Dimanche 01 Août, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Mbaye Ndiaye rejette le référendum : «C’est coûteux et ça n’a pas de sens»

Single Post
Mbaye Ndiaye rejette le référendum : «C’est coûteux et ça n’a pas de sens»

L’ancien ministre Mbaye Ndiaye, directeur des structures de l’Alliance pour la République (Apr) s’est prononcé sur le mandat présidentiel que le chef de l’Etat compte soumettre à l’appréciation populaire, lors d’un référendum en 2016. Mais il semble que cette voie soit de moins en moins envisagée, à en juger par la réaction de l’ancien ministre, invité du 20 heures de Tfm.

«Une loi constitutionnelle ne peut pas être rétroactive», tient-il à préciser, rejetant d’emblée la possibilité, pour le chef de l’Etat, de faire un mandat de 5 ans, ce qui selon lui, est impossible du point de vue du droit. «On ne peut pas personnaliser la loi et l’adapter au président Macky Sall. C’est impossible juridiquement», tranche-t-il.

Mbaye Ndiaye de dire sa préférence pour la voie parlementaire, pour apporter une modification de l’aliéna 2, article 27 de la constitution. Ce qui, malgré tout, ne règle pas la question, du fait de la non-rétroactivité de la loi. «L’Assemblée et le référendum posent le problème de la rétroactivité de la loi (...). S’il passe ou par le référendum ou par l’assemblée, le problème commence à être réel» (…). « Le président n’est pas frappé d’incapacité», dit-il, réfutant la démission suggérée par certains spécialistes du droit.

Rejetant l’option du chef de l’Etat d’aller au référendum, «Je ne  pense pas qu’il y ait un Sénégalais conscient, qui souhaite qu’il y ait un référendum, c’est coûteux et ça n’a pas de sens. C’est pour gagner quoi ? Dépenser 9 milliards et plus pour aboutir à quelle solution ?», s’interroge le ministre-conseiller du président.

«Cet engagement de respecter et de faire respecter la constitution est beaucoup plus fort. Sur la faisabilité, sur le plan juridique, il n’y a pas de possibilité» de réduire le mandat.

Ainsi, pour mettre tout le monde à l’aise, conclut l’ancien ministre, «le président devrait saisir le gardien de la constitutionnalité des lois, le Conseil constitutionnel, qui aura un président d’ici les prochaines élections», a-t-il informé.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email