Mardi 18 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

En banlieue, le sexe paie tout

Single Post
En banlieue, le sexe paie tout
Pour beaucoup, cela pourrait sembler pro­vo­cateur, mais le constat part de la réalité. Le business du sexe est devenu une activité économique incontournable pour plusieurs commerçants de la banlieue. On a vite parlé des tenanciers de bars, boîtes de nuit et auberges. Mais on n’a pas cité les stations d’essence, les vendeurs de nourriture, des fast-food et autres dibiteries, ou les hommes et femmes de ménage. Ils sont véritablement nombreux, ceux qui chercheraient un autre métier si les belles de nuit arrêtaient leurs activités.
En banlieue dakaroise, certains responsables de quartier refusent que des auberges et des bars clandestins s’établissent dans la proximité de leur secteur. A Mbao, Malika, Guédiawaye et même à Pikine, avec la conjoncture actuelle, faite de pauvreté, de misère, du chômage et de la faim pour plusieurs ménages, ces lieux sont pris d’assaut par des jeunes filles issues de différents milieux sociaux et culturels. Et comme conséquence, la prostitution s’y est développée de manière brutale et explosive.
Et le business du sexe est désormais une source de revenus pour les propriétaires de ces auberges et «pensions», qui poussent en banlieue comme des champignons après une belle pluie. C’est devenu un nouveau projet rentable pour certains de ces tenanciers.
«Videurs et protecteurs»
A Pikine, un bar très célèbre, connu de tous les Pikinois, et même au-delà, de toutes les populations de la banlieue sinon de la capitale sénégalaise, est pris d’assaut pratiquement tous les soirs par les filles de nuit, qui viennent s’y restaurer et se rafraîchir avec leurs clients ou bien, quand elles sont seules, à la recherche d’une proie qui va les prendre en charge. Souvent, ces filles de joie ont pour protecteurs certains videurs de boîte de nuit, qui prennent leur défense contre certains clients malintentionnés, qui rechigneraient à honorer le service qui leur a été rendu. Et en échange de leur protection, ces videurs souvent imposent aux filles leur loi. Autrement, elles risqueraient tout simplement de ne plus mettre les pieds dans ces boîtes où servent ces gens. «Nous leur donnons souvent des billets de banque après avoir rendu service à nos clients», confie une fille, habitante de Guinaw Rail et très bien connue de ce milieu interlope. 
Ce samedi du mois de septembre, alors que certains résidents des quartiers de banlieue scrutent le ciel en craignant les averses, qui modifient fortement leur environnement en les mettant à la merci des inondations et de la boue sale, et qu’une plus grande partie de la ville encore se livre à des calculs compliqués pour voir comment elle pourrait boucler le mois sans drame ni famine, les lieux de plaisirs tarifés sont pris d’assaut. Normal, c‘est quasiment déjà la fin du mois. Il est presque 2 heures du matin passé de quelques minutes. Ce bar, situé sur la route des Niayes, à Guédiawaye est très réputé. D’ailleurs, sa réputation, ces dernières années, a été renforcée par des nombreux crimes sanglants qui ont été enregistrés dans ses environs, surtout à mi-chemin des années 1990, jusqu’en 2000, quand même un videur à l’époque a été tué par un client. 
Ce soir-là, dans l’enceinte, des couples se sont déjà formés et sur chaque table au moins une bouteille d’alcool est posée. A une certaine époque, les filles de joie venaient des différents quartiers de la banlieue ou de l’intérieur du pays. Même quand elles ne peuvent s’acquitter du ticket d’entrée, ces demoiselles trouvent toujours porte ouverte en ces lieux, contrairement aux hommes. L’explication en est simple : Elles attirent le mâle.
«Pour faire marcher le bar, on nous a demandé de ne plus attendre les clients au dehors. Car si nous entrons, les hommes nous suivent à l’intérieur, et cela va permettre au propriétaire de la boîte d’écouler ses stocks de casiers de boissons alcoolisées», signale une fille bien habituée des lieux. A l’intérieur, celles qui n’ont pas encore trouvé d’âme charitable pour s’occuper d’elles, sont au bar ou à table, une bouteille de bière ou un verre à la main. Ce qui est certain, c’est qu’une fois que quelqu’un prendra la peine et le temps de s’intéresser à elles, l’addition sera à son compte, en plus de la bouteille qu’il aura commandée pour lui-même. Ce sont ces genres d’astuces qui permettent aux tenanciers de ce milieu  de ne pas mettre la clé sous le paillasson. 
Le temps aujourd’hui est des plus cléments, et l’atmosphère est à la convivialité. Tout le monde semble se connaître. C’est un autre monde. De temps en temps, un couple ou un individu seul gagne la piste de danse pour se défouler à danser sur des rythmes de la musique sénégalaise, ou bien sur des airs de musique cubaine. La lumière tamisée permet de décomplexer ceux pour qui c’est la première fois de se retrouver en ces lieux.  De temps à autre des couples vident leurs bouteilles et prennent la sortie pour se rendre en des lieux peut-être encore plus intimes. Les belles de nuit ne font pas que le bonheur des tenanciers de bar et autres boîtes de nuit. Les chauffeurs de taxi trouvent aussi leur compte dans leur métier. Certains d’entre eux n’hésitent pas à l’occasion à jouer les entremetteurs. «Comme ils conduisent les filles des boîtes aux hôtels et des hôtels aux boîtes, ils finissent par sympathiser, et con­naissent parfois leurs numéros qui est enregistré dans leurs agendas. Pour les filles, c’est plus sécurisant de garder le même taxi pour les courses de nuit. Elles ont donc un tarif spécial avec le chauffeur de taxi», explique un bon connaisseur du milieu. Diop Express, un conducteur de taxi clando à Malika, ajoute de son côté : «C’est très rentable, rien que tous les soirs, si tu viens ici à partir de 2 heures du matin jusqu’à 6 heures, tu peux te taper 20 mille francs Cfa. Tu as toujours des clients», assure-t-il. 
A Malika, les poules sirotent et ne caquettent plus
Malika, une localité située sur la route de Keur Massar, a été rendue encore plus célèbre par une grande floraison de bars, qui ont remplacé les poulaillers et les vergers qui, à une époque, rendaient ces lieux attirants. Actuellement, ce sont les auberges qui dominent. Des adeptes viennent souvent de très loin, même de la ville de Dakar, pour s’offrir du plaisir en couple en ces lieux. Mais les filles de joie sont à profusion sur place. Et il suffit juste de s’approcher du gérant et de lui soumettre son désir, pour voir celui-ci satisfait dans l’heure.
Les demoiselles sont jeunes, et viennent souvent des localités de la grande banlieue.  En cette période de vacances, la grande affluence des clients fait flamber les prix. On casque 7 500 francs pour 1 heure de temps, renouvelable si le client en souhaite encore. Et les prix des chambres pour la journée, varient entre 2 500 pour les cabanons et 5 000 francs pour l’hôtel.
Des tarifs abordables, qui incitent souvent les clients à faire leurs réservations. Et les week-ends, c’est la grande affluence. Mais d’habitude, l’hôtel est plus fréquenté par les adeptes de la discrétion. Et dans les chambres, des salles de bain sont disponibles. Ces commodités permettent à certains clients de passer toute la journée sans être aperçus par une quelconque connaissance.
A Guédiawaye, un autre bar, doublé d’un hôtel et des salles diverses, est situé sur la route qui mène vers le lieudit Canada. Ici, tous les goûts sont dans la nature. Des bars, un mini hôtel avec chambres de passage, des salles de spectacles, ou des salles de réunions, entre autres. Tout est programmé pour la satisfaction du consommateur payant. Et les filles de joie sont ce qui manque le moins. 
La chambre de passe est à 5 000 mille pour une heure. Et les filles de joie disponibles pour leur partition. 10 mille francs pour une partie de plaisir. Ici, pas de marchandage, c’est à prendre ou à laisser. Car le milieu influence le tarif. Le lieu n’est pas fréquenté par n’importe qui.
Elle s’appelle A.F et habite Thiaroye Gare. Très connue par les gérants d’auberge et bar de la banlieue, elle raconte une partie de sa vie : «J’ai subi toutes sortes de choses. Aujourd’hui, je travaille comme femme de ménage dans cette boîte. Etant donné mon âge, depuis des années, tous les videurs des boîtes de la banlieue me connaissent et sont donc plus indulgents avec moi.» Aujourd’hui, devenue une «mémé» avachie par le poids des excès de toutes sortes, A. F. soutient : «J‘ai cessé de pratiquer ce métier. On perd aussi de ses attraits et les clients sont de plus en plus jeunes et exigeants. Et la concurrence des jeunes filles est impitoyable. Souvent les clients prennent les numéros de ces dernières qu’ils contactent directement», explique-t-elle dans un rire empreint de tristesse. 
A Mbao, les auberges et bars ont l’air de pousser partout dans plusieurs coins de la grande commune. Et les tenanciers se frottent les mains. Pour les habitants, il n’est plus nécessaire maintenant de quitter la capitale pour se rendre sur la Petite Côte, dans les auberges de Saly ou de Mbour. En ces lieux, les auberges ont concurrencé les hôtels à tel point que beaucoup de clients les préfèrent aux hôtels qui, pour beaucoup, tombent en décrépitude. A Mbao, les auberges se différencient par leurs prix abordables. Pour certaines auberges, il faut débourser la somme de 15 mille francs, sinon plus pour la journée. Le silence, la discrétion et la sécurité semblent assurés à 100%. «Nous avons beaucoup de personnalités qui viennent ici passer les week-ends. Une heure de temps pour 15 mille francs n’est pas à la portée de toutes les bourses», souligne un employé de l’une de ces structures. 
De manière générale, on se rend compte que le business du sexe est devenu une véritable entreprise économique dans la banlieue. En dehors des filles de joie et de leur famille qui en vivent ou en survivent, plein de monde dépendent de l’activité de ces femmes dont la société reprouve la conduite. L’enquête a permis au Quotidien de se rendre compte que plusieurs taximen ne pourraient pas boucler leur «versement» sans ces clientes. On ne parle donc pas des gérants de station, qui leur livrent l’essence. Ni des tenanciers de bars et autres boîtes de nuit. A entendre certains se prononcer, c’est à se demander s’il ne faudrait pas préserver le travail de ces dames, dont le pain se gagne à la sueur… de leurs cuisses.


42 Commentaires

  1. Auteur

    Misere

    En Septembre, 2014 (12:52 PM)
    Sa mène a tout, pauvre Sénégal! :down:  :down:  :down: 
  2. Auteur

    Salsa91

    En Septembre, 2014 (12:57 PM)
    seul 10% liront l'article en entier. Trop long. Il nous apprend rien de plus que ce que nous savons déjà.
    {comment_ads}
    Auteur

    Cran

    En Septembre, 2014 (13:01 PM)
    Le titre insinue un MANQUE DE RESPECT aux populations de la "banlieue"..
    {comment_ads}
    Auteur

    Chalala

    En Septembre, 2014 (13:05 PM)
    il fallait ajouter que la plus part de ces filles de nuit sont mariées!
    {comment_ads}
    Auteur

    Abdou Karim

    En Septembre, 2014 (13:18 PM)
    c'est vrai que la prostitution est l'un des seuls secteurs économiques qui produit de la "valeur ajoutée" au Sénégal puisque nous ne produisons pas grand chose de ce que nous consommons et que nos "hommes d'affaire" préfèrent importer des marchandises chinoises à bas coup pour les revendre au prix fort... sans ce secteur d'activité il est plus que probable que le PIB de notre pauvre pays serait encore plus bas... par contre si nous commencions à comptabiliser l'ensemble de ce secteur et non seulment ses retombées nous serions peut être en forte croissance économique... :-D ... hélas... par contre ici on parle de la banlieue et la stigmatisant un tant soit peu mais que dire des almadies??? c'est vrai que la clientèle n'est pas la même et que là-bas les tarifs exorbitant incitent à les passer sous silence (une fille peut réclamer sans vergogne 100 000cfa pour quelques minutes)
    Auteur

    Rabi Lo

    En Septembre, 2014 (13:19 PM)
    Avec ça gueune beug niou takk gnou fou gni diar yombalal yeup goor yi ! Motah goor yi takatouniou djiguene yi lamb n'a niou fou niou dieum ?
    {comment_ads}
    Auteur

    Et Les Femmes Adulteres

    En Septembre, 2014 (13:22 PM)
    Beaucoup d hommes ont confience a leur femmes, mais beaucoup seront surpris de ce que font leurs femmes.je suis tailleurs.j vie avec les femmes.senegal yakouna.je parle beaucoup avec les femmes....j arrive a savoir ....des secret de vie.
    {comment_ads}
    Auteur

    Chers Intervenants

    En Septembre, 2014 (13:24 PM)
    Rappel:50. ô Prophète ! Nous t'avons rendue licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr (dot), ce que tu as possédélégalement parmi les captives [ou esclaves] qu'Allah t'a destinées, les filles de ton oncle paternel, les filles de testantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, - celles qui avaientémigré en ta compagnie, - ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au Prophète, pourvuque le Prophète consente à se marier avec elle : c'est là un privilège pour toi, à l'exclusion des autres croyants.Nous savons certes, ce que nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu'ils possèdent,afin qu'il n'eût donc point de blâme contre toi. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.51. Tu fais attendre qui tu veux d'entre elles, et tu héberges chez toi qui tu veux. Puis il ne t'est fait aucun grief situ invites chez toi l'une de celles que tu avais écartées. Voilà ce qui est le plus propre à les réjouir, à leur évitertout chagrin et à leur faire accepter de bon coeur ce que tu leur as donné à toutes. Allah sait, cependant, ce quiest en vos coeurs. Et Allah est Omniscient et Indulgent.52. Il ne t'est plus permis désormais de prendre [d'autres] femmes. ni de changer d'épouses, même si leur beautéte plaît; - à l'exception des esclaves que tu possèdes. Et Allah observe toute chose.
    {comment_ads}
    Auteur

    Mane

    En Septembre, 2014 (13:34 PM)
    Salsa91, non seulement 10% liront l'article, mais en liront également la même proportion.



    J'ai lu cet article en diagonale, tant il est indigeste, plein de contresens. Les quatre premiers paragraphes sont de peu d'utilité. Le texte ne reflète pas le titre. En effet ce dernier laisse entendre que les filles de la banlieue paient en nature toute sorte de service et denrées. A la lecture, il n'en est rien. L'auteur nous parle des endroits interlopes (il ne semble pas connaitre ce mot), de la banlieue. Lui, son secrétaire de rédaction et son rédacteur en chef devraient revoir leurs bases en journalisme.
    Auteur

    Khel

    En Septembre, 2014 (13:35 PM)
    merci de ces infos à quand des remèdes ?
    {comment_ads}
    Auteur

    Inquiet

    En Septembre, 2014 (13:38 PM)
    Moi je suis vraiment inquiet de la banalisation de la fornication mais surtout de l'adultère ! A entendre certains et en lisant les articles, on se rend compte du nombre de personnes mariées qui trompent leurs conjoints. J'ai lu récemment dans un livre parlant de l'ascension du prophète Muhammad (saws) que l'archange GAbriel lui a montré des scènes hooribles de l'enfer. A chaque fois que Djibril (gabriel) lui montrait des gens qui subissaient des tourments le prophète lui demandait "qui sont ces gens là ?" et Djibril de répondre à la catégorie de gens dont un nombre de variétés de femmes d'ailleurs. Parmi les groupes de suppliciés, un groupe d'homme qui avaient devant eux deux plats, un remplis de vers et de choses hooribles et un autre bien beau et succulent. Le prophète a vu des hommes laisser le plat délicieux pour manger celui avec les vers de terre. Il demanda alors à Djibril le pourquoi et ce dernier lui répond "ce sont les hommes qui avaient des femmes légales et qui les délaissaient pour aller trouver des femmes illégitimes". C'est juste un parmi tant d'autres tourments. J'invite mes copains, tontons à méditer la dessus avant qu'il ne soit trop tard.
    {comment_ads}
    Auteur

    Banlieue?

    En Septembre, 2014 (13:39 PM)
    Et a medina, gueule tapè, Fass, colobane , grand yoff , ngor, ouakam , grand dakar, libertè etc?????
    {comment_ads}
    Auteur

    Yaya

    En Septembre, 2014 (13:43 PM)
    yala nanu yalla samal sunu djiguenu rew senegal yalnako fa borom bie dieuler mandulen yen djieune ñi doynawar trop

    Auteur

    Town

    En Septembre, 2014 (13:55 PM)
    ya ngui mèrr dé sama waadji.
    {comment_ads}
    Auteur

    1% Liront

    En Septembre, 2014 (14:20 PM)
    quelle verite... personnellemnt je l ai juste parcouru... lol .. trop long en effet
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (14:32 PM)
    Il est toujours facile à intimider les faibles ou blâmer la victime. Ou se concentre sur des détails superficiels au lieu d'aborder la grande image. La plupart des médicaments traite les symptômes mais rarement la cause d'une maladie.

    Le cancer est souvent causé par une exposition prolongée à des agents cancérigènes, la pollution, certains produits chimiques ou des substances toxiques. 

    Maintenant, dans le cas du problème de la prostitution, que  pourrait être la cause d'un tel cancer? 

    Le cancer est quelque chose qui se cache dans les coins cachés de nos cellules et se multiplie dans l'obscurité de notre corps, organes ou du sang.



    Il y'a deux forms de prostitues:

    1) Taux de chômage élevé a conduit de nombreuses femmes, surtout les femmes du secteur rural, d'entrer dans une vie de prostitution



    2) les prostitues de classe  communement appelle "Mbaraneuses" qui ne veulent pas travailler car faineante et veulent tout avoir (bites, argent et prestige).



    La majeur partie des prostitues au Senegal sont des Mbaraneuses 

    {comment_ads}
    Auteur

    Ivoirien

    En Septembre, 2014 (14:35 PM)
    Mdrrrr , pour moi toute la ville de Dakar peut être considéré comme une banlieue .

    En France des communes comme Montfermeil , Clichy sous Bois , pierrefite ........ Sont plus propre et plus avancer que votre capitale .

    Dakar est trop sale et surpeuplé . Les gens sont accueillant mais côté proprete et infrastructure , il ya encore beaucoup de boulot à faire .
    Auteur

    Youbi

    En Septembre, 2014 (14:41 PM)
    aduna yomboul.mettina.la crise des valeurs.c est partout non seulement en banlieue.la pauvretè est la seule cause.yala nagnou yalla mousseul ci niak.meme en europe et aux etats unis pareils cas y sont ce n est pas seulement la banlieue.foo dem mooy loolou.dekouma banlieue je ne les protege pas aduna moo tass yalla naleen yalla sopi walouleen kep kouy deflouko nekhoul khamouko bamou dess raykatou nit moom khawma ci moom dara.
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (15:08 PM)


    Il est toujours facile d' intimider les faibles ou de blâmer la victime. Ou se concentre sur des détails superficiels au lieu d'aborder la grande image. La plupart des médicaments traite les symptômes mais rarement la cause d'une maladie.

    Le cancer est souvent causé par une exposition prolongée à des agents cancérigènes, la pollution, certains produits chimiques ou des substances toxiques. 

    Maintenant, dans le cas du problème de la prostitution, que  pourrait être la cause d'un tel cancer? 

    Le cancer est quelque chose qui se cache dans les coins cachés de nos cellules et se multiplie dans l'obscurité de notre corps, organes ou du sang.



    Il y'a deux forms de prostitues:

    1) Taux de chômage élevé a conduit de nombreuses femmes, surtout les femmes du secteur rural, d'entrer dans une vie de prostitution

    Ells sont ambtieuses, quand ells viennent a Dakar et constatent la cherete de la vie contraire a ce qu'elles

    s'imaginaient, Pensent a tout le village laise derriere, les habits et effets de toilette ells ne trouvent qu un seul moyen de s'en sortir...



    2) les prostitues de classe  communement appelle "Mbaraneuses" qui ne veulent pas travailler car faineante et veulent tout avoir (bites, argent et prestige).



    La majeur partie des prostitues au Senegal sont des Mbaraneuses et le le Mbarane au Senegal date de Mathusalem...

    {comment_ads}
    Auteur

    Sama Dieukeur,mo Naye

    En Septembre, 2014 (16:01 PM)
    Damay mbarane bamou saf saf.mo yen gor yi yenanou dakvdokhane.top si jhaleyi.
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (16:35 PM)
    @Sama dieukeur,mo naye 

    Kou la bayi...

    Ndaga guisagoul Lou la diakhal...

    Wat na si Yalla ne di na moussa am..kouy tepi sa Tate bi... bou boba ngua bayi Mbarane.
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (16:57 PM)
    @Besoin d'aide

    Un remede rapide et efficace...

    Bigne... del nan bigne...il faut boire du vin ou bien du grogou ...bou boba mou bakh...
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (17:00 PM)
    @Besoin d'aide

    Un remede rapide et efficace...

    Bigne... del nan bigne...il faut boire du vin ou bien du grogou et eviter le ataya ...bou boba mow bakh
    {comment_ads}
    Auteur

    Birane Niang

    En Septembre, 2014 (17:36 PM)
    ébola balaala boubone cone dawléne bakaryi balaayi dawléne babar moye indi balaa sénégal boumou roye ay babakar ba indi balaa youmélni ébola bakhoul

    {comment_ads}
    Auteur

    Jigjag

    En Septembre, 2014 (19:01 PM)
    EBOLA = AL BALLA.....CE QUE RACONTE CE JOURNALISTE C'EST PRATIQUEMENT LES BEA BAS DE CE QUI SE PASSE DANS CE PAYS....PIRE ENCORE IL DEVAIT PARLER DE L'AGE DE CES FILLES, ELLES SONT POUR LA GRANDE MAJORITE DES MINEURES A PEINE PUBERE.

    AUTRE CHOSE LES HOMOSEXUELS, CE PHENOMENE ME FAIT PLUS QUE PEUR, ALLER VERS LA CORNICHE C'EST DU N'IMPORTE QUOI....

    QUE DIEU NUS ASSISTE...

    YALNA NIT GNI DELLOU WATT CI SENN SAGGO..
    Auteur

    Gnankoumo

    En Septembre, 2014 (19:12 PM)
    Certes ces filles se prostituent pour gagner leur vie(ce qui est loin d'être une excuse) mais je les trouve plus dignes que certains patrons de presse qui se prostituent devant les hommes politiques pour que leurs organes survivent et maintenir un standing social qui ne correspond pas à leurs revenus. Désolé.
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (19:35 PM)
    @Sama dieukeur,mo naye 

    Kou la bayi...

    Ndaga guisagoul Lou la diakhal...

    Wat na si Yalla ne di na moussa am..kouy tepi sa Tate bi... bou boba di ngua bayi Mbarane.
    {comment_ads}
    Auteur

    Im

    En Septembre, 2014 (19:41 PM)
    Je cherches une femme mure en toute discretion [email protected]
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (19:41 PM)
    Il est toujours facile d' intimider les faibles ou de blâmer la victime. Ou se concentre sur des détails superficiels au lieu d'aborder la grande image. La plupart des médicaments traite les symptômes mais rarement la cause d'une maladie.

    Le cancer est souvent causé par une exposition prolongée à des agents cancérigènes, la pollution, certains produits chimiques ou des substances toxiques. 

    Maintenant, dans le cas du problème de la prostitution, que  pourrait être la cause d'un tel cancer? 

    Le cancer est quelque chose qui se cache dans les coins cachés de nos cellules et se multiplie dans l'obscurité de notre corps, organes ou du sang.



    Il y'a deux forms de prostitues:

    1) Taux de chômage élevé a conduit de nombreuses femmes, surtout les femmes du secteur rural, d'entrer dans une vie de prostitution

    Ells sont ambtieuses, quand ells viennent a Dakar et constatent la cherete de la vie contraire a ce qu'elles

    s'imaginaient, Pensent a tout le village laise derriere, les habits et effets de toilette ells ne trouvent qu un seul moyen de s'en sortir...



    2) les prostitues de classe  communement appelle "Mbaraneuses" qui ne veulent pas travailler car faineante et veulent tout avoir (bites, argent et prestige).



    La majeur partie des prostitues au Senegal sont des Mbaraneuses et le le Mbarane au Senegal date de Mathusalem..
    Auteur

    Koolzeon

    En Septembre, 2014 (20:05 PM)
    Banlieue banlieue et banlieue j'en suis sur que ce connard ki a redigé l'article est issu de la banlieue. Et pourtout il est bien conscient que tout ce kil raconte dans son interminable bla bla d'article, se passe partout au sénégal et même dans les coins les moins soupçonnés. Pourkoi guén signe kangue la banlieue ni rek. Sen thiaya way. Demlen outi xam xam avant de sortir vos conneries. sof guen way
    {comment_ads}
    Auteur

    Ibra

    En Septembre, 2014 (20:33 PM)
    et dakar plateu c'est pas la banlieu mais ca y va fort.............!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Pokonio

    En Septembre, 2014 (20:42 PM)
    thiey senegal yakou naaaa
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (20:48 PM)
    Mane prostitution bi, mbarane bi... feupeu la si Senegal.. guediawaye plateau et pi ...Gueule tape moy fief fou mbaraneusess yi

    c'est la bas qu ' on a invente ce fleau...



    Auteur

    Diakhlei

    En Septembre, 2014 (21:35 PM)
    Li ma lire ni gueuneutima décourageeeer goor yi dou niou marieti benn djiguene ndeysanne ah ça devient une préoccupation pour moi quand je vois mes copines mariées ou fiancées je me dis est ce qu'un jour j'aurais comme elles . Aussi je me pose la question comment elles ont fait pour avoir quelqu'un qui les aime ...mangui none rek
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (21:49 PM)
    @ Diakhlei

    Mane diakhle wo...

    So diakheleon do keu wakh fi si emission bi...



    Et pi gor yi sakh bougou na IOU sey, jigueen yi nio bouga wondelou...

    te wondelou ...mir la si kham
    {comment_ads}
    Auteur

    Diakhlei

    En Septembre, 2014 (22:08 PM)
    Wa lolou nga diap rek ! Mais sache que tout le monde n'est pas pareil ! Djiguene Lou mou meuna def defouko mom keissei donc les 2 se valent dans certains cas ! Li am moy kou beug bonne ken meunouko dei dindi gni bakh nak gno gui bah ba tey was salam
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Septembre, 2014 (22:40 PM)
    @Diakhlei

    Je suis daccord avec toi...

    Je constate d apres ta reponse que tu es

    Lucide et une bonne femme..,

    Je te souhaite tout le bonheur possible
    Auteur

    Beug12

    En Septembre, 2014 (01:22 AM)
    voyeur en direct sur Skype beugdoubagne1 uniquement  :sn: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Richfromghetto

    En Septembre, 2014 (02:20 AM)
    Donc Pikine rime tjrs avec pauvreté chomage misere? Vous etes pas au diapazon dh . Certe il y'en a comme tout les autres mais mtn a evoluer cest plus pareille les choses negatives cesont bcp dimuner . A Pikine c'est presque comme Parcelle ioo you & mm mieux car y'a une corniche avc une superbe vue (technopole)! Personne a ce qu'on a

    karda babe . Faut pas generaliser A pikine tout le monde n'est pas pauvre, est au chomage ou vit la misere. Ya des cotes Pauvre & riche . De superbe maison & des baraques comme partt ailleurs.. ya trop de prejugées et une tres mauvaise reputation . Certes ya des gens aek des mentalites de ouf mais n'empeche pikine est plus ce qu'elle etait
    {comment_ads}
    Auteur

    Ki Dane Mar Maky....

    En Septembre, 2014 (05:38 AM)
    L ex p ministre anamou....lol la dame de fer.....marena .....waye yabina
    {comment_ads}
    Auteur

    Meubles

    En Septembre, 2014 (07:16 AM)
    www.toubaameublement.com
    Auteur

    Ydn

    En Septembre, 2014 (14:18 PM)
    Cet artice n est qu'un tissu de mensoeng. Rien que des préjugés les faits decrits n'existe que dans l imagination fort fertile de ce soi dis en journaliste. Aller apprendre la deon.tologie de votre metier cela vous permettra d eviter de raconter des conneries de ce genre
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email