Lundi 23 Novembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Education

L'université du Sine-Saloum appelée à profiter de son émiettement (gouverneur)

Single Post
L'université du Sine-Saloum appelée à profiter de son émiettement (gouverneur)

L'université du Sine-Saloum dont les infrastructures pédagogiques et sociales seront éclatées entre les quatre régions du centre du pays ne devrait pas pâtir de cet émiettement qui constitue plutôt "un atout majeur" pour le décollage économique des zones concernées, a estimé le gouverneur de la région de Kaolack, Amadou Sy.

"C'est une université qui est partagée entre les régions de Kaolack, Fatick, Diourbel et Kaffrine. Mais cet émiettement ne pose pas de problème. Les campus pédagogiques et sociaux seront éclatés, toutefois, c'est loin d'être un handicap", a-t-il déclaré lors d'une rencontre d'échanges avec une délégation de l'APS sur les perspectives de développement de la région de Kaolack.

"Nous vivons dans un monde où ce n'est pas forcément l'université qui doit aller vers les gens, mais c'est le contraire qui doit s'opérer", a expliqué Amadou Sy, ancien secrétaire général de l'université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis. Selon lui les structures de recherches qui caractérisent l’université sont appelées à s'autonomiser de plus en plus.

"L'éclatement des structures d'enseignement et de recherches ne pose jamais de problème à l'échelle des universités. Elles ont toujours une autonomie et un cadre de coordination des différentes actions", a-t-il affirmé.

Dans une discussion axée sur les enjeux de développement de l'intérieur du pays, le gouverneur de Kaolack a annoncé que tous les départements des quatre régions de l'université du Sine-Saloum disposeront de deux instituts.

"C'est une volonté du président de la République de faire le maillage du Sénégal avec l'instauration de structures de formation universitaire dans tous les départements du pays", a-t-il renseigné. 

"Tout le monde ne peut pas arriver jusqu'au doctorat. Il faut donner une chance à ceux qui arrêtent leur cursus de pouvoir continuer avec une formation où qu'ils se trouvent", a plaidé Amadou Sy.

Selon lui, les métiers intermédiaires qui seront pris en charge par ces instituts de formation vont absorber tous ceux qui évoluent dans le secteur informel pour mieux tirer la croissance.



3 Commentaires

  1. Auteur

    Xeme

    En Septembre, 2013 (12:03 PM)
    La seule question qui vaille: pourquoi le projet qui portait le nom "Université de Kaolack" a changé avec Macky pour devenir "Université du Sine Saloum".
  2. Auteur

    @xeme

    En Septembre, 2013 (12:21 PM)
    Peut importe le nom du projet, pourvu qu'il soit viable. Je reste plutôt préoccupé par l'aspect multiu-site de la future université car l'université de Bambey qui fut la première à adopter ce mode de fonctionnement souffre considérablement de cet handicap. L'une des pistes pour atténuer les effets néfastes d'une telle structuration serait par exemple l'utilisation massive des NTIC mais pour cela, il faudrait bien sûr que ces sites disposent du minimum en termes d'infrastructures afin que les étudiants puissent par exemple suivre des cours en visioconférence.
    • Auteur

      Boy Guéwelou Ferlo

      En Septembre, 2013 (14:32 PM)
      pourtant l'éclatement des sites est une merveilleuse idée. il faut juste y mettre le prix. l'université de bambey n'en souffre pas tant que ça.
    Auteur

    Xeme

    En Septembre, 2013 (13:29 PM)
    Dire que le nom n'a pas d'importance, c'est ignorer la stratégie de Macky pour intégrer Fatick dans un projet qu'il a trouvé ficelé pour Kaolack.
    • Auteur

      Faye

      En Septembre, 2013 (17:58 PM)
      tout à fait la seule volonté cachée de macky est de détourner ce projet pour sa pauvre ville natale. pourquoi associer la région de diourbel qui compte déjà un université qui connais beaucoup de problèmes actuellement au moment où le sine-saloum compte infiniment de terres pour recevoir cette infrastructure. de gossas à la frontière gambienne de koungheul à ndiosmone on trouve partout de l'espace. la seule ville de kaolack compte 7 grands lycées publics et 2 privés sans compter les loclités pilotes: kahone, guinguinéo, gandiaye, koutal, passi, nioro et autres.
      mais depuis l'arrivée de ce régime personne ne sait à quel jeu jouent nos autorités. si nos autorité locales restent inactives devant macky ce projet sera transférer à fatick et diourbel, ce qui sera une catastrophe.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email