Vendredi 22 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

ROSALIE MENDY, 39 ANS : «Durant ma maladie mentale, j’ai été engrossée 2 fois »

Single Post
ROSALIE MENDY, 39 ANS : «Durant ma maladie mentale, j’ai été engrossée 2 fois »

Sa petite famille est finalement sa seule raison de vivre. Car, depuis qu'elle a accouché de son premier enfant, Rosalie Mendy qui n'a plus la notion du temps au point de se rappeler l'année de chacun de ses malheurs vit un calvaire. Elle passe d'étape en étape dans les péripéties de la vie d'un jour déplorable à un lendemain pire. Enceintée à deux reprises alors qu'elle était atteinte de troubles mentaux, elle accouche d'abord d'une fille puis de deux jumeaux.

 Depuis lors, elle s'efforce de survivre avec ses enfants dont elle ne connaît pas les pères, n'a pas de maison où vivre ni de moyens pour assurer la scolarité de ses gosses respectivement en classe de 2nde, 4e et 6e. Aujourd'hui, elle souhaite retrouver le sourire et pour une fois le donner à ses enfants, dont l'un est malade de troubles cardiaques, avec l'aide des bonnes volontés. Ce que la vie n'a pas su lui donner.


Quand on est assailli par les problèmes, on perd facilement du poids. Affreusement. Cette perception que nombre de Sénégalais ont de la notion de la connivence entre problème et état forme est démentie par le cas de Rosalie Mendy. Cette jeune dame, bien en chair, est une conjugaison de difficultés de la vie ambulante. Des problèmes, cette dame ne compte que ça pour une bonne partie de ses 39 ans. Et quand elle en parle, l'on n'en revient pas. On retient difficilement les larmes. 

Depuis lors, elle avait fini de faire avec, immunisée de tout ce qui pouvait représenter tourments et tracasseries de son vécu. Toutefois, à l'approche de l'ouverture des classes, elle ne résiste plus à demander de l'aide. Ses démarches ont été multiples. Mais, sa cause est restée vaine. Rosalie n'a pas où habiter avec ses enfants, ne possède pas les moyens de soigner son fils malade et pour le minimum de bouffe, elle remue ciel et terre afin de participer à la dépense quotidienne cher sa sœur.

 

 Le top de son calvaire a été donné durant les années qui ont suivi la naissance de son fils aîné. Du bonheur de tenir un bébé dans ses bras, elle est tombée dans une longue maladie mentale. Le teint d'une noirceur foncée, la taille petite, elle raconte : «j'ai eu des troubles mentaux après mon premier enfant.» La folie se traçant sur son destin, elle vit aux côtés de sa mère qui s'efforce de veiller sur sa fille. Cependant, elle était loin de ses malheurs. Sûrement à la fleur de l'âge en cette période, Rosalie qui ne se rappelle plus de ses débuts de maladie vit aujourd'hui avec les résultats de son inconscience involontaire. En cette période, elle a accouché à deux reprises.

 Elle dit, le visage tristement révélateur : «J'ai été engros¬sée à deux reprises durant ma maladie. J'ai d'abord eu une fille puis des jumeaux, tous des garçons. Mais, je ne connais pas les pères de ces enfants.» Vêtue d'un ensemble Anango pagne dont le tissu est délavé, entourée de ses jumeaux, Rosalie interrompt son discours un moment. Elle est fixée des yeux par ses fils. Elle sourit, parle à voix basse avec et reprend : «Mes enfants ne veulent pas être photographiés

 

. D ailleurs, ils me disent qu'ils auraient préféré que moi aussi je ne le sois pas. Puisque, ce sont des élèves et ils ont peur que leurs camarades se moquent d'eux» Elle convainc ses enfants de la nécessité pour eux de trouver du soutien. Et reprend son histoire. Cherchant le fil dans ses pensées, elle lève les yeux et poursuit : «Quand j'ai eu ma fille, ce sont les sœurs qui l'ont prise.» En ce lieu, cette demoiselle âgée aujourd'hui de 19 ans doit passer en classe de seconde. «Elle est partie en vacances. Mais, elle doit quitter les sœurs parce qu'elle est devenue une grande fille», révèle-t-elle. Toutefois, concernant ses deux jumeaux qui semblent gênés par la situation, elle soutient : «C'est ma pauvre mère qui m'a toujours aidé pour l'éducation de ces dernier, en travaillant dur.» 

 

 

Malheureusement et une fois encore, sa sombre vie lui joue un tour de plus. Elle perd sa mère. Et Rosalie semblait encore loin de finir de parcourir le chemin pour se retrouver au fond du gouffre. Des années sans sa génitrice à devoir subvenir seule aux besoins de ses enfants, elle passe ses jours à faire le linge en bon « Ndiago » «C'est en étant lingère que je me suis cherchée une petite chambre où je vivais avec mes enfants. J'ai beaucoup travaillé pour au moins qu'ils se retrouvent avec le minimum», argue-t-elle. Tremblotante, la voix morfondue, elle conte cet autre mauvais tour que

 lui a joué la vie. Car, pour couronner le tout, l'un des jumeaux de Rosalie tombe malade. Il est atteint de problèmes cardiaques. Après une hospitalisation de plusieurs jours à l'hôpital, les ordonnances du gamin se succèdent. Rosalie vivote entre le marteau de la survie et l'enclume des ordonnances de son enfant. «j'ai fait tout mon possible pour subvenir à leurs besoins, mais c'est très difficile. Les ordonnances sont nombreuses et; je suis la mère et le père de ses enfants. Ils n'ont que moi.»

 

 N'ayant toujours pu compter que sur sa mère qui n'a pas vécu longtemps après sa guérison, Rosalie vit au quartier Grand Yoff. Elle raconte, les larmes coulant sur ses joues : «Mon père est mort quand je n'avais que 5 ans. J'ai d'abord été sous traitement à l'hôpital Fann. Puis, je suis partie en Guinée pour me soigner. C'est là-bas que j'ai été guérie.» Rentrée au pays et obligée de faire face à la réalité d'entretenir ses enfants, elle a fait son possible. A bout de force, elle est partie voir sa grande sœur. «Lorsque je n'ai plus eu les moyens de régler le loyer, je suis allée voir ma grande sœur de même père et même mère, car on m'avait chassée de la maison.» Espérant compter sur cette dernière, avec l’un de ses jumeaux malades et l'autre courageux dans la mesure du possible, Rosalie peut s'estimer heureuse de n'avoir été mise à la porte.

 En location dans une maison de ce quartier populeux, sa grande sœur l'héberge... sur la terrasse. «Je dormais avec mes enfants sur la terrassé de la maison.» Après les travaux dans cette demeure, elle est recasée sur le perron. «Ma grande sœur est venue me dire que puisque la maison est terminée, je dois descendre», avoue-¬telle. C'est ainsi que depuis des mois, elle dort sur le perron de la maison, sous une moustiquaire et une sorte de lit, avec ses jumeaux. Elle ne peut plus retenir ses larmes.

 

 Cependant, savoir que ses bébés vont à l'école lui redonne courage. Rosalie Mendy se ressaisit et dit : «Le pire dans tout cela, c'est que le médecin a demandé que mon fils malade évite les émotions. Et à ce rythme, ce sera difficile. Ils en veulent souvent à ma sœur et veulent même qu'on quitte la maison.» Parce que, même si cela semble inimaginable, ces pauvres gens ne peuvent aller au lit quand il y a des hôtes sur le perron de la maison. Et, quand il pleut, ils se réfugient quelque part. «Ma grande sœur dort avec ses enfants dans la chambre, nous dehors.» À la question de savoir où se trouvent leurs bagages, elle répond: «Ils sont sous la cage d'escaliers.»

 

 Remerciant le bon Dieu qui lui a permis de pouvoir parfois compter sur le directeur de l'Action sociale, celui-là même qui s'est, d'ailleurs, chargé des frais d'hospitalisation de son fils, Rosalie a besoin de beaucoup plus. Elle explique : «Je ne peux plus travailler pour ne pas laisser seul mon enfant malade. Et j'ai écrit au président de la République, au maire. J'ai fait beaucoup de démarches pour être aidée.». Après toutes ces péripéties, elle ne vit plus que pour ses enfants. Rosalie a perdu son époux qui, dit-elle, a voyagé au cours de ses troubles mentaux. «J'ai été mariée avant de tomber malade. Mais, il a voyagé et je sup¬pose qu'il a refait sa vie.» Quant à son fils aîné, elle avoue que celui-là ne dispose pas de moyens pour les aider, «Il fait un travail de boy et il vit à Guédiawaye chez son père.» Regardant affectueusement ses jumeaux à qui elle a donné son nom de famille, elle s'égaye : «Lui fait la 4e et l'autre la 6e . Celui-là a été retardé par sa maladie.» Cependant, Rosalie rassure que ceux-là ont la volonté de réussir. 

 

Malgré ses faibles revenus, ils se débrouillent pour aller à l'école. Ils sont mieux placés pour parler de leurs études. Et après hésitation, l'un d'entre eux se lance : «J'aime l'école, car je veux être avocat» Ayant eu la moyenne 11 pour passer en classe supérieure, il jure de faire mieux cette année pour aller de l'avant. Sa discipline préférée, c'est l'Anglais. L’autre, atteint de problèmes cardiaques est moins bavard. D'ailleurs, rien ne l'emballe de tout ce qui se raconte depuis tout à l'heure. 

 

La situation de sa famille l'affecte, mais il préfère ne pas en parler. Il est en classe de 6° et il ne sait plus quel travail il veut faire quand il sera grand. Il sourit timidement, détourne son visage laissant transparaître des larmes et se décide : «Médecin pourquoi pas ? Comme ça, je soignerais ceux qui sont malades.» Sa mère sourit et prend la balle au rebond : «Avant, il disait qu'il veut devenir militaire. Mais là, il est devenu conscient. Parce que je lui ai expliqué que pour être militaire-il faut être en bonne santé.» S'inquiétant de la scolarité de ses enfants, Rosalie persiste pour dire : «je m'inquiète pour eux. Quand, je ne participe pas à la dépense pour la nourriture, ma grande sœur ralle tellement que les enfants boudent et ne mangent pas.»

 

 À en croire Rosalie, un parent d'un de leurs camarades lui avait demandé qu'elle laisse les enfants venir manger chez lui. «Ils ne le peuvent pas toujours et je les comprends, ils ont grandi.» Malgré tout son désarroi, implorant la bonté des uns et des autres, Rosalie Mendy de manière inconsciente pointe du doigt ses potentiels bienfaiteurs. Le sourire aux lèvres, laissant voir ses tresses en nattes sur sa grosse tête, elle conclut : «Je demande surtout de l'aide à Papa Thione, Youssou Ndour et El Hadji Diouf» Elle met sur le compte de la parenté. Car, justifie-t-elle, «je suis né à la Médina, Youssou Ndour aussi. Nous sommes tous parents donc».



28 Commentaires

  1. Auteur

    Dxb

    En Octobre, 2011 (07:58 AM)
    Ken demoul nga dess
  2. Auteur

    Baldéparis

    En Octobre, 2011 (08:08 AM)
    On s'en fou de qui va gagner ou perdre, nous ce qui nous préoccupe c'est le développement du Sénégal.

    Notre pays est entrain d'aller directement vers le KO et les gens ne s'en soucissent même pas.

    Entre un Président de la République qui veut se représenter, même si la constitution le lui interdit et une opposition avec la société civil qui le lui interdit même si la constitution lui donne le droit de se présenter.

    On oubli que sa commence toujours comme sa par des divergences avant d'en venir à la guerre civil, mais il est important de retenir une chose c'est que quand y'aura le KO, on paiera tous de prêt ou de loin, car il 'y aura des pillages, des agressions, des viols des meurtres, des exécutions.... Vous n’êtes pas sans savoir que nous les Africains on a aucune retenu et aucun respect vis à vis de l'autre.

    Au lieu de prendre les devant maintenant par des bonnes offices, par exemples nos chefs religieux, mais eux malheureusement sont dominés maintenant par le confort, l'on se demande parfois si il croit vraiment en Dieu ou il font du Cinéma. Les chefs d’États voisins aussi pouvait commencer maintenant les médiations et ne pas attendre que sa s'embrase, et notre cher colonisateur hypocrite qui attend toujours quand il y'a le feu pour inviter les dirigeant à Paris et faire des deals avec un des camps pour ses propres intérêts.

    Chers frères et sœurs Réveillez vous et essayons d’éviter que ce qui est déjà arriver dans les autres pays ne se passe chez nous.
    • Auteur

      [email protected]

      En Octobre, 2011 (09:17 AM)
      mame diara qu allah te paye et t honore pour tes conseils ,le seul probléme c est qu elle n a pas accés à un ordinateur pour metter à profit tes conseils , comment la contacter elle est seule et presque abonnée à son sort ce pays il ya des gens tellement cruels que méme si on avait laissé un numéro de téléphone pour la joindre ne sera pas facile comment faire pour l aider?
    Auteur

    Mameediarra

    En Octobre, 2011 (08:12 AM)
    pour loger tes enfants je n'ai pas de solution à portée de main  :dedet:  :dedet: 

    mais pour l'inscription de tes enfants à l'école les frais de scolarité et surtout le logement je te conseille d'aller à l'église qui se trouve aux parcelles assainies juste avant le croisement

    tu demandes à n'importe apprenti car rapide de te faire descendre à l'église des parcelles et il le fera

    arrivée là bas demande à voir le père Enzo et dit lui que je viens de la part de Mame diarra ou Mme diallo, il comprendra j'ai eu à y amener des femmes musulmanes comme chretiennes et elles ont été assistées aussi bien au niveau de la scolarité qu'au niveau du logement.



    sinon tu peux aller à l'unité 10 c'est juste à 100m de l'église et tu demandes à voir l'Imam Faye de la mosquée du "bayal" tu lui dis que tu viens en mon nom et lui aussi va te mettre en contact avec des gens qui vont t'aider



    @ seneweb le message est un peu personnel mais à vous d'essayer de lui transmettre car j'ai pas les contacts de cette femme

    triste tout ça :sad:  :sad:  :sad: 
    • Auteur

      Moukhtar

      En Octobre, 2011 (10:06 AM)
      merci mame diarra bousso. la mére de serigne touba édaient des personnes qui étaient dans le besoin. au moins tu gardes pa des millions dans ta maison comme nos pauvre dirigents. attention aux profitards qui utilisent seneweb.
    • Auteur

      A Mame Diarra

      En Octobre, 2011 (10:46 AM)
      bjr mame diarra, je pense que vous devriez appelez à walf pour avoir les coordonnées de cette dame et lui dire comment faire.
    Auteur

    Baaaaa

    En Octobre, 2011 (08:16 AM)
    c'est quoi cette photo seneweb??
    Auteur

    Dior

    En Octobre, 2011 (08:22 AM)
    pensar allah

    Auteur

    Jacharia

    En Octobre, 2011 (08:23 AM)
    Je lance un appelle à toutes les bonnes volontés par la grâce de Dieu de venir en aide a cette femme.
    Auteur

    Deug

    En Octobre, 2011 (08:26 AM)
    au debut j'ai eu peur je criayait que c'etait un visage  :hun: 

    mais c'est jsuqye ca coiffure vu de dos

    son histoire est vraiment triste, merci mameediarra pour tes contacts j'espere qu'on lui fera passer le message
    Auteur

    Leila

    En Octobre, 2011 (08:37 AM)
    c'est pitoyiable mais on est de tout coeur avec elle
    Auteur

    Thiou

    En Octobre, 2011 (08:46 AM)
    Bonjour,comment faire pour la joindre ?
    Auteur

    Rxcson

    En Octobre, 2011 (08:51 AM)
    merci de me donner les coordonnées de cette dame SVP car je voudrais l'aider,c'est une femme brave
    Auteur

    Moi

    En Octobre, 2011 (09:06 AM)
    Je juste savoir ce que les journaliste qui ont suivi cette affaire ont fait pour aider cette femme. Ils devraient trouver une solution de sortie de crise pour l'aider. Déjà qu'ils savent là où elle loge, le mieux c'est de la conduire auprès des organises d'aide sociale pour une prise en charge partielle où totale si possible. Et, faire passer une publicité pour avec des contacts à l'appui pour attirer les bonnes volontés.



    Je suis de coeur avec cette dame et du courage le bon est là et voit ta souffrance. Il ne manquera pas de réagir. Amen
    Auteur

    Mia

    En Octobre, 2011 (09:10 AM)
    les contact de la dame
    Auteur

    Iz

    En Octobre, 2011 (09:26 AM)
    MERCI MAME DIARRA

    A SENEWEB POURRAIT ON AVOIR LES CONTACTS DE LA DAME SVP

    MERCI DAVANCE
    Auteur

    Ani

    En Octobre, 2011 (10:02 AM)
    "laissant voir ses tresses en nattes sur sa grosse tête, elle conclut..........." mais journaliste bi no réw deugue deugue. Mais vraiment la vie n'a pas été tendre avec cette dame et ce salaud qui profite des malades mentales pour les engrosser c'est vraiment deplorable. Vous qui avez les moyens et ki gardent des centaines de millions dans vos maisons jusque ce ke vos enfants les volent pour aller faire la fete, aidez cette malheureuse dame!
    Auteur

    Moukhtar

    En Octobre, 2011 (10:09 AM)
    AIDER LES PAUVRES ET ARRETER DE GARDER LARGENT CHEZ VOUS.
    Auteur

    Emmanuel

    En Octobre, 2011 (10:34 AM)


    Master BTP ,societe qui emploi des truands ,maitres chanteurs ,

    voleurs et malades sexuels comme emmanuel,le togolais .

    MEfiez vous

    Auteur

    Lajdes

    En Octobre, 2011 (10:38 AM)
    Comment peut elle accoucher d'une fille et de jumeaux en suite et que ses gosses soient en 2nd 4eme et 6eme



    khana dafa am koussi tardé dans ces études SENEWEB a dada et puis cette histoire elle date de QUAND ?
    • Auteur

      @lajdes

      En Octobre, 2011 (11:06 AM)
      lajdes t'as pas lu l'article ou koi elle dit ke l'autre jumeaux est en retard à cause de sa maladie cardiaque
    Auteur

    K.camara

    En Octobre, 2011 (10:43 AM)
    Je viens de lire votre message et je suis vraiment émue. Pouvez-vous laisser un numero pour vous joindre. Courage et Merci.
    Auteur

    Funckie

    En Octobre, 2011 (11:07 AM)
    Qu'est ce qu'on ne voit pas dans ce monde de fou!!! trop triste ce qu'elle vit en ce moment.

    Nous prions pour toi que Dieu t'assiste. :sad:  :sad: 
    Auteur

    Ish

    En Octobre, 2011 (11:09 AM)
    QUE FAIT LE GOUVERNEMENT........DANS UN PAYS SANS ASSISTANCE PUBLIQUE OU LAIDE AUX NÉCESSITEUX VA AUX POCHES DES MINISTRES ET LEURS SBIRES NOUS ASSISTONS ET BANALISONS PAREILS OU PIRES CAS TOUS LES JOURS,......LA RÉPONSE AUX INTERROGATION DE CETTE DAME EST DANS NOS IMPÔTS QUE NOS GOUVERNANTS UTILISENT DANS PASSARE PASSAREE.....DE KI SE MOQUE T'ON ICI......WASSALAM.
    Auteur

    A Ladjes

    En Octobre, 2011 (11:25 AM)
    Il faut lire avant de critiquer. Elle a bien expliqué que l'un des jumeaux a eu retard sur ses etudes à cause de sa maladie.
    Auteur

    Lagaffe

    En Octobre, 2011 (11:49 AM)
    @ DIEUREDIEUF MAME DIARRA :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Toubin

    En Octobre, 2011 (12:33 PM)
    j'essaie d'avoir les coordonnées de cette dame depuis ce matin !!! en vain !!!!! ki peut m'aider ?????
    Auteur

    Bossoudiambour

    En Octobre, 2011 (13:55 PM)
     :down:  Sournalistes gueulesénes, si vous n'avez rien à écrire sur les casamançais Mandjiagos Manjacques, voir les discréditer, vous devriez verouiller vos clapés et casser vos plumes.  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    Auteur

    Md

    En Octobre, 2011 (15:28 PM)
    aye waye ki dè yalla na ko yalla wallou ba mou guene ci situation yi mou nek :sad:  :sad:  :sad:  :sad:  :sad: 
    Auteur

    Lena

    En Octobre, 2011 (16:01 PM)
    comment on peu fair pour la joindre moi je veux l aider

    Auteur

    Mm Mbaye

    En Octobre, 2011 (19:39 PM)
    on voudrait savoir ou contacter cette dame meme si on est pas au senegal
    Auteur

    Boy Pinetown

    En Novembre, 2011 (20:13 PM)
    Je veux l'aider,je voudrais son contacte.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email