Lundi 15 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

CANDIDATURE UNIQUE OU CANDIDATURES LIMITEES A LA PRESIDENTIELLE DE 2012 ? : Vers l'échec du projet de Bennoo

Single Post
CANDIDATURE UNIQUE OU CANDIDATURES LIMITEES A LA PRESIDENTIELLE DE 2012 ? : Vers l'échec du projet de Bennoo
Vers un record de participation du côté de l'opposition et de la société civile

 
La présidentielle de 2012 risque d'être la plus disputée de toute l'histoire politique du Sénégal, avec une floraison de candidatures, comme ce fut le cas lors de la précédente de 2007. L'opposition et la société civile ont fini d'annoncer la couleur. 
 
À moins d'un an de la présidentielle de 2012, les candidatures ou les intentions de candidature font florès au sein de l'opposition et de la société civile. Si chez cette dernière, les candidatures étaient attendues, au sein de l’opposition l’enterrement de la candidature unique - en attendant de le rendre officiel - a libéré les initiatives qui étaient en sourdine. Macky Sall n’a jamais fait mystère de sa candidature et était même contre le principe de la candidature unique au sein de Bennoo. Jugeant impossible la candidature unique, Macky Sall penchait pour une candidature multiple avec un report de voix au second tour. 
Chez les socialistes, il faut noter que même si le Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng continue de clamer qu’il est pour une candidature unique au sein de Bennoo et qu’il faut vider selon les étapes retenues, le processus en cours, pour trouver une solution au problème de la candidature, ses collaborateurs et souteneurs sont dans une logique de la candidature socialiste à la présidentielle de 2012. Au sein du Ps, des voix s’étaient élevées comme Barthélémy Dias du Mouvement des jeunesses pour faire de Tanor Dieng «le candidat naturel du Ps» à la présidentielle, soulevant l’ire de certains caciques qui ont entamé le débat. Dans Bennoo également, les souteneurs du patron des socialistes lui taillent les habits de celui qui doit jouter contre le président Wade (dont la candidature fait polémique tant son irrecevabilité, à la lumière de la Constitution est unanimement partagée par l’essentiel des constitutionnalistes sénégalais, mais aussi certains de leurs homologues étrangers). 
 
Cette multiplication des soutiens à la candidature a même créé une guerre larvée au niveau de l’opposition où les inconditionnels de Moustapha Niasse le voient comme le porte-étendard de l’opposition face à Wade. Dans son parti également, l’Alliance des forces de progrès (Afp), on s’active beaucoup pour sa candidature à la présidentielle. Le Mounfep (Mouvement national des femmes du progrès) a même clairement investi Niasse. Que dire de Talla Sylla ? Le leader du Jëf-jël a démissionné de la présidence de son parti pour briguer l’investiture du congrès prévu les 26 et 27 février 2011 afin de participer à la présidentielle de 2012. Landing Savané d’Aj/Pads est également investi par le bureau politique de son parti (voir en page 4). 
 
En dehors de ces candidatures presque inéluctables, celles de Mamadou Lamine Diallo de Tekki, Robert Sagna que beaucoup de fédérations de son parti (Rds/Tds) ont investi, sont de plus en plus agitées. 
 
La société civile n'est pas en reste, dans la mesure où certains animateurs de mouvements citoyens comme le professeur Amsatou Sow Sidibé (Car Leneen) et l'ancien chef de la diplomatie sénégalaise, Cheikh Tidiane Gadio (Luy jot jotna), ont fini d'afficher leurs ambitions pour la prochaine présidentielle. 
 
Pourquoi cette floraison de candidatures ou d’intentions de candidatures à un an de la présidentielle ? Guère surpris de cette tournure, le journaliste et politologue Mame Less Camara pense que «si l'on interroge l'histoire du Sénégal, ça n'a absolument rien d'étonnant. C'est de la diversité que part cette partie de l'opposition pour trouver les moyens d'unification autour d'une échéance précise. C'est ce qui s'est passé en 2000». Et de rappeler : «Tous ceux qui se sont retrouvés au second tour autour de la candidature de Wade n'étaient pas en faveur de cette candidature ou en tout cas pour ce qui est du premier tour. C'est seulement au deuxième tour que l'échéance a été connue, les forces en lutte également connues. Ce qui a fortifié le Fal (Front pour l'Alternance) qui s'est construit autour de Wade». 
 
Il ne pense pas toutefois que ce foisonnement des candidatures fasse l'affaire de Me Wade. Le journaliste déclare : «Non. Moi, je pense qu'au fond, le problème du premier tour est plus arithmétique que dynamique. Pour arriver au deuxième tour, il faut que Bennoo uni ou selon ses différentes composantes arrive à faire 50%. C'est aussi simple. Ils font 50%, il y aura un deuxième tour, et c'est au deuxième tour maintenant que ce qui était une décompte arithmétique au premier tour va devenir véritablement une dynamique politique à construire». «C'est-à-dire que ceux qui n'étaient pas ensemble vont devoir, en vue de la victoire, trouver les moyens, non seulement de se mettre ensemble, mais de se mettre ensemble autour d'un programme suffisamment mobilisateur, pour que l'ensemble de leurs électeurs plus quelques autres puissent, encore une fois, retourner aux urnes et voter en leur faveur», explicite Mame Less Camara. 
 
«Bennoo n'a pas su capitaliser à 100% ce qu'il pouvait tirer de la réussite des Assises» 
Il faut en outre relever, car c’est très important, que Bennoo, de même que les organisations de la société civile, sont les principaux piliers des Assises nationales dont l’épine dorsale a été la Charte de bonne gouvernance démocratique signée par toutes les parties prenantes (sauf Macky Sall qui a paraphé tout en émettant des réserves) et qui laissait présager une équipe collégiale qui dirigerait le pays. D’où l’idée forte d’une candidature unique derrière une équipe dont les rôles sont définis. 
 
Cette inflation de candidatures au sein de Bennoo Siggil Senegaal et de la société civile serait-elle donc un échec des Assises nationales ? Mame Less Camara estime qu'«il faut dissocier un tant soit peu Bennoo Siggil Senegaal, en tant qu'organisation, coalition, ayant participé aux Assises nationales, et les Assises elles-mêmes qui se sont dépouillées bien au-delà du champ strictement politicien. Autrement dit, il y a eu des organisations syndicales, des organisations de commerçants et des organisations religieuses». À son avis, «les Assises nationales ont pu doper une opposition politique regroupée au sein du Front Siggil Senegaal, à l'époque, puis au sein de Bennoo Siggil Senegaal, lorsque la fusion s'est faite avec d'autres organisations politiques ; et ces Assises ont un peu sauvé cette opposition sans représentation parlementaire ou à très faible représentation parlementaire en leur offrant une tribune, un calendrier d'activité et des objectifs». Donc, indique-t-il, «de ce point de vue, on ne peut pas parler d'échec des Assises nationales. Mais, c'est Bennoo qui n'a pas su capitaliser à 100% ce qu'il pouvait tirer de la réussite des Assises nationales». 
 
ABDOUL AZIZ DIOP, POLITOLOGUE : «Le foisonnement de ces candidatures s'explique en partie par le refus des protagonistes de débattre de la charte des Assises»
Le politologue Abdoul Aziz Diop tient d'emblée à souligner que «les candidatures constituent une manifestation d'une certaine liberté des citoyens à jouer un rôle dans leur pays. Je suis de ceux qui s'opposent à toute limitation de candidatures, sur une base qui ne serait pas une base purement programmatique». Et d'ajouter : «On laisse entrevoir une demande par arrêté ministériel d'une caution pour être candidat qui avoisinerait 100 à 150 millions de F Cfa. Si cette tendance prospère, nous serions dans un suffrage censitaire. Ce qui est inacceptable au XXIe siècle». 
 
Après qu'il a émis cette réserve, M. Diop d'insister sur le fait qu'«entre 2000 et 2010, la société politique sénégalaise n'a produit qu'un seul texte politique majeur. Ce texte n'est rien d'autre que le texte issu des conclusions des Assises nationales : la Charte de bonne gouvernance démocratique pour un Sénégal nouveau». Et il se dit étonné de voir que ce texte, «d'une telle portée politique, que personne ne conteste», «soit le moins débattu et ne cristallise pas le maximum de candidatures autour de lui». 
 
Ce qui, selon lui, veut dire que «le foisonnement des candidatures au sein de l'opposition comme de la société civile s'explique en partie par le refus des protagonistes de débattre de ce texte majeur. Les Sénégalais candidats se refusent à se retrouver autour d'idéaux communs pour proposer aux Sénégalais une alternative crédible à dix ans de mal-gouvernance, perceptibles à travers les trois piliers du régime de Wade : l'argent facile pour ses clients, la violence faite aux journalistes et l'impunité». 
 
Le politologue explique en outre cette floraison de candidatures par le fait que, «face à la mal-gouvernance, très peu nombreuses ont été les voix qui se sont élevées, au prix du confort des porteurs de voix, pour fustiger cet état de fait qui est la principale caractéristique du régime de Wade». «Tous les acteurs, qu'ils soient de l'opposition ou de la société civile, ont une claire conscience de la mémoire de lutte au cours des dix dernières années. Le refus pour les acteurs de l'opposition comme de la société civile d'une prise en compte de cette mémoire de lutte explique également, de manière irréfutable, la floraison de ces candidatures», soutient-il. 
 
Me Wade va-t-il tirer profit de cette floraison de candidatures ? Pour Abdoul Aziz Diop, «une chose est sûre : s'il n'y a pas de lisibilité politique, programmatique, du fait de la floraison de ces candidatures, et que le Conseil constitutionnel entérine la candidature de Wade, l'opposition risque de se retrouver dans une situation qui ne lui soit pas favorable, en dépit du bilan catastrophique de Wade». 
 
Abdoul Aziz Diop ne veut point entendre parler d'échec en ce qui concerne les Assises nationales. «Les Assises n'ont pas échoué. La Charte de bonne gouvernance démocratique rencontre l'assentiment d'un très grand nombre de Sénégalais. Ce qui est un échec, c'est que les parties prenantes des Assises ne se soient pas retrouvées autour de ce texte majeur pour constituer une alternative crédible». 
En guise de conclusion, M. Diop affirme que «l'année 2012 s'annonce houleuse, mais risque d'accoucher d'une souris, du fait de l'incapacité des Sénégalais qui partagent les mêmes idéaux de se regrouper pour changer le Sénégal dans le bon sens». 
 
PAPE SAMBA KANE, ANALYSTE POLITIQUE : «La pluralité des candidatures n'a rien à voir avec les Assises nationales»
Analysant la pluralité des candidatures au sein de l'opposition dite significative, Pape Samba Kane, analyste politique, par ailleurs éditeur du «Populaire», indique : «Si la pluralité des candidatures procède d'un échec de l'installation d'une candidature unique, on est en quelque sorte en face de ce qu'on pourrait appeler une débâcle. De la même manière, si cela procède d'un échec du projet de la pluralité des candidatures, appelé candidatures maîtrisées, on peut considérer cela comme une débâcle au sein de Bennoo Siggil Senegaal». 
 
Mais, selon l'analyste politique si on s’inscrit dans la logique selon laquelle une multiplicité des candidatures fait l’affaire de Wade, on va vers directement vers cette situation-là car «n’importe quel Sénégalais qui remplit les conditions, peut se présenter». À l'en croire, «une candidature maîtrisée paraît être la meilleure option» en direction de la présidentielle de 2012 contre Me Wade. 
 
Dans la même mouvance, Pape Samba Kane estime que ce foisonnement des candidatures n'est pas un échec des Assises nationales. «La pluralité des candidatures n'a rien à voir avec les Assises nationales qui ne se sont pas mêlées de désigner un candidat ou de dire quel type de candidat est bon. La problématique de la candidature n'est pas une recommandation des Assises nationales. Ça c’est une affaire de Benno qui est un membre actif sinon l’inspirateur des Assises». Ce qui importe, selon le politologue, «c'est que, quel que soit le candidat, qu'il puisse appliquer la Charte de bonne gouvernance issue des Assises nationales». Mais prévient-il, «si les gens des Assises nationales présentent la multiplicité des candidatures comme un échec de leur projet, cela peut être mal vu par les électeurs à qui ils vont renvoyer une image - certes fausse -, de gens qui ne parviennent pas à s’entendre». 


9 Commentaires

  1. Auteur

    Smokey

    En Février, 2011 (17:56 PM)
     :-D  :-D  :-D  :-D  donc bennoo devient reroo :-D  :-D  :-D 
    Top Banner
  2. Auteur

    Hypocrisie

    En Février, 2011 (17:57 PM)
    plus hypocrite que les gens de benno tu meurs,pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
    {comment_ads}
    Auteur

    Khet

    En Février, 2011 (17:57 PM)
    Wade est mauvais mais ces gens là sont pires!!

    Certains étaient là pdt 40 ans et d'autres étaient dans le régime actuel jusqu'à ce que Wade les fout dehors!!

    On aura du mal à choisir le bon candidat pour 2012!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Sonikra

    En Février, 2011 (18:05 PM)
    vive macky sall presidant
    {comment_ads}
    Auteur

    Mor

    En Février, 2011 (18:05 PM)
    il faut elire un nouveau inconnu de l'echiquier politique comme president au senegal

    pas de maky, idy, tanor, je prefere talla , bamba dieye, mamadou lamine diallo de loin que les autres

    ou un nouveau je le repete
    Top Banner
    Auteur

    Ouz

    En Février, 2011 (18:52 PM)
    LANDING PRESIDENT HONNETETE et RIGUEUR
    {comment_ads}
    Auteur

    Yirim Mbangik

    En Février, 2011 (19:47 PM)
    bayiko rekk la ley diggal boula ledialee boolekook diekaream kon dinala bayi  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">  
    {comment_ads}
    Auteur

    Sadio

    En Février, 2011 (14:34 PM)
    moi personnellement je sais pas pourqoi benno vont faire candidat uneque en election deux tours
    {comment_ads}
    Auteur

    Folle09

    En Février, 2011 (10:27 AM)
    il st ts pareil wa benno vieu kme wade opportuniste kme wade et famile donné la chance aux jeunes kme khalafa sall ou bamba diéye et si sa passe pa eux osi il dégage et un autre ba kou tané touti di gnew
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email