Samedi 16 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

SYRIE. Les rebelles dénoncent une "attaque barbare" sur Alep

Single Post
SYRIE. Les rebelles dénoncent une "attaque barbare" sur Alep

L'armée affirme avoir pris le contrôle d'un quartier-clé de la ville après avoir lancé son offensive terrestre sur Alep, ce que démentent les insurgés.

La contre-offensive de l'armée de Bachar al-Assad était attendue depuis quelques jours. Mercredi 8 août, une source de sécurité de Damas, a annoncé que les chars et les blindés étaient à la manoeuvre pour reprendre les quartiers de la ville détenus par les rebelles. "L'offensive a réellement commencé", a-t-elle déclaré.

Salaheddine au centre des combats

L'un des combats les plus intenses a lieu autour du quartier de Salaheddine, une position stratégique majeure qui était, depuis le 20 juillet, sous le contrôle des forces rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL). Mais depuis que l'armée régulière - fidèle au président Bachar al-Assad - a lancé son offensive terrestre, la confusion règne sur le sort de ce secteur.

En début d'après-midi, les forces de Bachar al-Assad, par le biais de Sana, l'agence de presse officielle du pays, ont déclaré avoir pris la zone aux rebelles, avant que ces derniers ne démentent instantanément :

Nos forces armées ont pris le contrôle total de Salaheddine, infligeant aux groupes terroristes des pertes sévères et faisant un grand nombre de morts et de blessés" selon Sana, l'agence de presse officielle syrienne

"Des dizaines de terroristes ont été arrêtés alors que d'autres se sont rendus en déposant leurs armes. De grandes quantités d'armes utilisées par les terroristes pour terrifier les habitants et commettre des assassinats contre les forces de l'ordre ont été saisies", ajoute l'agence officielle. Avant de conclure : "Les forces armées poursuivent les terroristes dans le secteur".

"C'est vrai qu'il y a une attaque barbare et sauvage du quartier mais c'est faux de dire que l'armée du régime en a pris le contrôle", a affirmé à l'Agence France-Presse (AFP) le colonel dissident Abdel Jabar Oqeïdi.

"Il y a des combats dans plusieurs quartier d'Alep, mais cela se concentre surtout à Salaheddine car il revêt une grande valeur symbolique pour nous et l'armée du régime", a ajouté le chef du Conseil militaire pour la région d'Alep.

Les rebelles en difficulté

Dès le début de l'attaque des loyalistes, certains rebelles syriens ont annoncé avoir été contraints d'abandonner des positions qu'ils occupaient dans ce quartier :

Nous nous sommes repliés, nous sommes partis", a lancé un rebelle fuyant son poste dans le quartier de Salaheddine.

Cela a suffi pour que certaines sources annoncent que l'armée régulière avait repris la main sur les lieux. "Les forces du régime ont avancé du côté de la rue al-Malaab avec des chars et des blindés et des combats féroces se déroulent actuellement dans cette zone", a confirmé ensuite un commandant rebelle, démentant ainsi les rumeurs d'abandon du quartier. "Les rebelles ont du mal à lancer des contre-offensives à cause des tireurs embusqués", a-t-il ensuite concédé.

Une offensive attendue

"Il s'agit des combats les plus féroces autour du quartier et dans certaines rues de Salaheddine", depuis le début des affrontements entre rebelles et forces gouvernementales à Alep le 20 juillet, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Depuis samedi, la situation était figée à Alep. Mais les préparatifs de cette contre-offensive étaient régulièrement annoncés par les services de sécurité du régime. L'armée a acheminé 20.000 hommes pour mener une bataille cruciale pour le régime du président Assad, confronté à une révolte depuis seize mois et qui s'est militarisée au fil du temps face à la répression brutale.

Les affrontements de ces derniers jours à Alep ont suscité la réprobation d'Amnesty International. L'ONG de défense des droits de l'Homme a dénoncé la violence des bombardements en s'appuyant sur des images satellitaires montrant l'utilisation d'armes lourdes sur des zones résidentielles.

Des centaines d'impacts d'obus

Selon Amnesty, les images satellitaires montrent à Alep et dans la petite ville voisine d'Anadane plus de 600 cratères formés par l'impact d'obus d'artillerie et démontrant la violence des combats dans cette ville du nord-ouest du pays.

Mercredi, au moins 16 personnes sont mortes à Alep, dont une femme et deux enfants tués par une roquette tombée sur leur maison, a indiqué l'OSDH qui fait état de 22 morts sur l'ensemble du pays.

225 morts mardi

Avant de pénétrer dans Salaheddine, l'armé a pilonné les quartiers de Kartadji, Tariq al-Bab et Chaar, selon l'OSDH, une ONG basée en Grande-Bretagne, qui travaille avec un réseau de militants et de témoins à travers la Syrie.

Selon l'OSDH, 225 personnes sont mortes mardi sur l'ensemble du territoire, parmi lesquelles 129 civils, 50 rebelles et 46 soldats loyalistes.

"Le peuple syrien et son gouvernement sont déterminés à purger le pays des terroristes," a promis la veille Bachar al-Assad en recevant un émissaire du guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei.

Saïd Jalili lui a répondu que "l'Iran ne permettra jamais la destruction de l'axe de la résistance dont la Syrie est un pilier essentiel", jugeant que "la situation en Syrie n'est pas une crise interne mais un conflit opposant l'axe de la résistance dans cette région" à Israël et aux Etat-Unis.

L'Iran pour "une position réaliste" sur la crise

L'Iran, fidèle allié de Damas, organise jeudi 9 août une rencontre avec des pays ayant "une position réaliste" sur la crise, selon Téhéran.

Le Liban, où une dizaine d'obus sont encore tombés dans la nuit de mardi à mercredi sans faire de victime, a déjà fait savoir qu'il n'y participerait pas en respect de sa "neutralité" sur le conflit.

Pas plus que Kofi Annan, le médiateur international qui a démissionné la semaine dernière. "Ni Kofi Annan ni personne de ses services ne se rendra aux discussions de Téhéran", a déclaré un porte-parole de l'ONU.

L'Iran s'inquiétait toujours par ailleurs du sort de 48 de ses ressortissants partis en pèlerinage sur un lieu chiite près de Damas et enlevés samedi par l'Armée syrienne libre (ASL) qui les accuse d'être des Gardiens de la révolution, corps d'élite du régime islamique.

Téhéran, qui a demandé la "coopération" du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon pour obtenir leur libération, a affirmé qu'un certain nombre de ces personnes sont des "retraités des Gardiens de la révolution et de l'armée mais aussi d'autres administrations". (Avec Reuters et l'AFP)



6 Commentaires

  1. Auteur

    Mameediarra

    En Août, 2012 (14:21 PM)
    c'est triste d'en arriver à se féliciter de ce succés de l'armée régulière de Bashar qui pour le moins est un dictateur MAIS les rebelles ne font pas mieux ! eux aussi exécutent les civils   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  



    les rebelles sont la cause des malheurs du peuple syrien en ce moment, faire venir des mercenaires du monde entier se coaliser avec des terroristes faire entrer des armes et s'attendre à quoi ? ce que l'armée régulière vous offre des fleurs peut être ?   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
    • Auteur

      Ouiiii

      En Août, 2012 (15:52 PM)
      suis pas en accord avec toi mais là tu a raison!
      bachar est un dictateur, mais si quelqu'un se lève avec son kalach pour aller manifester à la place de l'indépendance par exemple les gmi ne le recevront pas avec des matraques !
      cette crise n'est qu'une machination à des fin géopolitique !
    • Auteur

      Vérité

      En Août, 2012 (18:30 PM)
      hijab en jordanie

      dernières informations sur l’ancien premier ministre riad hijab destitué de ses fonctions après avoir fait défection : il est arrivé dans la matinée de ce mercredi à amman. les sites syriens ont diffusé ses premières images au côté des miliciens de la brigade « moetassem bi-llah», dans la localité neima, dans la province de deraa proche de la jordanie. elles ont été prises un laps de temps avant la déclaration de sa défection, alors qu’il attendait l’arrivée de ses proches en jordanie.

      nouvelles défections
      deux défections ont été signalées à alep et une troisième a été démentie. quant aux premières, exprimées en image-vidéos et publiées sur le site aleppin taht-l-mijhar, elles concernent un député représentant la province d’alep, ali albach et le président de l’ordre des médecins à alep, mohamad wajih joumaa. en revanche le démenti a été exprimé par le directeur de l’aéroport international d’alep, bassem mansour. l’information a été déclarée par la chaine qatarie aljazira, qui se charge d’annoncer ainsi que la chaine saoudienne al-arabiyya la plupart de ces défections.

      les défections payées : 300 millions de dollars
      mais le rôle du qatar ne se limite pas à la promotion médiatique de ces défections. surtout que doha est le plus souvent la première direction des dissidents syriens.
      des sources occidentales assurent que cet émirat pétrolier paye comptant ces défections. il est question de de 5 millions de dollars accordés à l’ancien premier ministre syrien riad hijab et de la somme de 300 millions de dollars consacrées pour les responsables syriens qui font défection.
      « il est certes incrédule de penser que la décision de défection des petits responsables et employés d’ambassades ou d’importantes personnalités connues pour leur corruption pendant de longues années soit prise pour des raisons humanitaires ou des slogans de liberté », a indiqué cette source ayant requis l’anonymat pour l’agence de presse iranienne fars news, et selon laquelle ces défections « sont les fruits des sommes généreuses offertes par doha pour cette fin ». des pressions sont également exercées sur ces syriens en leur faisant croire que le régime va s’effondrer coûte que coûte.
      la décision de se réfugier également payée

      des syriens venus au liban assurent pour leur part que les familles aleppines obtiennent l’engagement de membres de l'asl de leur offrir des sommes allant de 300 à 400 $ par mois si elles se rendent en turquie. de quoi incide à l'exode, surtout que le montant équivaut au salaire de deux mois d'une famille des classes défavorisées.

      quelques 1300 syriens ont gonflé ces 24 dernières heures les rangs des réfugiés syriens entassés en turquie. leur total s'élèverait à près de 50 mille d'après les chiffres officiels turcs.
    • Auteur

      Minerve8

      En Août, 2012 (19:50 PM)
      un rebelle est un rebelle sous quelque forme que cela puisse être

      vive les loyalistes! à bas les hypocrites !!!
  2. Auteur

    Triste

    En Août, 2012 (14:29 PM)
    tout a fait d'accord, ils se cachent dans des quartiers d'habitations et se plaignent derriere du nombre de civils tués...

    quand je vois la tete des combattants je suis désolé mais je ne vois pas des gens qui luttent pour la liberté... et l'europe et les pays arabe qui arment ces mercenaires je trouve cela inadmissible, de toute facon ces memes armes serviront a prendre des otages européens d'ici quelques mois...
    • Auteur

      Vérité

      En Août, 2012 (00:13 AM)
      plan d’israël pour la syrie : le modèle somalien

      cet article d’israel shamir paru en anglais le 01/08/2012 - traduction ci-dessous - sur le site counterpunch montre à quel point les judéo sionistes de tel aviv tirent les ficelles en coulisse pour placer à la tête de pays « démocratisés » par les gouvernements mafieux occidentaux et arabes à coût de millions de pétro dollars et d’euros volés aux contribuables des collabos de l’axe tel aviv washington mais surtout de tel aviv. comme le confirme à chaque sondage d‘opinion des peuples de différents continents l’ennemi public n°1 de la paix mondiale c’est le regime judeo sioniste.

      israël conserve sa capacité à contrôler les rebelles « islamistes » syriens. netanyahou n’est pas inquiet de la possible désintégration de la syrie. malgré l’affirmation que les israéliens préfèrent un assade stable et connu à d’importantes guerrillas islamistes inconnues les nouvelles et sensationnelles informations que nous avons reçu indique en fait le contraire : les israéliens préférent la somalisation de la syrie son démantelement et l’élimination de son armée car cela leur permettra de s’attaquer librement à l’iran.

      ceci est contenu dans un document secret récemment révélé par une personne apparemment proche du ministre des affaires étrangères israélien avigdor lieberman. il contient un compte rendu des conversations entre bibi netanyahou avigdor lieberman et le président russe vladimir poutine lors de la récente visite de ce dernier en israël. les israéliens semblent n’avoir aucun doute sur son authenticité. counterpunch a reçu le document original et ci-dessous les points essentiels de cette conversation (notre traduction de l’hébreu)

      netanyahou a demandé à poutine de faciliter le départ de bashar al assad. « vous pouvez nommer son successeur et nous n’objecterons pas » a dit le premier ministre israélien. « il y a une condition - le successeur doit rompre avec l’iran. »

      poutine a répondu : nous n’avons pas de successeur pour assad. en avez-vous un ?

      non nous n’en avons pas a répondu netanyahou mais nous vous communiquerons notre préférence bientôt.

      apparemment israël peut influencer les rebelles à tel point qu’il peut les forcer à accepter un successeur acceptable pour tel aviv. cela veut dire que la chaîne de commandement des rebelles va au-delà des commandants indisciplinés sur le terrain, au-delà du qatar et de l’arabie saoudite, au-delà de paris et washington, directement jusqu’à israël. c’est bien connu que les rebelles recherchent l’amitié d’israël mais personne ne pensait qu’israël était capable de les contrôler à ce point.

      a l’évidence netanyahou a reçu de washington le feu vert pour faire une telle offre. cela veut dire que les us et israël n’objectent pas à ce que la syrie reste dans la sphère d’influence de la russie à condition que celle-là coupe ses liens avec l’iran. et cela montre que c’est israël qui est derrière les actions des rebelles car sinon un tel arrangement serait inacceptable pour les américains.

      cependant il est possible que l’offre de netanyahou ait été une ruse pour découvrir les intentions de la russie. de toute façon c’est comme cela que l’a interprété poutine qui a répondu dans le même style :

      « nous ne sommes pas attachés à assad » a dit poutine. « avant la rébellion il rendait plus souvent visite à paris qu’à moscou. nous n’avons aucun agenda secret en ce qui concerne la syrie. j’ai demandé au président obama qu’elles étaient les intentions des us concernant la syrie ; pourquoi les américains rejettent assad ? est-ce parce qu’il n’arrive pas à s’arranger avec israël ? ou à cause de ses liens avec l’iran ? a cause de sa position sur le liban ? je n’ai pas reçu de réponse sérieuse. notre raison a dit obama c’est la répression violente d’assad contre le peuple syrien. j’ai répondu que la violence est due à l’ingérence du qatar et de l’arabie saoudite. »

      on comprend que poutine soit dans le brouillard : on lui a offert de conserver la syrie dans la zone d’influence russe pourquoi alors les us sont contre le gouvernement syrien ? peut être que les us font ce que leur commande israël ? et quelles sont les intentions d’israël ?

      « le but d’israël c’est la somalisation de la syrie après la somalisation de l’irak « a dit poutine et netanyahou n’a pas rejeté son interprétation. ces mots durs de poutine répondent à la question des intentions des us et d’israël. c’est la position du stratège israélien yinon et des neocons - somalisation de la région.

      les dirigeants israéliens continuent de suivre leur stratégie à court terme très risquée de déclencher une guerre civile en syrie chasser assad et livrer la syrie aux gangs armés qui n’interviendront pas quand israël enverra ses avions de combat contre l’iran. c’est certainement risqué comme cela a été risqué d’attaquer le liban en 2006 mais israël a un complexe militaro industriel si puissant qu’il a besoin de prendre de tels risques autrement inutiles.

      le compte rendu de la conversation poutine netanyahou contient deux importantes concessions russes à israël : poutine a promis de rompre le contrat de fourniture de systèmes de missiles anti aériens s-300 avec damas (et c’est ce qu’il a fait) et d’arrêter de fournir clandestinement des informations sur les missiles au hezbollah.

      le ministre des affaires étrangères israélien avigdor lieberman s’est plaint de l’audace de la tv russe rt :

      « le bureau israélien de rt déverse de la propagande anti israël. ils programment des discussions avec hassan nasrallah (probablement une référence à l’interview de julian assange). nous avons parlé aux reporters de rt en privé mais ils ne changeront pas citant des instructions de moscou. vladimir vladimirovitch( poutine) s’il vous plaît faites pression sur la ligne éditoriale de rt pour qu’ils deviennent objectifs à l’égard d’ israël. »

      cette plainte correspond bien aux les pratiques israéliennes de pression sur les médias étrangers. récemment l’ambassadeur d’israël à washington a essayé d’intervenir à cbs pour censurer le reportage de bob simon sur les chrétiens palestiniens provoquant beaucoup de ressentiment aux us. les israéliens n’arrivent pas à accepter l’existence d’une presse relativement libre.

      les principales conclusions des comptes rendus révélés c’est que les dirigeants israéliens conservent leur inclinaison à vivre dangereusement. alors que d’autres pays notamment la russie recherche la stabilité les israéliens aiment jouer et jouer aux puissants. qui ne risque rien n’a rien disent-ils. ils sont prêts à accepter des risques à court terme pour des gains à long terme. et l’élimination de l’armée syrienne est certainement un gain à long terme pour israël.

      israel shamir
    Auteur

    Xeme

    En Août, 2012 (14:45 PM)
    La vérité est que les rebelles ont été exterminés partout où ils ont réussi à s'infiltrer. Les preuves existent, écrites et vidéos dans les agences d'information qui ne sont pas abonné à la seule version des rebelles et des officines occidentales. Des rebelles jordaniens ont été fait prisonniers et leurs aveux font la ronde du net. Quelle autre preuve veut-on ? Tout être humain qui n'a pas mangé son cerveau doit avoir compris qu'il s'agit d'un recrutement de mercenaires partout sur la terre, de son entraînement, ce sera le temps qu'on laissera pousser les barbes et de leur dépôt à la frontière syrienne pour hurler devant les caméras qu'ils sont des syriens qui combattent Assad.
    Auteur

    Bira

    En Août, 2012 (14:49 PM)
    Rebelles yi gno nééx ''attaque barbare'' c'est la guerre les barbares au cas ou vous l'aurez oublié quand vous avez massacrer froidement des prisonniers la semaine passée !!!
    Auteur

    @xeme

    En Août, 2012 (16:30 PM)
    Tu peux nous mettre les liens s'il te plait sur l'aveux des rebelles merci
    Auteur

    Waw

    En Août, 2012 (22:44 PM)
    en tout cas les rebelles denoncent mome diakhalnama (les populations n ont qu a chasser les rebelles s ils se sentent envahi ou en danger REBELLES TAPETTE LOL

    pourquoi les rebelles se refugient dans les villes ? et se servent des enfants comme boucliers

    ca ne marchera pas teggeul sene mame gnome gneup

    bolé chti gazé israel si bombe biologique yi

    waw ma ko wakh

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email