Mardi 28 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Kaolack : des médecins déplorent les fréquents accidents causés par les "Jakarta"

Single Post
Kaolack : des médecins déplorent les fréquents accidents causés par les "Jakarta"

Le chirurgien orthopédiste de l’hôpital Elhadji Ibrahima Niass de Kaolack, le docteur Moussa Diallo, et sa collègue anesthésiste-réanimatrice, Bineta Diop Badiane, ont relevé récemment pour s’en inquiéter, les nombreux accidents causés par les motos ‘’Jakarta’’ très présents dans la capitale du Saloum.

Ces motocyclettes qui font partie du décor du transport urbain à Kaolack sont à l’origine de ‘’multiples et fréquents accidents’’ dont 80% des victimes sont des jeunes de 20-30 ans, ont expliqué les deux médecins au cours d’un Forum de l’association Handicap-membre.

M. Diallo et Mme Badiane ont indiqué que chaque jour, deux cas d’accident causés par ces moto-taxis Jakarta sont enregistrés à l’hôpital. Il s’agit de télescopages entre motos, de chutes ou de collisions avec un piéton, un véhicule, un mur, etc.

Selon le docteur Diallo, ces accidents provoquent souvent de graves séquelles chez les accidentés, dont des traumatismes crâno-encéphaliques.

Or, a-t-il relevé, il n’existe pas de scanner à Kaolack de scanner et de plus, ces accidents nécessitent des jours de réanimation. Le médecin a noté que l’importance de ce genre de traumatisme s’explique par le fait que les conducteurs de ces motos-taxis ne portent pas de casques.

Mais le traumatisme peut aussi relever d’une fracture du rachisme (cou). D’ailleurs, ces lésions à la tête ou à la colonne vertébrale peuvent entraîner une paralysie partielle ou totale à vie, a poursuivi le docteur Diallo selon qui il y a aussi les fractures, souvent ouvertes, des membres inférieurs généralement. Le choc contre le guidon peut également provoquer la rupture de la rate et la mort si la prise en charge n’est pas immédiate.

Il arrive parfois qu’un violent accident provoque des polytraumatismes et dans ce cas, la victime est à la fois atteinte aux jambes, au niveau du tronc et à la tête, avec moins de chance de survie, a affirmé l’anesthésiste.

Mme Badiane a estimé à 50.000 FCFA la prise en charge d’une seule journée de réanimation. Compte non tenu des frais d’affrètement du SAMU national à 250.000 FCA pour les structures publiques contre 500.000 FCFA pour le privé. Tout comme le chirurgien orthopédiste qui a souhaité l’implantation à Kaolack d’un centre de traumatologie dûment équipé, le docteur Bineta Diop Badiane a suggéré la mise en place d’un SAMU municipal qui permettrait de récupérer 45% des victimes, car selon elle la chance de survie des accidentés dépend fortement de la manière et de la rapidité de l’évacuation à l’hôpital.

Les deux médecins ont particulièrement insisté sur la prévention et l’éducation aux lourdes prises en charge en cas d’accident et les séquelles qui peuvent en découler. Les motos sont certes un moyen de transport, mais les conducteurs doivent se doivent d’abord de maîtriser ces engins tout comme le code de la route.

Ils en ont interpellé les pouvoirs publics, mais aussi les parents et les conducteurs eux-mêmes pour un changement de comportement, tout en dénonçant l’usage d’alcool comme c’est le cas chez certains accidentés.



8 Commentaires

  1. Auteur

    Panafricaniste

    En Décembre, 2010 (16:48 PM)
    1st
  2. Auteur

    Taty

    En Décembre, 2010 (16:51 PM)
    i'm the first
    {comment_ads}
    Auteur

    Bsl

    En Décembre, 2010 (17:05 PM)
    Une Eau Potable, Une Vie Saine
    {comment_ads}
    Auteur

    Wakh Deug

    En Décembre, 2010 (17:28 PM)
    je suis de kaolack mais j'avoue que c'est le seul job disponible pour les jeunes à kaolack mais je pense qu'on devrait leur imposer des permis de conduire
    {comment_ads}
    Auteur

    Fatou

    En Décembre, 2010 (15:43 PM)
    faites doucement pour fatima
    Auteur

    M.f.

    En Avril, 2013 (21:10 PM)
    Bonjour a tous,

    Je tiens tout d’abord à remercier le Dr B. Diop et son collègue M. Dallo pour leur participation au forum organisé par l’association Handicap-membre sur la situation grave que vivent les Kaolackois. Je ne sais pas si vos statistiques sont justes ou pas, mais si tel est le cas, il s’agit la d’un cas d’urgence qui demande une intervention rapide des autorités. Une petite ville comme Kaolack qui enregistre au minimum deux cas d’accidents par jour causés par des motos-taxi ! Je pense que les autorités ne devaient pas attendre que les citoyens sollicitent leur intervention. Il existe au Sénégal un système de santé bien structurée, ses ramifications couvrent tout le territoire national. Nous sommes devant un problème gravissime de santé publique.

    Il relève de la responsabilité des autorités sanitaires d’agir rapidement pour une réponse rapide en cas d’identification d’un problème de santé publique, quel qu’il soit. Un pilotage des actions doit être assuré par le ministère en charge de la santé. Une mise en œuvre des structures adéquates doit être automatique car n’oublions pas que chaque structure a un rôle, une mission et des responsabilités.

    Mais pour une bonne coordination des différentes actions dans la recherche de solution pour des problèmes de santé publique, l’Etat doit penser avant tout à un système d’information de qualité pour la gestion des interfaces entre les différentes structures. Et ainsi assurer une bonne circulation des données et des informations entre le niveau central et le niveau périphérique.

    Je me pose deux questions : de un, les décideurs sont-ils au courant de l’urgence et du degré de gravité de ce problème à kaolack?

    Deuxièmes, y a-t-il des compétences locales pour palier à ce problème ?

    Il appartient aux décideurs de définir des stratégies et de bien les piloter pour trouver une solution adéquate.

    Pour ce genre de problème il faut travailler en partenariat avec tous les autres Ministères, surtout le Ministère de l’Intérieur dont les agents devraient être plus sévères. Au lieu de laisser les sénégalais se tuer par des accidents banals et évitables, il est plus que urgent de réglementer la conduite d’un mototaxi par l’obligation de la possession d’un permis de conduire.

    Dans les pays, on rencontre chaque fois des problèmes au niveau des services d’urgence des hôpitaux, je salue la bravoure de nos braves Médecins de l’Hôpital Ibrahima Niasse. Ils se sont exprimés à temps en espérant qu’une solution sera trouvée, ils ont fait des propositions dont la création d’un SAMU municipal. L’Etat n’a qu’à responsabiliser nos braves Médecins, la femme anesthésiste qui a fait cette proposition doit être nommée dans la structure de décision. Et elle fera certainement plus de propositions, en tant que urgentiste ; anesthésiste-réanimateur.

    Nous prions le bon Dieu pour une solution à ce problème de santé publique car ce n’est pas tout le monde qui dispose des moyens suffisants pour payer une prise en charge occasionnée par les accidents des Mototaxis.

    Merci de votre attention.

    A public health Specialist.



    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2013 (14:00 PM)
    Bonjour a tous,

    Je tiens tout d’abord à remercier le Dr B. Diop et son collègue M. Dallo pour leur participation au forum organisé par l’association Handicap-membre sur la situation grave que vivent les Kaolackois. Je ne sais pas si vos statistiques sont justes ou pas, mais si tel est le cas, il s’agit la d’un cas d’urgence qui demande une intervention rapide des autorités. Une petite ville comme Kaolack qui enregistre au minimum deux cas d’accidents par jour causés par des motos-taxi ! Je pense que les autorités ne devaient pas attendre que les citoyens sollicitent leur intervention. Il existe au Sénégal un système de santé bien structurée, ses ramifications couvrent tout le territoire national. Nous sommes devant un problème gravissime de santé publique.

    Il relève de la responsabilité des autorités sanitaires d’agir rapidement pour une réponse rapide en cas d’identification d’un problème de santé publique, quel qu’il soit. Un pilotage des actions doit être assuré par le ministère en charge de la santé. Une mise en œuvre des structures adéquates doit être automatique car n’oublions pas que chaque structure a un rôle, une mission
    {comment_ads}
    Auteur

    Fm

    En Juin, 2013 (14:13 PM)
    Suite=>et des responsabilités.

    Mais pour une bonne coordination des différentes actions dans la recherche de solution pour des problèmes de santé publique, l’Etat doit penser avant tout à un système d’information de qualité pour la gestion des interfaces entre les différentes structures. Et...

    ainsi assurer une bonne circulation des données et des informations entre le niveau central et le niveau périphérique.

    Je me pose deux questions : de un, les décideurs sont-ils au courant de l’urgence et du degré de gravité de ce problème à kaolack?

    Deuxièmes, y a-t-il des compétences locales pour palier à ce problème ?

    Il appartient aux décideurs de définir des stratégies et de bien les piloter pour trouver une solution adéquate.

    Pour ce genre de problème il faut travailler en partenariat avec tous les autres Ministères, surtout le Ministère de l’Intérieur dont les agents devraient être plus sévères. Au lieu de laisser les sénégalais se tuer par des accidents banals et évitables, il est plus que urgent de réglementer la conduite d’un mototaxi par l’obligation de la possession d’un permis de conduire.

    Dans les pays, on rencontre chaque fois des problèmes au niveau des services d’urgence des hôpitaux, je salue la bravoure de nos braves Médecins de l’Hôpital Ibrahima Niasse. Ils se sont exprimés à temps en espérant qu’une solution sera trouvée, ils ont fait des propositions dont la création d’un SAMU municipal. L’Etat n’a qu’à responsabiliser nos braves Médecins, la femme anesthésiste qui a fait cette proposition doit être nommée dans la structure de décision. Et elle fera certainement plus de propositions, en tant que urgentiste ; anesthésiste-réanimateur.

    Nous prions le bon Dieu pour une solution à ce problème de santé publique car ce n’est pas tout le monde qui dispose des moyens suffisants pour payer une prise en charge occasionnée par les accidents des Mototaxis.

    Merci de votre attention.

    A public health Specialist.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email