Vendredi 14 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Nicolas Sarkozy bientôt fixé sur son sort

Single Post
Nicolas Sarkozy , ex président France
Une relaxe ou une condamnation inédite: le tribunal de Paris se prononce lundi dans l'affaire dite des “écoutes” sur le sort de l'ancien président Nicolas Sarkozy, contre lequel le parquet a requis de la prison ferme pour corruption et trafic d'influence.
Quatre ans d'emprisonnement, dont deux avec sursis, ont été demandés pour l'ex-chef de l'Etat ainsi que pour ses deux co-prévenus, son avocat Thierry Herzog et l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert. Avant lui, seul un ancien président, Jacques Chirac, a été jugé et condamné, dans l'affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris en 2011.
Sous forte pression judiciaire
Quelle que soit la décision que rendra la 32e chambre correctionnelle, elle sera scrutée de toutes parts et déterminante pour Nicolas Sarkozy, sous forte pression judiciaire depuis sa retraite politique en 2016 et encore populaire à droite. Mis en cause dans plusieurs affaires, l'ex-président au casier judiciaire vierge doit une nouvelle fois comparaître dès le 17 mars, dans l'affaire Bygmalion, pour des soupçons de financement illégal de sa campagne en 2012.

Procès des écoutes téléphoniques
Les trois semaines électriques du procès des "écoutes" ont été le théâtre d'une polarisation entre deux visions opposées de ce dossier, né en 2014 d'interceptions téléphoniques entre l'ancien locataire de l'Élysée et son avocat. Au terme d'un lourd réquisitoire, le parquet national financier (PNF) a estimé qu'un "pacte de corruption" avait bien été conclu entre les trois prévenus. 

Que leur reproche la justice?
Pour le ministère public, Gilbert Azibert a transmis, via Thierry Herzog, des informations couvertes par le secret et tenté d'influer sur un pourvoi en cassation formé par Nicolas Sarkozy. En échange, ce dernier a accepté d'appuyer la candidature du magistrat pour un poste à Monaco. L'ancien locataire de l'Élysée voulait alors faire annuler la saisie de ses agendas présidentiels après avoir obtenu un non-lieu dans l'affaire Bettencourt. Gilbert Azibert, avocat général dans une chambre civile, n'intervenait pas directement dans ce dossier mais il aurait joué de ses relations.

Nicolas Sarkozy, alias “Paul Bismuth”
Aux fondements de l'accusation: des conversations interceptées par la justice entre l'ancien président et son avocat sur une ligne officieuse - deux téléphones prépayés achetés sous le nom de "Paul Bismuth".


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email