Mercredi 14 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
People

FALLOU DIENG A COEUR OUVERT : « Je suis fier de mon peuple»

Single Post
FALLOU DIENG A COEUR OUVERT : « Je suis fier de mon peuple»

Depuis 1986, il arpente les scènes d’ici et d’ailleurs pour égayer ses nombreux fans. Il s’agit de Fallou Dieng qui revient sur son parcours et son ambition de faire dans l’acoustique. Il explique le sens de ce nouveau combat et parle de l’actu. Entretien

 
Vous avez viré vers l’acoustique, vous un grand du mbalax. Comment ? Pourquoi ?

En décembre dernier, j’avais convié la presse au lancement du concept «Fallou Folk». Il faut savoir que je m’intéresse à ce genre musical qui fait fureur dès le début de ma carrière musicale. J’ai grandi dans une belle ambiance musicale, sans être de la caste. Je faisais le thé pour les Doudou Sow, Maguette Ndiaye, Pape Seck et Pape Djiby Bâ de la grande formation du Number One. Mon beau frère Wahab Diaw était le gérant du «Djander» où jouait cet orchestre. Piqué par le virus, j’ai tout laissé tomber pour me consacrer à la musique. J’ai quitté ma cantine de Sandaga pour fréquenter le Conservatoire grâce au soutien d’un saxophoniste du nom de Pape Hanne. De fil en aiguille, j’ai gravi les échelons et fait une maquette avec Ali Jaber. Par la suite, j’ai participé à l’émission «Les Talents Nouveaux» de Michael Soumah. C’est après m’avoir entendu que Robert Lahoud a décidé de produire mon premier album. Il disait que ma vox ressemblait à celle de Youssou Ndour. Dans ce premier disque, j’étais accompagné par Aly Jaber aux claviers et c’est grâce au titre «Dioubo» que j’ai été découvert par le grand public. Tout cela pour dire que je fais de l’acoustique depuis mes débuts.

On vous le concède, mais on vous connaît surtout grâce à vos titres aux rythmes endiablés. Vous êtes même surnommé le «chef d’état major des ambianceurs»…

Je ne renie pas mon passé et je continuerais à faire du Mbalax pur et dur. Il faut savoir que je totalise vingt cinq ans de carrière musicale et je n’ai plus rien à prouver au Sénégal. Le DLC originel continuera d’exister et je vais aussi animer des soirées de gala comme je l’ai toujours fait. Cependant le concept «Fallou Folk» vient à son heure, car cela me permet de jouer dans des lieux plus intimistes et surtout de montrer une autre facette de mon art.

Pourquoi avez-vous choisi Madou Diabaté pour vous accompagner dans cette nouvelle aventure ?

Il faut retenir que Madou Diabaté est un professionnel aguerri. Il a beaucoup fait pour la musique sénégalaise. C’est aussi un grand chanteur qui a sorti un tube qui a fait fureur au milieu des années quatre vingt dix. C’est un pianiste de talent qui a une bonne culture musicale.

Que retenez vous de votre passage au Lemzo Diamono ?

J’ai intégré le Lemzo Diamono après avoir mis sur le marché deux albums. Mon second album avait été produit par Pape Dieng, ex-batteur de Youssou Ndour, et il avait connu un grand succès. C’est mon ami Cheikh Tall Dioum qui m’avait conseillé d’intégrer un groupe pour acquérir de l’expérience. Mon intégration s’est faite sans problème. J’y ai trouvé des artistes comme Alioune Mbaye Nder, Salam Diallo et Mada Ba et sorti «Xarnou-bi», en 1990. Je suis resté deux ans au sein de ce groupe avant de former mon orchestre le DLC, le 1er décembre 1993.

Pourquoi avez-vous quitté le Lemzo Diamono ?

Comme je vous l’ai dit tantôt, j’avais intégré ce groupe pour gagner en expérience. Ayant suffisamment appris, j’ai décidé de voler de mes propres ailes. La transition s’est faite très facilement parce que j’avais un statut particulier au sein du Lemzo. Lamine Faye est un grand frère que je respecte beaucoup. J’ai considérablement appris à ses côtés, mais j’ai aussi beaucoup apporté à ce groupe. Il n’a pas été facile de mettre sur pied mon groupe. Avec l’appui de gens comme Cheikh Tall Dioum et Youssou Ndour, j’ai pu arriver à mes fins. C’est pour cette raison que j’ai donné à mon groupe le nom du DLC, le dancing que les deux amis géraient ensemble.

Avez-vous de regrets d’autant plus que votre orchestre a connu de très nombreux départs ?

Je n’ai aucun regret, car j’ai toujours misé sur les jeunes. Beaucoup d’artistes de ce pays sont passés au DLC et cela constitue une fierté pour moi. Des vedettes comme Titi, Pape Ndiaye Thiou, Pape Ndiaye Thiopète, les solistes Papis Diouf, Amadou Gaye, Cheikh Dieng, Assane Seck et tant d’autres ont débuté leur carrière chez moi. J’en tire une certaine fierté.

Quelle lecture faites-vous de la situation politique ?

Je suis un citoyen comme les autres. Je suis aussi un homme public qui a la chance de pouvoir délivrer des messages et je ne m’en prive pas. J’ai sorti un titre qui appelle à l’union et à la préservation de la paix sociale au Sénégal. Je crois que les politiciens ne doivent pas cultiver la haine et la violence qui ne mènent nulle part. Je regrette les événements et les morts enregistrés. Cependant je suis fier de mon peuple qui a su réagir comme il le fallait en montrant qu’il est le seul habilité à choisir de ses dirigeants. J’ai toujours eu foi en la sagesse du peuple sénégalais.

Votre fille est mannequin. Comment vivez-vous cela ?

Je vous ai dit tantôt que je dois tout à ma famille qui m’a toujours soutenu. J’en fais autant pour ma fille. Je l’ai encouragée et aidée du mieux que j’ai pu. Je l’ai confiée à Collé Ardo Sow et je pense que Codou s’épanouit dans son métier. Elle est consciente que cela ne durera pas et elle réfléchit à sa reconversion.

Quel appel lancez-vous à vos compatriotes ?

Comme je l’ai dit tantôt j’ai confiance au peuple sénégalais. Ils ont encore démontré qu’ils sont conscients. Je suis persuadé que le second tour va se dérouler dans le calme et la paix. Le prochain président devra se pencher sur la demande sociale, car les gens sont vraiment fatigués. Il faut prier pour que tout se passe dans le calme et la sérénité.

Recueillis par Tafa Cissé
Source Lesenegalais.net


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email