concernant le morcellement de l’espace vert du bretelle d’entrée gauche de la communauté rurale de Malicounda Bambara.

    En effet , cette espace vert a été aménagé sous forme de projet arboricole, par les femmes de la communauté rurale de Malicounda Bambara qui y ont plantée près de 5000 arbres d’eucalyptus afin de produire du bois pour leur besoins communautaires. Ce projet a été financé par une ong de la place, et les femmes ont assurée l’entretien de ces plants jusqu'à ce quelles devient un foret aujourd’hui .

    Ainsi , le président de la communauté rurale de Malicounda , avec ces collaborateurs se lèvent aujourd’hui pour annuler des mois d’efforts d’entretien , en terme d’arrosage et autres : dans le seule but de se faire de l’argent , au détriment d’une végétation qui se raréfie dans cette zone.

    En foi de quoi , je vous demande Monsieur le Ministre, une intervention énergique en vue de mettre fin a cette mascarade . recevez Monsieur le Ministre mes sentiments déférents .

    Doudou Diagne.

    Auteur

    Macky 2012

    En Juillet, 2012 (22:01 PM)
    Du n'importe quoi, cet agent a besoin de retourner sur les bancs pour réapprendre le rôle que joue le bois mort dans l'équilibre d'un ecosyteme par le piégeage, l'écran contre l'érosion éolienne et hydrique, l'apport de matière organique au sol....

    Le ramassage du bois mort a plus d'impacts négatifs que positifs pour la régénération de nos milieux sahéliens.

    Auteur

    Ba Poulo

    En Juillet, 2012 (01:56 AM)
    Cet agent est un veritable con.Meme un eleve de CM2 sait le role regenerateur que joue le bois mort dans l'eco

    systeme.Il encourage ces camionneurs a davantage exploite ces zones deja fragiles.

    J ai vraiment peur pour ce pays ou les autorites restent insensibles face a des problemes qui menacent notre

    securite alimentaire
    Auteur

    Cliff Ndiaye Usa

    En Juillet, 2012 (03:14 AM)
    Le commandant Ndoye sait très bien que les exploitants font fi des limites départementales. Une fois en brousse ils font ce qu'ils veulent et en plus ils ont comme stratégie de "blesser" des arbres encore vivants qui vont mourir dans 3 semaines et HOP ils collectent le bois mort. Les jolof jolof des 2 départements doivent sonner l'alarme pour sauver ce terroir. En plus de ces exploitants( généralement guinéens , il y'a aussi les maures avec leurs troupeaux de chameaux qui font du pâturage aérien. En 2007-2008 j'ai pu compter 25 camions de bois morts en un seul week-end (du vendredi au dimanche) .
    Auteur

    Le Républicain

    En Juillet, 2012 (10:47 AM)
    Ironie du sort! C'est bizarre! Et pourtant, l'ancien ministre de l'environnement est de cette région, les ex directeurs des eaux et forêts aussi, de même que l'inspecteur des eaux et forêts de Louga; c'est vraiment rigolo que cette région soit soumise à une forte pression de l'exploitation forestière. Peut être que les sous provenant de cette activité servait à la politique.
    Auteur

    Le Républicain

    En Juillet, 2012 (10:51 AM)
    Et c'est dans cette zone qu'on veut installer une grande muraille verte? Pardi!
    Auteur

    Le Républicain En Rébellion

    En Juillet, 2012 (11:01 AM)
    Haidar ALI, il faut voir la chose de plus près sinon les forêts tigrées qui constituent l'essentiel de la végétation de cette zone et qui abritent les points d'eau et le biotope du gibier local risquent de disparaître avec cette exploitation; c'est l'écosystème de cette zone. Tu es un écologiste, et tu connais. et tes parents libanais ont toujours chassé les tourterelles aux abords de ces points d'eau, en faisant des centaines de kilomètres en provenance de la capitale.
    Auteur

    I Remember

    En Juillet, 2012 (14:20 PM)
    Je me rappelle dans les années 60 qu' on parcourait en période d'hivernage cette région verte

    de Linguére à Dara Jollof pour prendre un bain dans les marigots remplis d'eau étant enfants.

    Je me rappelle de cette bonne femme peulh qui nous donnait du lait frais le soir et de Baba Satu

    qui nous procurait des gris-gris contre les morsures de serpent et des camions transportant des arbres

    géants escortés par des militaires français.
    Auteur

    Djolof Djolof

    En Juillet, 2012 (09:31 AM)
    Pauvre djoloff , deja c'est la poubelle de touba , tous les dechets de cette villle y sont acheminés et maintenant on y detruit l ecosysteme pour offrir du bois et du charbon à cette ville , voila un probleme majeur que les vrais marabouts (les vrais chefs du pays)doivent prendre en compte, certes developper touba est bien mais si c'est pour appauvrir ou tuer à petit feu les voisins , c'est aram

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR