Dimanche 26 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Décès en prison de l'étudiant Modou Sarr : La famille du défunt décide de porter plainte contre l'Etat

Single Post
Décès en prison de l'étudiant Modou Sarr : La famille du défunt décide de porter plainte contre l'Etat

La famille de l'étudiant en pharmacie Modou Sarr a décidé de porter plainte, suite au décès en prison de celui-ci, le 8 octobre dernier. Cette décision intervient après l'annonce de la mauvaise nouvelle par le nouveau ministre de la Justice Moustapha Sourang, qui évoque le motif de refus de s'alimenter du prévenu. L'avocat du disparu Me Assane Dioma Ndiaye parle, quant à lui, de ‘fonctionnement défectueux du service public de la justice’.

La famille de l'étudiant à la Faculté de pharmacie de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar a décidé de porter plainte, suite au décès de leur fils Modou Sarr. C'est ce qu'a révélé la mère du défunt, Amy Ndiaye qui entend porter l'affaire devant la justice, pour fonctionnement défectueux du service public de la justice et pour la ‘politique liberticide en matière de détention préventive’.

L'avocat du défunt parle d'une affaire grave et indexe l'Etat du Sénégal comme étant responsable. Me Assane Dioma Ndiaye indique ne pas être au courant du fait que son client était en grève de la faim. Pour lui, ‘le minimum était d'aviser ses parents sur son état de santé afin que des mesures idoines soient prises pour son rétablissement. Aucune mesure allant dans le sens de sa prise en charge, pour des raisons humanitaires, n'a été prise par les autorités pénitentiaires. S’il était traité correctement et à temps, il n’allait pas mourir’, indique-t-il. Mieux, l'avocat soutient que l'intéressé protestait contre sa longue détention préventive et demandait à être jugé dans les plus brefs délais. ‘La justice aurait dû agir avec célérité dans cette affaire qui ne nécessitait pas autant d’investigations. L’affaire aurait pu être jugée en flagrant délit même si on estime que le jeune n’avait pas le droit de faire une manifestation devant l’ambassade’, pense-t-il. Par ailleurs, le président de l'Organisation nationale des droits de l'homme demeure convaincu que le défunt Modou Sarr n'était pas un criminel. Il s'étonne d'ailleurs, du fait que l'affaire soit criminalisée. Il dénonce ainsi ce qu'il qualifie d’’injustice de la part de l'Etat du Sénégal’ et de ‘violation du droit humanitaire’. Le président de l’Ondh, qui avait en charge la défense du défunt étudiant a condamné par la même occasion ce qu'il appelle ‘le refus de coopération de l’Ambassade de Suisse avec le juge d’instruction pour lui permettre de clôturer le dossier’. L’avocat pense que les héritiers du défunt, qui avait été arrêté pour avoir mis le feu devant l’ambassade de Suisse à Dakar en protestation pour la restitution de son visa, ‘peuvent attaquer l’Etat du Sénégal pour sa politique liberticide en matière de détention’. Pour lui, ‘c’est le fonctionnement défectueux du service public de la justice qui est constaté’.

Pour mémoire, l'étudiant Modou Sarr avait été inculpé et renvoyé en Cour d'assises pour le crime d'incendie volontaire de lieux habités. Il avait été arrêté par la police pour avoir volontairement incendié la devanture de l'ambassade de Suisse à Dakar. Il protestait contre le refus des autorités consulaires helvétiques de lui restituer son visa pour qu’il aille poursuivre ses études. Déféré au parquet, son dossier a été confié au juge d'instruction du 5e cabinet du tribunal régional hors classe de Dakar. Il était en détention préventive depuis le 31 décembre 2008.

MOUSTAPHA SOURANG (MINISTRE DE LA JUSTICE) : ‘L'instruction n'a souffert d'aucun retard’

Dans un communiqué rendu public et signé par lui, Moustapha Sourang souligne que l’instruction de la cause n’a souffert d’aucun retard et toutes les diligences requises ont été accomplies dans les délais par le magistrat instructeur. ‘En l’espèce, s’agissant d’une affaire criminelle, le temps de la détention provisoire dépend de la complexité de l’affaire et ne saurait être qualifiée d’anormalement longue ou abusive’, indique le communiqué. Toujours selon le ministre, ‘dès que le détenu provisoire a entamé la grève de la faim, malgré les conseils et diligences du personnel de l’établissement pénitentiaire, des mesures ont été prises’. Il s’agit, selon le communiqué du ministère de la Justice, de ‘son transfèrement à la Maison d’arrêt et de correction du pavillon spécial de l’hôpital Aristide le Dantec’.


Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email