Lundi 24 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Banjul : Atika veut un face à face avec Macky Sall

Single Post
Banjul : Atika veut un face à face avec Macky Sall

Invité d’honneur de la fête nationale de la Gambie, le président de la République Macky Sall est sollicité par les combattants de la branche d’Atika. Ces derniers veulent un face à face avec lui.

 

La branche armée d’Atika s’active auprès des émissaires de Yahya Jammeh pour  rencontrer le Président  Macky Sall.  Les combattants du Mfdc, veulent  profiter avec la venue de son excellence  à Banjul pour éclaircir certains points. Toutefois, il appartient à Macky Sall d’apprécier la suite à donner à cette requête. 


liiiiiiiaffaire_de_malade

19 Commentaires

  1. Auteur

    Gal Gui

    En Février, 2013 (21:19 PM)
    Pour laan... boul guisse ak ken kon se battent eternellment sils veulent t nga khamni yaya regler woul dara ndakh mom si bopam rebel la parce kil est diola kom eux. Pls macky sois un patriot et defend l'interet territorial merci et fait de mem avec les etrangers pour ke le souffle un peu merci.
    • Auteur

      Mendy Kandjiaf

      En Février, 2013 (23:54 PM)
       :haha:  les yeux dans les yeux et les sÉnÉgalais rempliront leurs frocs.  :up:  vive la casamance indÉpendante, vive le mfdc.  :up: 
    • Auteur

      Freelance

      En Février, 2013 (09:37 AM)
      guir yalla gal gui bayil macky rencontré c bandits.. bilahi on é fatigué je te jure la paix dafa nekh guir yalla macky sall accepte de les rencontré en toute discrétion on é fatigué dé!
    • Auteur

      Pierre-p Bassene

      En Février, 2013 (13:11 PM)
      pour une paix definitive en casamance
      chers frères et sœurs, le mouvement dénommé brainstorming for peace in casamance(b.p.c) est composé d’honnêtes citoyens, soucieux du retour de la paix en casamance et de l’équilibre sociale au sénégal.
      notre attention porte exclusivement aujourd’hui sur la casamance , partie sud du pays en difficulté. les raisons fondamentales qui seraient à la base de ces difficultés, c’est justement à cela que nous vous invitons à réfléchir.
      en effet, chers frères, chères sœurs ; nous vous invitons à remuer davantage vos méninges ; ne nous arrêtons pas en si bon chemin. ne refermons pas de sitôt cette belle page ; cette si belle tribune qui nous est offerte pour que nous puissions, nous aussi, dire notre mot ; exprimer notre pensée si courte ou si pauvre soit elle, sur ce mal qui nous ronge du côté sud de notre pays depuis plus de trente ans.
      le mouvement « brainstorming for peace in casamance » nous y invite vivement !! il nous invite à la réflexion ; à nous poser des questions sur ce qui pourraient être les causes réelles, profondes voire fondamentales qui ont poussé d’honnêtes et vaillants frères à entrer en rébellion.
      il ne suffit pas de se limiter au seul questionnement ; il faut tenter d’apporter des réponses pertinentes et cohérentes à ces questions que l’on se pose.
      b.p.c vous invite à la correction dans vos propos, à la tolérance et à la bonne foi.
      des idées contradictoires, oui ! car c’est ça qui enrichit et nourrit le débat.
      b.p.c pense que l’actuel régime a toutes les chances de ramener enfin la paix en casamance pour les deux raisons ci-dessous :
      • l’actuel président, son excellence macky sall a eu à piloter sous le régime précédent, en sa qualité de chef du gouvernement ce dossier communément appelé ‘’dossier casamance’. il a eu, si nos mémoires ne nous trahissent pas à débattre avec feu marcel bassène (paix à son âme car personne n’a encore mieux fait que lui pour que la paix revienne en casamance) à la tv nationale de ce dossier. il lui disait quelque chose comme ceci : « m. bassène, vos informations quant à l’avancée de ce dossier sont largement dépassées. nous (lui et le régime libéral) ne sommes pas loin du bout du tunnel ; nous avons pris les contacts nécessaires et mis en place le dispositif qu’il faut pour ramener la paix en casamance.
      qu’en est-il en définitive ? se seraient-ils perdus à l’intérieur du tunnel ?
      • son excellence, monsieur le président de la république a sans nul doute pris suffisamment de temps et de recul pour évaluer le dispositif mis en place par le régime précédent ; dégager ses points faibles et ses points forts et prendre la juste mesure de l’ampleur de problème. son plan de sortie de crise devrait sans nul doute s’enrichir des points forts de l’ancien dispositif dont il eu à participer dan la mise en place et la mise en œuvre(…). l’erreur n’est plus tolérée compte tenu e la longue expérience qu’il a de ce dossier.
      b.p.c vous invite à explorer avec lui cette piste qu’elle vous propose pour le règlement complet et définitif de ce conflit en casamance. nous pensons que faire appel des forces internationales d’interposition et d’intermédiation serait la solution appropriée à cette crise.
      en effet, au niveau interne, ayons le courage de le reconnaître et de le dire tout haut ; nous avons fini de montrer nos limites car ayant assez buté ! la solution de ce problème nous échappe ; nous ne la détenons pas. au niveau externe, c’est à dire des trois etats que sont la gambie, la guinée bissau et le sénégal qui gèrent des frontières communes et qui devraient de concert trouver une solution à ce problème car leur sécurité et leur stabilité interne en dépendent ; nous constatons un blocage. d’ailleurs aucun de ces trois etats cités ne maitrise le degré d’implication encore moins les intérêts de son voisin dans ce désordre pour ne pas dire conflit que nous vivons en casamance.
      a qui profite réellement ce conflit ? en tout cas l’etat du sénégal, en tant qu’entité, est largement perdant car son économie est totalement déséquilibrée et sa cohésion sociale dangereusement fragilisée.
      la force d’interposition vers laquelle nous vous orientons ne vient pas pour combattre ; elle vient plutôt pour assurer la sécurité de ceux-là qui sont entrain de négocier d’une part et celle des populations civiles et leurs biens d’autre part.
      pour inviter les trois etats cités ci-dessus à plus d’engagement et de détermination à pacifier cette belle casamance, les négociations auxquelles ils sont conviés à prendre part doivent impérativement se faire sous l’arbitrage et le contrôle des nations unies.
      « brainstorming for peace in casamance » vous invite au débat en remuant davantage vos méninges pour qu’enfin nous trouvions la solution au désordre que nous vivons en casamance !!
      depuis le début de la crise, sa gestion a toujours été confiée à des politiciens qui l’ont gérée comme bon leur semblait. les uns l’ont gérée de façon désintéressée, honnête et loyale, d’autres par contre en ont fait un fonds de commerce politique.
      trop de tapages folkloriques aux allures de meeting politique autour de cette crise ! ca suffit !! basta !! ne profitons pas du désarroi, du désespoir et de la naïveté de nos braves sœurs (femmes des bois sacrés) qui s’accrochent désespérément et croient à toute promesse quelque soit sa source, de faire revenir la paix dans cette belle casamance que nous aimons tant !! elles ne se posent même la question quant à la bonne foi et l’engagement désintéressé de ces gens qui viennent à elles pour leur faire croire qu’ils sont porteurs de solutions de sortie de crise.
      la présence de la tv nationale à ces rassemblements est-elle vraiment nécessaire ? ces images (avec de gros plans et des images arrêtées sur certaines personnalités) diffusées à travers la postes de télévision sont destinées à qui et à qui profitent-elles ?
      basta au verbiage et soyons plus concret et efficace.
      le coordonnateur
      pierre- paul bassène
  2. Auteur

    @gal Gui

    En Février, 2013 (21:42 PM)
    QUI TE DIT QUE LE MFDC EST DIOLA. ARRETES DE RACONTER DES HISTOIRES. CELA SE VOIT BIEN QUE TU NE CONNAIS RIEN DU MFDC. VAS TE RENSEIGNER AVANT D`ECRIRE TES SORNETTES
    • Auteur

      @@gal Gui

      En Février, 2013 (22:25 PM)
      il a raison. mfdc=diola. pas tous les diolas mais il ya que des diolas, pas d'autre ethnies.
    Auteur

    Bass

    En Février, 2013 (22:26 PM)
    MFDC est un groupe terroriste. Il faut aller les deloger. La meilleure facon de se defendre c est d attaquer pendant la nuit.
    Auteur

    Diambar

    En Février, 2013 (22:56 PM)
    CE YAMBAR DE MACKY RISQUE D'ACCORDER L'AUTONOMIE OU L'INDEPENDANCE A LA CASAMANCE!LES TERRORISTES DU MFDECES SONT PLUS MALINS QUE CE PRESIDENT PAR DEAUT QUI EST MANIPULE PAR ROBERT SAGNA ET YAYA JAMMEH DEUX INDEPENDANTISTES CACHES!!!!!!!!!! :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry: 
    Auteur

    Caporal Chef Diedhiou

    En Février, 2013 (23:00 PM)
    Le Senegal n'appartient pas a Macky Sall,Continuez votre

    banditisme en faisant souffrir les populations civiles de la

    Casamance et on verra ou vous finirez.Attaya est votre vrai

    nom.Une rebellion qui ne fait que voler,encore voler et tjr

    voler.Apres le vol,vous gambadez pour vous dissoudre dans

    le vent.Attika contre qui? Les civiles sans defense? Quelle

    rebellion de pourris poltrons.Tchim!! Pas de negociations

    avec des brigands :dedet:  :dedet:  :sn:  :up: 
    Auteur

    Gal Gui

    En Février, 2013 (23:26 PM)
    Ce ke je sais du mfdc c just kils sont des rebels jolas ki veulent separer notre pays c tout et je men fous du rest. Je ne vois mem pas lutilite de se separer puis kon ve une africa united delosi wat len sen khel t indi diam sila lep khat. Merci.
    Auteur

    Ex Rebelle

    En Février, 2013 (23:50 PM)
    G perdu ma jeunesse dans le maquis.Quelle deception nous n avons pas reussi à hisser notre drapeau dans aucun coin de la casamance apres 30 ans de rebellion.J'ai recu une balle à camaracounda juste aprés niaguis AU moment ou on battait en retraite vers Mpack à la lisiére de la frontiere bissau guinnéenn.Avec ma blessure je peux plus travailler et surtout qo on ne parle plus de cette guerre  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    Auteur

    Observateur

    En Février, 2013 (01:13 AM)
    bravo camarade, j sui fier de toi, seul lé gens limité en capacité intellectuelle souhaite lautonomie du sud.

    hors d question! j suis casamançais de souche é j suis pré a m sacrifier pour cette union sacré du Sénégal unique.

    lvous savez, 99% dé combatant n'ont mém pas fé le CM2, d c fét ils sont infesté d'idée idiote dé gambien.

    en plus, j vous rapel que 65% des officiers gambien sont du boulouf é fogny (2 éthniie influent du sud).
    • Auteur

      Ny

      En Février, 2013 (01:45 AM)
      get out men on ne parle pas de la gambie on parle du senegal .mon frere toi qui est intellectuelle tu attend quoi? en tout cas c'est pas un probleme de blouf ni fogny.nous nous voulons investir au senegal donc prions pour la paix
    Auteur

    Gal Gui

    En Février, 2013 (01:24 AM)
    merci observateur dof yi sakh kham naniou ni gouvernement yaya diame bi ay souteneurs mfdc la niou so motakh yayah diameh waroul nek mediateur fofou il faut le combattre aussi c un rebel. merci.
    Auteur

    Pathiana

    En Février, 2013 (05:32 AM)
    Toutes ces theories ne sont que des sornettes LA CASAMANCE SERA INDEPENDANTE QUE VOUS LE VOULEZ OU PAS.tOI GAL GUI tu parles d'union sacre cela veut tout simplement dire qu'il y a au moins 2 entites en jeu,et donc la CASAMANCE ne fait pas parti du SENEGAL puisque tu parles d'union.espece de cromagon.Restez chez vous au SENEGAL nous n'avons pas besoin de vous en CASAMANCE.CASAMANCE INVICTA FELIX.
    Auteur

    Vive La Casamance

    En Février, 2013 (12:01 PM)
    la casamance ne fait plus jamais partie du senegal et ne le faira plus jamai et plus que jamai.MENDI KANJAF,je t





    ador beaucoup car tes contribution





    s en defance du MFDC restes toujours completes.VIVE LA CASAMANCE ET VIVE LE PEUPLE CASAMANçAISES.

    Auteur

    Jembereng

    En Février, 2013 (12:16 PM)
    Y 'a pas de peuple casamancaise.il y 'a Un Peuple senegalais.NOUS SOMME UN Peuple ,Un et Indivisible au sein du quel la population de casamance a toute sa place.
    Auteur

    Pierre-paul Bassene

    En Février, 2013 (12:50 PM)
    UN DES PREALABLES NECESSAIRES VOIRE INCONTOURNABLES POUR LE REGLEMEMENT DU CONFLIT CASAMANCAIS.

    La présente contribution n’est qu’un point de vue qui pourrait être diversement analysé et interprété. Au cas où elle dérangerait certaines personnes, que celles-ci comprennent que l’auteur n’est animé que de bonnes intentions. Il ne fait qu’attirer l’attention de ceux-là qui nous dirigent afin qu’ils puissent se rectifier en posant les jalons qu’il faut afin de ramener enfin la paix tant souhaitée en Casamance.

    Parmi les raisons qui avaient poussé des Casamançais à la rébellion, il y en a une, fondamentale, que les gens ont pris consciemment ou inconsciemment l’habitude d’occulter. Il s’agit de la « non implication voire l’exclusion » des cadres Casamançais dans la gestion du pays.

    En effet, tous les débats organisés soit à la télévision, soit à la radio ou les contributions faites à travers la presse écrite autour de cette question, personne n’a osé poser ce problème qui avait été pourtant clairement posé par tous les casamançais (toutes ethnies et toutes catégories sociales confondues). Il a été constaté que la plupart des nominations à des postes de responsabilité, de Senghor à Macky Sall en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade ont toujours été faites sur des bases non objectives. Tantôt c’est l’appartenance ethnique, tantôt c’est la parenté, tantôt c’est des considérions d’ordre partisanes qui prennent le dessus sur la compétence. En tout cas, cette mise à l’écart des cadres Casamançais, constatée et tant décriée dans les années passées, semble être érigée maintenant en règle générale par le régime de Macky Sall et leur implication devient du coup l’exception (dommage !!).

    Si Macky avec le « Yoon yokute » qui prône la rupture en se fondant sur les principes de la bonne gouvernance veux prouver sa détermination et son engagement dans la résolution de la crise dite casamançaise, il faudra qu’il commence par lancer des signaux forts allant dans le sens d’un début de prise en charge effective des principaux problèmes qui seraient à l’origine de cette rébellion.

    A mon humble avis, il faudra intégrer dans le dispositif mis en place pour gérer ce dossier les actions ci-dessous :

    • Associer davantage les cadres Casamançais à la gestion du pays (nomination à des postes de responsabilité…).



    • Définir une politique culturelle permettant aux cultures casamançaises d’avoir un peu plus de considération ; ce qui leur permettrait de se faire connaître et d’être mieux appréciées tout en s’affirmant. Les radios locales (privées et publiques), les centres culturels, les ASC ont un rôle extrêmement important à jouer.



    • S’engager résolument dans un processus de désenclavement de la région : construction d’une voie ferrée allant de Tambacounda à Ziguinchor en passant par Kolda et Sédhiou, négocier avec nos frères Gambiens la construction d’un pont sur le bras du fleuve Gambie, développer davantage le réseau maritime en mettant en circulation au moins trois(03) bateaux reliant Ziguinchor à Dakar dont un sera spécialisé dans le transport de marchandises, redimensionner les aéroports existants tout en cassant les prix des billets d‘avions par le biais de la concurrence.

    • Investir (investissements lourds) en tenant compte des potentialités réelles des régions du sud, afin de leur permettre de jouer pleinement les rôles qui sont les leurs dans le tissu économique du Sénégal etc.



    • Procéder à la régénération et à la protection des forêts décimées du fait d’une sur-exploition par les détenteurs de permis de coupe (limiter la livraison de ce document et contrôler son utilisation) et des feux de brousse.





    • Accorder une subvention spéciale aux unités de production (usines ou entreprises de la place) leur permettant de redémarrer leurs activités (lutte contre le chômage et réduction de la pauvreté).

    Onze mois d’exercice du pouvoir, ce n’est certes pas la mer à boire, mais c’est largement suffisant pour que Son Excellence, le Président Macky Sall lance dans le cadre du règlement du conflit, un signal fort qui puisse rassurer.

    Nous avons l’habitude d’entendre dire que des négociations ne se font pas à la place publique. Cela est certes vrai mais nous, ce qui nous intéresse, c’est moins des paroles que des actes. Les paroles et les stratégies d’approche peuvent se garder secrètes mais les actes, nous en avons vraiment besoin pour d’une part rassurer les populations et d’autre part, donner espoir à ceux-là(surtout les jeunes) qui se seraient découragés et tentés de rejoindre le maquis ou d’aller à l’aventure en utilisant des embarcations qui n’offrent aucune sécurité(pirogues), de garder espoir et renoncer à le faire. Il est donc urgent que son Excellence le Président Macky Sall réagisse dans le bon sens.

    L’administration locale a elle aussi un rôle et pas des moindres à jouer. Il faut une administration à visage humain ; une administration qui soit imbue des valeurs locales ; une administration efficace, juste, équitable et exclusivement au service de ses usagers.

    Malheureusement ce qui se passe présentement en Casamance au niveau de certaines administrations (surtout celles relevant des ministères de la justice et de l’intérieur) est à la limite révoltant.

    Nous y trouvons des agents zélés qui continuent à se comporter comme du temps des colons. Ils affichent le mépris et entretiennent la peur autour de leur personne. Ces agents sont au finish perçus comme étant des gens qui ne sont pas venus pour servir mais plutôt pour se servir en s’accaparant de tous les biens de la région : terres, forêts, produits halieutiques etc.

    De ce côté, l’administration centrale doit être plus vigilante en prenant des dispositions allant dans le sens de la bonne gouvernance ; entre autres :

    • Mettre en place un système de contrôle qui puisse renseigner sur le niveau de satisfaction des usagers des administrations locales.



    • Affecter des agents en tenant compte certes de leurs compétences techniques ; mais, veiller aussi à ce qu’ils soient suffisamment informés sur la sociologie du milieu où ils sont appelés à servir.

    • Mettre en œuvre le projet (qui dort dans les tiroirs) d’alphabétiser en langues nationales tous les agents de l’administration ; ce qui permettra une meilleure collaboration entre ces agents et les usagers de leurs services (bonne communication et meilleure intégration).



    • Valoriser les expertises locales (main d’œuvre qualifiée ou non)en matière d’embauche et /ou d’octroi de marchés.





    • Aider à organiser des salons économiques d’envergure nationale voire sous-régionale, pour encourager les producteurs locaux. Cela leur permettra aussi de faire connaître leurs produits et nouer au besoin des relations d’affaires avec des partenaires nationaux ou étrangers.



    La mise en œuvre des présentes propositions de recommandation pourrait, avec l’aide du Tout-puissant, contribuer fortement à ramener la paix en Casamance.

    Prions pour que l’année 2013 soit la bonne. Que Macky ait plus de baraka que ces prédécesseurs pour qu’il puisse venir a bout de ce dossier afin que la paix revienne dans cette verte Casamance. Amen !!!





    Monsieur Pierre-Paul Bassène

    Enseignant.





    Auteur

    Pathiana

    En Février, 2013 (15:16 PM)
    @PIERRE paul Bassene tu as une tres bonne idee et je suis tres heureux qu'il y ait des gens comme toi mais tu n'as pas dit la verite dans ce conflit OU tu ne la connais pas:LA CASAMANCE NE FAIT PAS PARTI DU SENEGAL et c'est pourquoi il y a problem.Moi je suis de la generation de MACKY SALL et j'ai chante l'hymne national de la CASAMANCE l'ecole de BOUCOTTE jusqu'au jour ou notre professeur Mr NDIAYE nous a dit qu'il etait interdit de chanter ca ici.Et moi qui te parle j'ai vu des pieces de monnaie de CASAMANCE mais cela ne sont que des indices superficiels.Dire que les meilleurs postes ont ete octroyes aux SENEGALAIS cela importe peu car nous n'avons jamais ete Senegalais et nous ne le serons jamais.Le fait que les hautes fonctions aient ete confiees aux Senegalais n'est pas une raison valable et suffisante pour demander l'independance.Des CASAMANCAIS a l'epoque avaient accepte de travailler avec le Senegal pour 20 ans ,periode a laquelle nous devions nous separer et cela coincide avec l'annee 1980-.
    Auteur

    Maoudotokoragalloussassa

    En Février, 2013 (17:06 PM)
    on ne p pa divisé le senegal il est indivisibl le plu gran souhé de tout bon senegalai c la paix ki na de prix .Et dan la paix kon peu tout avoir .L étre humain na rien dautre k lapaix moi ki vou parle jai fé plu d50 positions en casamances pendan presk 10ans don je me s8 positionné plu d15 au moins 7à8 mois prions pour la paix c mieux pensons àla fin dnotre vie c mieux kalla nous guide dans la bonne voix.
    Auteur

    Senero

    En Février, 2013 (18:04 PM)
    Nous ne sommes pas Senegalais mais CASAMANCAIS.Bassene Il n'y a pas de prealables a cela.La CASAMANCE est un pays et c'est tout.
    Auteur

    Gal Gui

    En Février, 2013 (18:06 PM)
    i am sorry je ne madresse pas a des gens ki ont des idees en retard so on soutient l'idee d'etre unis et ne nous laissons pas faire battons ns sil le faut et neutralisons tous c mauvaises intentions. merci.
    Auteur

    Real

    En Février, 2013 (18:23 PM)
    RENCONTRE POUR DEMANDER DES SOUS AU PRESIDENT. WADE EST PARTI MARABOUTS,LUTTEUR CHANTEURS, SEPARATISTES ET AUTRES LARBINS QUI ONT PROFITER DE L'ETAT PENDANT 12 ANS SOUFFRENT.
    Auteur

    Diadiack

    En Février, 2013 (20:21 PM)
    Bonjour

    Lisez ce qui s'est vraiment passé à Kafountine et à Diouloulou.

    Nouveau bilan des attaques de Kafountine et de Diouloulou : 12 militaires sénégalais tués, des armes et des ordinateurs saisis par Atika (MFDC)

    Soumis le lundi, 02/11/2013 - 14:29

    Après une semaine, l’attaque des bases de l’armée et de la gendarmerie sénégalaise en début du mois de février 2013, par les combattants du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) à Kafountine et à Diouloulou fait encore échos dans la population locale. Les déclarations des autorités sénégalaises, des militaires de la DIRPA et de la presse (APS en premier lieu) n’ont pas convaincu les esprits. Il y a bien une guerre en Casamance que l’on ne voit pas.

    Les médias ont la plus grande difficulté à s'approcher des zones où se déroulent des affrontements. Aucun journaliste ne se rend aux fronts. Certains journalistes devinent de loin le combat de leurs Jambars et s’adonnent à des bilans fantaisistes, privés d’informations et livrés aux rumeurs invérifiables. Et c’est bien l’armée sénégalaise qui dressent des barrages étanches sur les routes pour empêcher les « curieux».

    Le Journal du Pays, soucieux du devoir d’informer les Casamançais, a dépêché son envoyé spécial sur place et joindre le maquis du Nord pour avoir la version d’ATIKA, la branche armée du MFDC.

    Selon le commandant des opérations : « Nous avions infligé aux forces d’occupation sénégalaise de lourdes pertes humaines, 12 militaires ont été tués. Nous démentons formellement, Atika n’a perdu aucun combattant lors de ces attaques » s’empresse t-il de préciser. « Nous avions récupéré 17 fusils d’assaut, 2 mitrailleuses, 600 kilos de munitions mais aussi et surtout les 6 ordinateurs portables». Il ajoute : « Nous avions encerclé et neutralisé les casernes avant d’y rentrer et récupérer ce matériel informatique. Nos spécialistes ferons le nécessaire pour soutirer les informations précieuses des disques durs.»

    Notre envoyé, confirme la saisie des armes sénégalaises et des outils informatiques.





Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email