Dimanche 17 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Communiqué du Conseil des ministres du 13 Janvier 2021

Single Post
Communiqué du Conseil des ministres du 13 Janvier 2021
Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL a réuni,
en visioconférence, le Conseil des Ministres ce mercredi 13 janvier
2021.

A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a présenté les
condoléances de la Nation aux familles éplorées, qui ont perdu un
être cher, un collaborateur ou proche durant cette situation
devenue endémique de la Covid-19.

Le Président de la République a rappelé que la propagation
exponentielle, la sévérité et la gravité de la maladie, au regard des
capacités et conseils des experts de notre système sanitaire, l’ont
amené à décréter l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu sur
l’étendue des régions les plus touchées : Dakar et Thiès.

Le Chef de l’Etat invite, dans cet esprit, le Ministre de la Santé à
poursuivre la décentralisation effective et rapide dans les régions du
SAMU NATIONAL. Les moyens logistiques et les ressources
humaines et financières de cette structure névralgique, doivent être
renforcés sans délai.

Le Président de la République indique également la nécessité
d’accélérer la mise en œuvre urgente de la stratégie nationale de
vaccination, dotée d’un budget conséquent.

Poursuivant sa communication, le Président de la République a mis
l’accent sur la gravité de la situation. A ce propos, il a insisté sur la
mobilisation nationale 24h/24 pour sensibiliser les populations sur
l’impératif de :

1° Respecter les gestes barrières et les protocoles sanitaires ;
2° Réguler les horaires d’ouverture et de fermeture des marchés ;
3° Réadapter le fonctionnement des établissements de santé
(hôpitaux, centres de santé etc.) ;
4° Déployer avec le SAMU NATIONAL, des dispositifs préventifs et
pragmatiques de prise en charge à domicile ;
5° Surveiller une éventuelle mutation du virus et contrôler
davantage les entrées au niveau de nos frontières. A ce titre, le
Chef de l’Etat se félicite de la certification de l’Aéroport international
Blaise DIAGNE de Diass (AIBD) au programme d’accréditation
sanitaire du Conseil International des Aéroports (ACI Monde).

Le Président de la République demande, dans ce contexte général,
aux ministres sectoriels de réorganiser avec les acteurs, l’adaptation
temporaire des activités économiques et sociales durant ce mois de
janvier 2021.

Abordant la question liée à l’aménagement durable du territoire
national et du développement optimal des pôles urbains, le Chef de
l’Etat a informé le Conseil, avoir présidé, le vendredi 08 janvier
2021, une réunion de suivi de l’état d’avancement des travaux
d’aménagement et de développement des Pôles Urbains de
Diamniadio et du Lac Rose.

Il a, à ce sujet, rappelé au Gouvernement toute l’importance qu’il
accorde à l’aménagement durable du territoire national à travers la
mise en place fonctionnelle des pôles urbains.

Ces derniers doivent contribuer au renouveau urbain et à la
réalisation du programme des 100.000 logements avec l’implication
au premier plan du secteur privé.

Le Président de la République demande, dès lors, au Ministre des
Finances et du Budget, aux Ministres en charge des Infrastructures,
de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Urbanisme d’accélérer, en
rapport avec le Délégué général à la Promotion des Pôles urbains de
Daimniadio et du Lac Rose, la programmation et la réalisation, dans
les délais, des infrastructures publiques (Voiries et Réseaux Divers)
nécessaires à la fonctionnalité des pôles.

Ces nouveaux territoires doivent être identifiés via une cartographie
précise des limites et occupations.

Le Chef de l’Etat a, sous ce rapport, indiqué la nécessité de
développer un partenariat consolidé entre Autorités administratives
et Services de l’Etat (Gouverneurs, Préfets, Sous-Préfets, Maires,
DGPU, ANAT, Urbanisme, Cadastre, Domaines et DSCOS).
Le Président de la République demande également au
Gouvernement de s’assurer de l’implémentation de l’ensemble des
programmes privés à partir d’investissements soutenus par des
financements effectivement mobilisés au niveau des Pôles urbains,
en veillant au respect des établissements humains et des équilibres
socio-économiques des zones et activités relevant, notamment, du
périmètre du Pôle urbain du Lac Rose.

Le Chef de l’Etat demande, enfin, au Ministre des Finances et du
Budget de veiller, avec l’APIX, à la sécurisation foncière et à la
gestion adéquate des emprises résiduelles du Projet de Train
Express Régional (TER), ainsi qu’au recasement systématique des
ménages impactés et recensés.

Sur la nouvelle doctrine d’urbanisme, d’habitat et de construction, le
Président de la République invite le Ministre de l’Urbanisme, du
Logement et de l’Hygiène Publique à engager la mise en œuvre
d’une nouvelle politique relative aux modes d’occupation des sols,
d’habitat et de construction en privilégiant les constructions en
hauteur, à soumettre, toutefois, à un encadrement réglementaire
adéquat.

Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le
Chef de l’Etat demande au Ministre de l’Eau et de l’Assainissement
d’engager toutes les diligences nécessaires à l’intensification de la
mise en œuvre du programme national de branchements sociaux.
Ledit programme, d’équité sociale et territoriale, doit être étendu à
plusieurs localités, afin d’améliorer l’accès des populations urbaines
et périurbaines à l’eau potable.

Le Président de la République invite, en outre, le Ministre de l’Eau et
de l’Assainissement à accélérer les travaux de raccordements à réaliser dans le cadre de l’assainissement des dix (10) villes dont
Touba et Tivaouane.

Au titre de la coopération et des partenariats, le Chef de l’Etat
rappelle l’urgence qui s’attache à la réalisation du futur siège du
Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur.
Sur la deuxième revue du programme économique, appuyée par
l’Instrument de Coordination de la Politique Economique (ICPE), le
Président de la République se réjouit de son approbation, sans
débat, par le Fonds Monétaire International (FMI).

Cette décision exceptionnelle, effective depuis le 12 janvier 2021,
traduit la confiance accordée au Sénégal, dans la mise en œuvre
satisfaisante de l’ICPE, particulièrement sur le volet programme de
résilience économique et sociale (PRES), mis en œuvre dès
l’apparition de la pandémie Covid-19 au Sénégal.

Le Président de la République a clos sa communication avec son
agenda diplomatique.

AU TITRE DES COMMUNICATIONS

- Le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République
a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ;
- Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication
sur le démarrage de l’exécution budgétaire 2021 et sur la
deuxième revue ICPE ;
- Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de
l’Extérieur a fait une communication sur la situation
internationale ;
- Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait
une communication sur le suivi des financements de projets
stratégiques ;
- Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait une
communication sur la stratégie nationale de vaccination contre la
COVID-19 ;
- Le Ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la
Protection des Enfants a fait une communication sur la mise en
œuvre de la stratégie de protection d’urgence des enfants de la
rue ;
- Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une
communication sur la campagne de commercialisation de
l’arachide 2021 ;
- Le Ministre du Tourisme et des Transports aériens a fait une
communication sur l’achèvement des travaux de restauration des
plages de la station balnéaire de Saly ;
- Le Ministre de l’Economie Numérique et des Télécommunications
a fait une communication sur la gestion des DATACENTERS et
sur le parc des technologies numériques (PTN) de Diamniadio ;
- Le Ministre auprès du Président de la République, en charge du
suivi du Plan Sénégal Emergent a fait une communication sur les
projets phares du PSE.

AU TITRES DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES
Le Conseil a examiné et adopté :
- Le Projet de décret portant création et fixant les règles
d’organisation et de fonctionnement du Conseil national pour
l’Insertion et l’Emploi des jeunes (CNIEJ).


6 Commentaires

  1. Auteur

    Mesures Individuelles

    il y a 4 jours (21:33 PM)
    Je vais attendre pour prochain conseil des ministres pour les mesures individuelles peut être par miracle mon tour viendra.
  2. Auteur

    Patriote

    il y a 4 jours (23:04 PM)
    Il faut être un répondeur corrompu universel pour ne pas voir le "faire la politique autrement" du président sonko.

    Le dossier des 94.000.000.000 est bloqué par le procureur qui a une plainte de sonko et un dossier de l'ofnac mais qui refuse de l'instruire. Trop de hauts d'en haut y sont mêlés. Il n'a pas reçu l'aval du président macky sall, par son ministre de la justice pour l'instruire. Ou est la faute de sonko qui a toutes les preuves qu'il mettra devant la justice pour ne pas être accusé de recel de documents.

    Le maçon des maçons reste le président macky sall dont le Professeur diagne l'accuse d'avoir été financé par ces lobbies en 2012, preuves à l'appui.

    Les 128.000.000 récoltés par le pastef en une journée ne sont qu'une goutte d'eau pour les actionnaires du parti pastef.

    Les autres partis ont des militants, toujours corrompus par le propriétaire qui distribue des sandwichs, des vêtements, de l'argent, des postes juteux, des protections/chantages contre la justice, la protection contre les détournements des derniers publics, les surfacturations, les grès à grès mafieux, l'impunité garantie aux malfaiteurs,...

    Le pastef n'appartient pas à ousmane sonko, mais au peuple sénégalais. Ses militants que je qualifie d'actionnaires financent eux memes toutes les activités.

    Pour gagner les élections, le président macky sall usait et abusait, en monopole, de la justice soumise et politisée, d'un processus électoral antidémocratique, taillé pour le faire gagner à toutes les élections, des moyens financiers colossaux de l'état et des lobbies.

    Le Professeur co diagne a accusé publiquement et à plusieurs reprise, sans aucune démentie, le président macky sall d'avoir été financé par des lobbies en 2012.

    Les résultats de ces financements se voient tous les jours avec la proliférations des homosexuels, l'introduction du vocable GENRE dans nos ministères et nos documents administratifs, la lutte acharnée contre la religion islamique par la fermeture des dahras, l'autorisation très très prochaine des avortements pour certains cas, qui va ouvrir la portes à tous les avortements, ( NOS GUIDES RELIGIEUX SERONT COMPLICES DE CETTE FORFAITURE DEVANT LE BON DIEU) la corruption de certains de nos marabouts en leur faisant bouffer du ribba,...

    Financement extérieur peut il être plus pernicieux que la légion d'honneur reçue par le président macky sall qui donne ensuite, tout, absolument tout à la France, aux autres pays, en marginalisant à l'extrême nos entreprises,...

    Le président macky sall voit d'un très très mauvais œil que le pastef puisse lui damer le pion en réunissant autant d'argent en si peu de temps, donc capable de récolter des milliards pour gagner les présidentielles et d'autres élections,...

    Le président fait semblant d'oublier ses financements extérieurs avec le président bongo aussi, ou il a été sauvé par le khalif général des mourides de la prison, donc non blanchi par la justice.

    NB: Le président bongo était son khalife en matière de...(Cf audios du professeur diagne)

    Le président ne supporte pas, pas du tout de cette grande mobilisation militante active et percutante de pastef.

    Les actionnaires/militants de pastef doivent rester vigilants contre toutes les attaques du pouvoir.





    Auteur

    il y a 4 jours (23:36 PM)
    Monsieur Le Président, Monsieur Le ministre de la santé, les pharmaciens profitant de la crise son en train d’augmenter les prix des médicaments d’une façon injuste et honteuse. S’il y a une industrie qui a vraiment profité de la crise, c’est l'industrie pharmaceutique. Au moment ou les sénégalais sont dans la détresse à cause de la crise, les pharmacies sont en train d’augmenter le prix des médicaments de 25 à 75 pour cent selon le médicament. En parapharmacie les augmentations passent à 100 pour cent. Il faut vraiment faire quelque chose Monsieur Le Ministre car le peuple est fatigué et ne peut plus supporter ce genre de rackette. Un coup ce sont les produits de premier necessité, un coup l’energie. Dans le cas des pharmaciens ça ne peut être que de l’abus sur le gorgorlou sénegalais. le citoyen ne peut plus continuer comme ça. A titre d’exemple, le probitor (omeprazole) 20 mg qui était déjà cher à 2985 fcfa est passé à 4400 fcfa aujourd’hui. Le biofar multivitamine 12/12 qui était à 2780 il y a 10 jours est passé à presque à 4500 fcfa. C’est vraiment scandaleux. Comme je vous l’ai dis au début s’il y a un secteur qui a bien profité de la crise ce sont les pharmacies. si ça continue comme ça le peuple va finir par sortir et se revolter. Ni vous , ni votre gouvernement ne pourra les arrêter
    Auteur

    il y a 4 jours (01:08 AM)
    C'est pas les pharmaciens qui fixent les prix des médicaments c'est l État parce que en pharmacies les prix sont homologués avec des coefficients fixés par rapport au produit par exemple 1.406 pour les médicaments et 1.5 pour la parapharmacie etc
    Auteur

    il y a 4 jours (01:13 AM)
    Et pour le cas du biofar 12/12 c'est vrai que le prix est cher mais c'est parce que l État le classe comme complément alimentaire et a ajouter la tva du coup le prix de vente augmente à cause de cette tva
    Auteur

    il y a 3 jours (07:44 AM)
    Ndeyssane un patriote qui rêve. Pitié

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email