Dimanche 25 Février, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

[JEUDI POLITIQUE] Nominations contestées, fuite de rapport : L'Ige, une crédibilité en perdition

Single Post
[JEUDI POLITIQUE] Nominations contestées, fuite de rapport : L'Ige, une crédibilité en perdition
La prestigieuse Inspection générale d'État (Ige), jadis connue pour sa discrétion, est sous le feu des projecteurs ces derniers temps. Non pas pour ses rapports d'enquêtes très courus, mais pour une cascade de nominations très contestées au sein de cette institution administrative supérieure de contrôle placée sous l'autorité directe du Président de la République.

Les nominations, entre autres, du directeur général de l'École nationale d'administration (Ena), Cheikh Awa Balla Fall, de l'ancien gouverneur de Dakar, Mouhamed Fall ainsi que la cooptation "en catimini" de l'inspectrice du travail, Mame Khar Diallo, du magistrat Pape Amadou Fall et de l'enseignant Diakhaté (membre du Bureau organisation et méthode, Bom), font grincer des dents. Car, inappropriées dans la forme, de l'avis des inspecteurs généraux.

De toutes ces nominations, celle de Cheikh Awa Balla Fall (Dg Ena) qui avait par ailleurs échoué au concours d'entrée à l'Ige, semble faire le plus débat. Pour cause : en plus de n'avoir pas été soumise à la commission consultative de l'Ige, des doutes subsistent, à tort ou à raison, quant à l'impartialité du Dg de l'Ena, gage de la crédibilité des inspecteurs généraux d'État. Responsable Apr à Guédiawaye et leader d'un mouvement de soutien pour la réélection de Macky Sall, la coloration politique de M. Fall ne semble pas faire bon ménage avec les exigences d'impartialité que requiert la fonction.

"Conditions de sélection rigoureuse"
Contrairement aux dispositions de la loi qui "fixe des conditions de sélection rigoureuse des membres de l'Ige et leur garantit une indépendance fonctionnelle", certaines nominations ne semblent pas souscrire à ces exigences. Ce caractère "apolitique" et "impartial" de l'Ige est d'autant plus consacré que la loi 2011-14 du 8 juillet 2011 portant statut des inspecteurs généraux d'État, prévoit des "sanctions disciplinaires" contre tout contrevenant aux règles d'objectivité.

"Les inspecteurs généraux d'État sont tenus d'exercer leurs fonctions avec une rigoureuse objectivité et d'observer la discipline professionnelle la plus stricte. Ils sont passibles des sanctions disciplinaires prévues à l'article 43 de la loi n° 61-33 du 15 juin 1961, relative au statut général des fonctionnaires, modifiée, dans les conditions prévues aux articles 44 et 54 de ladite loi", dispose la loi. Laquelle fixe l'effectif théorique du corps à 65 membres sélectionnés soit par voie de concours (professionnel ou direct) soit par le fameux tour extérieur sujet à polémique.

À ce propos, la loi est claire : "le concours professionnel est ouvert aux fonctionnaires, magistrats et officiers supérieurs des Forces armées, appartenant aux hiérarchies A spécial ou A1, et y comptant, au 1er janvier de l'année du concours, au moins dix ans de services effectifs". Quant au concours direct, "il est ouvert aux ingénieurs - docteurs, aux candidats titulaires d'un diplôme d'expert comptable ou d'un doctorat d'État en droit, en sciences économiques ou en gestion et dont l'âge ne dépasse pas quarante ans au 1er janvier de l'année du concours".

Le tour extérieur, une responsabilité constitutionnelle du président
S'agissant du tour extérieur, il "s'effectue par décret du Président de la République qui, dans la limite des deux cinquièmes de l'effectif théorique du corps (soit 26 membres, Ndlr), peut nommer dans les fonctions d'inspecteur général d'État des fonctionnaires, magistrats ou officiers supérieurs des Forces armées, appartenant aux hiérarchies A spécial ou A1 ou à des hiérarchies assimilées et y comptant une ancienneté de quinze ans au moins".

S'appuyant sur ces dispositions de la loi, l'ancien Ige, Ngouda Fall Kane rame à contrecourant de ses anciens collègues. L'ex-président de la Centif estime "qu'il ne faudrait pas que les gens perdent de vue que la nomination aux postes est de la responsabilité exclusive du chef de l'État. C'est constitutionnel et la constitution est au-dessus de toute autre loi". En revanche, pour une bonne administration de contrôle, argue-t-il, "le président pourrait quand-même solliciter le vérificateur général (François Collin) pour qu'il lui fasse certaines propositions en termes de profil avant d'enclencher le processus de nomination".

Avant de procéder à la nomination par le tour extérieur, le président de la République est également tenu de faire faire une enquête de moralité sur les personnes à nommer. Ceci, pour éviter de nommer à des postes des gens qui sont épinglés par des rapports de contrôle.

Fuite de rapport et défaillances dans le circuit de transmission
À cette cohue suscitée par des nominations en catimini, s'ajoute un discrédit jeté par de hautes autorités de l'État sur les travaux de l'Ige notamment dans l'affaire Pétrotim avec la fuite du rapport (2012) à ce propos. Cette enquête très à charge de l'Ige qui "n'a pas été reçue par le chef de l'État" d'après son conseiller en communication, El Hadji Kassé, renseigne sur les défaillances du circuit de transmission des rapports au président de la République.

En réalité, les rapports de l'inspection, après validation par le comité de lecture de l'Ige et par le vérificateur général, sont remis au chef de l'État via son cabinet. Et à ce propos, Ngouda Fall Kane précise que si après 7 ans le président n'a pas reçu le rapport qui a fuité dans la presse et les réseaux sociaux, c'est dans son cabinet qu'il doit chercher la faille.

"El Hadj Hamidou Kassé a mis à nu les disfonctionnement qu'il y a au cabinet du président. L'Ige n'a pas intérêt à fuiter un rapport. (…) Une enquête c'est entre 3 et 6 mois au maximum surtout quand le président demande une enquête sur une affaire aussi sensible. S'il y a problème c'est au niveau du circuit de transmission des rapports. Les rapports ne sont pas directement mis entre les mains du président de la République. On le remet à ses collaborateurs particulièrement le directeur de cabinet et c'est lui qui transmet le rapport au président de la République", détaille l'ancien Ige.

Délocalisation institutionnelle de l'Ige
Aujourd'hui, à la suite de cette affaire, la question de la délocalisation institutionnelle de l'Ige se pose avec acuité. Tous les acteurs de la société civile s'accordent sur le fait que le positionnement institutionnel de l'Ige pose problème. Ainsi, ils plaident pour des réformes majeures en vue de renforcer la crédibilité de l'Ige. D'aucuns préconisent de sortir l'Ige du joug de la présidence de la République et lui conférer une plus grande autonomie d'actions.

Ngouda Fall Kane abonde dans le même sens. Selon lui, "la délocalisation institutionnelle est l'élément le plus important. C'est-à-dire faire sortir l'Ige de la présidence de la République. Sur le plan constitutionnel, c'est l'assemblée nationale qui a le pouvoir de contrôler l'exécutif. Au Canada par exemple, le vérificateur national est sous l'autorité de l'Assemblée nationale". Et ceci devrait être valable pour tous les autres organes de contrôle, qu'il s'agisse de la cour des comptes ou de la Centif qui est sous la tutelle du ministère de l'Economie et des finances. Mais, s'empresse-t-il de préciser : "il faudrait d'abord qu'on ait une Assemblée libre".

Contrairement à la Centif qui a une autonomie de décision (elle peut saisir directement le procureur de la République qui a l'obligation de saisir le juge d'instruction), l'Ige ne peut ni s'autosaisir pour aller faire une mission de vérification encore moins saisir la justice, sans l'autorisation du chef de l'État. Pire encore, signale M. Kane, "le président de la République a la latitude d'accepter ou de refuser tout bonnement les recommandations de l'Ige".

Autant d'obstacles qui entravent le fonctionnement de l'Ige. L'actuel vérificateur général national, François Collin, a donc la lourde responsabilité de sauvegarder le prestige de l'Ige.


13 Commentaires

  1. Auteur

    Sf

    En Septembre, 2019 (16:05 PM)
    FILS DE JEAN COLLIN! HUH????



    UN PION DE LA FRANCE....
  2. Auteur

    Féké Maci Bolé

    En Septembre, 2019 (16:13 PM)
    Mouhamed Fall ,Mame Khar Diallo,Pape Amadou Fall ,Diakhaté,Cheikh Awa Balla Fall ;Cheikh Awa Balla Fall, mais vous avez Omis Oumar samba BA qui précisée la mort de Boun dionne pour prendre sa place. il est PCA a l'ENA, MSGA de boun dionne le survivent et parachuté a l'IGE dailleur c'est le plus irresponsable et le plus médiocre de cette bande.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (16:14 PM)
    un pays dirigé par par badola, c'est toujours comme ça
    {comment_ads}
    Auteur

    Lérangué

    En Septembre, 2019 (16:33 PM)
    Jadis un corps non exposé et je pense que quand vous y entré vous devez vous engager à renoncer à une carrière politique parce que vous seriez tenté de profiter de ce que vous savez , une sorte de délit d'initié et le corps perd de sa nécessaire discrétion pour son efficacité , y être ne vous dispense pas aujourd'hui d'être traité de partisan , même leurs noms sont divulgués , c'est tel qui a fait le rapport mais c'est le jeter en pâture , revenons aux fondamentaux et déménageons le de la Présidence !
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (16:36 PM)
    Les voyous à col blanc
    Auteur

    En Septembre, 2019 (16:36 PM)
    J'ai un torchon sans tête ni queue. Du coq à l'âne quoi. Typiquement sénégalais.
    {comment_ads}
    Auteur

    Xalasse

    En Septembre, 2019 (17:05 PM)
    Non ! Malgré les tentatives décrédibilisation de l'IGE par Macky Sall, les hommes et femmes de l'IGE (les vrais, ceux qui réussi au concours) doivent être fiers ! Macky Sall est entrain d'y placer ses "taupes" mais va échouer !

    Le Président-Politicien veut détruire toutes les institutions encore crédibles: IGE, OFNAC, Cour des Comptes, ENAM, Conseil Constitutionnel et CREI, etc... et y mettre SES Hommes ! Il veut un troisième mandat non contesté !
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (17:17 PM)
    De vrais minables..
    {comment_ads}
    Auteur

    Revient Sur Terre

    En Septembre, 2019 (17:41 PM)
    CE SONT DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIC
    Auteur

    Le Diola

    En Septembre, 2019 (18:04 PM)
    Voilà un torchon ni tête ni queue..Le Président de la République a constitutionnellement le droit de nommer au moins 26 parmi les 65 et jusqu'à présent on ne nous parle que de quatre où est le problème. Que l'Ige soit localisée à la présidence ou à Brin, elle sous la tutelle du président de la République et qui est le seul à recevoir ses rapports et leurs donner suite..Rien à signaler...
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (19:49 PM)
    Ce Macky est un chien. Il nous déshabille.

    Bientôt la république Banana
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (21:25 PM)
    Vous êtes vraiment des mécontents qui pensaient pouvoir occuper ces postes. Est ce que vous connaissez bien le profil et le parcours de ces gens que vous jugez d'incompetents alors que dans la réalité c'est vous les vrais incompétents. La valeur d'une personne se mesure sur son sens de retenu et son humilité à accepter la valeur des autres. Arrêter de faire vos règlements de compte sur Seneweb. Soyez honnête avec vous même. Vous les journalistes de Seneweb faitent au moins l'effort d'écrire des articles sensés que de servir de vitrine aux calomniateurs sans scrupules.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (22:31 PM)




    c est nafi ngom keita ndour qui a foutu le bordel la bas,



    c est elle qui avait proposé son ex mari et ses copains a l ige.



    de plus toutes les infos k sonko avait c était elle



    d ailleurs son fils a enlevé sa cagoule et milite a pastef



    elle est trop nulle, le faux rapport des chantiers de thies c était elle

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email