Lundi 23 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Baisse du loyer : 9.564 réclamations traitées (ministre)

Single Post
Baisse du loyer : 9.564 réclamations traitées (ministre)

Le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, Alioune Sarr, a annoncé que 10 544 réclamations ont été enregistrées depuis l’adoption de la loi sur la baisse des prix des loyers à usage d’habitation, précisant que parmi ces réclamations, 9 564 cas ont été traités.
 
’’Tous les contrats conclus après l’adoption de cette loi devraient être bâtis sur le décompte de la surface corrigée’’, a-t-il expliqué devant les députés lors du vote du projet de budget de son ministère, lundi, à l’Assemblée nationale.
 

Toutefois, Alioune Sarr a signalé que des dysfonctionnements ont été constatés, et annoncé que le ministère du Commerce compte organiser un atelier d’évaluation avec l’ensemble des acteurs, y compris l’Assemblée nationale.
 

Lors de cette rencontre, les discussions pourraient porter, entre autres, sur la modernisation des pratiques de courtage et de cautionnement dans le domaine du loyer à usage d’habitation, a indiqué le ministre.

Article_similaires

5 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (07:02 AM)
    Le cafouillage immobilier du Président Macky Sall (Article 1)



    Loger les sénégalais a toujours été un énorme challenge pour tous les présidents du Sénégal. Mais jusqu’à preuve du contraire, aucun président n’a osé franchir le seuil que le Président Macky Sall a franchi. L’a-t-il bien ou mal franchi ? Beaucoup de rumeurs et de supputations se font quant à ses décisions, mais à voir son allure, il préfère essayer, que de mourir sans avoir rien fait, pour moi c’est l’impression qu’il donne et c’est louable.

    Bien que beaucoup de sénégalais aient été bénis par sa décision de baisse des loyers, décision plus politique que réelle, les conseillers de notre Président l’ont laissé se comporter en vrai amateur et opposant aux lois mêmes qui régissent le marché de l’immobilier, et aux normes qui permettent à chaque sénégalais d’éviter les fraudes (les surfaces corrigées).

    Nous ne sommes dans aucune position pour prendre des décisions à la place du PR, mais force est de reconnaitre que la baisse des loyers est du soul bouki souli bouki politique, et un système qui a frustré bons nombre de propriétaires qui comptaient sur leurs revenus mensuels pour faire face à la retraite, le veuvage, les études des enfants et biens d’autres circonstances à charges incompressibles. Le fait que ces décisions soient prisent sans nécessité de recours à la surface corrigée a ouvert la porte à la surenchère et à la revanche des propriétaires contre les locataires :

    - La surface corrigée est l’outil de fonctionnement qui permettrait à chaque propriétaire d’imposer son loyer par rapport à sa surface disponible et par rapport à son quartier et bien d’autres détails. La spécificité de ce système presque algorithmique par le fait que chaque immeuble est unique, fait l’efficacité dont profitent les impôts et domaines, puis toutes les banques de la place.



    - La surenchère est créée par le fait que chaque propriétaire qui s’est senti lésé par cette mesure, invite dorénavant plusieurs clients à venir visiter le même appartement ou villa à la même date et même heure, et au bout du rouleau le meilleur offrant l’emporte. Vous savez, chacun ne doit faire que ce qu’il connait, la politique ne doit pas, sauf cas sérieux, se mêler des affaires. Le Sénégal jusque-là était reconnu comme un pays capitaliste et de libre entreprise, et le capitalisme est un « écosystème économique » qui se gère tout seul et qui ne s’épanouie que dans son autonomie. Tout ce qui sera déplacé de force, reviendra à sa place normale en un temps record. Les loyers sont en train de revenir en hausse tous seuls.



    - La revanche se fait dans le sens où le propriétaire tolère beaucoup moins les moindres erreurs ou les retards de loyers que connaissent tous les sénégalais. Les mesures d’éviction étant prises de manières plus systématiques, les propriétaires remplacent souvent les locataires par des nouveaux à qui ils imposent un loyer beaucoup plus élevé. En un rien de temps tous les locataires de l’immeuble ont été remplacés par des nouveaux qui sont prêts à tout pour y loger. Le problème reste aussi entier qu’une banane avec sa peau.



    Il faut que nous scrutions tous sincèrement notre honnêteté intellectuelle et que nous réalisions rapidement qu’étant donné que l’Etat Sénégalais n’a jamais subventionné, co-signé l’emprunt, ni cotiser pendant les constructions d’une tierce personne, il n’avait selon notre humble avis aucun droit de lui imposer les montants de ses loyers ou des barèmes.

    L’idée du Président de la République est comprise, respectée, à encourager, mais mal appliquée. Notre fameux proverbe wolof l’emporte encore une fois « Bour ayoul, dag yi nio ay » « le Roi n’a jamais mal fait ce sont les membres de son staff qui ont mal fait ». Ceci est tellement vrai dans ce cas-ci que je me permettrais de dire humblement que pour le PR, en termes d’immobilier, la différence entre le vouloir et le pouvoir est belle et bien la capacité de son équipe.



     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (07:07 AM)


    Le président de l’Association pour la défense des locataires du Sénégal, Elimane Sall, déplore les difficultés que rencontrent actuellement les locataires laissé à la merci des propriétaires et promoteurs immobiliers, malgré le vote il y a un peu plus d’un an de la loi portant baisse du prix des loyers. Il invite ainsi l’Etat à faire des efforts allant dans le sens de promouvoir l’habitat social pour permettre aux locataires et autres populations de souffler.



    Elimane Sall, le président de l’Association pour la défense des locataires du Sénégal, interrogé hier mercredi 25 mars par la radio Sud Fm, dans le cadre des trois ans au pouvoir de Macky Sall, est revenu sur la baisse du loyer au Sénégal mais aussi sur les énormes difficultés que rencontrent souvent les locataires.



    Selon M. Sall au début de l’annonce de cette décision, les gens avaient accepté d’appliquer la baisse. Mais aujourd’hui force est de constater sur le terrain que la plupart des propriétaires qui l’avaient accepté, reviennent aux anciens prix. «Ce que nous constatons réellement sur le terrain est le retour aux anciens prix et c’est désolant».



    M. Sall se désole du fait qu’aujourd’hui le constat est que les locataires sont laissés à eux même. Parce que «quand un propriétaire décide de faire monter un prix du loyer de façon unilatéral, évidemment il le fait au vu et su de tout le monde», poussant les locataires à aller à la police ou à la gendarmerie avant d’abdiquer et accepter finalement les anciens prix.



    C’est pourquoi, «sur ce plan, je pense qu’il fallait aussi mettre en place des mesures pour accompagner cette baisse du loyer et prendre des mesures draconiennes visant à dissuader les propriétaires véreux qui s’entent de revenir à la situation de départ. Sur ce point, nous interpellons les autorités à prendre des mesures idoines pour que cette volonté du chef de l’Etat soit traduite dans des faits réels sur le terrain», laisse-t-il entendre.



    Et de lancer: «je pense également qu’on ne devrait pas tromper le chef de l’Etat en lui disant que tout va bien et que toutes les mesures sont appliquées ou que les locataires n’ont aucun problème. Car, c’est faux, ces derniers ont toujours des soucis», signale t-il.



    Promouvoir le logement social pour…A l’en croire, ces derniers procèdent par contournement. «Si ce n’est pas des assignations de foncier ce sont des assignations en expulsion qui sont données aux locataires. Parce qu’il y’a un manque sérieux de suivi de la part des autorités du pays».



    Devant une telle situation, le président des locataires explique: «aujourd’hui ce que nous sommes en train de faire, c’est de leur donner les informations que nous possédons pour qu’ils puissent sauvegarder leurs droits et devoirs car il n’y a aucun suivi sur le terrain».



    Toutefois, pour permettre aux locataires de souffler il préconise le développement de la politique de l’habitat social.



    «Pour permettre aux locataires de souffler, il faut apporter des textes… et encourager la promotion de l’habitat social. Car, jusqu’à présent on en parle mais la majorité des sénégalais ne sait pas comment faire pour accéder à ces logements sociaux. Ils ne savent pas comment faire pour savoir si les prix sont à la portée de toutes les bourses. Et pourtant ça, c’est discutable».



    Encadrer les promoteurs immobiliers Elimane Sall suggère à l’Etat créer lui-même des programmes qu’il va gérer au lieu de laisser une bonne partie des assiettes foncières au privés. A son avis, ce qui est à l’origine des problèmes c’est que «les sociétés privés de promotion immobilière fon ce qu’on appelle de la spéculation foncière.



    Ils achètent le m² par exemple à 10.000 F Cfa et le revendent à 60.000 ou voir 100.000 F Cfa. Il faut donc que l’Etat encadre ces promoteurs immobiliers et ces agences pour leur donner un cahier des charges pour qu’ils ne puissent dépasser un certain prix lorsqu’ils ont acheté à un prix bien défini».



    Mieux, dit-il, «il faut des mesures de suivi et d’accompagnement pour qu’il y ait une application si on ne veut pas que la mesure soit vouée à l’échec. Mais aussi pour que les populations puissent la ressentir». Avant d’ajouter que le chef de l’Etat ne peut pas être partout pour veiller à ces décisions.



    ALIMATOU DIAGNE





    Auteur: DakarEcho - DakarEcho

    Article publié sur seneweb le 27Mars 2015
    • Auteur

      En Décembre, 2015 (10:42 AM)
      bien dit alimatou le problème est que les acteurs en charge de cette mesure prise par s e mr macky sall qui n ont pas fait leur travail comme il le fallait; actuellement chez moi à rufisque par exemple moi là où je suis je paie 20000 dans une toute petite chambre et il y a même des appartement de 3ch +salons à 125000 soit 41666f par pièce. a mon avis c est ce secteur qui feras la déroute du président aux prochains élections et pour vous dir ici à dakar les locataires sont plus nombreux. il faut savoir apliquer les et faire la suivie des loi
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2015 (12:26 PM)
      macky na wagni limou mom dé bayi yeufou diambour yi, dounde gui ak gasoil bi ak khawaré politik, khalissou port autonome bi, khalissou orou sabadola bi kéne guissoul nassi wakh mo gueune
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (09:19 AM)
    Mon locataire me fait payer les anciens prix alors que tous les les autres locataires de l immeuble payent le tarif abaissé par la loi. Que puis je faire..?
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (10:33 AM)
     :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (12:48 PM)
    NOTRE LOCATAIRE A LA SODIDA EST LE PLUS MAUVAIS DES BAILLEURS CE SIEUR D'ALé SECK SONALE NA NIEUPE K2NE AMOUL SAKHE SAKHE FO GARER SA AUTO DIEULE GARAGE DEF KO PARKING AK ENTREPOT DE STOCKAGE DE MARCHANDISE KOU REWE LA BADOLA LA DOMBRAME

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR