Mercredi 28 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

Commercialisation de l’arachide : l’Etat offre 300 mille tonnes à la suneor

Single Post
Suneor

Pour garantir la continuité du service, et en attendant l’arrivée du prochain repreneur, l’Etat veut tout faire pour que la Suneor continue de fonctionner et de produire de l’huile pour le bien du pays.

À qui va échoir la Suneor renationalisée et son potentiel industriel et foncier?? Macky Sall et Amadou Ba ont sans doute une idée, mais ne l’ont pas encore laissé deviner, et laissent donc la place aux spéculations intellectuelles. La seule certitude est que les commissions techniques qui devaient étudier les modalités de départ de Jaber du capital de la société ont fini de travailler et remis leur rapport au chef de l’État, mais à ce jour, rien n’a encore filtré de leurs recommandations.

Il n’en reste pas moins que Le Quotidien a appris que l’État a décidé de réquisitionner le Top management de la société afin de conduire la campagne de commercialisation qui va bientôt commencer. Il serait en effet inconcevable que des problèmes de reprise puissent empêcher la Suneor de participer à la campagne agricole, alors que le Sénégal attend, selon les prévisions officielles, pas très loin du million de tonnes d’arachides coques. Dans cet ordre d’idées, les pouvoirs publics ont déjà prévu d’aider la Sonacos à acquérir environ trois cent mille tonnes. Le ministère de l’Économie, des Finances et du plan aurait déjà mis de côté les fonds nécessaires à cette acquisition.

Une perfusion de l’État qui dure

On sait déjà que cette année, comme les années précédentes, le prix garanti au producteur sera de 200 francs CFA. Mais il semble que la demande, surtout du côté des Chinois, sera encore très importante. Cela pousse à croire que si la Suneor n’est pas appuyée, elle risquerait d’être laissée en rade. Or, elle constitue l’ossature de l’industrie agroalimentaire sénégalaise, du moins en ce qui concerne l’arachide, et elle ne pourrait disparaître sans conséquences funestes. 

Il faut savoir que ces deux dernières années à tout le moins, l’État a été obligé d’intervenir aux côtés de la Suneor pour lui apporter sa garantie dans la mobilisation des fonds nécessaires à l’achat de l’arachide dont la compagnie avait besoin. La situation de l’entreprise était si mauvaise qu’aucune des banques locales ou étrangères n’osait prendre le risque de lui avancer ne serait-ce qu’une partie de l’argent dont elle avait besoin, sans la garantie de l’État. Et malgré leurs réticences, les pouvoirs publics ont dû faire contre mauvaise fortune bon cœur, la Suneor étant la seule entreprise nationale capable d’acheter une quantité importante d’arachides. Malheureusement, malgré ces garanties et les subventions sur le prix au producteur, l’ancienne Sonacos n’est jamais parvenue à sortir du rouge.

Une reprise transparente

Si l’État réquisitionne aussi la direction de l’entreprise, c’est au-delà de la campagne de commercialisation pour assurer la continuité de l’outil de production. Rien n’est encore sorti, on l’a dit plus haut, des recommandations de l’équipe technique chargée de préparer le départ de Jaber dans de bonnes conditions. Or, déjà, plusieurs repreneurs potentiels se bousculent au portillon pour prendre la place de l’ancien négociant natif de Thiès. 

Mais les pouvoirs publics assurent que la reprise se fera selon les souhaits de Macky Sall, de manière transparente, et avec des partenaires crédibles. Il est prévu de lancer un appel international à candidatures avec des conditions claires. Et l’une de ces conditions sur lesquelles l’Etat compte en particulier est l’exigence pour le futur repreneur d’introduire des partenaires nationaux représentatifs dans son tour de table.

Campagne de commercialisation : Beykat Sa et Copéol veulent trois cent mille tonnes

Le nouvel opérateur, drivé par Mamadou Cissokho, l’un des plus importants leaders paysans de l’Afrique de l’Ouest, assure avoir déjà mis de côté de quoi acheter au moins la moitié de la quantité recherchée.

L’État et les opérateurs chinois ne sont pas les seuls à se préparer pour la prochaine campagne de commercialisation. Le Quotidien a appris que la société Beykat Sa et son partenaire français Copéol se sont aussi engagés à payer environ cent mille tonnes d’arachides pour sécuriser l’approvisionnement de l’ancienne Novasen. Ce qui représente déjà, au prix actuel, 20 milliards de CFA. Et à en croire le communiqué, Beykat Sa a acquis un important centre de stockage à Sing-Sing, non loin des usines de Copéol à Kaolack.

Les deux partenaires assurent avoir déjà sécurisé 12 milliards de francs CFA qui leur permettront d’acheter les premières quantités d’arachide que leur présenteront les producteurs.

Beykat Sa, diminutif sénégalisé de la Société pour le développement semencier, agricole et agro-industriel, dirigé par M. Kibily Touré, a pour président de son Conseil d’administration Mamadou Cissokho, l’icône du mouvement paysan sénégalais. La société se veut l’opérateur agricole de référence de la filière arachide.

Elle déclare vouloir accompagner les petits producteurs dans la phase de préparation des campagnes agricoles pour les aider à améliorer leurs performances agronomiques. D’ailleurs dans le capital de la société, on retrouve les coopératives agricoles parmi les plus représentatives, dont l’Egas, qui est l’une des plus connues. Reste à savoir si cette alliance leur donnera un avantage comparatif par rapport à la concurrence.


liiiiiiiaffaire_de_malade

5 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:04 PM)
    Situation de l’endettement (au 16 septembre 2013)



    Endettement de SUNEOR vis-à-vis du Groupe ADVENS : 16,3 M€ (10,7 milliards Fcfa)



    Endettement et besoins de financement de SUNEOR :

    - Fournisseurs : 29,5 M€ (19,4 milliards Fcfa)

    - Dettes sociales et fiscales : 0,9 M€ (0,6 milliards Fcfa)

    - Crédits bancaires à long terme : 15,8 M€ (10,4 milliards Fcfa)

    - Crédits bancaires court terme : 52,3 M€ (34,3 milliards Fcfa)(1)

    - Perte de l’exercice 2014 : 15,2 M€ (10,0 milliards Fcfa)

    - TOTAL : 113,7 M€ (74,7 milliards Fcfa)

    (1) : les crédits bancaires sont garantis partiellement par les stocks de matières premières et de produits finis dont la valeur représentait 23.4 milliards Fcfa au 16 septembre 2013. Cependant la valeur de ces stocks est comprise pour moitié par le stock d'huile brute d'arachide invendu jusqu'à présent.

    II – BESOIN DE FINANCEMENT IMMEDIAT DE SUNEOR



    Le besoin de financement de SUNEOR correspond à son endettement hors Groupe qui s’élève à 74,7 milliards Fcfa , montant duquel il faut déduire la valeur du stock réalisable de 23,4 milliards Fcfa, soit un net de 51,3 milliards Fcfa.



    III - MESURES NECESSAIRES IMMEDIATEMENT



    a) MESURES D’ACCOMPAGNEMENT DEMANDEES

    - Interdire les exportations de graines d'arachide pendant 2 ans au minimum afin de relancer l''industrie arachidière et de reconstituer le capital semencier ;

    - Réactualiser le décret n°85-178 du 18 février 1985 fixant les normes de commercialisation de l’arachide et les modalités de contrôle de la qualité ;

    - Identifier et recenser les véritables acteurs de la filière (organisations, producteurs, semenciers, transporteurs, huiliers, etc…) ;

    - Attribuer à SUNEOR des concessions pour la mise en place d’exploitations agricoles capables de produire de l’arachide sous irrigation afin de sécuriser une partie des approvisionnements des usines.
    • Auteur

      Attention Aux Procureurs

      En Novembre, 2015 (22:40 PM)
      la prise en otage du sénégal par des procureurs trop « procurés »

      le sens étymologique du mot procureur vient du verbe latin procurare qui veut dire administrer ou mieux, prendre soin de…le cura prenant sons nouveau sens voulant dire curatif. dans le minimum de logique, on peut diviser le mot procureur en deux, pro et cureur. le pro montrant l’aspect avant- gardiste et prévisionnel que doit avoir un procureur, et le cureur pour l’aspect conciliant, guérissant et trouveur de solutions que doit avoir un procureur.

      je sais que beaucoup de personnes sont surpris en lisant cet article, mais c’est hélas la vérité. des tonnes de questions se posent de dakar, comme dans les salons vip des aéroports du monde, en région comme dans toutes les capitales où se trouvent les immigrés sénégalais. le plus grave est que ce sont les étrangers de notre cher pays de la teranga qui se posent le plus de questions. comment en sommes-nous arrivés là, à qui la faute? et quels sont les dangers d’un tel fonctionnement dans un pays en voie de développement comme le sénégal?

      il serait trop prétentieux de ma part de vouloir disserter ou situer les fautes sur comment nous en sommes arrivés là, mais il m’est quand même simple de réaliser que cette fonction était peu ou presque inconnue de nos parents de l’époque du président senghor jusqu’à la fin du règne d’abdou diouf. ce n’est qu’à partir du président abdoulaye wade que cette fonction a évolué en ce que nous en connaissons aujourd’hui.

      la justice de notre pays a connu et continue à connaitre des éminents procureurs, dont les vertus sont connues et appréciées au niveau international, mais nous en sommes arrivés à un point où beaucoup de nos procureurs ont une médiocrité qui dépasse tout entendement dû à leur pouvoir excessif. la loi est appliquée à leurs guises et les déferrements faits sous leurs demandes et sous des pressions incroyables. personne n’ose en parler de peur de subir leurs représailles. on ne sait par quelle magie ils sont devenus tous puissants et sans aucun système n’est sensé les surveiller. vous savez, il y’a un proverbe français qui dit « qui vole un œuf, vole un bœuf », soyez rassurés, je ne veux pas dire qu’un procureur peut voler parce que c’est en principe impossible. mais celui qui a le courage, la capacité et le pouvoir de mettre un petit innocent en prison peut en mettre un grand.

      prenons le cas de certains chefs d’entreprises ou grands commerçants qui ont été mis en prison préventive comme ils le disent, le tribunal du commerce au sénégal n’a jamais eu à faire son travail, ce sont nos procureurs normaux des tribunaux régionaux ou départementaux qui s’auto saisissent, chose qui est anormal dans la mesure où tout ce qui est de transactions commerciales est civil et doit être régi par le tribunal du commerce. mais ou est-il et pourquoi laisse-t-il les autres procureurs monter au créneau à sa place ? y’a-t-il quelle chose qu’on cache aux sénégalais ?

      les sénégalais sont conscients et convaincus que ces procureurs, même hors de leur juridiction originelle ont surement des raisons valables de vouloir mettre ces gens en prison s’ils sont présumés avoir commis des infractions. mais ils sont convaincus aussi que les chefs d’entreprises doivent bénéficier de circonstances atténuantes du fait que leurs vies soient étroitement liées à d’autres qui pourraient pâtir de toute décision. c’est ainsi que dans leur fougue et jeunesse, ils envoient en prison, sans conditions, explications, ni possibilité de préserver sa dignité et son entreprise, des patrons qui embauchent des dizaines, parfois des centaines d’employés, et surtout sans se soucier du futur de l’entreprise sans leur patron, ni de comment vont finir les employés futurs chômeurs. même si ces excès de pouvoir visibles dans ce cas-ci sont moins graves par rapport aux autres cas que je ne préfère pas discuter aujourd’hui, les conséquences sur notre pays sont drastiques.

      ce fléau juridique ne se voit qu’au sénégal pour le moment et il est en train d’embraser tout le pays à un point qu’il affecte sérieusement notre pays au niveau économique alors que dans l’aveuglement et la peur de dénoncer ces choses, les gens disent « deuk bi daffa macky », quelle désolation et manque d’honnêteté intellectuelle !!! dans certains cas c’est de l’ignorance totale. nous sénégalais devons nous rendre à l’évidence qu’une bonne partie des patrons de notre pays (sénégalais comme étrangers), aussi petits soient-ils, sont en prison pendant que les autres, pris de peur et se sentant menacés ont fui, leurs sociétés fermées et leurs employés dans la galère. ces patrons payaient des salaires (aux employés qui sont des pères et des mères de familles), des loyers (aux propriétaires des locaux), des taxes et impôts (à l’état), plus les ipres et sécurité sociales et autres charges incompressibles d’une entreprise en plein fonctionnement.

      cette manne financière dont bénéficiait le pays en fonctionnement normal ne sera plus disponible parce que les créateurs d’emplois sont emprisonnés ou en fuite alors que ces procureurs continuent à percevoir leurs salaires qui, ironiquement provenaient des impôts, tva, autres taxes et douanes etc…payés par les contribuables (patrons et employés ensemble). etant donné que ces procureurs ne se rendent même pas compte des dégâts qu’ils sont en train de causer ni de la sale réputation en affaires qu’ils sont en train de donner à notre pays, il est temps que le président de la république prenne ses responsabilités et que des investigations secrètes soient faites afin de situer les problèmes au niveau de notre justice boulimique en pouvoir et en indépendance. mais dans un premier temps, pour relancer l’économie du sénégal et faire revenir les investisseurs chez nous, sans crainte, réhabilitez le tribunal du commerce dans tous ses droits et vous verrez tous les businessmen d’abidjan, et du restant de la sous-région, jusqu’en europe et aux usa venir investir en toute sécurité et tous ceux qui ont fui reviendront.
      1- notre justice nous prouve qu’elle n’a pas encore atteint ce niveau de maturité ou on peut la laisser agir toute seule et n’importe comment.
      2- souvenez-vous mr le président de la république que dès que les choses ne vont pas bien dans ce pays, vous êtes le premier accusé.
      3- c’est avec la même vitesse que ces procureurs décident de donner un coup dans l’économie de notre pays, sans sourciller, que vous mr le président de la république devez décider de leurs sorts.

      vous savez mr le président de la république, chacun ne doit faire que ce qu’il connait, et dans son domaine de juridiction et de prédilection. la justice ne doit pas, sauf cas sérieux, se mêler des affaires civiles. le sénégal jusque-là était reconnu comme un pays capitaliste et de libre entreprise, et le capitalisme est un « écosystème économique » qui se gère tout seul et qui ne s’épanouie que dans son autonomie. tout ce qui sera déplacé de force, reviendra à sa place normale en un temps record. et il s’il n’arrive pas à revenir à sa place normale c’est la mort du système tôt ou tard, ce n’est plus qu’une question de temps. n’en arrivons pas là où nous n’avons jamais souhaité. arrêtons l’hémorragie et retraçons une histoire plus prospère et invitante.

      en conclusion c’est vous mr le président de la république, qui devez gérer ces procureurs avant qu’il ne soit trop tard. dès que le problème sera réglé, tous les investisseurs se sentiront plus en sécurité pour revenir au pays et le reste s’en suivra naturellement.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:19 PM)
    MACKY SALL N A PAS PRIS LA BONNE DÉCISION CONCERNANT SUNEOR



    LE CONTRIBUABLE SÉNÉGALAIS VA DEVOIR PAYER LES 74 MILLIARDS DE PERTES

    Y A T IL UN DEAL DU FONCIER DE SUNEOR AU PORT QUE MACKY SALL VOUDRAIT CÉDER. A QUI ?



    MACKY SALL N A PAS PRIS LA BONNE DÉCISION CONCERNANT SUNEOR



    LE CONTRIBUABLE SÉNÉGALAIS VA DEVOIR PAYER LES 74 MILLIARDS DE PERTES

    Y A T IL UN DEAL DU FONCIER DE SUNEOR AU PORT QUE MACKY SALL VOUDRAIT CÉDER. A QUI ?



    MACKY SALL N A PAS PRIS LA BONNE DÉCISION CONCERNANT SUNEOR



    LE CONTRIBUABLE SÉNÉGALAIS VA DEVOIR PAYER LES 74 MILLIARDS DE PERTES

    Y A T IL UN DEAL DU FONCIER DE SUNEOR AU PORT QUE MACKY SALL VOUDRAIT CÉDER. A QUI ?



    MACKY SALL N A PAS PRIS LA BONNE DÉCISION CONCERNANT SUNEOR



    LE CONTRIBUABLE SÉNÉGALAIS VA DEVOIR PAYER LES 74 MILLIARDS DE PERTES

    Y A T IL UN DEAL DU FONCIER DE SUNEOR AU PORT QUE MACKY SALL VOUDRAIT CÉDER. A QUI ?



    SÉNÉGAL RÉVEILLEZ VOUS AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (17:42 PM)
    commencez a remplacer votre arachide qui ne vaut rien et qui ruine les senegalais depuis 100 ans !!!

    produisez les noix de cajou , la commercialisation est tres rentable ; les indous se battent à mort pour acheter toute la production mondiale ; ils sont 2 milliards a bouffer chaque jour le darkassé ; qu'est -ce qu'ils en ont a foutre des arachides ??????
    • Auteur

      Diagne Mto

      En Novembre, 2015 (18:59 PM)
      toi ne nous fatigues pas avec tes commentaires.
      si notre arachides ne valait rien, on n´allait plus le vendre.
      le sénégal fait parti des 10 plus grands pays producteurs d´arachides au monde. même l´inde produit plus d´arachides que notre pays.
      en plus nous n´allons pas produire des pommes/ noix de cajou simplement parce que la demande indienne est grande.???? c´est quel raisonnement?
      avec l´arachide on peut avoir plus de 5 produits et les coques peuvent produire du courant électrique. ce qu´il nous faut c´est la diversification de notre agriculture....
      god bless senegambia
      diagne meteo
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (06:52 AM)
    Feen rek, l'etat donne 300.000 tonnes d'arachides tous les ans.

    Bayi leen been way, te ligueye mo guene slogan yi.
    Auteur

    Observateur Vigilant

    En Novembre, 2015 (15:25 PM)
    C'est hallucinant les Milliards qui circulent dans l'économie de l'arachide : SUNEOR dit 300 000 Tonnes soit 65 Milliards ...... L'alliance BEYKAT/COPEOL dit entre 100 000 Tonnes et 200 000 Tonnes soit entre 25 Milliards et 50 Milliards ..... Les Chinois attendent eux aussi avec leurs caisses de Milliards ...... Tout cela, sous la direction du Président May SALL assisté de son 1er Ministre Mohamed DIONNE et du Ministre de l'économie Amadou BA qui gèrent eux-même ce dossier. On comprend pourquoi l'arachide suscite une guerre économique de haut niveau. Avec la FRANCE comme arbitre du jeu. Il paraît que même le Président François HOLLANDE est impliqué dans les discussions. Voilà pourquoi il n'y a dans cette affaire que des Francs-maçons de gros calibre. Tous des hommes d'influence et de réseaux : Maky Sall, Francois Hollande, Xavier Beulin, Mohamed Dionne, Mamadou Cissokho, Kibily Toure, Amadou Ba, Abass Jaber, Karim et Abdoulaye Wade ..... etc. Nous leur demandons juste de ne pas oublier les pauvres paysans qui ne comptent que sur leurs maigres revenus tirés de l'arachide.   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email