Jeudi 12 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Justice

Affaire Karim Wade: le Comité des droits de l’homme disculpe Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck

Single Post
Affaire Karim Wade: le Comité des droits de l’homme disculpe Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck

Rebelote dans l’affaire du cinquième rapport sur le Sénégal du Comité des droits de l’homme. Malgré le démenti du ministère des Affaires étrangères suivi du limogeage des magistrats Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck, respectivement directeur des droits humains et directeur de cabinet du secrétaire d’État chargé de la promotion des droits humains et de la bonne gouvernance, le Comité a dénoncé «la violation par l’Etat du Sénégal des droits de Karim Wade et la déchéance de ses droits civils et politiques».

 Dans le document, le Comité a apprécié l’occasion qui lui a été donnée d’engager un dialogue constructif avec la délégation de l’Etat partie sur les mesures prises par celui-ci pour donner effet aux dispositions du Pacte. Le Comité se réfère en particulier aux réactions de l’Etat partie suite aux constatations du Comité du 23 octobre 2018 dans la communication No. 2783/2016 relative à l’affaire Karim Meissa Wade, dans laquelle le Comité a conclu à la violation par l’Etat partie de l’article 14, paragraphe 5 du Pacte. «Le Comité est préoccupé par le fait que la décision du Conseil constitutionnel intervenue le 20 janvier 2019, n’ait pas tenu compte des constatations et a invalidé la candidature de celui-ci au motif qu’il avait été condamné (art. 2)», mentionne le document. Sous ce rapport, il trouve que l’Etat du Sénégal devrait garantir, en pratique, la primauté du Pacte sur le droit national, ainsi qu’un recours utile aux justiciables en cas de violation du Pacte; sensibiliser les juges, les avocats et les procureurs aux dispositions du Pacte, de sorte que celles-ci soient invoquées devant les tribunaux nationaux et prises en compte par leurs décisions; veiller à la bonne exécution des constatations adoptées par le Comité.

 Le Comité dit d’ailleurs être préoccupé par la décision du Conseil Constitutionnel du 20 janvier 2019 invalidant la candidature des deux principaux opposants politiques sans qu’une limite temporelle à la déchéance de leur droit d’être éligible ait été prévue. Le Comité estime que l’Etat partie devrait prendre les mesures nécessaires pour mettre sa législation en conformité avec le pacte et clairement définir les catégories de condamnés se voyant privés de l’exercice de leurs droits civils et politiques et la durée de la suspension de ces droits. 

Article_similaires

6 Commentaires

  1. Auteur

    Le Diola

    En Novembre, 2019 (21:24 PM)
    Ve n'est pas le comité qui nomme les fonctionnaires au Sénégal. Si le président à qui les citoyens ont confié la gestion du pays n'a pas de satisfaction pour les fonctionnaires, il les remplace..En outre le comité des froits de l'homme doit s'occuper de Sarkozy et de Bush, c'est plus important. Karim, mettra les peids au pays quand il s’acquittera des 138 milliards....Même si on dissout aujourd'hui le Crei, Karim subira ce jugement....
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (22:36 PM)
      tu parles en l’air, tu n’as strictement aucune autorité, personne ne te consulte pour prendre les décisions donc togal nga setaane !
    • Auteur

      Soigneur De Fous

      En Novembre, 2019 (15:25 PM)
      et tu penses que ce comité a autorité pour changer les lois au sénégal, vas dire cela aux français et aux américains qui ont déclaré sans ambage que le comité des nations doit se limiter à faire des recommandations tel qu'il est prévu dans ses textes fondateurs. c'est du français, même si en bon karimiste tu souhaiterais le contraire. le comité des droits de l'homme n'est pas une juridiction supranationale.
    • Auteur

      Soigneur De Fous

      En Novembre, 2019 (15:25 PM)
      et tu penses que ce comité a autorité pour changer les lois au sénégal, vas dire cela aux français et aux américains qui ont déclaré sans ambage que le comité des nations doit se limiter à faire des recommandations tel qu'il est prévu dans ses textes fondateurs. c'est du français, même si en bon karimiste tu souhaiterais le contraire. le comité des droits de l'homme n'est pas une juridiction supranationale.
  2. Auteur

    En Novembre, 2019 (22:46 PM)
    138 milliards...138 milliards...138 milliards...138 milliards...
    Auteur

    En Novembre, 2019 (03:00 AM)
    Nonsens ce gars est out il n existe qu à Seneweb avec son lobbying ( l argent)
    Auteur

    En Novembre, 2019 (10:03 AM)
    On en a marre de parler toujours de Karim Wade. Vous avez tous la memoire courte et oublie quil a vole des millions des caisses de l'Etat !!
    Auteur

    En Novembre, 2019 (11:00 AM)
    Karim doit avoir des couilles et revenir se battre. Il a l premier parti d'opposition et le soutien de l'ONU.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (15:14 PM)
    Un président de la République qui ne parle aucune de nos langues nationales ne peut aimer ce peuple, ce n'est pas possible ! Mon fils né en En France, y ayant passé toute sa vie jusqu'à ses 30 ans ne peut se donner à fond pour ce pays, quand bien même, il passerait une partie de cette vie à Dakar. Karim Wade ne parle le Wolof aussi bien que nos frères Guinéens arrivée a Dakar il y a trois ans. J'ai en été convaincue il y a deux mois à 100% et j'ai cessé d'être Karimiste !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email