Samedi 23 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
People

« Yérim Post-scriptum » par Momar Mbaye

Single Post
« Yérim Post-scriptum » par Momar Mbaye

Il manquait une pièce du puzzle. En est la détentrice l’intruse de Keur Madamel, une étudiante et lycéenne modèle, qui n’a rien d’une femme de chambre d’un Sofitel.


L’année 2012 aura été une année de chutes. Et pas des moindres. Riche d’enseignements, saturée d’informations, forte en émotions. Pas le moindre répit pour Mimi Touré et ses lieutenants, qui passent d’une affaire à l’autre, d’une célébrité à une autre, valsant entre religieux, temporel et sensationnel.

De nos jours, ce ne sont plus que de vulgaires criminels anonymes qui défilent devant le « peuple des assises », ou sont passibles d’un jugement en flagrant délits. Flagrant délit d’adultère. Délires, me direz-vous ! Comme cette « faute morale » qui a conduit en prison un journaliste de renom, un mercenaire de la plume pour d’autres, étant donné sa manière de procéder, un savoir-faire hérité de l’hebdomadaire Jeune Afrique où Yérim Seck a fait ses armes.

Mais ce n’est pas le lieu ici de faire le procès de Jeune Afrique, ni celui de la presse d’une manière générale, mais de relever les manquements d’un père de famille, un journaliste talentueux dont les capacités intellectuelles, la clarté des idées et la pertinence du discours, n’ont d’égal que la bassesse de l’acte qui lui est reproché et pour lequel il est jugé ce mercredi. Acte répréhensible certes, d’un point de vue moral ou religieux sur lequel nous refusons de fonder notre argumentaire.

Yérim Seck n’en est pas moins, un humain, et ne sera ni le premier ni le dernier à être accusé de viol, donc à être mêlé ou cité dans une histoire de fesses et de petite culotte, assaisonnée au gingembre tropical. Quoique supposé entretenir des relations plus ou moins ‘incestueuses’ avec certains chefs d’Etat africains. Perçu à lui seul, comme « un institut de sondages, une agence de la statistique et de la démographie, une commission électorale nationale indépendante », à en croire ses détracteurs, qui considèrent le journaliste comme « le porte-plume d’un mal éthique ». Ils peuvent se soulager donc, ces derniers, d’avoir retrouvé une pièce manquante du puzzle, dissimulée entre les jambes d’une jeune étudiante, dont le nom de famille à lui seul, a suffit pour réduire en cendres la carrière et le riche parcours d’un journaliste jadis acclamé, mais peu apprécié pour son éthique ou sa déontologie.

Lapidé qu’il est déjà, par la sentence religieuse, condamné par le tribunal de la morale et des mœurs légères, insulté sur les forums. A l’avenir, l’unique plume de Dakaractu devra, après avoir consacré mille et un billets aux autres, rédiger, enfin, un ‘post’ sur lui-même, comme qui dirait, un « Yérim Post-scriptum ».



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email