Mercredi 28 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Haro sur les licences de pêche : Les acteurs de Joal montent au créneau

Single Post
Acteurs de la pêche à Joal
A Joal-Fadiouth, premier port de débarquement de la pêche artisanale, les acteurs de la pêche ruent dans les brancards pour interpeller le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Alioune Ndoye.

Ils s’opposent aux octrois de nouvelles licences de pêche aux bateaux étrangers. Car, selon eux les côtes sénégalaises n'ont plus assez de ressources pour vendre aux bateaux étrangers. En effet, depuis bientôt trois mois, une controverse s’est installée entre le ministre Alioune Ndoye et les acteurs dudit secteur, concernant l’attribution de licences de pêche à une cinquantaine de bateaux étrangers. 

Marianne Tening Ndiaye, présidente des femmes transformatrices de Joal affirme que ces licences aboutissent à la mort certaine de leur activité génératrice de revenus.
''Nous ne sommes pas d'accord avec les licences. Je rappelle que le Président de la République, avait une fois dit à Kayar qu'il n'acceptera plus jamais que les ressources halieutiques du pays soient dilapidées par les bateaux étrangers. Depuis, nous sommes restés dans l'expectative face à sa promesse qui n'est toujours pas tenue. Les bateaux étrangers vont finir par massacrer notre économie'', peste Marianne Tening Ndiaye.

A l'en croire, la rareté des ressources halieutiques est causée principalement par ces bateaux étrangers qui surexploitent les poissons. Cela commence à avoir des conséquences désastreuses. Ainsi, les acteurs de la pêche mettent en garde le ministre contre les permis d’exploitation de la mer par les bateaux étrangers.

liiiiiiiaffaire_de_malade

5 Commentaires

  1. Auteur

    En Juin, 2020 (12:32 PM)
    L'octroi de ces licences de pêches aggrave la précarité et la pauvreté.Les jeunes continuent en plein pandémie de coronavirus de prendre la mer pour regagner les cotes européennes.
  2. Auteur

    En Juin, 2020 (13:29 PM)
    Oui mais l'émigration par voie maritime était là alors qu'aucune licence n'a été délivrée aux étrangers. Allez y comprendre.
    Auteur

    En Juin, 2020 (14:45 PM)
    Du suivisme et rien d autre. Ils savent que les navires n ont pas les mêmes zones de pêche que les pirogues. Le gaipes à dû déployer de gros moyens pour sa campagne. Dans quelques mois on verra quand ces mêmes pêcheurs vont faire du bruit pour les pays voisins leur octroie des licences en faisant fit des mesures de gestion dans ces pays.
    Auteur

    Citoyen

    En Juin, 2020 (14:57 PM)
    Personnel ne commente... et pourtant c'est un theme vital pour le pays. Malheureusement Comme tjr on s'en rendra compte que trop tard. Je fais un appeal solennel a la Société civile. Personnellement j'en pleure depuis une trentaine d'annees
    Auteur

    Last

    En Juin, 2020 (20:12 PM)
    Les côtes sénégalaises fussent jadis parmi les plus moissonneuse du monde. Mais ça , c'était avant. Une très mauvaise gestion des ressources avec le bradage des licences de pêches ont fait que la ressources se fait rare. Dans un pays où la viande coûte une fortune, le poisson est le seul apport proteinique pour une très grande majorité de sénégalais. Pour un état qui se soucie de sa population, la gestion d'une telle ressource devrait être classée au stade d'intérêt national. Mais allez dire ça à ceux qui nous gouvernent

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email