Jeudi 09 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

[ÉDITO DU JOUR] La poche de goorgorlu et les caisses de l’Etat

Single Post
Covid-19 et les caisses de l'Etat
Peu s’y attendaient. Mais le réalisme a prévalu et aura surtout motivé l'annonce du chef de l’Etat, laquelle a mis du baume au cœur des Sénégalais fortement éprouvés par trois mois d'état d’urgence et de couvre-feu. Et une économie presque à genoux du fait des restrictions liées aux libertés individuelles et collectives. 

Chacun de nous a pu s'en rendre compte : les populations pour une bonne partie avaient elles-mêmes levé l'état d’urgence et le couvre-feu dans leurs pratiques quotidiennes. Et la décision prise par le chef de l’Etat hier soir ne fait que conforter la position d’une bonne frange de la population qui, en apprenant à « vivre avec le virus » depuis bientôt deux mois, avait fini de « faire vivre le virus » dans leurs faits et gestes quotidiens, malgré eux. La lassitude était donc palpable à tous les niveaux. Y compris chez les forces de l’ordre elles-mêmes éprouvées par la durée d’un Etat d'exception censé freiner la propagation de la Covid-19 au Sénégal.

En effet, avec près de 7000 cas répertoriés depuis le 02 mars, 112 décès, 4431 guéris et 2249 patients sous traitement, le Sénégal est resté dans un état stationnaire qui, bien que préoccupant, ne justifiait pas un « reconfinement » de sa population. Pas du tout malgré certaines voix autorisées, dont des religieux qui ont cherché à mettre la pression à l’Etat en vue de renouveler voire de durcir les mesures d’exception devenues impopulaires. Notre pays ne pouvait se permettre le luxe de s’inscrire dans l’immobilisme ou d’adopter une position attentiste le temps que « corona » fasse sa toilette mortuaire. « Apprendre à vivre avec le virus » tout en privilégiant les gestes barrières indispensables, est devenu le mot d'ordre en vigueur dans pratiquement tous les pays du monde et le Sénégal ne fait pas exception. Par conséquent, après la réouverture des marchés et des lieux de culte, des écoles pour les classes d'examen et du transport interurbain, la suite logique allait dans le sens d’un déconfinement presque total. D’où les nouvelles mesures consistant à lever l’Etat d’urgence et le couvre-feu qui commençaient à sortir du cadre légal, avec le risque de plonger le gouvernement dans l'impopularité.

Revoilà donc les Sénégalais de retour à une vie (presque) normale, ce qui passe chez certains comme un relâchement voire une capitulation de l’Etat. L'heure est donc à la responsabilité. Est-il le lieu de rappeler qu'un reconfinement du pays, avec une prorogation de l'Etat d'urgence et du couvre-feu, ralentirait-il la propagation du virus sur le territoire, aurait surtout le mérite d'accentuer les inégalités et donc la pauvreté sans mentionner le risque de mettre à rude épreuve l'autorité de l’Etat. 

Malgré le risque d'enlisement de la crise sanitaire corrélée à une crise économique aux dégâts multiples et incalculables, il a fallu faire un choix. Un choix réaliste et urgent : libérer l'économie et ses acteurs en mettant en avant la poche de goorgorlu et les caisses de l’Etat. 

liiiiiiiaffaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 1 semaine (18:05 PM)
    Pourvu qu'on ait pas les poches pleines et se retrouver à la fin à l'hppital
  2. Auteur

    Paco

    il y a 1 semaine (00:17 AM)
    Il faut se rendre à l'evidence , la gestion de la pandemie dans notre pays a até desastreuse depuis le debut : mauvaise strategie par peur ou meconnaissance ou volonté politique , il faut voir

    La strategie de ne pas rapatrier nos compatriotes en chine , devait etre suivie d'une fermeture totale des frontieres pour eviter l'entree du virus dans le territoire

    Des que des foyers ont eté decelés en fin fevrier , debut mars , il fallait mettre en quanrantaine , ces zones :dakar , touba et louga kebemer et concentrer tous les moyens de prevention , de depistage , de soins dans ces zones , cela etait une question essentielle et moins budgetivore Si au lieu d'envoyer BOUNE à touba , on avait envoyé des medecins epidemiologiques pour bien expliquer les enjeux , je crois que les milieux maraboutiques auraient eté en premiere ligne et de bon coeur pour endiguer cette propagation en recommandant aux fideles ici et à l'etranger de rester chez eux pour la securité sanitaire du pays , on ne pouvait pas mettre en qurantaine Dakar SANS TOUBA et on avait peur de toucher à TOUBA, donc on a fait le mort,

    Si cela avait eté fait , c 'est une question de 15 jours , 3 semaines , on pouvait liberer les entrees sur le territoire avec des mesures strictes , toute personne qui entre devrait produire un certificat de moins de 3 jours attestant ne pas etre porteur et meme avec cela , devait accepter un isolement des la descente de l'avion de 3 à 4 jours , sanctionné par un test negatif avant de rejoindre sa destination finale sur le territoire donc n 'etant pas porteur et se rendant dans un lieu où les precautions prises avant avaient où eliminé ou detecté et soigne les eventuels porteurs

    Tout cela pouvait etre mis en place en un mois au moins au plus 45 jours

    ces mesures etaient la garantie de zero cas des fin avril , debut mai .

    Au lieu de cela une mauvaise gestion , a fait que tout le monde a l'epée de damocles du virus dans notre pays pour combien de temps encore

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email