Lundi 26 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Necrologie

Disparition du photographe malien Malick Sidibé

Single Post
Le feu photographe malien Malick Sidibé, portraitiste reconnu s'apprête à prendre une photo le 12 juillet 2006 à Plouha, sur la côte bretonne.

C’était le chroniqueur de la jeunesse du tout-Bamako des années 1960-70. Le photographe malien Malick Sidibé s’est éteint à Bamako le 14 avril à l’âge de 80 ans des suites d’un cancer, comme l’a révélé hier soir le Quotidien de l’Art. 

Né à Soloba dans une famille peule, Malick Sidibé se forme d’abord à la bijouterie avant d’apprendre la photographie en 1955 auprès de Gérard Guillat, alias « Gégé la Pellicule ». Trois ans plus tard, il ouvrira son propre studio à Bamako dans le quartier de Bagadadji. Si le grand maître malien de l’époque, Seydou Keïta, photographie à la chambre les élégantes posant de biais –sa marque de fabrique –, son cadet se reporte sur des sujets plus populaires. « Seydou, c’était la grande classe des fonctionnaires, avec des hommes richement habillés qui couvraient leur dame de chaînes en or. Moi, c’était la classe moyenne ; on pouvait même poser avec un mouton », racontera-t-il au Monde.

Le photographe malien Malick Sidibé, portraitiste reconnu, prend une photo de l'ancien champion cycliste Damien Salmon, le 12 juillet 2006 à Plouha, en Bretagne.

Armé d’appareils légers, Malik Sidibé ira surtout sur le terrain humer l’air de son époque. Son champ d’action ? La jeunesse endimanchée et insouciante, les zazous friands de twist, de rock et autres danses cubaines.

« Trésor national »

Le photographe sera de toutes les fêtes, de celles qui s’éternisaient jusqu’à l’aube le long du fleuve Niger. Durant ces décennies, il développera une autre spécialité, les femmes prises de dos, qu’il reprendra à la fin des années 1990. « C’est lui qui a reconnu les photos d’un photographe inconnu que je recherchais, Seydou Keïta », se souvient le marchand André Magnin, qui lui organisera en 1995 une exposition à la Fondation Cartier à Paris, un an après sa présentation aux Rencontres de la photographie de Bamako. Et d’ajouter : « Il était généreux, toujours souriant, timide, mais au regard acéré. Il a su saisir les instants magiques d’une jeunesse moderne qui vit son indépendance, la liberté. Il était considéré comme un maître par les plus jeunes comme Omar Victor Diop. »

En 2003, le « trésor national » malien reçoit le prestigieux prix international de la photographie Hasselblad, décerné pour la première fois à un photographe africain. Quatre ans plus tard, c’est la consécration, il est récompensé du Lion d’or à la Biennale de Venise. Lorsque nous nous étions rendus en octobre 2015 à Bamako, sa santé ne lui permettait déjà plus de se rendre à son studio tenu désormais par l’un de ses fils.

Roxana Azimicontributrice Le Monde Afrique

 


affaire_de_malade

3 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2016 (08:58 AM)
    repose en paix
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2016 (09:20 AM)
    Paix a son ame
    {comment_ads}
    Auteur

    Apprenti Sémiologue

    En Avril, 2016 (13:57 PM)
    Merci d'avoir été témoin d'une certaine histoire de l'Afrique! Merci d'avoir représenté, par les images, ces "instantanés", ces moments de l'évolution de sociétés africaines! Nous essaierons de les interpréter ( y compris les poses, les portraits)!

    Nous nous permettons de vous accompagner dans votre " laa jaan " avec des mélodies de Salif Keita ( pour votre "africanité") et celles de Ballaké Sissoko et Vincent Segal ( "musique de nuit" pour l'échange culturel qu'elle suggère)

    Salut l'artiste!
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email