Vendredi 24 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Transport

Transport routier : le volume des exportations et des importations en hausse entre 2008 et 2012

Single Post
Transport routier : le volume des exportations et des importations en hausse entre 2008 et 2012

Le commerce extérieur du Sénégal a progressé entre 2008 et 2012, avec un volume de marchandises qui est passé de 5, 617 millions de tonnes à 6, 498 millions pour les importations, et de 3, 268 millions de tonnes à 4, 630 millions de tonnes concernant les exportations, révèle le rapport final provisoire d’octobre sur le diagnostic du transport routier des marchandises au Sénégal.

 

‘’Le secteur des transports constitue un élément fondamental du développement du commerce extérieur (importations et exportations)’’, souligne le rapport remis à la presse lors de l’atelier organisé par le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement.

 

Le document explique que l’évolution constatée au niveau du commerce extérieur sénégalais confirme le déficit structurel noté sur la balance commerciale des pays en développement, marquée par une supériorité des importations par rapport aux exportations. 

 

En 2011, les échanges du Sénégal avec les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Mauritanie ‘’représenterait’’ 74 % des exportations totales du pays en volume (13 % en valeur) et 17 % des importations totales en volume (20% en valeur).

 

‘’A l’import ou à l’export, le transit apparaîtrait plutôt comme marginal, moins de 1% du commerce total du Sénégal, avec la CEDEAO et la Mauritanie’’, souligne le document.

 

Il estime que ce pourcentage est insignifiant par rapport à l’importance des expéditions ou arrivées de produits vers ou en provenance du Mali. 

 

Cette marginalisation du transit, explique le document, est incompréhensible et les acteurs semblent ne pas pouvoir statuer sur les raisons qui expliquent les décalages entre les sources de données d’import-export et la faiblesse du transit international.

 

Les transports constituent un secteur important dans le processus de développement économique et social en général et dans le soutien aux activités productives en particulier. D’où les efforts des pouvoirs publics pour accompagner le secteur.

 

Cependant, le rapport relève que la volonté politique des autorités n’a pas permis de réaliser les investissements nécessaires pour faire face à la demande d’infrastructures et de services de transport.

 

‘’Les conséquences sont entre autres une inadéquation croissante entre l’offre d’infrastructures et de services de transport et les besoins exprimés par les populations et les opérateurs économiques, un ralentissement de la poursuite des efforts d’intégration des régions rurales et les populations au développement économique et social’’, indique le texte.

 

Il relève des contraintes liées à l’obsolescence de la majeure partie des infrastructures de transport, un cadre institutionnel inadéquat, des coûts de construction élevés et une insuffisance du système de financement, etc.

 

Pour pallier ce problème, le Sénégal a engagé une série d’initiatives en entamant, à partir de 1990, trois lettres de politiques sectorielle des transports (dont la dernière est programmée de 2010 à 2015) et la mise en ouvre de plusieurs réformes des organismes chargés de la gestion des transports.



1 Commentaires

  1. Auteur

    Atypico

    En Octobre, 2013 (18:18 PM)
    Il serait temps de construire un réseau de voie ferrée performant qui évite tous ces camions notamment ceux qui font la navette entre Dakar et le Mali qui encombrent les routes, les bas côtés, se montrent dangereux en faisant n'importe quoi , et crée des désagréments évitables dans la traversées de nos villes. Il serait souhaitable qu'en attendant ce réseau on oblige ces camions à prendre les autoroutes quitte à leur proposer des abonnements peu onéreux !Il serai souhaitable de leur proposer des aires spéciales de stationnement et de réparations au lieu de les laisser libre de parasiter n'importe quel lieu n'importe comment ( voir le cap des biches où ils empêchent l'accès à la Sipres par exemple et se garent n'importe comment systématiquement sur une bonne partie de la chaussée qui se trouve réduite à une seul voie aux abords du carrefour ). Le commerce y gagnerait encore et les villes et les citoyens aussi.
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email