Mercredi 19 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

COMMENTAIRE DU JOUR : Manigances !

Single Post
COMMENTAIRE DU JOUR : Manigances !

C’est fini 2008. Ouf ! Jamais en effet, année ne fût autant « chahutée » que celle qui vient de rejoindre à jamais les cimaises de l’histoire. Les Sénégalais préfèrent certainement les profondes oubliettes pour cette année qui ne leur a laissé comme souvenirs, que des libertés individuelles et collectives bafouées, une conjoncture économico sociale tourmentée, une situation politique quasi-bloquée, des institutions de la République outragées, une trésorerie nationale trouée, une dette intérieure impayée. On s’est même empressé au palais de « bâcler » la présentation des vœux des corps constitués et du gouvernement au président de la République pour fermer définitivement les portes « du…pénitencier 2008 ». Quelques mots, des hâtives et froides poignées de mains, une collation vite expédiée dans les jardins du palais et vivement 2009 !

L’année écoulée c’est également l’aggravation de la béance au sein de la classe politique, notamment entre la majorité et l’opposition enfermées toutes les deux dans un dialogue de sourds sur fond de débats stériles portant sur la succession du président réélu avec comme trouble-fête, la Génération du concret qui n’a concrètement rien prouvé jusqu’ici. Béant le fossé entre la classe politique et le reste de la société l’est aussi au point que les Imans « marcheurs » de Guédiawaye ont porté le flambeau de la revendication sociale contre la dégradation continue du pouvoir d’achat du plus grand nombre, la paupérisation accentuée des masses laborieuses, le sous-emploi et le non-emploi des jeunes, les factures « doublement salées » de la Senelec, etc.

Par ailleurs, alors que les tenants des Assises nationales disent réfléchir sur la marche et le devenir de la Nation, opacifiés par une gouvernance qu’ils décrient et veulent voir changer positivement, la Majorité libérale, continue ses « mathématiques ». Elle manœuvre. Pour se maintenir au pouvoir pour… « 50 ans » encore… Tant pis si les règles du jeu sont changées en cours de jeu, que la majorité mécanique au Parlement modifie le Code électoral à deux mois des élections locales de mars prochain. Tant pis si les institutions sont fragilisées avec un président de l’Assemblée nationale désormais sous les ordres… d’un président de groupe parlementaire et, plutôt, tributaire de l’ordre des 38. Tant pis si les repères se perdent au point que les enfants continuent à se jeter à la Mer pour aller à Barça tout en atterrissant à Barsax (en enfer) par cargaisons entières.

Pendant ce temps comme le fait remarquer, non sans pertinence, Abdoul Aziz Tall (voir article), la rationalité déserte notre administration. Les équilibres sociaux s’en ressentent, l’économie se précarise davantage. Le pouvoir n’en a cure. Ses préoccupations semblent ailleurs. Elles sont certainement dans le souci constant de maintenir son train de vie malgré la crise. En dépit de ses « fautes » de gestion publiquement avouées par le chef de l’Etat en personne, le 31 décembre dernier, le Sénégal compte encore 16 ministres d’Etats, une armée de ministres dont la plupart se tournent les pouces. Il nous revient, que certains d’entre eux, n’ont pas été reçus en audience par le chef de l’Etat depuis leur nomination. Ils continuent à vaquer tranquillement à leurs occupations personnelles, à prendre les airs, à toucher leurs émoluments… sans rien faire. Un Parlement avec deux Chambres, dont la seconde, la « Haute plutôt » émane de l’unique volonté du président de la République qui a nommé les 60 membres sur les cent que compte l’institution. Qu’à cela ne tienne, elle vient avant l’autre chambre dans la préséance protocolaire. C’est le choix du et de Maître. Cela ne se discute point, cela s’exécute sans hésitation ni murmure. L’Assemblée nationale malgré ses faiblesses est l’émanation pourtant, elle, du suffrage universel. Ses membres sont tous élus par le peuple souverain. Mal ou bien ? Je ne sais, ils sont élus. Cela, je le sais.

Cette situation institutionnelle équivoque bien sénégalaise, a-t-elle fourni argument supplémentaire au chef de l’Etat dans sa défense du putsch guinéen et des putschistes militaires ainsi anoblis par lui ? Sa déclaration dans le salon d’honneur de l’aéroport de Conakry relayée par les confrères guinéens, traduit-elle un réel état d’esprit ou est-ce simplement un moyen de prendre le contre-pied de ses pairs en ramant à contre-courant de leurs déclarations de condamnation ? Gageons que Me Wade ne parlait que pour la Guinée. Le temps des manigances : L’ex-édile de Thiès, ancien Premier ministre, ancien n°2 du Parti démocratique sénégalais (Pds), président du mouvement politique « Rewmi » (le pays), Idrissa Seck est dans la place ! Ça va chauffer ! Sitôt (re)rentré au bercail, il fait encore parler de lui et se prête à son jeu favori : se braquer les spots et recommencer ses intrigues avec son « père » lui donnant la réplique à merveille. Ce que personne ne saurait lui dénier, même si la République n’y trouve encore profit quantifiable et appréciable. C’est son droit le plus absolu.

Tout comme son ex-mentor a le droit de le recevoir « sur sa demande » communique curieusement hier dimanche 11 janvier, M. le ministre, porte-parole de la présidence de la République, Me El Hadji Amadou Sall, rendant compte avant date à l’opinion de l’audience d’aujourd’hui entre le « propriétaire des rêves et son ancien jardinier ».

L’opposition a son « Benno siggil Sénégal » où deux axes semblent se dessiner autour de Moustapha Niasse et de Ousmane Tanor Dieng chaque, pour aller « ensemble » aux locales de mars prochain, Maître a lui, « ses calculs » pour fausser ceux de ses opposants et opérer en douceur la transmission du pouvoir. A qui ? Ses « mathématiques » passent-ils encore une fois par Idrissa Seck ? Si 2008 a été l’année de la récession et du « dépassement budgétaire », 2009 sera-t-elle celle de l’éternelle…succession ? Wait and see



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email