Jeudi 27 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

[ Contribution ] Le 2e tour, c’est Me Wade face à son peuple qu’il prend pour sa propriété et a cherché à humilier depuis son avènement

Single Post
[ Contribution ] Le 2e tour, c’est Me Wade face à son peuple qu’il prend pour sa propriété et a cherché à humilier depuis son avènement

‘La vantardise est le défaut des institutions comme des individus.’ [Louis Casamayor] Où sont les coupables

Nous avons, dans le calme, la dignité, la discipline, la détermination et la fermeté toutes tendances confondues des patriotes de notre pays, accompli notre devoir citoyen en ce 26 février 2012. Malgré les intimidations, les menaces proférées du camp du pouvoir, les avastes achats de consciences avec nos deniers publics, les Ndigël voilés sollicités de toutes parts, la fanfaronnerie du président sortant, qui prétendait avec beaucoup de vanité, remporter le scrutin au 1er tour avec 53 % des suffrages exprimés, nous avons été imperturbables dans notre détermination et volonté à le dégager immanquablement. Toutes ces manœuvres ont, sans doute, influencé quelques citoyens à s’abstenir pour des raisons diverses, d’aller voter au premier tour.

Mais à présent, dans les circonstances actuelles, aucune raison ne peut plus justifier une abstention quelconque des patriotes. Nous devons tous, citoyens sénégalais dignes et fiers de l’être, d’ici et d’ailleurs, par notre mobilisation exceptionnelle et massive au cours du 2e tour, faire regretter amèrement à Me Wade et son camp, leur irrespect et arrogance qu’ils ont eus effrontément à l’endroit du peuple sénégalais durant ces douze années, en votant sans hésitation contre lui. Il est devenu en ces heures critiques et graves de notre nation, pour chaque citoyen sénégalais et patriote, qui aime si bien sa patrie, un devoir impérieux pour répondre à l’appel de son peuple. Un appel qui consiste tout simplement, à aller voter en masse au 2e tour, contre ce candidat inconstitutionnel qui est un produit impropre à la consommation, que le Conseil constitutionnel nous a fourgués, malgré notre farouche opposition.

Nous avons d’autant plus de raisons et de devoir d’agir dans ce sens, parce que nous voulons sauver notre pays, avant que l’irréparable ne se produise, car notre pays vogue en ce moment dans un bateau piloté par Abdoulaye Wade, vers une monarchie qui ne dit pas son nom. Pour que, plus jamais, de pareils individus ne soient placés à la tête de notre pays comme un territoire conquis, il faudrait que nous en administrions la leçon à Me Wade. Surtout, quand ce dernier, une fois installé, s’est retourné contre son peuple, en le traitant comme des sujets ou des moins que rien. Dès lors, toute abstention d’un patriote au 2e tour, au moment où, notre pays vit des heures graves et a, tant besoin de ses enfants les plus attachés à le fendre envers et contre tout, à son existence dans la paix, la justice, l’égalité, la démocratie, le commun vouloir de vie commune, etc., est synonyme d’une haute trahison à son égard. Ceux qui se sont abstenus au 1er tour pour des raisons qui leur sont propres, devront se rattraper en votant massivement contre le monstre, qu’il s’en aille loin d’ici.

L’humiliation de l’autre, voire de son peuple, est un plaisir inné chez Me Wade, et il le fait en plus, avec une vanité non dissimulée, qui frise l’indécence. N’est-ce pas de l’irrespect ? Si, mais c’est parce qu’il ignore totalement cette expression de Victor Hugo qui dit : ‘La vanité est la plus petite des petitesses.’ C’est un affront que Me Wade fait au peuple sénégalais, en voulant s’imposer contre sa volonté et sa souveraineté. C’est un défi qu’il lance à tous les patriotes et au-delà, au peuple sénégalais tout entier. Voilà pourquoi, nous devons, à l’occasion de ce 2e tour, non seulement relever le défi, mais aussi laver l’affront. Il n’y a pas de doute que, celui-là, qui est entré par accident ou effraction dans l’histoire de notre pays, en sera chassé à cette occasion mémorable, qui nous est offerte pour le dégager par la voie démocratique.

Interrogé par un journaliste burkinabé à propos de l’appréciation de ses adversaires sur le 3e mandat qu’il veut briguer, il répond en étalant ici, son absence totale de modestie et en même temps, tout le mépris et l’irrespect qu’il nourrit à leur endroit. Jugez-en vous-mêmes. Question : ‘Vos adversaires politiques ne voient pas d’un bon œil que vous briguiez un 3e mandat, parce que, disent-ils, cela est contraire à l’esprit de la Constitution. Que leur répondez-vous ? ’

‘En vérité, ils savent que si je suis candidat, aucun d’entre eux n’est capable de me faire face. Je les battrai, dès le 1er tour, comme ce fut le cas en 2007 parce que j’ai un bilan, une vision qui inspire confiance et admiration ; parce que j’ai un parti puissant, organisé, combatif et engagé avec des alliés (près de 80 partis politiques loyaux et fidèles), sans compter la société civile, les femmes, les jeunes, les opérateurs économiques, le monde rural, les intellectuels, les chefs religieux et traditionnels et le soutien des Sénégalais de l’étranger. Si mes adversaires étaient sûrs qu’ils pourraient me battre aux élections de 2012, ils ne se priveraient pas d’un tel plaisir. Mais, comme ils savent qu’ils n’ont aucune chance contre moi, ils essaient de fuir le combat, en usant d’accusations fantaisistes que le droit et la simple éthique politique réprouvent.

Est-il possible, pour le Docteur en droit que je suis, avocat international, depuis les années 50, Consultant respecté dans de nombreuses instances internationales et agrégé des sciences économiques, d’inspirer des réformes constitutionnelles qui me conduiraient au suicide politique ? Est-ce raisonnable ? La réponse coule de source. Le problème du 3e mandat que vous évoquez s’est posé dans les mêmes termes dans votre propre pays, quand votre président, après deux mandats et la modification de la Constitution, ramenant le nouveau mandat à 5 ans renouvelable une seule fois, s’est présenté en 2005. Quand votre opposition a prétendu que cela n’était pas possible, votre Conseil constitutionnel a tranché, en toute indépendance, en proclamant qu’une loi constitutionnelle n’est jamais rétroactive. La polémique a aussitôt, cessé, parce que les Burkinabè sont respectueux de la loi, aiment leur pays et se soucient de son image.’

C’est net et clair qu’à travers cette réponse, nous y avons tout, pour découvrir véritablement qui est cet homme que nous avons placé à la tête de notre pays depuis 12 ans. Nous y avons noté sans conteste, la suffisance à l’extrême, l’autoglorification de l’insignifiance, l’incarné de narcisse, l’antidémocratisme primaire dont il fait montre à chaque occasion, etc. Il ne s’est pas bien entendu contenté ici de cracher seulement comme toujours, quand il fait semblant d’appeler au dialogue, son venin sur ses adversaires politiques, mais, il a aussi insulté notre peuple à travers sa dernière phrase. L’heure d’une riposte foudroyante du peuple sénégalais, pour exiger le respect qui est dû à son rang, vient de sonner pour lui et ce sera le 18 mars 2012.

L’équation est très simple et nous n’avons pas le droit de commettre l’erreur, qui consiste à confondre les vraies données du problème de notre pays, à cet instant-ci. Il est question, à l’heure actuelle, pour tous ceux qui combattaient farouchement ce régime, de sauver pendant qu’il est encore temps notre pays d’un péril qui s’appelle Me Wade, et non de savoir si on doit être pour ou contre Macky Sall. La victoire de Macky est démocratiquement incontestable et, elle est largement méritée au vu du travail abattu depuis son départ du Pds, et durant sa campagne qu’il a rondement menée dans l’ensemble du territoire national. J’estime qu’il est très dangereux pour la cohésion de l’unité nationale de notre pays, de vouloir entacher ou lier la victoire de Macky, en jouant injustement sur la fibre très sensible du phénomène ethnique. Objectivement, ce ne sont pas seulement les Pulaar qui ont porté leurs voix sur lui. Si tel était le cas, il ne serait pas arrivé presque dans toutes les régions, qui sont d’ailleurs multiethniques, premier ou second et au pire des cas troisième.

Par conséquent, arrêtons ce faux débat stérile, sur les ethnies, les religions, les régions, etc., qui ne nous avance en rien, par rapport au combat et à l’objectif du moment que nous visons tous, en tant que patriotes, à savoir, aller à l’essentiel, c’est-à-dire dégager Wade au 2e tour.Cet ultime combat est celui de tous les Sénégalais qui en ont marre du régime de Me Wade, quelle que soit leur appartenance politique, ethnique, régionale, religieuse ou confrérique, etc. Il est vrai que c’est Macky qui porte ce combat sur ses épaules en tant que candidat, mais, il est aussi celui de tous ceux qui ont souffert de la gouvernance hideuse de Me Wade. Aujourd’hui, le sort de Me Wade se trouve entre les mains du peuple souverain, comme il aurait dû toujours être légitimement. Ceci, nous l’avons tous constaté et nous devons en être conscients. En effet, Me Wade l’a toujours nié, en nous disant une fois élu, que c’était par la grâce de son marabout qu’il est parvenu à la tête du pays. Partant de là, il n’était, en rien du tout, redevable à son peuple. Qui l’aurait cru avant le 19 mars 2000 ?

N’avait-il pas déclaré à la face du monde que si le peuple sénégalais se soulevait contre lui, il partirait ? Qu’en est-il depuis le 23 juin 2011 au Sénégal ? Mais l’habitude étant une seconde nature alors, rien n’y fait. C’était tout juste du bluff et la confirmation de ‘Ma waxoon waxeet’, autrement dit, sa parole ne l’engage pas et ne le lie non plus. Par conséquent, il peut se dédire à volonté et à tout moment sans état d’âme. Est-il humainement concevable et admissible voire décent pour un chef d’Etat responsable, de déclarer à la suite de la mort de 12 citoyens - des martyrs - qui ne faisaient que défendre le respect de leur Constitution et exprimer leur opinion sur la marche de leur pays, que cela est simplement de la ‘brise’, mais que l’ouragan n’aura jamais lieu ? Et maintenant, dans quoi sommes-nous monsieur le président ? L’ouragan dont vous faites allusion, viendra le 18 mars et vous emportera sûrement.

Toujours à propos de Me Wade, il y a vraiment mille et une raisons qui font que les Sénégalais qui aiment si profondément leur pays, qui ne sont pas amnésiques et se souviennent bien, devraient tout faire pour hâter son départ sans délais, ni aucun regret. Je leur rappelle au passage quelques faits significatifs pour conforter cela. Il est de notoriété publique que Me Wade est foncièrement allergique à la légalité. Est-ce un fait contestable ? Non ! Ensuite, depuis la survenue de l’alternance politique le 19 mars 2000, toutes nos institutions et notamment, la loi entendue au sens large du terme : Constitution, lois organiques, lois ordinaires, décrets et arrêtés ont fait l’objet de violations répétées.

Ceci, par le simple transit à un Parlement, chambre d’enregistrement qui adopte, les yeux fermés, tout ce que le chef de l’Etat lui envoie. Même les lois organiques pour lesquelles, la modification devrait passer nécessairement par la voie référendaire n’est pas respectée. L'une dans l'autre, ces violations sont symptomatiques d'un rapport tendu que le chef de l'Etat, gardien de la Constitution, entretient, paradoxalement, avec la Légalité. Le Conseil constitutionnel, en validant sa candidature pour un 3e mandat illégal de Me Wade, ne fait que confirmer cette allergie à la légalité.En reprenant le titre de ma dernière contribution, je dis à nouveau vive le peuple sénégalais et gloire à sa vaillante jeunesse, pour le triomphe au soir du18 mars 2012, marquant le départ définitif de Me Wade à la tête de notre pays et la fin d’un régime libéral, qui n’a que trop duré. Ma carte d’électeur, mon arme !

liiiiiiiaffaire_de_malade

52 Commentaires

  1. Auteur

    Lewwel

    En Mars, 2012 (04:59 AM)
    pdt ce temps il pleut. Mangui tekk sama lewwel
    • Auteur

      @lewweul

      En Mars, 2012 (05:22 AM)
      mbokka su yemmon ci taw rekk muy jamm. wayye mi ngi la ko andal akk yi deunnou akkit eclaires!
      yallah na gniou ya allah yokk soutoura akk werr akk jamm akk moucc dayiman.
      enjoyall lewweul bi saway!
  2. Auteur

    Tiekété

    En Mars, 2012 (06:29 AM)
    apres avoir supporté les bavures policieres les lacrymo et investi toute leur energie pour combattre le régime machiavelique de wade par des moyens asticieux c'est a dire en sensibilisant les couches vulnérables et analphabétes . je trouve tout a fait logique que la bande a FADEL rencontre MACKY pour lui exposer leur vision le sens de leur combat et pourquoi pas leurs besoins personnels . toute action noble mérite recompense en ce sens ABDOU DIOUF disait kou def lou rey am lou rey . si Machy accéde a la magistrature supréme il le devra en partie au combat citoyen de y'en a marre car il aura fallu que ces jeunes se lévent pourque les autres en suivent . le mouvement y'en a marre a mis entre parentheses ses activités pour se consacrer pendant plus de 4 mois au devenir de notre pays c'est normal maintenant k'ils gagnent leur croute . Honte a ceux qui font que pérorer derriere leurs claviers et tentent de les devaloriser en versant dans des commentaires vulgaires .
    Auteur

    Sursautwade

    En Mars, 2012 (06:35 AM)
    J INVITE LE PRESIDENT WADE A AVOIR LA SAGESSE DE NE PAS ALLER VERS UN SECOND TOUR, DE SE RETIRER ET DE LAISSER MOUSTAPHA NIASSE EN DECOUDRE AVEC MACKY SALL AU DEUXIEME TOUR. SI TU LE FAIS PRESIDENT. C EST AUJOURD'HUI LE SEUL GESTE Q' IL PEUT POSER QUI PEUT LE GRANDIR POUR TOUJOURS QUI LE FERA RENTRER DANS L HISTOIRE PAR LA GRANDE PORTE.
    Auteur

    Ndangane

    En Mars, 2012 (07:08 AM)


    quelqu un qui n est pas capable de se rendre compte que c est TERMINE ne merite aucune attention
    Auteur

    Juste

    En Mars, 2012 (08:17 AM)
    Wade ne merite pas une carte car marie tereze la bien dit personne ne peu changè les prix des denrès alors PDS vous ete des incapables
    • Auteur

      Zoom

      En Mars, 2012 (19:14 PM)
      la crise economique c'est partout et méme encore pire chez les occidentaux donc les denrees ne feront que augmenter méme si macky prend place il sera tres difficile pour lui de faire degringoler
    Auteur

    Fifi

    En Mars, 2012 (08:46 AM)
    Maître SEYE, vous serez vengé. Clédor et Cie dawlène, mais Dieu vous montrera qu'il est patient et partout.
    Auteur

    Takou

    En Mars, 2012 (08:54 AM)
    Les des sont jetes. ALEA JACTA EST
    Auteur

    Cj

    En Mars, 2012 (09:25 AM)
    viviane disait que chaque senegalais a un prix cette fois je pense qu elle s est trompee de pays les wades n ont jamais respecte les senegalais
    Auteur

    Kikina

    En Mars, 2012 (10:06 AM)
    un leader contre tout le peuple sénégalais!!!!!!!!! soyez démocrate lorsqu'on déclarera sa victoire :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :haha: 
    Auteur

    Pour Une Saine Republique!

    En Mars, 2012 (10:25 AM)
    SI LA CHASSE AUX SORCIÈRES C'EST DE RENDRE JUSTICE CONTRE LES VOLEURS, PILLEURS,ASSASSINS ET CRIMINELS EN TOUS GENRES DE LA NATION,IL EST INDISPENSABLE DE LE FAIRE.CAR NE PAS LE FAIRE SERAIT UNE APOLOGIE A LA DÉLINQUANCE GOUVERNEMENTALE.SI NOUS ASPIRONS A UNE GESTION SAINE DE LA RÉPUBLIQUE, CELA COMMENCERA PAR DES SANCTIONS PÉDAGOGIQUES EXEMPLAIRES.SINON CE SERA UN ÉTERNEL RECOMMENCEMENT: GABEGIES-OPPRESSION-RÉVOLUTION.

     :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Kikina

    En Mars, 2012 (10:30 AM)
    vive wade  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
    Auteur

    Nouha

    En Mars, 2012 (10:42 AM)
    t'inquiete du courage :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Banque

    En Mars, 2012 (10:53 AM)
    amna niou badalo, apres tout ce wade a fait pour le sénégal aujourd'hui y'a en qui ne sont pas reconnaissants
    Auteur

    Nouha

    En Mars, 2012 (10:56 AM)
    wade t'es bien et tu as beaucoup fait pour le sénégal ton seul erreur c'est d'avoir voulu mettre ton fils karim à la tête de tous
    Auteur

    Famille De Victime Du Joola

    En Mars, 2012 (11:06 AM)
    TANT DE MORTS SOUS LE REGIME DES WADE MAIS DIEU EST GRAND...........

    LES FAMILLES DE VICTIMES DU NAUFRAGE DU JOOLA VOUDRAIENT CROIRE A UNE JUSTICE INDEPENDANTE EN FRANCE ET A UN PRESIDENT AU SENEGAL QUI NE MEPRISERA PAS SON PEUPLE....

    LES INTERETS ECONOMIQUES ET POLITIQUES NE DOIVENT PAS ENTRAVER LA JUSTICE. EN SERA-T-IL AINSI ??? et du RESPECT DES DROITS DE L'HOMME ?

    LE SENEGAL SOUFFRE DE LA CORRUPTION.....QUEL DESASTRE....LE SENEGAL MERITE MIEUX....

    TOUT COMME LE NAUFRAGE DU JOOLA....LE NAUFRAGE DE LA HONTE..CES FANTOMES QUI HANTENT.....

    2002 - 2012 soit 10 ans que ce drame est méprisé et bafoué ! des familles de victimes unies et déterminées.........

    LE NAUFRAGE DU JOOLA 26 SEPTEMBRE 2002 AU SENEGAL, près de 2000 victimes mortes dans d'atroces souffrances ........FAMILLES DE VICTIMES : NOS ENFANTS ONT BESOIN DE NOUS, DE LA VERITE....ET D'UNE JUSTICE INDEPENDANTE....



    Ils sont partis dans la plus grande catastrophe maritime civile et nous nous devons de refuser la fatalité....

    refuser que l'on dise "c'est l'afrique". Il n'y a pas de couleur de peau dans la souffrance, dans le coeur d'une mère, d'un père, d'un proche, d'un ami....

    soyons unis pour que la vérité surgisse... soyons unis pour une justice indépendante....soyons responsables afin que nos enfants soient fiers de leurs parents.

    DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE

    MERCI D'HONORER LA MEMOIRE DES DISPARUS

    RECHERCHER sur Youtube des vidéos sur le naufrage du Joola au LENDEMAIN DU DRAME, des images douloureuses et des témoignages très forts dont certains qui confirment que l'état était au courant très tôt.... et sur google : 2009 france inter joola des témoignages qui accusent le pouvoir sénégalais.

    Auteur

    Sagesse Politique

    En Mars, 2012 (11:33 AM)
    Dieu n'aime pas que les traîtres ne mélangent aux hommes justes c'est pourquoi l'opposition se regroupe derrière Macky Sall pour ne pas nuire la victoire du peuple qui est celui de WADE. En bloc ou en ordre dispersée WADE gagnera.
    Auteur

    Vie De Bonheur

    En Mars, 2012 (11:35 AM)
    Toute l'opposition unie derrière Macky Sall ne pése rien devant WADE car le peuple sera son soutien.
    Auteur

    Vie De Bonheur

    En Mars, 2012 (11:40 AM)
    WADE n'a pas besoin d'opportunistes pour le soutenir, la détermination du peuple suffit pour sa réélection. Le second tour n'est pas loin, la vérité jaillira et les Fal 2012 crieront victoire.
    Auteur

    Sagesse Politique

    En Mars, 2012 (11:43 AM)
    WADE est le meilleur président que le Sénégal a connu et en terme de réalisations il n'a pas d'égal. Les mauvaises langues peuvent dire n'importe quoi mais le peuple soutiendra toujours WADE.
    Auteur

    Duc

    En Mars, 2012 (11:48 AM)
    personne dans ce pays ne nie le travail que maitre wade a accompli dans ce pays. mais il faut avoir le courage de reconnaitre que wade est aller trop loin dans son entetement a vouloir dirriger ce pays malgre le barrage constitutionnel.wade a ete trop injuste avec son peuple en violant ehontement et dangereusement la loi fondamentale de son pays. wade tout a simplement ete un petit type devant son peuple. ce vaillant peuple, digne, patient et responsable.
    Auteur

    Vie De Bonheur

    En Mars, 2012 (11:48 AM)
    Pour l'intérêt du pays, on ne rejette pas un bon président par haine car malgré nos divergences l'intérêt de la nation prime sur le particulier alors mieux vaut agir de le bon sens que de commettre l'irréparable. Nous savons tous que Macky Sall n'a pas la compétence de diriger le pays et son entrée en politique est liée à une frustration. Votons WADE pour sauver le pays.
    Auteur

    Salabigué Niamina

    En Mars, 2012 (11:51 AM)
    Rassurez-vous mes frères et soeurs, il va tomber le vieux fanfaron irrespectueux de son peuple qui lui a fait l'honneur d'en faire songuide alors qu'il n'en a pas l'étoffe. Il va tomber comme tous ses semblables. Je vous cite les mots Ô combien vrais de David Diop:

    "A tous ceux qui s'engraissent de meurtres

    Et mesurent en cadavres les étapes de leur règne,

    Je dis qu'il ne naît pas de jour sans que le soleil et les étoiles

    Dessinent le rythme fraternel des peuples".

    Il y a eu le printemps arabe, eh bien il y aura le "printemps sénégalais". N'en doutez point.
    Auteur

    Sagesse Politique

    En Mars, 2012 (12:02 PM)
    La sagesse en politique c'est la résignation face à une menace injuste et WADE doté de sagesse surprendra toutes les mauvaises langues. La victoire de WADE s'annonce clairement avec l'isolement des opportunistes qui se sont retrouvés dans le camp de Macky Sall. Bravo les idéalistes regroupés au tour de WADE pour une victoire finale des Fal 2012.
    Auteur

    Sagesse Politique

    En Mars, 2012 (12:08 PM)
    Depuis la mise sur pieds du plan Takkal, l'électricité est devenu une chose constante et les délestages ont cessées c'est pourquoi je vote WADE pour une électricité éternelle.
    Auteur

    Vie De Bonheur

    En Mars, 2012 (12:14 PM)
    Rassurez-vous mes frères et soeurs, WADE l'amour du peuple va gagner. Il triomphera comme en 2000 et 2007. Ses réalisations sont bien comprises par le peuple et pour lui rendre hommage nous votera sa candidature.
    Auteur

    Boul Ragal

    En Mars, 2012 (12:21 PM)
    A mon cher et honorable Président ABDOULAYE WADE



    Nos chemins se sont croisés

    Nos yeux se sont accrochés



    Tes réalisations ont marquées ma vie.

    Ton programme pour le septenat me donne envie d'immortaliser ta personne.



    Je t'offre mes voix et ceux de mes proches qui croient en moi pour que jamais tu n'en sois privé du titre de président.



    Pour conserver ton feuteuil de Président du Sénégal, nous te donneront la victoire au second tour
    Auteur

    Sagesse Politique

    En Mars, 2012 (12:30 PM)
    WADE de part les réalisations vous avez conquis mon cœur. Vous avez transformé mon pays en une cité merveilleuse et vous m'avait fait vivre un vrai bonheur. Aujourd'hui, malgré la haine d'une opposition opportuniste et le refus de certaines mauvaises langues,le peuple votera votre candidature au second tour. Ainsi, le Sénégal émergera et le peuple trouvera la jouissance.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (13:09 PM)
    SINCÈREMENT IL FAUT ÊTRE UN IGNARE EN POLITIQUE OU BIEN MÊME HOMME COMPLÉTEMENT GUIDE PAR DES INTENTIONS PUREMENT POLITICIENNES POUR PARLER COMME L'AUTEUR DE CET ARTICLE.MAIS IL SAIT BIEN QUE LE PEUPLE EST ENCORE AVEC WADE.
    Auteur

    Is

    En Mars, 2012 (13:19 PM)
    IL FAUT QUE LES GENS SACHENT QUE L'AUTEUR DE CET ARTICLE NE COMPRENNE RIEN DE LA SITUATION POLITIQUE DU SENEGAL.C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE SON ARTICLE EST VÉRITABLEMENT INSIPIDE AUX YEUX DES LECTEURS.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (13:22 PM)
    ON ASSISTE DE PLUS EN PLUS A DES MANIPULATIONS DANS LA PRESSE SÉNÉGALAISE.ET CET 1ARTICLE Y PARTICIPE RÉELLEMENT MAIS HEUREUSEMENT QUE LE PEUPLE SÉNÉGALAIS A BIEN COMPRIS POUR NE PAS TOMBER DANS LE PIÈGE CAR LE CANDIDAT WADE RESTE JUSQU’À PRÉSENT L'HOMME QU'IL FAUT POUR LE SENEGAL.
    Auteur

    Is

    En Mars, 2012 (13:25 PM)
    EN VÉRITÉ NUL N'EST AUJOURD'HUI DUPE POUR CAUTIONNER CET ARTICLE D'UN POLITICIEN QUI CHERCHE SIMPLEMENT A SE VENGER SUR LE CANDIDAT WADE.MAIS IL DOIT SAVOIR QUE DANS CE PAYS IL N 'Y A PAS DE PLACE POUR LES RANCUNIERS ET QUE WADE RESTERA PLUS QUE JAMAIS LE CHOUCHOU DU PEUPLE SÉNÉGALAIS.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (13:28 PM)
    IL EST ÉVIDENT QUE NOUS SOMMES A L'HEURE DES MANŒUVRES POLITIQUES ET DES MANIPULATIONS MAIS C'EST UNE PEINE PERDUE CAR LE PEUPLE QUI AVAIT CHOISI WADE AU PREMIER TOUR POUR LE PLACER DEVANT SES ADVERSAIRES N'ENTEND PAS LE LÂCHER A CAUSE DE MACKY QUI N'EST D'AUCUNE UTILITÉ POUR LE PAYS.
    Auteur

    Is

    En Mars, 2012 (13:30 PM)
    EN TOUT CAS LE DEUXIÈME TOUR SE PROFILE A L'HORIZON MAIS L'AUTEUR DE CET ARTICLE DOIT COMPRENDRE QU'EST COMPLÉTEMENT EN DÉPHASAGE AVEC LES PRÉOCCUPATIONS DU PEUPLE SÉNÉGALAIS MALGRÉ TOUS LES ARGUMENTS FALLACIEUX QU'IL A TENTER DE DÉVELOPPER.WADE RESTE ENCORE LE MEILLEUR POUR LE SENEGAL.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (13:36 PM)
    EN TOUT CAS ON AURA BEAU CHERCHER A DÉNIGRER LE CANDIDAT WADE POUR LE FRAGILISER AU DEUXIÈME TOUR PAR CES GENRES D'ARTICLES MAIS EN RÉALITÉ CES AUTEURS NE SAVENT PAS QUE CELA LE RENFORCE DAVANTAGE COMPTE TENU DU FAIT QUE WADE EST TOUJOURS DANS LE CŒUR DE LA GRANDE M1AJORITE DES SÉNÉGALAIS.
    Auteur

    Is

    En Mars, 2012 (13:43 PM)
    SINCÈREMENT L'AUTEUR DE CET ARTICLE SE FOUE DES SÉNÉGALAIS CAR CELA MONTRE SIMPLEMENT QUE DES GENS QUI NE COMPRENNENT RIEN DE LA RÉALITÉ POLITIQUE SÉNÉGALAISE CHERCHE A SE FAIRE DE L'IMPORTANCE EN MANIPULER DANGEREUSEMENT L'OPINION PUBLIQUE NATIONALE ET INTERNATIONALE.C'EST LE CAS DE CEUX AVAIENT PRÉDIT LE CHAOS LE JOUR DU SCRUTIN ALORS QU'IL N'EN ÉTAIT RIEN DU TOUT.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (13:47 PM)
    CET ARTICLE EST TRUFFE DE MENSONGE ET DE BALIVERNES PARCE QUE AYANT ÉTÉ LE PRODUIT D'UN ESPRIT MAL INTENTIONNÉ QUI CHERCHE A BRAQUER VAINEMENT LE PEUPLE CONTRE LE CANDIDAT ABDOULAYE WADE QU'IL S'EST CHOISI PERSONNELLEMENT.DONC QUE L'AUTEUR DE CET ARTICLE SE TAISE CAR SA RÉFLEXION EST MALADE.
    Auteur

    Is

    En Mars, 2012 (14:03 PM)
    IL NE FAUT PAS SE VOILER LA FACE L'AUTEUR DE CET ARTICLE EST POLITICIEN QUI CHERCHE A VALORISER MACKY AU DÉTRIMENT DE WADE SANS SAVOIR QUE MACKY EST LARGEMENT COMPTABLE DU BILAN DE L'ALTERNANCE ET S'IL FAUT CHOISIR ENTRE LE PÈRE ET LE FILS QUI A BÉNÉFICIÉ DE TOUTES LES LARGESSES DU PÈRE POUR DEVENIR CE QU'IL EST AUJOURD'HUI JE CHOISI WADE.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (14:05 PM)
    EN TOUT CAS JE SUIS DE CEUX QUI PENSENT QUE L'AUTEUR DE CET ARTICLE PERD SON TEMPS CAR C'EST LE PEUPLE SÉNÉGALAIS QUI EST RÉSOLUMENT DÉCIDÉ A REELIR WADE AU DEUXIÈME TOUR CAR SON ADVERSAIRE DU MOMENT NE FAIT PAS L'AFFAIRE ET QUE WADE DOIT AVOIR LE TEMPS D'ACHEVER SES GRAND CHANTIERS.
    Auteur

    Is

    En Mars, 2012 (14:08 PM)
    NOUS SOMMES VRAIMENT LOIN D'UNE DÉFAITE DU CANDIDAT WADE AU DEUXIÈME TOUR COMME LE PRÉDIT CET ARTICLE QUI PARTICIPE D'UNE VASTE CAMPAGNE DE MANIPULATION DE L'OPINION PUBLIQUE NATIONALE ET INTERNATIONALE QUI NE DIT PAS SON NOM.MAIS MACKY NE VERRA QUE DU FEU AU DEUXIEME TOUR FACE A WADE.
    • Auteur

      Niassesauvekarim

      En Mars, 2012 (15:29 PM)
      j invite le president wade a avoir la sagesse de ne pas aller vers un second tour, de se retirer et de laisser moustapha niasse en decoudre avec macky sall au deuxieme tour. si tu le fais president. c est aujourd'hui le seul geste q' il peut poser qui peut le grandir pour toujours qui le fera rentrer dans l histoire par la grande porte.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (14:11 PM)
    ON A L'IMPRESSION QUE L'AUTEUR DE CES GENRES D'ARTICLES NE SONT PAS DES SÉNÉGALAIS ET POURTANT ILS LE SONT BIEN MAIS ILS SONT SIMPLEMENT DÉCONNECTÉS DE LA RÉALITÉ POLITIQUE SÉNÉGALAIS CAR ILS SE CONTENTENT SOUVENT DE FAUSSES ANALYSES SANS JAMAIS DESCENDRE SUR LE TERRAIN COMME LE FAIT BIEN LE PRÉSIDENT WADE ET SES AMIS.
    Auteur

    NdigËl

    En Mars, 2012 (14:16 PM)
    Bien pensé et bien dit. Humilier wade au second tour est la seule chose qui reste à faire pour montrer à la face du monde que non seulement notre démocratie est réelle, mais surtout que le Sénégal est un grand pays aux valeurs sûres.
    Auteur

    Ze

    En Mars, 2012 (14:16 PM)
    EN RÉALITÉ MÊME SI LE JEUX EST OUVERT AU DEUXIÈME TOUR AUSSI IL FAIT RECONNAITRE A WADE SON STATUT DE LEADER DE L’ÉCHIQUIER POLITIQUE SÉNÉGALAIS.PAR CONSÉQUENT TOUTES LES CHANCES SONT A SES PORTES POUR SE REPLACER ENCORE AU DEVANT DE LA SCÈNE AU DEUXIÈME TOUR.
    Auteur

    Albatros1

    En Mars, 2012 (15:28 PM)
    depuis hier, j'entends parler de milliards et de millions qui circulent ça et là....destinés à des "porteurs de voix". un guide religieux, qui, comme en transes, nous transmet des messages d'outre tombe. je suis triste pour mon pays. Pourquoi sommes-nous tombés aussi bas, méprisés et "chosifiés"? N'a-t-on donc pas encore compris que le peuple sénégalais mérite plus que ce traitement? Que son option dépend moins de l 'appât du gain, de la soumission que de son libre arbitre?

    Ce cauchemar si longtemps entretenu doit enfin prendre fin et tous ceux qui s'évertuent à le pérenniser finiront avec.

    La vérité triomphera.... A bon entendeur salut
    Auteur

    Le Monde

    En Mars, 2012 (15:57 PM)
    l'auteur de cet article n'est autre que WALF qui avec l'opposition rien que pour nuire en publiant que des mensonges.
    Auteur

    Beurre

    En Mars, 2012 (16:02 PM)
    WADE est toujours avec le peuple,surtout la majorité qui sont les jeunes et les femmes qui se battront avec détermination pour donner une majorité écrasante à wade.
    Auteur

    Express

    En Mars, 2012 (16:06 PM)
    le second tour sera le combat du peuple pour éviter que le pays sombre avec MACKY avec la venue certaine des fars-maçons donc nous jeunes nous ferons le fer de lance de wade pour sauver le pays.
    Auteur

    Le Saloum

    En Mars, 2012 (16:20 PM)
    IL faut que le peuple se méfie beaucoup de la presse,qui attise toujours le feu en donnant une fausse image du sénégal à l'opinion nationale et internationale,voilà le contraire,le sénégal a voté démocratiquement en donnant à wade une majorité et cette majorité sera de mise au deuxième tour avec 56,46%.
    Auteur

    Is_ze

    En Mars, 2012 (17:58 PM)
    J'aime le pdt Wade parce qu’il à mieux fait en 12 ans qu'après 40 ans de pouvoir PS mais j'ai des problèmes:

    - il est trop âgé + de 86 ans d'après certaines personnes de son âge (il n'en reste pas bcp) il aurait environ 95ans.

    - Peut-il nous jurer que si on l'élit il va assurer les 7 années du mandat qu'il brigue. Si oui nous votons pour lui parce que nak yénème bari na.

    - 86+7=93ans encore pire 95+7=102ans est ce que si je comprends bien il cherche à nous imposer son successeur comme dans une monarchie nous privant ainsi du droit le plus élémentaire de choisir notre président.

    - je me refuse donc comme toute personne honnête guidée par aucun intérêt de lui redonner confiance s’il ne jure pas qu'en cas d'incapacité il réorganiserait des élections pour rendre à César ce qui est à César.

    - les volontaires du corps de la paix parlent presque toutes les langues nationales du Sénégal et il est regrettable que le fils de notre président ne parle pas un traitre mot de ouolof. Aime t-il vraiment le Sénégal? Est-il vraiment fier d'être sénégalais?

    SVP restons objectif il ne s'agit pas d'être "amoureux" d'un candidat ce qui relève de l'inconditionnalité et du charnel mais plutôt d'apprécier le candidat dans sa globalité car l’individu n’est ni un tout négatif ni un tout positif!

    Il demeure également important de clarifier la position très importante du vieillard dans la société africaine qui ne lui a que très peu octroyé la place de dirigeant mais plutôt celle de conseillé, force et vigueur ayant toujours été des attributs fondamentaux du "ndjite".

    Auteur

    ........

    En Mars, 2012 (18:07 PM)
    je respecte mon prési

    Auteur

    Observateur24

    En Mars, 2012 (23:17 PM)
    Charte

    de

    gouvernance

    démocratique





    1







    Pour un Sénégal nouveau,



    nous, parties prenantes, citoyennes, citoyens sénégalais,



    nous reconnaissant dans la dynamique non partisane et constructive qui

    a fondé et nourri les Assises nationales,



    nous appuyant sur les résultats issus des « consultations citoyennes » et

    des travaux des commissions thématiques,



    nous fondant sur le rapport des Assises nationales, lequel consigne la

    vision pour le Sénégal, et définit les valeurs et principes qui doivent

    guider la reconstruction nationale et le renforcement de la République,



    nous nous engageons, de façon libre et solennelle, dans notre

    comportement et notre action de citoyen, et dans l’exercice de tout

    mandat et de toute responsabilité, à mettre en oeuvre et à veiller au

    respect de la présente Charte.



    I.

    VISION

    POUR

    LE

    SENEGAL

    Le Sénégal est une République laïque.



    Le Sénégal est un État souverain, uni dans sa diversité dans une Afrique

    solidaire, intégrée et ouverte sur le monde.



    Le Sénégal, État de droit, est un pays où la gouvernance est fondée sur

    l’éthique, la démocratie participative, la concertation, le respect des institutions

    et des libertés individuelles et collectives et la défense des intérêts nationaux.



    Le Sénégal est un pays de justice sociale et d’équité, avec des citoyennes et

    citoyens égaux en droit, animés d’un haut degré de sens civique, engagés dans

    un développement durable s’appuyant sur un aménagement harmonieux et

    équilibré du territoire, et une sécurité crédible.



    2







    II.

    VALEURS

    Nous nous reconnaissons dans les valeurs et principes suivants :





    1)

    Le Sénégal est une République laïque et démocratique.



    2)

    La souveraineté appartient au peuple.



    3)

    Le Sénégal est un État unitaire décentralisé.



    4)

    Le Sénégal est marqué par des diversités ethniques, religieuses et

    culturelles mais aussi par un processus d’unification qui fait partie de son

    identité.



    5)

    La reconnaissance et la promotion de la pluralité constituent le ciment de

    l’unité nationale. En conséquence, elles doivent orienter la prise de

    décision aux plans politique, économique et social.



    6)

    Le statut et la fonction de l’individu reposent sur le mérite personnel et

    non sur des critères liés à la naissance ou d’autres déterminants.



    7)

    Les biens communs et les deniers publics sont sacralisés. Tout

    détournement et toute utilisation indue de biens publics seront

    sévèrement sanctionnés selon la loi, quel qu’en soit l’auteur.



    Dans le but de réconcilier la société avec elle-même et avec ses valeurs, nous nous

    engageons à oeuvrer pour :





    redonner à la famille la stabilité, l’autorité et le pouvoir dans l’éducation

    de base et l’insertion sociale de l’individu. Il s’agit, en outre, de

    promouvoir une parenté responsable dans l’éducation et

    l’épanouissement de tous les membres de la famille;



    bâtir une éthique du bien commun, une culture civique et une nouvelle

    citoyenneté. À cet effet, il faut renforcer les valeurs et comportements

    vertueux de la part de tous, et d’abord des dirigeants ;



    favoriser la coexistence harmonieuse des religions et des croyances ;



    moraliser et refonder l'espace politique en engageant le combat contre

    l’indiscipline, la gabegie, la culture de contournement des normes et des

    règles ;



    favoriser le respect mutuel, la convivialité, le bon voisinage, et faire de la

    diversité un facteur d’enrichissement réciproque et d’intégration ;



    renforcer la solidarité organisée comme une obligation civile, civique,

    sociale, religieuse, etc., notamment au profit des personnes les plus

    vulnérables.

    III.

    MODELE

    DE

    GOURVENANCEE

    La preuve étant faite, notamment à travers ces Assises nationales, de la capacité de nos

    concitoyens à se saisir et à traiter de tous les problèmes locaux et globaux auxquels

    nous sommes confrontés,



    nous nous engageons à oeuvrer à la consolidation/institutionnalisation

    de

    la

    démocratie

    participative,



    3









    en particulier en développant l’approche inclusive, circulaire et multi-acteurs

    consacrée par les Assises nationales comme préalable et accompagnement de

    tout changement significatif dans les fondamentaux de la Nation, les

    nouvelles orientations des politiques publiques ;



    en mettant en place une institution regroupant l’État et les acteurs

    politiques, sociaux et économiques pour définir et évaluer régulièrement les

    orientations économiques, sociales, culturelles majeures.

    IV.

    INSTITUTIONS,

    LIBERTE

    ET

    CITOYENNETE

    En

    ce

    qui

    concerne

    les

    institutions

    :





    Nous tenons à réaffirmer notre volonté de préserver les acquis de la démocratie

    sénégalaise, dont l’approfondissement passe par une meilleure appropriation de ses

    fondamentaux par les populations.



    À cet effet, la Constitution doit être connue du peuple. C’est pourquoi elle doit avoir

    des versions en langues nationales, notamment pour être accessible à tous les citoyens,

    qui en sont les gardiens.



    Pour garantir sa nécessaire stabilité, la Constitution doit :

    -indiquer clairement les domaines qui ne peuvent pas faire l’objet de

    révision ;

    -identifier les domaines de révision soumis obligatoirement au

    référendum ;

    -définir le domaine de compétence des institutions avec une séparation et

    un équilibre entre les différents pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire.



    Les différents pouvoirs doivent être bien équilibrés, et jouer leur rôle avec l'autonomie

    suffisante pour exercer pleinement leurs missions. C’est pourquoi notre action

    commune visera à promouvoir la réforme des institutions selon les principes ci-

    dessous énoncés :





    Mettre un terme, d’une part, à la tendance à la concentration excessive des

    pouvoirs à la présidence de la République notée à la suite de la crise de 1962

    et qui s’est accentuée depuis l’alternance, en l’an 2000 et, d’autre part, à toute

    immixtion du Président de la République dans le fonctionnement du législatif

    et du judiciaire. L’exécutif dans son ensemble doit s’abstenir de toute

    interférence dans le fonctionnement normal de la justice.



    Le Président de la République sera dorénavant passible de poursuites

    judiciaires pour des délits caractérisés commis dans l’exercice de ses fonctions.



    Le Président de la République ne peut être ni chef de parti politique ni

    membre d’une quelconque association durant l’exercice de ses fonctions.



    À la fin de son mandat, un membre de la famille du Président de la

    République au premier degré (conjoint, ascendant, descendant, collatéraux, au

    premier degré) ne pourra pas lui succéder immédiatement.

    4









    Le gouvernement est responsable devant l’Assemblée nationale de la

    formulation et de l’exécution de la politique de la Nation.



    L’Assemblée nationale devient le lieu d’impulsion de la vie politique, avec des

    députés porteurs d'une éthique compatible avec les exigences de la démocratie

    et de celles de leur charge. Elle dispose des moyens de contrôler l’action du

    gouvernement.



    Le cumul de mandats et le nombre de mandats successifs sont strictement

    limités pour toutes les fonctions électives.



    Concernant le pouvoir judiciaire, il sera créé une Cour constitutionnelle qui

    sera le garant de la démocratie et le juge de la conformité des lois. Ses

    domaines de compétence recouvrent notamment les contentieux nés des

    élections. Son Président dirigera le Conseil supérieur de la Magistrature chargé

    de gérer la carrière des magistrats du siège et du parquet. La Cour

    constitutionnelle peut être saisie par les citoyens, selon des procédures fixées

    par une Loi.



    La lutte contre la corruption sera au coeur des politiques publiques.



    Le Président de la République, le Premier Ministre, les membres du

    Gouvernement, les directeurs nationaux, les directeurs des entreprises

    publiques de même que tout gestionnaire de biens public sont tenus de faire

    une déclaration de patrimoine en début et en fin de mandat.



    La taille du gouvernement est déterminée en tenant compte essentiellement

    de critères d’efficience. Elle sera réduite au strict minimum compatible avec

    les moyens de l’État.



    Ayant mesuré l’importance d’une administration publique républicaine, notamment

    pour un environnement propice au développement, à l’investissement, etc.,

    nous nous engageons à promouvoir les mesures suivantes pour une refondation et

    une redynamisation de l’Administration publique :



    -Améliorer sensiblement la lisibilité des procédures pour le citoyen de base, en

    particulier dans les langues nationales.



    -Établir un système d’incompatibilité pour éviter l’implication partisane des

    hauts fonctionnaires dans les activités politiques.



    -Instituer l’appel à candidature pour certains postes de la haute fonction

    publique et du secteur parapublic.



    -Consacrer un système légal et équitable d’accès à l’information, garanti par

    l’administration aux citoyens, aux acteurs politiques, économiques et sociaux.



    -Créer un organe indépendant de lutte contre la corruption avec des pouvoirs

    de saisine directe des tribunaux et un système de répression efficace.



    -Assurer l’octroi des marchés publics dans des conditions de parfaite et équité

    de transparence totale.





    Des actions vigoureuses seront menées pour renforcer les capacités d’analyse

    dans l’administration centrale.



    Par ailleurs, des mesures fermes seront prises pour assurer une stabilité

    5







    suffisante aux services et directions ministérielles et promouvoir la cohérence

    de l’action publique.



    En outre,





    les corps de contrôle sont indépendants de l’Exécutif et du législatif; ils

    encadrent l’action publique, y compris les services rattachés à la Présidence de

    la République. Ils doivent jouer leur rôle de manière transparente ;



    le renforcement de l’efficacité des corps de contrôle fera partie des premières

    priorités du pouvoir central.

    En ce qui concerne la gouvernance locale il faudra :





    définir un cadre pour une politique de développement durable et une

    gouvernance de proximité, afin de mieux répondre aux besoins des

    populations et aux exigences du développement ;



    renforcer les capacités et l’autonomie des collectivités locales pour leur

    permettre de s’orienter efficacement vers le développement local et la

    promotion de la démocratie à la base.

    Par ailleurs,

    -nous réaffirmons la neutralité de l’État dans les affaires confessionnelles

    et son équidistance par rapport aux instances religieuses ;



    -nous reconnaissons que le pouvoir spirituel ne doit pas exercer son

    emprise sur les pouvoirs politique, civil et administratif et, inversement, le

    pouvoir temporel doit s’abstenir d’intervenir dans le fonctionnement du

    pouvoir spirituel ;



    -nous rappelons le devoir de garantir la liberté de conscience et le droit

    d’exprimer ses convictions ; il ne doit y avoir ni privilège ni discrimination

    découlant d’une appartenance ou non à une confrérie ou à une

    confession ;



    -nous convenons que l’État a le devoir d’assister toutes les institutions

    religieuses de manière transparente, sans discrimination aucune, dans des

    conditions déterminées par la Loi et dans le strict souci de préserver et de

    garantir la paix sociale et l’unité nationale.



    En

    ce

    qui

    concerne

    la

    garantie

    des

    libertés

    individuelles

    et

    collectives,

    nous

    nous engageons à oeuvrer à :





    l’institution d’un Juge des libertés chargé notamment de contrôler l’exercice

    des libertés reconnues et de lutter contre les abus, en particulier en matière de

    garde à vue et de détention préventive ;



    la possibilité pour les citoyens de saisir la Cour constitutionnelle ;



    promouvoir, garantir et réguler la liberté de la presse dans le cadre d’une pluralité

    médiatique qui renforce la démocratie et le caractère unitaire de la nation. Cet

    engagement suppose l’exigence d’un respect des codes de déontologie par les

    professionnels de l’information et de la Communication.



    Garantir un accès équitable aux médias du service public

    Nous sommes résolus à agir de sorte que les droits humains (économiques, sociaux,

    politiques) reconnus soient effectivement appliqués à tous les membres de la société,

    en particulier les plus vulnérables (et notamment les personnes du troisième âge, les



    6







    femmes, les jeunes, les handicapés, les enfants de la rue…).



    V.

    GOUVERNANCE

    POLITIQUE

    Nous

    reconnaissons

    le

    droit

    au

    peuple

    d’user

    de

    la

    pétition

    pour

    provoquer

    un

    référendum

    sur

    des

    questions

    d’intérêt

    national





    En

    ce

    qui

    concerne

    le

    système

    électoral,





    nous reconnaissons comme cruciale l’organisation, sur des bases solides, d’élections

    libres transparentes et, à cet effet, la nécessité de la création d’un

    organe

    indépendant

    ayant

    les

    prérogatives

    et

    les

    moyens

    voulus,

    pour

    conduire

    le

    processus

    électoral

    du début à la fin. En conséquence, le rôle du ministère de

    l’intérieur dans le système électoral et dans la gestion au quotidien des partis politiques

    sera redéfini.



    L’accent sera mis sur :





    la fiabilité de l’état civil (notamment par sa numérisation),



    la fiabilité et la transparence du « fichier électoral » numérisé ;



    la généralisation de la candidature indépendante à tout type

    d’élection ;



    un mode de scrutin équitable.

    En

    ce

    qui

    concerne

    les

    partis

    politiques,





    nous reconnaissons la nécessité de rationaliser les critères de leur création, sur la base

    d’une double exigence de viabilité et de seuil de représentativité.



    Nous estimons qu’il est urgent d’adopter une législation relative au financement des

    partis politiques et des campagnes électorales. Celle-ci devra définir des règles et

    mécanismes permettant de garantir que le financement des partis politiques et des

    campagnes électorales se fasse avec équité et transparence.



    Nous invitons les organisations politiques à veiller au respect scrupuleux des normes

    démocratiques dans leur fonctionnement et à l’éducation citoyenne de leurs membres.



    Nous

    convenons

    qu’un

    code

    de

    déontologie,

    élaboré

    de

    façon

    consensuelle,





    doit servir de référence à toute personne qui aspire à se faire élire, et par lequel elle

    s’engage à respecter et à promouvoir l’éthique du bien commun et le respect des

    valeurs et des principes fondamentaux de la Société et de la république.



    VI.

    GOUVERNANCE

    ECONOMIQUE

    ET

    ENVIRONNEMENTALE

    La démarche républicaine reposant sur une forte mobilisation

    du

    capital

    humain,

    intellectuel,

    culturel

    et

    social,

    il importe de promouvoir la responsabilité, la

    7







    rigueur

    la transparence, la participation

    ; à cet effet, il sera érigé

    en

    règle

    de

    conduite

    la

    concertation

    entre

    les

    acteurs

    économiques,

    les

    usagers

    et

    l’État

    dans

    la

    conception,

    la

    mise

    en

    oeuvre

    et

    l’évaluation

    des

    politiques

    publiques.





    L’État

    va

    jouer

    un

    rôle

    moteur

    dans

    le

    développement

    économique

    et

    social.

    Il

    fera

    de

    la

    création

    des

    richesses

    et

    de

    la

    lutte

    contre

    les

    inégalités

    sociales

    un

    axe

    majeur

    de

    ses

    interventions.

    La

    définition

    des

    politiques

    publiques

    prendra

    appui

    sur

    les

    projets de

    réforme, de transformation et de moralisation de la société énoncés

    dans

    le

    rapport

    des

    Assises

    nationales.

    L’action

    de

    l’État

    sera

    soutenue

    par

    une

    vision

    stratégique

    qui

    ne

    se

    réduira

    pas

    à

    la

    seule

    «

    lutte

    contre

    la

    pauvreté

    ».

    L’État définira et mettra en oeuvre un ambitieux projet économique,

    environnemental et social sur la base des résultats des Assises nationales.

    La planification et la prospective en tant qu’outils de développement endogène

    seront revalorisées.

    . Pour des politiques économiques qui valorisent les acteurs nationaux, favorisent une

    création de richesses soutenue et une croissance économique mieux répartie, un partage plus

    équitable des fruits de la croissance,

    nous nous engageons à promouvoir les réformes nécessaires dans les politiques

    économiques,



    · en particulier, afin de passer radicalement du modèle économique

    actuel qui maintient le Sénégal dans le statut d’exutoire des surproductions

    agricoles et des produits manufacturés des pays extérieurs, à une

    modernisation de l’agriculture et une industrialisation tournées vers

    l’amélioration du niveau de vie des populations et la préservation de

    l’environnement;

    · nous soutenons le renforcement de partenariats entre le secteur

    public et le secteur privé en responsabilisant le privé, les organisations

    paysannes et syndicales, etc.

    · nous nous engageons à entreprendre toutes les réformes nécessaires

    pour atteindre les objectifs de croissance et favoriser l’accès des populations

    aux biens et services:

    · nous ferons de l’amélioration du climat des affaires une priorité de

    premier rang, en même temps que nous favoriserons le renforcement et le

    développement des PME-PMI.

    Il importe de diversifier les sources et la production d’énergie

    de façon à en

    rationaliser l’utilisation en fonction des coûts de l’approvisionnement, du prix et de

    l’intensité énergétique des activités.



    8







    Les contrats de prospection, d’exploitation

    minière, toute concession du sol ou du

    sous-sol doivent être portés à la connaissance du public. Ils doivent répondre aux

    critères de transparence, de respect de l’environnement et de prise en charge des

    intérêts des populations locales, ainsi que de préservation des intérêts des générations

    futures).



    Les réformes devraient concerner également :





    La fiscalité, pour favoriser la production et l’emploi.



    Le foncier (notamment pour harmoniser les statuts fonciers pour mettre la terre au

    service du développement et assurer l’équité dans son appropriation).



    La diaspora, pour son intégration dans les stratégies de développement économique

    et social.

    De telles réformes conduiront au développement de l’emploi des jeunes.



    Par ailleurs, nous nous engageons à :





    promouvoir des dispositions permettant le relèvement substantiel des taux de

    financement de l’économie nationale par les banques en particulier dans les

    secteurs agricole, industriel, de l’artisanat et des services ;



    soutenir la mutation du système bancaire pour qu’il accompagne les réformes

    proposées, en particulier par une politique de baisse des taux d’intérêt réels et en

    assurant un financement à moyen et long terme de la production nationale ;



    encourager le développement de systèmes alternatifs de financements tels que

    ceux de la Finance Islamique ou de la finance solidaire.

    L’État luttera de manière vigoureuse contre les narcotrafiquants et le blanchiment

    d’argent.





    Pour des modèles et options économiques tournés vers la satisfaction des besoins des

    populations et privilégiant le patriotisme économique,

    nous nous engageons à oeuvrer pour :



    -redéfinir le système de priorités en matière de dépenses publiques, en fixant

    des parts maximales pour les dépenses des autorités et organes de la

    République ;



    -déterminer une part minimale du budget de fonctionnement destinée à la

    recherche-développement scientifique et technologique, et de ceux des

    secteurs de l’agriculture, de l’éducation et de la santé ;



    -impliquer l’Assemblée nationale, le secteur privé et les travailleurs dans le

    processus de définition des programmes sectoriels et l’utilisation des

    ressources, y compris celles afférentes à la réduction de la dette.



    -faire de la commande publique un des leviers principaux de la promotion du

    secteur privé national (PME, PMI, artisanat).



    9







    10

    En ce qui concerne le développement durable, il s’agit :

    · d’inverser les tendances lourdes relatives à la réduction des ressources

    naturelles et de la biodiversité et à la dégradation des milieux et cadres de vie,

    en vue d’assurer à la société un environnement sain, productif, et d’améliorer

    les conditions de vie et de travail des populations ;

    · d’encourager le secteur privé à être plus respectueux et soucieux du

    développement durable et à contribuer au respect de l'éthique dans la gestion

    des affaires, de même que dans l’application de la législation du travail. Par

    ailleurs, il est invité à investir dans le domaine de l’environnement et du

    développement durable.

     Pour un aménagement du territoire pertinent aux plans économique et social,

    équilibré et articulé aux espaces voisins, il importe de :

     mener un dialogue objectif et bien informé permettant de :

    ¦ prendre en compte l’équilibre au plan national et l’équité en veillant

    notamment à ce que toutes les villes, les zones rurales et les régions

    du Sénégal soient traitées de façon égale ;

    ¦ bâtir des consensus forts pour reconfigurer le découpage territorial,

    organiser les synergies selon les potentiels de développement et

    rechercher les complémentarités avec les voisins immédiats et la sousrégion;

     rationaliser l’implantation des équipements sociaux de base

    (administration, santé, éducation, hydraulique etc.), de manière à en faire

    bénéficier toutes les populations.

    VII. GOUVERNANCE SOCIALE

    En ce qui concerne l’Éducation, il s’agira de :

    · refonder, à la suite d’une large concertation nationale, le système éducatif, à

    tous les niveaux, afin qu’il réponde à l’exigence de qualité, à nos valeurs

    humaines, sociales, spirituelles, aux besoins du développement économique et

    social et à la nécessité de former des citoyens animés d’un haut degré de sens

    moral et de probité et suffisamment dotés d’un esprit scientifique et d’une

    forte imprégnation de connaissances technologiques ;

    · réorganiser les structures chargées de la mise en oeuvre de la politique

    gouvernementale, notamment avec un ministère unique chargé de

    l’Education ;

    · réduire les disparités importantes entre les zones urbaines et rurales et à

    l’intérieur des zones urbaines. Mener des actions décisives pour diminuer les

    taux de redoublement et le chômage des diplômés qui a atteint des

    proportions importantes ;





    réduire de manière décisive l’inégalité des chances devant l’instruction, qui

    s’opère à un double niveau : exclusion des enfants qui ne peuvent pas accéder

    à l’École, mais aussi persistance et développement d’une école à deux vitesses.

    En ce qui concerne la santé,

    les ruptures salvatrices consistent à :







    entreprendre une évaluation exhaustive du système de santé afin de lutter

    efficacement contre les endémies et épidémies et de permettre l’accès de tous

    aux soins de santé en particulier des populations les plus défavorisées ;



    promouvoir l’équité dans l’affectation des ressources publiques entre les

    différentes régions du pays;



    réorganiser la pyramide sanitaire au niveau national en vue de rééquilibrer la

    distribution des personnels et infrastructures entre les différentes régions ;



    repenser la hiérarchie des priorités dans l’allocation des ressources publiques

    mettant l’accent sur la prévention primaire.

    En résumé, il s’agit de réduire de manière décisive les mécanismes inégalitaires

    devant la maladie.



    Pour la

    sécurité

    sociale, il s’agira :





    d’oeuvrer à ce que les institutions publiques et privées en charge de ce

    domaine élargissent l'accès du plus grand nombre à leurs prestations ;



    d’organiser en urgence la prise en charge de la protection sociale des

    catégories de travailleurs exclues du système (en particulier artisans,

    agriculteurs, pasteurs, pêcheurs, artistes musiciens, marchands ambulants,

    etc.).

    Nous nous engageons à promouvoir les concertations et dialogues nécessaires pour

    que ces réformes reposent sur des consensus forts.

    Par ailleurs,







    Pour favoriser l’éclosion d’un nouveau type d’homme et de citoyen,

    l’école et les parents doivent conjuguer leurs efforts afin de former des citoyens

    bien préparés à la vie en société. À cet effet, tous les acteurs nationaux doivent

    contribuer à consolider l’unité nationale et le développement en faisant de l’École

    (au sens large) un

    espace

    d’apprentissage

    et

    d’éducation

    à

    la

    conscience

    citoyenne

    responsable, solidaire et engagée.



    En ce qui concerne la culture, nous oeuvrerons pour que :





    les valeurs sociales et civiques imprègnent le corps social,



    les déséquilibres entre les différentes aires géoculturelles en matière

    d'infrastructures et de promotion des activités culturelles soient

    surmontés,



    la création d’industries culturelles soit intensifiée,



    les droits à la propriété intellectuelle et artistique soient effectivement

    assurés.

    11







    Dans le domaine du dialogue

    social

    et

    de

    la

    culture

    du

    consensus,

    nous

    nous

    efforcerons

    :







    de favoriser le dialogue social et le consensus entre les acteurs sociaux

    comme mode de prévention et de règlement des conflits et

    d’élaboration des politiques de développement.



    d’oeuvrer à l’avènement de la paix et de la concorde en Casamance. À

    cet effet, il s’agira de mobiliser toutes les régions afin d’en faire une

    priorité nationale et de promouvoir une large concertation permettant

    de définir une approche inclusive culturelle, politique et

    socioéconomique.

    En ce qui concerne les sports, il s’agit de :





    promouvoir le sport pour la santé ;



    renforcer le développement du sport à l’école comme élément de

    base de la politique sportive ;



    favoriser le développement d’infrastructures dans toutes les régions ;



    réguler les relations entre l’État et les fédérations des différentes

    disciplines

    Une

    bonne

    gouvernance

    exige

    des

    hommes

    et

    des

    femmes

    de

    qualité,

    imbus

    de

    valeurs

    morales,

    ayant

    le

    sens

    de

    l’État,

    de

    la

    justice

    et

    de

    l’équité.

    Elle

    exige

    des

    citoyens

    une

    prise

    de

    conscience

    qu’ils

    ont

    certes

    des

    droits

    mais

    également

    des

    devoirs

    envers

    leur

    pays.





    Nous nous engageons à :



    . nous mobiliser pour soutenir et accompagner :

    -

    la société civile citoyenne afin qu’elle :







    assume davantage son rôle par une contribution de qualité à l'élaboration, au

    suivi et à l'évaluation des politiques publiques;



    veille sur les acquis démocratiques et constitue un bouclier contre toute

    modification arbitraire des règles et toute instrumentalisation des pouvoirs

    exécutif, législatif ou judiciaire

    Nous invitons les organisations qui la composent à veiller au respect scrupuleux de la

    bonne gouvernance associative, en particulier à l’application de leurs textes et

    règlements internes et à l’éducation citoyenne de leurs membres.



    · promouvoir la création d’un système citoyen de veille et d’alerte en

    matière d’éthique et de valeurs.

    Nous invitons les institutions religieuses et leurs leaders à jouer un rôle positif dans le

    développement, la solidarité et la cohésion sociale, à oeuvrer à la bonne coexistence

    entre toutes les religions et confessions.



    12







    VIII.

    UNE

    DIASPORA

    ORGANISEE

    ET

    PARTIE

    INTEGRANTE

    DE

    LA

    NATION

    Nous nous efforcerons de faire aboutir les innovations suivantes :

    -La réorganisation et le renforcement de la représentation des Sénégalais de

    l’extérieur à l’Assemblée nationale.

    -La création d’une Assemblée Consultative des Sénégalais de l’extérieur en vue

    d’assurer la défense des intérêts des émigrés et de participer à la renégociation

    des conventions relatives à la protection sociale des ayants droit et les

    conditions de versement des pensions de retraite.



    -La création des Maisons des Sénégalais de l’extérieur, espace de rencontre et

    de regroupement de la communauté sénégalaise.

    -Faciliter la réinsertion des émigrés désireux de revenir au pays ainsi que leur

    participation active au développement.



    -Le recours constant aux compétences et à l’expérience de ses membres pour

    participer activement au développement et à la mise en oeuvre des politiques

    publiques et de toutes stratégies et actions relatives du développement

    économique (expertises, transferts de fonds….).



    IX.POLITIQUEEXTERIEUREETINTEGRATIONAFRICAINE



    Pour une politique étrangère souveraine donnant la priorité à l’harmonisation de nos

    relations avec les pays voisins et à l’intégration sous-régionale et continentale



    Pour une intégration africaine bâtie sur le renforcement des liens et des échanges

    entre peuples et pays africains

    Prenant conscience de la nécessité de renforcer la stabilité régionale et internationale

    qui doit guider notre politique extérieure, tout particulièrement dans notre voisinage

    immédiat, nous nous engageons :





    à promouvoir des alliances dynamiques avec nos voisins frontaliers,

    fondées sur les intérêts des populations et l’exigence de paix pour un

    développement durable ;



    à contribuer à la recherche d’une concertation permanente avec les

    pays africains pour renforcer la solidarité, la complémentarité et l’unité face

    aux autres blocs constitués ou émergents ;



    à oeuvrer à la démocratisation des organisations internationales afin

    qu’elles jouent leur rôle dans la promotion de la justice, la paix et la sécurité

    au niveau international.

    En ce qui concerne la monnaie :



    Nous nous engageons à oeuvrer à la promotion de politiques monétaires



    13







    conformes aux exigences de notre développement économique et social.



    Par ailleurs, nous nous engageons, en favorisant des politiques nationales

    monétaires et budgétaires vertueuses et convergentes, à oeuvrer

    à

    l’accélération

    du

    processus

    de

    création

    d’une

    monnaie

    sous-régionale

    unique,

    stable

    et

    crédible,

    dans

    le

    cadre

    de

    la

    CEDEAO.





    En ce qui concerne les infrastructures :



    Nous nous engageons à promouvoir l’accélération de la réalisation de réseaux

    de communication entre les différentes régions du pays (transports, énergie,

    télécommunications, etc.) et à assurer l’entretien constant de l’existant.



    X.

    SUIVI

    DES

    ENGAGEMENTS

    L’initiative, le processus et les conclusions des Assises nationales sont désormais le

    patrimoine du peuple sénégalais.



    Un comité de suivi sera mis en place pour permettre à chacune des parties prenantes,

    aux citoyens et citoyennes de manière générale, de suivre et d’apprécier le respect de la

    Charte par les personnes, organisations ou institutions qui se seront engagés dans ce

    sens.



    Chaque partie prenante, à quelque niveau de responsabilité où elle se trouve

    impliquée, devra faire montre d’attitudes et de comportements compatibles avec les

    principes, valeurs, règles et mesures contenus dans la présente charte.



    Le comité de suivi veillera au respect scrupuleux des principes et règles définis dans la

    Charte et fera une évaluation périodique de leur mise en oeuvre.



    Adopté par l’Assemblée Générale des Parties Prenantes à Dakar le 16 mai 2009



    Le Président des Assisses Nationales



    Amadou Mahtar MBOW



    14







    Auteur

    Sow Alassane

    En Mars, 2012 (01:02 AM)
    je trouve que lauteur de cet article a beaucoup menage wade,il est de loin pire que ça. ce deuxieme tour nest pas entre wade et macky mais cest une leçon que le peuple va donner au conseil constitutionel.
    Auteur

    Zedd

    En Mars, 2012 (14:52 PM)
    Wade a mis sur écoute beaucoup de monde au Sénégal.

    Vous ne vous rendez pas compte, mais toutes les personnes qui représentent ou semblent représenter quelque chose sont sur écoute.

    Son fils a essayé de faire ficher les Sénégalais et l'informaticien franco-sénégalais a catégoriquement refusé par éthique.

    Sénégalais réveillez-vous!

    Optez pour le changement!

    WADE DÉGAGE!

    ZEDD

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email