Dimanche 25 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Crash de l’avion de Senegalair : L’Asecna au cœur du scandale

Single Post
Crash de l’avion de Senegalair : L’Asecna au cœur du scandale

Le Bureau d’enquête et d’analyse chargé de faire la lumière sur le crash d’un aéronef au large de Dakar a découvert que le 6V-Aim avait provoqué deux incidents le 23 juillet 2015 puis le 31 août 2015. Or, le rapport concernant l’incident du 23/07/2015 n’a été envoyée par l’ASECNA à l’ANACIM que le 27/08/15; soit un mois et quatre jours après l’occurrence. Celui du 31 août 2015 n’a été envoyé que le 8 septembre 2015 soit trois jours après... le crash.

Comme le révélait Libération, les enquêteurs du Bureau d’enquête et d’analyse ont révélé que l’appareil de la compagnie Senegalair ne devait pas prendre les airs à cause de plusieurs défaillances techniques. D’autres faits troublants ont été révélés par les enquêteurs.

En effet, le 6V-Aim qui a crashé au large de Dakar avait provoqué deux incidents le 23 juillet 2015 puis le 31 août 2015. Selon les enquêteurs, l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar) a informé l’Agence nationale de l’Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM) de ces deux incidents avec un retard troublant.

Le rapport concernant l’incident du 23/07/2015 n’a été envoyé que le 27/08/15 ; soit un mois et quatre jours après l’occurrence. Celui du 31/08/2015 n’a été envoyé que le 08/09/15 ; soit trois jours après le crash. L’ANACIM a reçu le premier rapport le 27/08/2015 ; soit neuf (9) jours avant l’accident.

Or, dans ce rapport, qui n'a pas été transmis à temps, l’ASECNA qui a fait preuve d’un retard scandaleux recommandait l’inspection du 6V-AIM. Conséquence directe de ce retard dans la transmission du rapport : l’avion a continué à voler sans inspection ni intervention sur son système altimétrique jusqu’au 5 septembre 2015 alors que l’exploitation d’un aéronef doit être interdite et les mesures nécessaires pour l’empêcher de voler prises lorsque cet aéronef ou son exploitation est susceptible de présenter un danger pour les passagers, les marchandises ou les tiers à la surface (Code de l’Aviation civile - loi n°2015-10).

La question que tout le monde se pose aujourd’hui est à savoir quand est-ce que rapport du BEA sera transmis à la Justice pour des enquêtes approfondies puisqu’il a pointé une série de dysfonctionnements ayant conduit à la tragédie qui a coûté la vie à sept personnes.


liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (07:59 AM)
    maneh, maneumi dineu constituer partie civile.....degno sonneu thi betise, laxisme, indiscipline ....gniouy ndogal Yallah rek!!!!
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (08:09 AM)
    attention attention attention ??combien d"accidents d'avions y a t'il ds le monde..

    on est là pour trouver une solution .qu'"il n y est plus les mêmes erreurs juste.pas d"acharnement pas d"acharnement.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (09:36 AM)
      pour le diola qui a fait 2000 morts rien que ça, pas de procès, alors pour 7 malheureux je ne vous dis pas la suite!!!!!!!!!!! c'est ça la réalité!
    Auteur

    Anonymassane

    En Septembre, 2017 (08:34 AM)
    Ay doméraam piir. Partazé lènn messaz bi, partazé lèn messaz bi
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (10:02 AM)
    oui mais meme si l'asecna a envoyé les rapports avc du retard, reconnaissez que l'anacim n'a pas réagi a temps apres reception. et cela s'apparente a un laxisme de part et d'autre. vous cherchez a protéger qui dans cette affaire ?
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (10:46 AM)
    Si les faits relatés s'avèrent vrais, ASECNA et ANACIM ont tous été négligeant sans oublier SENEGALAIR.
    Auteur

    Taxawsiggil

    En Septembre, 2017 (16:42 PM)
    Cet article est commandité ou est l'oeuvre d'une personne partie prenante qui cherche à enfoncer l'ASECNA pour se sauver elle même.

    On parle de retard d'un mois pour envoyer un rapport. Est ce qu'à part le rapport l'ASECNA n'a pas envoyer une alerte à l'ANACIM ? Est ce que c'est à l'ASECNA de gérer l'état des avions qui circulent ?

    Un rapport d'incident qui prend un mois n'est pas choquant car il faut prendre toutes les précautions et être le plus précis possible avant d'envoyer un rapport. Mais une alerte devait être lancée logiquement pour bloquer l'avion.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (19:28 PM)
    L'ASECNA est a 90% responsable du tout.

    Quand il ont confirme que l'avion avait des problemes d'altimetrie pendantt le vol fatale,le controleur devait assigner cette avion en dessous du niveau 290,avec instruction de surveiller le ciel autour d'eux.

    Le secarts d'altimetre sont assez courant et c'est pourquoi on ades controleurs aerien d'ailleurs...Y'a des rumeurs que le controleur en fonction etait absent de son poste au moment de la collusion.
    • Auteur

      Serigne

      En Septembre, 2017 (08:56 AM)
      on ne bricole pas en aéronautique. ou on est en règle on vole et les mêmes procédures s'appliquent ou on n'est pas en règle. on reste au sol.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (22:38 PM)
    rapport envoyée par l’ASECNA à l’ANACIM que le 27/08/15; pourquoi l'ANACIM n'a-t- il pas réagi dès réception du rapport? l'auteur de l'article qui a été publié par le journal libération ne comprend rien du tout, son article contredit ses allégations, l'ANACIM devait dés réception du premier rapport immobiliser l'aéronef.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email