Lundi 23 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Élections législatives : Le président de la République contraint à la « cohabitation »

Single Post
Élections législatives : Le président de la République contraint à la « cohabitation »

Macky Sall sera loin d’être en totale sécurité au sein de l’assemblée nationale. Son parti, l’Alliance pour la République (Apr), ou sa coalition Macky 2012 (la coalition qui l'a accompagné au premier tour de l'élection présidentielle du 26 février 2012), est loin de disposer de la majorité mécanique qui lui aurait permis de gouverner sans grandes concessions à ses alliés du second tour de la présidentielle, en l’occurrence le Benno Siggil Senegaal (Bss) et d’autres partis majeurs comme le Rewmi d’idrissa Seck. En effet, le parti du président ne compte que 61 sur les 118 députés de la majorité (la coalition Benno Bokk Yakaar, formée à la veille du second tour de la présidentielle). Soit le tiers de la représentation nationale (150 au total). Du coup, Macky Sall aura toujours besoin de composer avec ses alliés pour faire voter « ses » lois, « son » budget ou « ses » mises en accusation. Cette situation place le président de la République dans une logique de cohabitation forcée. Les autres sièges, qui lui confèrent la majorité confortable, sont tenus par ses alliés de Bby, comme Bss de Moustapha Niasse avec 18 députés, Benno ak Tanor, riche de 17 sièges, et d’Idy4President d'Idrissa Seck, fort de 10 sièges. Cette configuration de la majorité présidentielle pourrait offrir une diversité salutaire à l’Assemblée nationale qui imposerait d’un groupe parlementaire moins inféodé à un parti ou à un président, mais elle exige à Macky Sall de rester toujours à l'écoute exigences de ses alliés sans lesquels il n'a pas la majorité absolue (source : L'Observateur).


Article_similaires

23 Commentaires

  1. Auteur

    Boy Diola

    En Juillet, 2012 (09:58 AM)
    ce n'est que le debut

    ils vont s'embrouiller dans quelques moi
  2. Auteur

    Boy Diola

    En Juillet, 2012 (10:01 AM)
    erreur de frappe : dans quelques MOIS
    Auteur

    Khorompole

    En Juillet, 2012 (10:02 AM)
    Belle analyse. Ceci est rare donc à saluer. Au suivant......
    Auteur

    Walfadjri

    En Juillet, 2012 (10:04 AM)
    MEILLEUR SCÉNARIO POUR LE PEUPLE, LA COHABITATION
    Auteur

    Azen

    En Juillet, 2012 (10:10 AM)
    Il va souffir le Macky
    Auteur

    Pfffffffffffffffffffff

    En Juillet, 2012 (10:11 AM)
    Niasse et Tanor vont se comporter comme des presidents bis,vous allez voir.A defaut d'etre president dans la realite,ils vont le vivre en reve.pffffffffffffffffff
    Auteur

    Peuls,

    En Juillet, 2012 (10:14 AM)
    Incroyable! Mais vrai! Le Président de la Réplublique laique-démocratique-sociale du Sénégal éternellement archi-pluriel en TOUT, l'Ingénieur-Géologue-Géophysicien, Macky SALL, est depuis le 2e tour des présidentielles, terminées avec la CHASSE du mesquin wade, avec les partis içi cités comme de potentiels opposants! L'Administration de l'Ing. Macky SALL refléte l'ensemble de ces partis. Les élections législatives ne sont rien d'autre que le couronnement d'une symbiose patriotique initiée bien avant. Cessons les politiques politiciennes. Ces politiques politiciennes qui ont mis le Sénégal dans les catastrophes; l'exposent encore à des spectres de..... Que les coeurs-esprits, mais aussi les langues-les mains-regards se tournent résolument dans la recherche méticuleuse de solutions pour sauver le Sénégal des misères-HONTES-drames. Le journalisme "cash-and-carry" doit cesser. Sous-sous-sous-coûte-que-coûte-sur-le-champ-qu'importe....doivent cesser. PEULS.
    Auteur

    Ladiou

    En Juillet, 2012 (10:15 AM)
    Macky peut dormir tranquillement.Il suffit de s'aliéner un des frères ennemi (Niasse ou Tanor) pour être majoritaire .C'est le seul jeu qu'il doit appliquer et avoir un mandat de rêve.
    Auteur

    Kane

    En Juillet, 2012 (10:19 AM)
    Bien obligé de cohabité car l'APR est un parti sans expérience et si vous vous souvenez il est sorti de justesse en deuxième position lors des présidentielles avec 26 % un score qui ne lui permettrait pas d'être majoritaire.SI LES AUTRES PArti n'étaient pas venus à son secours MACKY ne serait pas président à l' heure actuelle. mACKY EN est conscient mais beaucoup de gens comme cissé lo n'ont rien compris  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    Auteur

    Samory Aw

    En Juillet, 2012 (10:21 AM)
    A l'écoute du peuple Président, le roi est mort ...
    Auteur

    Listo

    En Juillet, 2012 (10:23 AM)
    L'observateur ne sait donc ce qu'est la "cohabitation" , ce que ce vocable véhicule et comme à chaque fois nos journalistes collent des concepts ramassés quelque part, à une réalité toute différente: pour cela on dit que l'expession est galvaudée!

    Macky Sall n'a pas été élu Président de la République, par son seul parti, l'Apr mais par une coallition de partis et exactement la meme coallition qui vient de remporter les élections législations!

    Dans le meme contexte, on ne pourrait, exclusivement, parler de cohabitatin que si le Pds, ou Boka Guiss Guiss, c'est à dire des partis qui ont été battus à l'élection présidentielle et qui sont devenus l'opposition, à leur tour, avaient gagné les législatives et dans ce cas, le Président de la République serait contraint de choisir un Premier ministre issu de ses partis d'opposition, autrement de toute façon, il ne pourait pas diriger le pays, car des motions de toutes sortes, y compris de censure, votées par l'Assemblée nationale à majorité de l'opposition, empecheront son gouvernement de fonctionner, meme pour le vote du budget!

    Alors de grace, utilisons les mots , simplement tels qu'ils sont et pour la compéhension de tous!
    Auteur

    Doumbélane

    En Juillet, 2012 (10:26 AM)
    je vois bien la reconstitution de la famille libérale : Maky 61, Idy 10, PDS 14, BGG 8 ce qui fait au total 93 députés comme groupe parlementaire de la famille libérale
    Auteur

    Paulus

    En Juillet, 2012 (10:47 AM)
    le mot cohabitation n'est pas appropriée
    Auteur

    Bobo Niasse

    En Juillet, 2012 (10:49 AM)
    les journalistes du pauvre et malhonnetes SIDY LAMINE NIASSE, font mal leur travaille. ils sont manipulés, conduits vers des labirinths inexplicables par le drôle de patron. lequel se croit homnisscient, un savant, un petit fils de Mohamet. "ma maman est chérifienne." c'est un marchant d'illusion, un escros, un maître chanteur. il tire sur le régime pour gagner de l'argent. c'est un coureur de jupon invétéré. tu ternis l'image de la famille : chers confrères prenaient votre destin en main. abandonner ce mécréant, charlatant. basta!
    Auteur

    Pat

    En Juillet, 2012 (10:51 AM)
    Nos "journaleux" veulent faire des analyses politiques mais ils sont nulsssss.



    En fait, ils attaquent des gens comme ça et dire qu'ils font des analyses. Comment dire que c'est Macky qui n'a pas mobilisé les électeurs. Ce sont plutôt les comportements des députés depuis l'indépendance qui ont fait que les sénégalais ne les considèrent plus comme des gens qui méritent notre confiance.
    Auteur

    Rubbishh

    En Juillet, 2012 (10:59 AM)
    Article nul
    Auteur

    Looodia

    En Juillet, 2012 (11:41 AM)
    De quel cohabitation parle ces nullards....? Dans ce cas de figure il ne s'agit pas de cohabitation car la coalition BBY est sorti largement majoritaire donc de grâce retourner vers les amphithéâtre de l'université pour bien faire votre métier....!

    Un article nul et pas du tout cohérent, cette coalition est parti pour fusionner à la longue et nous donner un mouvement de patriote qui feront tous pour l’émergence d'un État de droit au Sénégal...! :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    • Auteur

      @looodia

      En Juillet, 2012 (13:16 PM)
      vous faites comme le journaliste, vous galvaudez les termes. une bande d'opportunistes invétrés ne peuvent pas être des patriotes.
    Auteur

    Programme

    En Juillet, 2012 (11:56 AM)
    Vous êtes disponible en Août et/ou Septembre ??? Vous voulez allier travail et social?? Vous aimez les enfants? Vous avez au moins le niveau BFEM? Vous êtes motivés et trés sérieux?

    Ne cherchez plus loin , le Programme Solid'Action est fait pour vous.Donner des cours de vacances aux élèves ( cas social) du primaire dans le besoin ( dans votre zone) ou dans la zone de votre choix.

    Des bourses d'études,des bons d'achats, des tickets restaurants,des cours de conduite, des pass gratuits dans les bâtiments municipaux( sports, piscines,loisirs,..) seron

    Une attestation vous sera remis et .....vous passerez des vacances utiles à venir en aide aux plus défavorisés.



    une seule adresse: envoyez vos coordonnées( nom, prénoms,adresse, niveau d'étude, et zone dans laquelle vous voulez donner vos cours à [email protected]



    Date limite d'envoi des candidatures : Vendredi 6 juillet 2012. Nombre de places limité!!!!!

    Auteur

    Kotch

    En Juillet, 2012 (14:04 PM)
    That's very good news.
    Auteur

    Diop_ahmadou

    En Juillet, 2012 (14:33 PM)
    La percée de la double casquette, un progrès ou une anomalie de la démocratie ?

    Désinformation, manipulation, désintoxication et trahison tous azimuts lors des présidentielles de 2012. Tous les ingrédients des religieux sur la scène politique.

    Malgré la vaste campagne de désintoxication systématique sur fond de désinformation et de manipulation à tout vent, à quelques jours du premier tour des élections présidentielles, les instituts de sondage attribuaient largement la victoire à Moustapha Niasse, suivi de wade. Macky Sall était donc classé troisième par ordre décroissant. Tanor Dieng occupait la quatrième, tandis que le maire de la Cité du Rail, Idrissa Seck, qui s’autoproclamait le quatrième président, avant l’heure, se contentait du bonnet d’âne, cinquième sur la liste des favoris.

    Mais contre toute attente, la courbe s’inversait, puisque le 26 février 2012, au premier tour des présidentielles, par surprise, Moustapha Niasse, qui est arrivé troisième et Tanor Dieng, quatrième sont recalés, pour laisser librement la place à wade et son élève, en l’occurrence, Macky.



    Le 25 mars 2012, tous contre Wade, Macky Sall a été choisi à défaut et par dépit. Que s’est-il donc passé en mars avant le premier tour ? L’opposition réunie, y compris Macky Sall, lui-même, décidait ensemble de battre campagne. Mais Macky Sall, beaucoup plus futé, qu’il n’y paraît, qui avait donné son accord, était présent dans la vidéo, le même qui avait signé sous réserve les conclusions des assises nationales, viola unilatéralement l’accord et décide alors de battre campagne tout seul, pendant que l’opposition affrontait les forces de l’ordre à la place de l’indépendance, car en politique, tous les coups sont permis, s’ils peuvent rapportent gros. Ce à quoi l’opposition répondait, quand on signe les conclusions des assises nationales, on doit les signer, sans réserve. Peu importent donc les moyens pour y parvenir !

    Donc Moustapha Niasse, vilipendé par rapport à son âge, qui ne relève que d’une stratégie huilée des snippers, déclarés et non- éclairés, convertis en directeurs de campagne déguisés, pour le compte des nouveaux riches de l’alternance, n’avait aucune chance de l’emporter, quelle que soit sa stature d’homme d’Etat, non plus, Tanor Dieng houspillé, décrié, diabolisé, décrédibilisé, livré aux chiens, pour avoir distribué des maisons des femmes, sans compter, dit-on, était laminé d’ores et déjà, alors que celui du camp d’en face, bien que gloutonné par le raccourci politique, doit être nécessairement le bienvenu et le meilleur. C’est dire qu’une campagne électorale arbitraire et déloyale par sa nature surréaliste, ubuesque, était parfaitement orchestrée à l’encontre de ces deux figures de proue.

    De surcroît, dans un pays où l’électorat rural, majoritairement illettré à plus de 70%, détermine l’issue du scrutin, dans lequel les présidents des communautés rurales, qui sont des porteurs de voix, bien servis par ceux qui sont au sommet de l’état, il va sans dire que les meilleurs soient, nécessairement, les médiocres et qui ont des poches extensibles, par rapport aux autres en mauvaise posture. Nous ne sommes pas dans une "normalitude" de la démocratie. Voilà la réalité d’un pays étrange !

    Pourtant, dix ans, avant, Moustapha Niasse, cajolé, béni, le chef de file de l’opposition, entre, autres Abdoulaye Bathily, l’incorruptible sentinelle de la République, furent les faiseurs de rois, car grâce à eux wade a pu accéder au pouvoir.

    Rebelote, l’histoire se répète, au prétexte que cette fois-ci, Tanor Dieng et le leader de l’AFP n’ont pas pu trouver une entente à avoir un candidat unique de Bennoo pour gagner les élections. Une explication trop simpliste, qui ne tient que sur du fil blanc, car contrairement aux idées reçues, toute chose n’est pas égale par ailleurs, car en France, la référence de la démocratie, la gauche contre Nicolas Sarkozy de l’ump, n’avait pas besoin d’un candidat unique pour faire battre la droite. En démocratie, il faut savoir mesurer sa force. Selon la règle, le candidat de la gauche qui arrive le premier, sera soutenu par toute la gauche. Ce fut bien le cas. En réalité, il y a eu bien d’autres raisons obscures, évidentes, qui ont contribué à la défaite de l’AFP. Est-ce à dire que nul n’est prophète chez lui. Nous nous interrogeons sur le vote rationnel sénégalais, même si la question reste un tabou. Voilà les contradictions d’une société en perte de repères, puisque par définition, le camp libéral, en la personne de Macky reste l’unique gagnant. Il y a là quelque chose d’étrange. Allez savoir ! Dans une démocratie tangible, Moustapha Niasse, le candidat de la Coalition Bennoo Siggil Sénégaal du rassemblement et de l’unité, était le plus à même de diriger le Sénégal par ses compétences et ses expériences parfaitement avérées. Qu’on l’accepte ou qu’on ne l’accepte pas.

    Quoiqu’on puisse dire, l’intrusion directe du religieux sur la scène politique est un échec cuisant du politique, qui est éloquemment comptable de son bilan lourd, un contre modèle du politiquement correct, pour ne pas dire de l’immoralité proéminente. L’épine dorsale de ce maelström surréaliste, résulte de la frontière ténue entre Abdoulaye Wade et le religieux.

    Le candidat indocile reste bien le fil conducteur direct de ce que l’on pourrait appeler l’entrisme fracassant de la double casquette des rôles, qui constitue un péril pour la démocratie. Bien que limités pour sa présence au sein de l’hémicycle, l’abondance des chapelets pourrait donner du fil à retordre au pouvoir, dans l’avenir, car il faut un début pour toute chose. C’est le cas maintenant et peut être, demain sera pire, à l’instar des pays arabes. Le discours finit par prendre et la mayonnaise prend forme. Renforcement de la démocratie pour les uns, recul pour les autres. Des Islamistes modérés ou au contraire, des islamo- affairistes ? On semble brouter par la ruse à la fois dans tous les râteliers, en se couvrant sous l’étiquette de la religion, en bénéficiant des retombées de celle-ci et avoir un pied sur la chose publique. C’est vouloir obtenir par la ruse, l’argent du beurre et le beurre à la fois.

    Nous l’avions martelé hier, car le nombre de partis politiques extravagant ne convainc nullement les populations à se mouler dans la musique de la supercherie. Les candidats préoccupés par des sinécures de la république ne défendent que leur bifteck. Le poste de député n’est plus un sacerdoce, mais plutôt un gagne- pain au pluriel, plus rentable que tout autre métier. Les populations méprisées ne sont pas des gueux, au point qu’elles se laissent faire. C’est un message clair pour le nouveau pouvoir et leurs alliés du moment. La grâce risque d’être plus courte si on ne comprend pas la mesure de la gravité.

    Ici, le parquet tenu en laisse agit sur instruction de l’exécutif, le tout puissant, diligente en filigrane les opérations sur commande. La liberté du juge n’est qu’une vue de l’esprit. Il y a là une contradiction flagrante et une collusion inacceptable des rôles et ce n’est pas notre vision de la démocratie.

    Les audits de la discorde et à géométrie variable, continuent en grande pompe, selon les mauvaises postures au mauvais endroit et au mauvais moment. Nous sommes au cœur d’un régime présidentiel, qui tourne en plein régime. Il dispose de tous les leviers du pouvoir par sa posture que lui confère la constitution. Il est donc par essence juge et partie. Point de contre-pouvoir, aucune ligne Maginot n’est dressée contre lui. Il décide tout seul in fine. C’est un véritable monarque de la République. Ce n’est pas pour rien qu’il demande orbi, urbi, une majorité présidentielle à l’assemblée nationale.

    Si l’on veut réguler des prévarications à répétitions, il faudrait que l’on mette nécessairement un directoire collégial de magistrats totalement libres et indépendants du pouvoir politique. A l’instar des grandes démocraties, il est souhaitable de réformer le statut pénal du président de la République. Mais faut-il qu’on ait le courage de dire haut et fort que le principe d’immunité du Chef de l’Etat devient dans les faits, une impunité inacceptable, alors que pendant ce temps, le citoyen lambda est embastillé le plus souvent pour des broutilles ?

    La probable cohabitation en perspective traduit bien le malaise d’une débâcle du politique.

    Est pire celui qui est aveugle et sourd et qui ne l’admet pas. Jamais de mémoire, dans l’histoire politique de ce pays, bien que le spirituel flirtait avec le pouvoir politique, le religieux n’est jamais arrivé à mettre le pied dans l’étrier, malgré ses accointances remarquées, remarquables avec le pouvoir temporel, sur fond de deal politique sur lequel nos élites surfaient, à grands risques, sans coup férir, pour arriver à ses fins, ce que nous appelons un retour sur investissements, ou simplement le retour de l’ascenseur, mais aujourd’hui, pour la première fois, ce qui était jusque là, hier une impossibilité, devient, une réalité. C’est donc l’arroseur arrosé, même si on s’offusque de dire le contraire par des pirouettes, qui ne convainquent personne. Il y a là une collusion insoutenable à tambour battant dans une république présumée laïque. Cela n’augure rien de bon dans notre démocratie. Et pour cause. Car l’irresponsabilité notoire du pouvoir face à ses contradictions les plus criardes à résoudre la sempiternelle problématique de l’orthodoxie, ouvre bien un marché de dupes. Soit, on est religieux, soit, on est politique. Mais on ne peut pas avoir les deux caquettes à la fois. La double casquette des rôles constitue à nos yeux, un péril de la démocratie.

    Le combat continue !

    Ahmadou Diop

    Auteur

    Kémane

    En Juillet, 2012 (16:43 PM)
    c'est un article de l'observateur.

    un organe à la solde de youssou ndour le plus grand opportuniste du sénégal.

    il est le sceau de l'ingratitude.qu'a t il fait pour les familles de ses défunts artistes.nnada

    et ces anciens marabouts ou mécènes disparus?daraa
    Auteur

    Khal

    En Juillet, 2012 (17:54 PM)
    j'ai tiqué en voyant cohabitation dans le titre,ouffff! mais non ce n'est pas ce qu'on appelle une cohabitation
    Auteur

    Leuwy

    En Juillet, 2012 (19:35 PM)
    euy waaaaaaaaaay!!!!!!!!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR