Mercredi 27 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

JEAN- BAPTISTE BELLEY : Il y a 220 ans, un Sénégalais participait à la première abolition de l’esclavage

Single Post
JEAN- BAPTISTE BELLEY : Il y a 220 ans, un Sénégalais participait à la première abolition de l’esclavage

Si l’histoire n’est pas sensée mentir, elle a tendance à oublier des pans entiers de sa composante. Une assertion qui vaut pour l’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848 obtenue sous l’impulsion de Victor Schoelcher.  En effet, la grande histoire oublie trop peu un certain 4 février 1794 et le rôle de Jean-Baptiste Belley, un « Sénégalais » né à Gorée.

« La Convention nationale déclare aboli l'esclavage des nègres dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la constitution. » Ainsi énoncé par le décret du 4 février 1794, avec certes des termes appropriés de l’époque pouvant choquer aujourd'hui, l’esclavage était aboli par la Convention nationale issue de la Révolution française. Au sein de l'Assemblée constituante qui gouvernait la France de septembre 1792 à octobre 1795, un homme était encore plus fier que les autres : il s'agit de  Jean-Baptiste Belley.

 Un noir originaire de à l’Ile de Gorée où il serait né en 1747, Jean-Baptiste Belley aimait rappeler, selon ses contemporains, ses origines sénégalaises pour montrer sa soif de liberté. Les sources historiques dont certaines sont basées sur les propres déclarations de Belley, lui-même, retracent son histoire : elle part de l’île de Gorée. Même si des révisionnistes de tout bord tendent à refuser le statut de haut lieu de l'esclavage à Gorée, le cas de Belley démonte le fondement de l'idéologie négationniste. En effet, Jean-Baptiste Belley quitte l’archipel, lieu d’histoire et de mémoire, à l’âge de deux ans car le jeune enfant est vendu à un esclavagiste en partance pour Saint-Domingue, l’actuelle Haïti.

 Ayant racheté sa liberté par son commerce, selon l’historien haïtien Thomas Madiou, Jean-Baptiste Belley participe, selon des sources concordantes, à la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique au sein du corps supplétif des Nègres libres du Cap. Une première expérience qui le mènera par la suite aux côtés de la Convention quand les premiers soubresauts de la Révolution françaises atteignirent la Saint-Domingue où la libération des esclaves était proclamée par les révolutionnaires le 29 août 1793.

 

Premier conventionnel noir

 Ainsi, en septembre 1793, Belley est nommé membre de la Convention nationale à Paris pour la colonie de Saint-Domingue. Il fut le premier noir à siéger dans l’Assemblée. Il y représenta Saint-Domingue en compagnie de Jean-Baptiste Mills, Louis-Pierre Dufay et de Joseph Georges Boisson à la Convention à Paris. Prenant conscience que dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la condition des esclavages n’a pas été tenue en compte, la présence de Belley donne une motivation supplémentaire à la Convention pour entreprendre les discussions afin de donner la liberté à tous les esclaves. « En travaillant à la Constitution du peuple français, nous n'avons pas porté nos regards sur les malheureux hommes de couleur, constate Lacroix, le représentant d’Eure-et-Loir (région située au centre de la France, ndlr). La postérité aura un grand reproche à nous faire de ce côté ; mais nous devons réparer ce tort ». 

Sentant qu’il n’y avait plus matière à s’éterniser sur la question, en reprenant la parole, Lacroix apostrophe le président de la Convention : « Président, ne souffre pas que la Convention se déshonore par une plus longue discussion ».

 Et c’est ainsi que le décret de la première abolition de l’esclavage fut adopté. Jean-Baptiste Belley, le natif du Sénégal et ses trois collègues venus de Saint-Domingue furent congratulés dans un saut de liesse populaire. L'assourdissant silence de cette clameur en Belley montrait une solitude car il était loin de sa terre d'adoption, Saint Domingue, et de sa terre natale, Gorée.

 

Une solitude populaire

Un sentiment que la trentaine de personnes venue braver le froid pour célébrer les 220 ans de la première abolition a dû ressentir à la place du général Catroux (17ème arrondissement de Paris) où se trouve l’œuvre dénommée « Fers », en forme de chaînes brisées, monumentale, de Driss Sans-Arcidet, à la mémoire de général Dumas né esclave. Lors de la courte cérémonie, l’écrivain Claude Ribbe, en prenant la parole, ne s’est pas offusqué de la petite assistance pour un événement aussi important. « Même si nous ne sommes pas nombreux pour célébrer ces 220 ans de l’abolition de l’esclavage, fait-il remarquer, nous pouvons faire quelque chose de grand comme Belley et ses collègues ». En revanche, Ribbe a regretté le fait qu’aucune autorité française ne s’est déplacée pour la commémoration. Une pierre qu’on pouvait retrouver dans le jardin des autorités sénégalaises des différentes représentations nationales en France.

 Pourtant, le 4 février 1794, la Convention avait conscience d’écrire une page importante de l’histoire. « Représentants du peuple français, jusqu'ici, nous n'avons décrété la liberté qu'en égoïstes et pour nous seuls, constatait le révolutionnaire Danton. Mais, aujourd'hui, nous proclamons à la face de l'univers, et les générations futures trouveront leur gloire dans ce décret, nous proclamons la liberté universelle ! ». 

 Le 4 février 1794, en abolissant l’esclavage dans toutes les colonies françaises, la Convention nationale déclarait que tous les habitants des colonies avaient la qualité de citoyen français. Autre remarque importante de la première abolition de l'esclavage : aucune indemnité n’était accordée aux anciens propriétaires d’esclaves. 

Ce qui fut une différence fondamentale avec l’abolition de 1848 qui indemnisait (au lieu de condamnait) les propriétaires d'esclaves.

L'histoire retiendra que la deuxième abolition ne devait pas avoir lieu si Napoléon n'avait pas rétabli en 1802 le code noir de Colbert promulgué par Louis XIV : l’esclavage. Napoléon chanté aujourd’hui dans les manuels scolaires et par des représentants de la République était tout le contraire des valeurs défendues aujourd’hui : il remplaça la République et la démocratie pour ce qui s’apparentait à la dictature, ses campagnes furent des hécatombes avec des millions de morts dans toutes l’Europe et pire encore, refusa aux hommes, pour leur simple couleur de peau, l’accès à la liberté et aux droits les plus élémentaires. 

C’est sans surprise que Jean-Baptiste Belley, le natif de l’Ile de Gorée, fut suspendu de ses fonctions de chef de la légion de la gendarmerie qu’il occupait après son retour à Saint-Domingue. En juillet 1802, Belley le Sénégalais, rapatrié en France, fut détenu en résidence surveillée à Belle-Ile-En-Mer où il meurt le 6 août 1805.

 

 



25 Commentaires

  1. Auteur

    Les Archives

    En Février, 2014 (16:55 PM)
    Autant pour ce héros que pour tous les autres, un état respectable et cherchant à mieux faire connaître son histoire devrait tout tenter pour récupérer ses archives coloniales. Le cas de Cheikh Bamba est là où, la plupart de archives sont gardées en france. Battons nous pour retrouver nos archives pour la vérité.

    • Auteur

      Diop

      En Février, 2014 (18:36 PM)
      il est français et a grandi aux antilles, le sénégal n'existait pas à l'époque, il fait partie des héros de la révolution française comme le général dumas, toussaint louverture ou le chevalier de saint-georges. il n'est pas plus sénégalais que rama yade. d'ailleurs au sénégal à cette époque c'était le djolof et divers autres royaumes. les esclaves soutenaient la république contre la monarchie et sont rangé derrière la déclaration des droits de l'homme et du citoyens, ont reçu le soutien des révolutionnaires pour combattre contre les esclavagiste soutenus par les monarchistes. les esclavagistes ont été chassés vers le sud des etats-unis avec les esclaves qui refusaient le soulèvement et qui sont les ancêtres de la plupart des afro-américains d'aujourd'hui.
      c'était un ami de robespierre, injustement caricaturé comme un dictateur coupeur de tête alors que c'était un des blancs qui a le plus soutenu la cause des noirs.
    • Auteur

      Boukman Bois Caiman

      En Février, 2014 (18:38 PM)
      mystificateurs satanistes senegalais  :down:  la honte vous suit partout. c'est faux sur le plan abolitionniste, le sosie de wade a ÉtÉ plus traÎtre que wade, senghor et blaise diagne rÉunis. voici le premier dÉputÉ noir et franc-maÇon noir et espion noir. des documents archivÉs prouvent qu'il fut envoyer a saint-domingue (haiti) pour saper la rÉvolution noire, toujours prit pour un haÏtien, il a ÉchouÉ de retour en france, napolÉon la mit en prison croyant qu'il a trahi et a aide les rÉvolutionnaires haÏtiens. cette photo sur le buste maÇonnique du sataniste et nÉgrier raynal en est la preuve. tapez jean baptiste belley, dÉputÉ de saint dominique a la convention.
    • Auteur

      Moika

      En Février, 2014 (19:08 PM)
      vous avez dit abolitionniste  :?:  lui qui a demandé à bonaparte une intervention militaire contre toussaint louverture.
    • Auteur

      Dumas Lagaff

      En Février, 2014 (01:42 AM)
      l’étrangeté du noir  :haha:  le portrait de jean-baptiste belley, en pied, sur fond de ciel bleu nuageux, devant le paysage de sa circonscription de saint-domingue, n’innove pas seulement par son esthétique somptueuse. anne-louis girodet peint, en représentant officiel de la république, ce noir en costume d’apparat dont le mandat vient de s’achever, alors même que les colons profitent de la réaction royaliste pour évincer tous les députés de couleur des assemblées du directoire. a 50 ans, le visage sérieux, belley est accoudé avec aisance au socle du buste de l’abbé guillaume raynal, sculpté par espercieux. l’artiste fait de lui le vivant symbole de l’émancipation des noirs annoncée par le philosophe. la figure de ce noir, exposée à paris, en 1797 et en 1798, suscite une véritable fascination dans le public. l’artiste a placé de trois-quarts la tête, objet de la curiosité générale, à cette époque où l’on compare les caractéristiques morphologiques des blancs, des noirs et des singes. rejetant en arrière des cheveux crépus déjà grisonnants, le visage osseux, au nez aplati, est éclairé par des yeux très vifs ; la mâchoire puissante ne présente aucun prognathisme. le contraste entre le costume, si extraordinairement raffiné qu’il évoque à lui seul la culture européenne, et le faciès sombre du modèle fait ressortir l’étrange différence de cet homme noir. ce costume de député à la convention, rappelle aussi que belley a connu son heure de gloire lors de la première abolition de l’esclavage, en 1794. les trois couleurs républicaines, qui ceignent la taille et le chapeau sont fondues dans des dégradés pastel et laissent tout le contraste chromatique au rapport entre le noir et le blanc. les tonalités subtilement dégradées du visage noir de belley ressortent contre le marbre blanc de la sculpture, comme sa longue main brune sur la culotte claire.
      - histoire-image auteur : luce-marie albigÈs
    • Auteur

      You

      En Février, 2014 (07:01 AM)
      si tu es mouride si tu retrouve les articles the cheikh bama tu verras il n'y a que des mensonges au sénégal
  2. Auteur

    Gorouu

    En Février, 2014 (16:57 PM)
    L'abolition de l'esclavage?? Abraham lincoln

    Rendons a cesar ce qui est a cesar
    • Auteur

      N'importe Quoi

      En Février, 2014 (18:41 PM)
      n'importe quoi. lincoln c'est en 1865 seulement... avec ses afro-américains descendants des lâches qui ont préféré fuir saint-domingue avec leurs maîtres plutôt que d'affronter leurs esclavagistes. renseigne toi sur les réfugiés de saint-domingue.
    • Auteur

      Salvador De La Ville

      En Février, 2014 (01:50 AM)
      déclarations de belley à la convention :) l’adoption de la constitution de l’an iii suscite la déclaration par chaque député, de sa situation personnelle. de sa propre main, belley révèle qu’il était né à l’île de gorée au sénégal, sans doute en 1747. il a vécu 46 ans au cap français et a donc été déporté à deux ans. cette partie de saint-domingue est « territoire français » car la constitution de l’an iii divise les colonies en départements.
      belley déclare que sa fortune à saint-domingue consistait en « propriété pensante » ; l’expression qui désignait les esclaves que possédaient aussi bien les libres de couleur que les blancs est révélatrice des mentalités de l’époque. ses biens qui se réduisent, écrit-il, « à la garniture de ma chambre » ne lui permettaient pas de commander un portrait de cette ampleur, l’initiative de cette peinture revient donc probablement à girodet.
      son mandat terminé, belley obtient un grade de chef de brigade. affecté à la gendarmerie de saint-domingue, il y retourne pour plusieurs missions à partir de 1798. en france, il exerce encore une présence influente à la société des amis des noirs. - histoire-image auteur : luce-marie albigÈs
    Auteur

    @archives

    En Février, 2014 (17:01 PM)
    Vous avez parfaitement raison.. Et puis le blanc est un MANIPULATEUR!! il a toujours voulu impliquer les noirs comme etant ceux qui ont vendu leurs freres et soeurs noirs: PERSON.. je ne l'ai jamais cru.. ils veulent manipuler l'esprit noir.. Les noirs nont jamais participer a l'esclavage.. Cest le BLANC QUI A ECRIT CES CONNERIES POUR LES LEUR IMPOSER!!
    • Auteur

      @@archive

      En Février, 2014 (17:39 PM)
      il faut être borné pour croire que " les noirs n'ont jamais participé à l'esclavage"

      d'ailleurs même les noirs continuent toujours à pratiqué l'esclavage, regarde bien autour de toi ici même au sénégal, tu verra de tes propre yeux, si tu sais biensur ce que signifie le mot " esclave ou esclavage"
    • Auteur

      Esclavage

      En Février, 2014 (18:51 PM)
      pourtant toussaint louverture dans ses mémoires confirmait que les esclaves étaient bien vendus. d'ailleurs se fut le cas également durant la traite orientale pendant laquelle les noirs musulmans vendaient des animistes aux arabes.
    Auteur

    Boy Bronx

    En Février, 2014 (17:04 PM)
    No mais vraiment sa waay niaaw na ki cest un vrai complexe

    Un vrai toubab bu nioul personne ne peut imaginer a quoi il ressemble

    Ohh my god no ki cest une personne fictive im sure il nexiste meme pas ohooooo
    • Auteur

      @boy Bronx Le Banlieusardrd

      En Février, 2014 (18:02 PM)
      ici le seul et l'unique qui a une mentalité de complexé , c'est bien toi.cela se lit à travers tes commentaires.
    Auteur

    Adwada

    En Février, 2014 (17:06 PM)
    Mais le gars c le grand pére de Maitre Wédi laye Wada!!!!  :tala-sylla: 
    Auteur

    Belley Wade

    En Février, 2014 (17:13 PM)
    Il ressemble drolement a notre Abdoulaye Wade , hero du beton arme , batisseur infatiguable ..! :up: 

    kham faga djougue... bakhna na...!!!:)  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sn: 

    WASSALAM....a vous tous..au pays et dans la diasopra..!:)
    Auteur

    @3

    En Février, 2014 (17:17 PM)
    'Les noirs n'ont jamais participer(é) à l'esclavage" ce niveau de connerie mérite le Prix Abdoulaye Wade.....Prix qui comme chacun sait couronne l’honnêteté financière et intellectuelle. ATTENTION il est décerné à Versailles pas à Kébémer...panafricanisme oblige !!
    Auteur

    @boy Bronx

    En Février, 2014 (17:29 PM)
    On sait où tu veux en venir mais on a compris. L'essentiel est qu'il est sénégalais. Un point un trait rien d'autre.
    Auteur

    Kouri Ambou

    En Février, 2014 (17:42 PM)
    Merci cher Jean Baptiste. Repose en paix
    • Auteur

      @kouri Ambou

      En Février, 2014 (19:12 PM)
      tu as raison. et vive aussi son ami robespierre, un des blancs les plus intègres de cette époque, injustement trainé dans la boue et exécuté.
    Auteur

    Vive La France Libre

    En Février, 2014 (17:47 PM)
    Donc le senegalais a toujours ete laid et un peu homo. Plus de 220 ans que ces gens n'aiment pas leurs cheveux crepus. La chaux pour defriser les cheveux, bon sang il veut ressembler a tout sauf a un negre  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :tala-sylla: 
    • Auteur

      Nspp

      En Février, 2014 (18:03 PM)
      lol tu m'as tué. il faut être fier de ce qu'on est et de ce qu'on a. je ne juge personne mais franchement je suis noire et j'assume mes cheveux noirs. je ne me défrise pas, je ne fais pas de rajouts et mes cheveux n'ont rien à envier aux autres cheveux. les cheveux noirs poussent autant que les autres types de cheveux c'est juste que nous on est crépus et qu'il nous faut plus de temps pour s'en occuper.
      en plus de ça c'est tellement mignon tout ce que l'on peut faire avec nos cheveux.
      wasalam
    • Auteur

      @vivie La France Libre

      En Février, 2014 (18:08 PM)
      tu ne sais pas à cause de ton ignorance que noir n'est pas synonyme de cheveux crépus et que le peignet n'est un outil etranger aux civilisations africaines.neocomplexé!
    • Auteur

      Tu Es Con

      En Février, 2014 (18:56 PM)
      tu es con sale francais de merdre. et les blancs qui utilisent des gels pour fixer leurs cheveux.
      99,95% des blancs mettent du du gel sur leurs tetes
    Auteur

    Pharoah

    En Février, 2014 (17:55 PM)
    Si Moussa Diop qui a écrit cet article connaissais mieux l'histoire de France il saurait que c'est Josephine de Beauharnais , femme de Napoléon et propriétaire de domaines à la Martinique qui a insisté pour que Napoléon rétablisse l'esclavage : conséquence révolte de Toussaint Laverdure à St Domingue .......

    Au fait y a t-il une rue , une place au Sénégal qui porte le nom de Jean Baptiste Belley ? j'ai bien peur que non !
    • Auteur

      Vrai

      En Février, 2014 (18:56 PM)
      parfaitement, c'est après le coup d'État du 18 brumaire que joséphine a commencé à faire son lobbying pro-esclavagiste. et à la chute de l'empire, les britanniques et allemands vont occuper la france et maintenir l'esclavage à travers les rois de pacotille qu'ils ont installé sur le trône de france. il faudra attendre le retour de la république en 1848 pour que l'esclavage soit à nouveau aboli.
    • Auteur

      Rep Pharoah

      En Février, 2014 (20:35 PM)
      la culture générale, c'est comme de la confiture, ceux qui en ont moins essaie de toujours de tartiner le plus. le journaliste t'a dit que c'est napoléon qui l'auteur du retour de l'esclvage. même si josephine a fait du lobbying napoléon mo décidé rétablir esclavage.
    Auteur

    @pharoah

    En Février, 2014 (18:28 PM)
    Nonnnnnnnnnnnnnnn pas Toussaint Laverdure mais Toussaint Louverture !!!!
    Auteur

    Smooth As Helll

    En Février, 2014 (18:52 PM)
    Nigga got swagggggggggg.. smooth mufuker :up: 
    • Auteur

      Cangado

      En Février, 2014 (20:39 PM)
      dedado tu mélanges tout les captifs existent partout dans ce monde mm les tribus indiens d amérique en avaient souleymane le magnifique a épousé une européenne captive qui est devenue sa préférée rien a voir avec les milliers de déportés vers les amériques devenus esclaves sans guerre entre tribus.la différence entre des guerriers vaincus et des hommes emmenés de force a l aide d armes sophistiquées qu ils n avaient pas a l époque .c est la cacophonie tout le répète ce qu a écrient les historiens français joséphine a remis l esclavage ,marie antoinette l autrichienne dirigeait son pauvre louis c est jamais eux les responsables si ce n est pas la noire c'est l autrichienne réfléchissaient un peu et arrêtaient de vous rabaissez en gobant tout nous notre génération a appris par cœur nos ancêtres les gaulois vivaient sur les arbres alors qu ont étaient ici en afrique c était dans les livres d histoires a l époque .
    • Auteur

      Dédado

      En Février, 2014 (22:01 PM)
      (des hommes emmenés de force a l aide d armes sophistiquées )
      c'est faux man ,ils n'ont jamais étaient pris de force.a cette époque les royaumes existaient donc je vois mal les toubabs emmenaient les gens par la force sans avoir des problèmes avec nos rois .ce sont les maures qui faisaient souvent des razzias en emmenant des gens par la force .les esclaves étaient des captifs( comme tu le dis ) vendus aux toubabs par nos rois . , (le tékrour participait activement au commerce de l'or et des esclaves :histoire du fouta-toro par amadou bal ba ; wikipedia fouta toro :souleymane baal fut vite remplacé par le marabout toroodo abdoul kader kane, qui lança des djihads dans divers royaume au sénégal, mais qui fut vaincu et retenu prisonnier par le damel du cayor amary ngoné ndella fall qui vendit ses milliers de soldats aux négriers de gorée.

      les toroodos, d'origines ethniques diverses, abolirent l'exportation d'esclaves mais pas l'esclavage local )
      juste pour te montrer que ce sont nos grand pére qui vendaient leurs frères aux toubab
    • Auteur

      De Force?

      En Février, 2014 (22:44 PM)
      et comment ils auraient fait alors qu'à cette époque ils n'avaient que des comptoirs commerciaux: l'île de saint-louis et l'île de gorée?

      ils ont déjà eu du mal avec lat dior en 1886 lorsqu'ils ont transformé le cayor en protectorat... alors plus de 100 ans plus tôt... durant la traite négrière il n'y a même pas de fusil. les fusils n'apparaissent qu'à la fin du xixème siècle. il n'y avait que des canon qui tirent des boulets et des mousquets à poudre noir qu'il fallait recharger manuellement avant chaque coup, le système est loin d'avoir l'efficacité que tu décris. les batailles de cette période se faisaient encore principalement au sabre. soit presque le même armement que l'armée du djolof à cette époque. s'ils avaient capturé des esclaves gorée et saint-louis auraient été prises d'assaut.
    Auteur

    Dagn Kumpa

    En Février, 2014 (19:04 PM)
    Sénégalais??!!... Z'êtes surs qu'il s'appelait pas Jean Baptiste Ba Leye??!...
    • Auteur

      Nom Antillais

      En Février, 2014 (09:08 AM)
      lorsque quelqu'un était affranchi la règle était qu'il prenne le nom de famille de son ancien maître. la pratique vient du fait que le plus grand nombre des affranchis étaient de "nègres de maison", très proches de la famille dans laquelle ils étaient élevés, certains recevaient même des terres et des esclaves. ceux qui travaillaient aux champs étaient jugés comme moins intelligents et nécessaires à la production, ils étaient donc rarement affranchis. mais à la révolution française, lorsque l'esclavage est aboli, ils ont gardé le principe du nom du maître pour les papier sauf volonté contraire de l'ancien esclave. ainsi le général dumas a pris le nom de sa mère marie-césette dumas.
    Auteur

    Ngomez

    En Février, 2014 (19:23 PM)
    Franchement je pense que si on est la envore a parlé de tous ces conneries de cette mauvaise histoire qui est l'esclavage on avancera jamais .Comme on dit on oublie pas cette histoire commence ça on oublie pas comme si on l'as vécu nous .Cher FRERES NOIRS essayons un AFRIQUE meilleur entre FRERES respectons et la tout autre personnes nous respectera .VIVE L AFRIQUE

    • Auteur

      Fanch

      En Février, 2014 (20:00 PM)
      a quand un belley au sénégal pour libérer tous les talibés....

      si tu veux tu peux t'y mettre...

      a part ça, merci a seneweb de rappeler que la france fut le premier pays à abolir l'esclavage...

      et la mauritanie le dernier...
    Auteur

    Républicain Noir

    En Février, 2014 (19:31 PM)
    Vive la République, vive Belley, vive Robespierre et que crève Napoléon.



     :sn: 
    • Auteur

      Fanch

      En Février, 2014 (20:04 PM)
      je crois qu'il est déjà mort, on m’a dit que bokassa avait récupéré son costume aux fripes de montreuil...
    Auteur

    Oops

    En Février, 2014 (19:43 PM)
     :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 





    liii ci soulou :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun: 
    Auteur

    Recherche....

    En Février, 2014 (19:52 PM)
    ... aussi un peu de LUMIERE sur la TRAITE ARABO-MUSULMANE....



    ... :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad: 
    Auteur

    Gorguy

    En Février, 2014 (20:11 PM)
    C'EST DU N'IMPORTE QUOI CE GENRE DE FORUM. REGARDONS LES EVENEMENTS AVEC DU RECUL...

    POUR ESSAYER DE COMPRENDRE QUE D'ABORD L'HOMME NEGRE EST UN HOMME LIBRE DEPUIS LE DEBUT DE L'HUMANITE. ET CE N'EST PAS PARCE QUE CERTAINS MARCHANDS D'ARMES ET D'ALCOOL ASSOIFFES DE RICHESSE VOULANT CONQUERIR LE MONDE ONT PENDANT UN LAPS DE TEMPS MIS EN ESCLAVAGE LE NEGRE APRES AVOIR PENDANT DES SIECLES ASSERVIS LEURS FRERES ET SOEURS EUROPEENS PAUVRES.

    QU'IL FAILLE QUE NOUS REDUISONS L'HISTOIRE DE L'HOMME NOIR A LA TRAITE NEGRIERE.....

    ET LA PERIODE DE L'EMPIRE DU MALI, DU SONGHAI, DU GHANA ET J'EN PASSE....

    ALORS SOYONS SERIEUX ! REGARDONS LA REALITE EN FACE, RELEVER LA TETE, AVANCER ET ARRETER DE ....

    Auteur

    Court

    En Février, 2014 (21:27 PM)
    Waw, belley , Santou fan la ??
    Auteur

    @ Court

    En Février, 2014 (21:47 PM)
    Je pensais a ...Baye Laye...! :-D 

    Il etait un peut etre un ...LAYEENE..!:) :up:  :tala-sylla: 

    Il a probablement ete vendu par des pretres catholiques ,

    qui voulaient porter un coup aux layenes !:)

    WASSALAM....a vous !

    NB...Ces putains de kufards - chretriens , nous ont pas mal freine ,

    dans notre cheminement culturel, social et economique , certes !
    • Auteur

      @@court

      En Février, 2014 (00:02 AM)
      vraiment aucun respects au sénégal et beaucoup de têtes de con.
      les religions musulmanes et chrétienne ont été des instruments politiques pour affaiblir et asservir les peuples afin de prendre leur richesses.
      aujourd'hui, elles sont là et il faut faire avec. que chacun pratique la religion de son choix dans son coin. mais de grâce, bande d'abrutis que vous êtes, arretez de vous insulter et de vous manquer de respect pour des religions (aussi bonne soient-elles) qui ont été imposées à vos aïeux par la force ou par mesquinerie et dont certains préceptes sont aux antipodes de notre culture africaine.
      a bon entendeur
      a mauvais entendeur, reste dans ta bétise car t'es foutu...
    • Auteur

      Bof

      En Février, 2014 (05:34 AM)
      on pourrait alors me citer un gouverneur arabe du senegal soutenu par son clergé arabe, qui est foutu ? pad lui en tout cas
    • Auteur

      Ethiopien

      En Février, 2014 (09:10 AM)
      le christianisme en afrique se développe à alexandrie, puis devient la religions des peuples du sud-soudan et d'Éthiopie bien avant que les occidentaux ne soient chrétiens.
    Auteur

    Solo

    En Février, 2014 (22:05 PM)
    Encore une fois l'esclavage n'a pas été aboli, mais abandonné. C'est la machine, la technologie qui a ''libéré ''l'homme.
    • Auteur

      @solo

      En Février, 2014 (22:12 PM)
      en tout cas pas abandonné au senegal , ou on reduit en esclavage des enfants à bas ages.comme quoi..;
    Auteur

    Boy

    En Février, 2014 (22:48 PM)
    Ramatoulaye wade est natife de ouakam 100 pour cents senegalaise alape lebou
    • Auteur

      Française

      En Février, 2014 (07:34 AM)
      ramatoulaye yade est française et a abandonné sa nationalité sénégalaise. la nationalité ne signifie pas l'identité ethnique ou l'origine ne confond pas tout.
    Auteur

    M24

    En Février, 2014 (02:10 AM)
    @Fanch,pauvre usurpateur



    Alexandre Dumas,un nègre ,descendant du général Dumas est l'auteur de:

    -Les trois mousquetaires(l'histoire des D'Artagnan,Aramis,Atos ....)

    -Le comte de Monte-Cristo

    Ces ouvrages populaires(le panthéon de la France)entre autres ont forgé l'imaginaire de millions de Français ,et sont toujours des classiques incontournables de la littérature Française.

    Récemment le représentant du CRAN(comité représentatif des association noires) l'avait révélé en fustigeant l'absurdité(ou la tentation révisionniste) de vouloir donner le rôle à Gérard Depardieu dans le cadre d'un film sur la vie d'Alexandre Dumas .
    Auteur

    Les Histoires

    En Février, 2014 (09:20 AM)
    Contexte historique



    Un porte-parole efficace des hommes de couleur



    A l’aube de la Révolution, Belley, ancien esclave à Saint-Domingue, affranchi grâce à son service dans l’armée pendant la guerre d’indépendance américaine, fait partie de la nouvelle classe des « libres de couleur », en développement dans les villes coloniales. Capitaine d'infanterie au moment des journées de juin 1793 au Cap-français, il combat du côté des commissaires civils contre les colons blancs et reçoit six blessures. Les élections organisées dans l’île, le 24 septembre 1793, l’envoient à Paris. L’arrivée à la Convention de ce premier député noir, accompagné de deux autres, Mills, un mulâtre et Dufaÿ, un blanc, fait sensation et incite l’Assemblée à décréter la première abolition de l’esclavage (16 pluviôse an II/ février 1794).



    L’abolition officielle de l’esclavage n’a cependant pas désarmé les partisans des colons à Paris. Bien que reconnu citoyen à part entière de la République, le député noir doit lutter contre les insinuations racistes qui remettent sans cesse en cause son élection comme la loi d’abolition. Il se révèle un porte-parole actif des hommes de couleur, à la Convention puis au Conseil des Cinq-Cents, jusqu’en 1797.



    Quand Gouly, député de l’Ile de France (Ile Maurice), réclame, après Thermidor, des lois particulières pour les colonies, Belley dénonce à l’assemblée le groupe de pression des colons, discours publié sous un titre à la saveur créole : « Le Bout d’oreille des colons ou le système de l’Hôtel Massiac mis à jour par Gouly ». Il réussit à faire maintenir le principe républicain d’égalité entre habitants des colonies et de la métropole, quelle que soit leur couleur. En revanche le décret d’abolition n’est pas envoyé à l’Ile de France. Après Belley, cette élite venue d’outre-mer qui avait su un temps défendre les droits des non-blancs sera laminée.

    Analyse des images



    L’étrangeté du Noir



    Le portrait de Jean-Baptiste Belley, en pied, sur fond de ciel bleu nuageux, devant le paysage de sa circonscription de Saint-Domingue, n’innove pas seulement par son esthétique somptueuse. Anne-Louis Girodet peint, en représentant officiel de la République, ce Noir en costume d’apparat dont le mandat vient de s’achever, alors même que les colons profitent de la réaction royaliste pour évincer tous les députés de couleur des assemblées du Directoire. A 50 ans, le visage sérieux, Belley est accoudé avec aisance au socle du buste de l’abbé Guillaume Raynal, sculpté par Espercieux. L’artiste fait de lui le vivant symbole de l’émancipation des Noirs annoncée par le philosophe.



    La figure de ce Noir, exposée à Paris, en 1797 et en 1798, suscite une véritable fascination dans le public. L’artiste a placé de trois-quarts la tête, objet de la curiosité générale, à cette époque où l’on compare les caractéristiques morphologiques des blancs, des noirs et des singes. Rejetant en arrière des cheveux crépus déjà grisonnants, le visage osseux, au nez aplati, est éclairé par des yeux très vifs ; la mâchoire puissante ne présente aucun prognathisme.



    Le contraste entre le costume, si extraordinairement raffiné qu’il évoque à lui seul la culture européenne, et le faciès sombre du modèle fait ressortir l’étrange différence de cet homme noir. Ce costume de député à la Convention, rappelle aussi que Belley a connu son heure de gloire lors de la première abolition de l’esclavage, en 1794. Les trois couleurs républicaines, qui ceignent la taille et le chapeau sont fondues dans des dégradés pastel et laissent tout le contraste chromatique au rapport entre le noir et le blanc. Les tonalités subtilement dégradées du visage noir de Belley ressortent contre le marbre blanc de la sculpture, comme sa longue main brune sur la culotte claire.



    Déclarations de Belley à la Convention



    L’adoption de la Constitution de l’An III suscite la déclaration par chaque député, de sa situation personnelle. De sa propre main, Belley révèle qu’il était né à l’île de Gorée au Sénégal, sans doute en 1747. Il a vécu 46 ans au Cap français et a donc été déporté à deux ans. Cette partie de Saint-Domingue est « territoire français » car la Constitution de l’An III divise les colonies en départements.



    Belley déclare que sa fortune à Saint-Domingue consistait en « propriété pensante » ; l’expression qui désignait les esclaves que possédaient aussi bien les libres de couleur que les blancs est révélatrice des mentalités de l’époque.



    Ses biens qui se réduisent, écrit-il, « à la garniture de ma chambre » ne lui permettaient pas de commander un portrait de cette ampleur, l’initiative de cette peinture revient donc probablement à Girodet.



    Son mandat terminé, Belley obtient un grade de chef de brigade. Affecté à la gendarmerie de Saint-Domingue, il y retourne pour plusieurs missions à partir de 1798. En France, il exerce encore une présence influente à la Société des Amis des Noirs.



    Les instructions secrètes de Bonaparte



    Partisan de la fermeté face aux menées indépendantistes de Toussaint-Louverture à Saint-Domingue, Belley conseille l’intervention militaire à Bonaparte. Le Consulat le charge d’y réorganiser la gendarmerie nationale. Il prend part à l’expédition Leclerc de 1802 et débarque au Cap, le 11 février. Mais victime d’une arrestation arbitraire, dès le 12 avril 1802, il est déporté en Bretagne, à Belle-Ile-en-mer.



    Son sort n’est pas ébruité ; il était scellé avant son embarquement par ces instructions secrètes élaborées sous les ordres directs du Premier Consul, dès le 31 octobre 1801, et remises au chef de l’expédition, le général Leclerc, beau-frère de Bonaparte. L’une d’elle concerne directement Belley sans le nommer : « On réorganisera la gendarmerie. Ne pas souffrir qu'aucun Noir ayant eu le grade au-dessus de capitaine reste dans l'île ». Le document, précis en matière militaire, se révèle très ambigu sur le statut des Noirs. En contradiction avec le maintien solennel de la liberté au début du chapitre, un pragmatisme indifférent aux principes doit succéder à la reconquête de l’île: » Quelque chose qu’il arrive, on croit que dans la troisième époque on doit désarmer tous les Nègres, de quelque parti qu’ils soient et les remettre à la culture ». Le rétablissement de l’esclavage se profile.

    Interprétation



    Girodet livre de Belley une image magistrale et symbolique, à une époque où l’homme noir fascine par son étrangeté et suscite des inquiétudes politiques et économiques pour l’avenir. Mais la personnalité de Belley garde son mystère.



    Les instructions données par Bonaparte entraînent la fin dans le secret, à la forteresse de Belle-Ile, le 6 août 1805, de ce militaire, fervent républicain, trahi par l’arbitraire d’un autre soldat, à l’étoile montante.



    Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email