Mardi 22 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Pourquoi des activistes veulent réviser le code de la famille au Sénégal ?

Single Post
AFP Légende image, Images d'illustration
Des activistes et universitaires appellent à la révision du code de la famille au Sénégal. Il semble exister une unanimité sur la nécessité de réformer le code de la famille. Mais conservateurs et progressistes ne s'entendent pas sur comment réformer ni sur quoi réformer.

Voici quelques articles jugés discriminatoires et injustes par beaucoup de défenseurs des droits des femmes.

Selon le présent code de la famille au Sénégal, seul un homme peut être reconnu comme chef de famille, décidant de quasiment tout. De l'endroit où vit la famille, à comment ou quand établir des documents administratifs à ses enfants, l'homme est le chef suprême de la famille. Il a aussi le choix de ne pas reconnaitre ses enfants, et la recherche de paternité est interdite. Et la femme qui a cotisé toute sa vie pour une retraite si elle décède, rien n'est reversé à sa famille, époux ou enfants mineurs.

Une pétition dénonçant ces disposition du code de 1972 comme une atteinte "discriminative contre les droits des femmes" réunit plus de 5000 signatures en ligne.

"Dans l'intérêt de préserver les droits de la Femme et de l'Enfant, cette pétition s'érige pour réclamer la révision du code de la famille concernant certains articles que nous considérons comme une atteinte discriminative basée sur le genre en défaveur de la femme", indique l'activiste des droits des femmes Bineta Ndiaye, l'initiatrice de la pétition.

Depuis plusieurs années, des militantes pour la défense des droits des femmes s'insurgent contre ce texte adopté en 1972 mais en vigueur depuis janvier 1973. Ces militants soulignent ce qu'elles considèrent comme son caractère dépassé et injuste pour les femmes. En effet, les articles relatifs à la recherche de paternité et au droit parentaux sont vivement critiqués car ils semblent faire la part belle aux hommes.

Le combat de l'Association des femmes juristes sénégalaises (AJS)

Dans le combat pour la révision du code de la famille, l'Association des femmes juristes sénégalaises joue un rôle de premier plan. L'association a siégé au ministère de la Justice dans la commission de révision des textes discriminatoires à l'égard de la femme et de l'enfant. Cette commission a passé en revue pratiquement tous les textes et particulièrement le code de la famille.

"Depuis plusieurs années l'AJS fait de la sensibilisation et du lobbying auprès des autorités et des populations pour la révision de certaines dispositions du code de la famille telles que le relèvement de l'âge du mariage de 16 à 18 ans pour être conforme au protocole additionnel de Maputo signé et ratifié par le Sénégal; mais également pour respecter les prescriptions scientifiques médicales sur l'âge normal du mariage", déclare à la BBC Aby Diallo, commissaire de police à la retraite et présidente de l'AJS.

L'association propose de réviser le Code de la famille en faisant des amendements aux dispositions jugées discriminatoires.

Mais cette volonté réformiste des féministes ne passera pas comme lettre à la poste. Les conservateurs religieux, principalement des musulmans ne voient pas les choses de la même façon.

"Le code de la famille est un code consensuel adopté après d'âpres discussions et de négociations entre l'État et les autorités religieuses et coutumières. Sa révision imposera la même procédure. Ensuite, malgré l'évolution de la société, l'influence de la religion est forte et il faudra forcément en tenir compte", relève Aby Diallo.

Le point de vue des religieux musulmans

Le Sénégal est un pays composé de près de 95% de musulmans. Dans les années 1970, des chefs religieux musulmans s'étaient impliqués dans l'élaboration du code de la famille, selon plusieurs sources. Quand le président Senghor a souhaité adopté un code de la famille différent de celui hérité de la colonisation, un regroupement de spécialistes du droit islamique a fait un plaidoyer pour l'adoption d'un code s'inspirant de la religion. Senghor n'approuvera pas cette démarche en raison du caractère laïc de l'État.

Amadou Makhtar Kanté, imam de la mosquée du Point E, révèle que le Conseil supérieur islamique, regroupant toutes les obédiences religieuses du Sénégal, s'était opposé au projet présenté par Senghor en 1972.

Les conservateurs religieux musulmans souhaitent une adéquation entre l'obédience religieuse et le code de la famille. Le prédicateur islamique appelle à des concertations nationales sur la question.

"Nous avons besoin de revoir le code de la famille de fond en comble car il y a des évolutions à prendre en compte. Il y a des considérations en prendre en comptes et de la cohérence à avoir entre les différents textes et leur lien avec le code de la famille. Il y a l'approche genre le féminisme mais aussi la position des religieux musulmans sur la question. Mais rien ne devra se faire sans tenir compte de l'islam sur ces questions sociétales majeures : notion de couple, santé de la reproduction, viol conjugal, PMA, avortement, autorité parentale... Il faudra des consultations inclusives", préconise le spécialiste des questions religieuses", déclare l'imam Kanté dans un entretien avec la BBC.

Par exemple, sur la succession, les conservateurs religieux aimeraient appliquer ce que dit la loi islamique quand le défunt est de confession musulmane. A leurs yeux, la religion de l'individu devrait être déterminante dans la gestion des affaires sociétales.

En 1996, le Comité islamique pour la réforme du code de la famille sénégalais (CIRCOFS) est mis en place par plusieurs associations islamiques. Il engage la rédaction d'un projet de Code du statut personnel. L'ancien député et imam, Mbaye Niang, est membre de ce collectif.

"La décision est prise de confectionner un code. On est allé voir toutes les familles religieuses, pour leur parler de notre projet, qui s'inspire du code qu'avaient proposé les guides religieux à Senghor en 1971. On est allé voir tous les marabouts et ça s'est très bien passé", rappelle M. Niang.

Ce collectif souhaite une adéquation du droit à l'obédience religieuse de chacun, en en faisant un impératif théologique mais également démocratique. Ce qui voudrait dire qu'il y aura de multiples codes s'inspirant des différentes religions présentes au Sénégal.

En 2003, la réforme du CIRCOFS est présentée au président de l'époque, Abdoulaye Wade sur l'initiative du comité. Mais il ne l'approuve pas et ne donnera pas suite à leur requête de réforme.

Quelles sont les perspectives de la révision en 2020 ?

La BBC a pris contact avec plusieurs députés qui ont révélé que la réforme majeure du code de la famille est une question difficile. Et, il est quasiment impossible de trouver un terrain d'entente entre religieux musulmans et progressistes sur la question.

L'un d'entre eux rappelle qu'en 2016 un amendement à ce code permet désormais aux femmes sénégalaises de transmettre leur nationalité à leurs époux et enfants. Il considère que c'est un très grand pas qui peut mener à d'autres amendements majeurs. Mais il est prudent quant à la volonté du gouvernement d'engager des réformes en profondeurs de ce code de la famille adopté il y a 48 ans.

Interdiction de la recherche de paternité

De tous les articles controversés du code de la famille celui sur l'interdiction de la recherche de paternité est le plus critiqué.

La loi dit que l'établissement de la filiation paternelle est interdit à tout enfant qui n'est pas présumé issu du mariage de sa mère ou n'a pas été volontairement reconnu par son père, exception faite dans le cas où le prétendu père a procédé ou fait procéder à son baptême ou lui a donné un prénom.

Pour nombres d'observateurs et d'activistes, cet article encourage la fuite de responsabilité.

Le professeur de Droit, Isaac Yankhoba Ndiaye trouve "inadmissible que dans un pays comme le Sénégal, on refuse à un enfant de rechercher son père. Pire, il n'y a aucune possibilité judiciaire".

"Si le père décide de ne pas reconnaître son enfant, aucun rapprochement paternel ne sera fait. La loi l'interdit", explique l'ancien doyen de la Faculté de Droit au quotidien national sénégalais Le Soleil.

À ses yeux, une mise à jour du Code de la famille qui date de 1973 est nécessaire.

"Entre temps, la science a évolué et permet de déterminer avec précision la filiation paternelle. L'enfant naturel perd tous ses droits au Sénégal dans la mesure où il ne succède à personne. C'est un paradoxe dans la mesure où le Sénégal a ratifié toutes les conventions relatives à l'enfant interdisant toutes formes de discrimination", ajoute le juriste.

Autorisation parentale

Beaucoup de femmes abandonnées ou en instance de divorce buttent souvent sur l'autorisation parentale quand elles souhaitent faire un passeport à leurs enfants ou simplement voyager avec eux.

Selon l'article 277 du code de la famille sénégalais, durant le mariage, l'autorité parentale est exercée par le père en qualité de chef de famille.

En conséquence, l'autorisation parentale doit être signée par ce dernier. Toutefois, la mère peut signer l'autorisation parentale, sur présentation de preuves de transfert de l'autorité parentale, par exemple une condamnation du père pour abandon de famille.

"La femme ne peut faire aucune démarche pour ses enfants sans l'autorisation parentale signée par le père. Beaucoup de femmes abandonnées par le père de leurs enfants se retrouvent souvent dans des situations dramatiques pour faire voyager leurs enfants, leur faire faire des papiers d'identité", dénonce Jaly Badiane, militante du droit des femmes, dans un entretien avec la BBC.

Homme politique et ancien député et président du groupe parlementaire de la majorité, Moustapha Diakhaté milite pour une révision complète du code de la famille.

Il déclare que le Code de la famille viole la Constitution.

"La loi qui régit la famille au Sénégal est en porte-à-faux avec la Constitution, notamment sur le principe de l'égalité des citoyens devant la loi. En ne reconnaissant pour les enfants que l'autorité du père, le Code de la famille introduit une inégalité de droit entre citoyens", dénonce-t-il.

liiiiiiiaffaire_de_malade

28 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 1 semaine (10:06 AM)
    Il faut absolument revoir ce code qui est dépassé, c'est une nécessité. Nous sommes en 2020.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (10:08 AM)
      des activistes ? non! ce ne sont que des mal baisées, frustrées et impies, qui croient tout connaître alors qu'elles ne sont rien! dem lén seuyi té diamou sen dieukeur yii.
    • Auteur

      Kévin

      il y a 1 semaine (12:42 PM)
      je suggère à ces activistes de faire preuve de stratégie et de magnanimité. il faut séparer les questions financières (pension pour les enfants et le mari en cas de décès) et les questions religieuses. la réforme doit être progressive pour passer facilement
    • Auteur

      Citoyen Sénégalais Lamda

      il y a 5 jours (10:19 AM)
      les femmes ne doivent pas être prêtes à offrir leur vulve aussi facilement que le font les chèvres. si elles attendent d'être mariées pour donner leur intimité, elles gagnent du respect et la recherche de paternité ne va pas se poser.
    • Auteur

      Citoyen Sénégalais Lamda

      il y a 5 jours (10:20 AM)
      les femmes ne doivent pas être prêtes à offrir leur vulve aussi facilement que le font les chèvres. si elles attendent d'être mariées pour donner leur intimité, elles gagnent du respect et la recherche de paternité ne va pas se poser.
    • Auteur

      Citoyen Sénégalais Lamda

      il y a 5 jours (10:20 AM)
      les femmes ne doivent pas être prêtes à offrir leur vulve aussi facilement que le font les chèvres. si elles attendent d'être mariées pour donner leur intimité, elles gagnent du respect et la recherche de paternité ne va pas se poser.
  2. Auteur

    il y a 1 semaine (10:06 AM)
    Bataille entre ceux qui veulent fermer les livres sacrés et ceux qui veulent vivre leur religion.

    MAPUTO l’on nous chante son traité conçu par des franc maçons, des athées et autres complexés de leur religion. Chacun rendra compte et SEUL SANS L’aide e’ONG ou je ne sais quoi
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (10:21 AM)
      bof

      il n' y a aucune bataille pour le moment. il faut surtout que la reforme se fasse avec intelligence.

      assurons nous de mettre en place une comission avec des hommes et femmes dignes de confiances et qui font l'unanimite. il n' ya pas de probleme de texte. la religion laisse souvent la marge de maneouvre. cherchons ceux qui sont dignes de nous ecrire un code qui nous ressemble. voila le defi
    Auteur

    Guelewaar

    il y a 1 semaine (10:16 AM)
    Si jamais les senegalais font l’erreur de capituler face a la demande des féministes les hommes le regretteront a vie
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (10:29 AM)
      ce n'est pas aussi simple. il faut lire pour comprendre que certains combats ne sont pas feminisme

      1- si tu n'as que ta mere, si elle travaille 30 ans et cotise pour la retraite, tu n'a droit a rien si elle decede. est ce normal? ceci est un probleme pour les orphelins de cette nation
      2- si tu es orphelin de pere, la mere souffre pour t'inscrire a lecole,. si tu es mineur, la mere souffre pour te faire sortir du senegal ( pour x ou y raison). encore une fois, n'importe quel enfant peut etre victime de cette limitation


      etc... bien lire l'article et porter ce combat en tant que senegalais. feminisme ou pas, nous hommes devons nous assurer que les lois prennent en compte les difficultes de nos progenitures. la religion ne nous dit pas d'empecher les orphelins de voyager ou de s'inscrire a l'ecole alors ne soyons pas borne par un debat d'ego.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (14:51 PM)
      waw key! linga moudia wakh moy wakh bi niou wara xam. fi beneu religion téré woufi khalé mou andak yayam touki wala xalé mou sét kouy baayam, wala, wala, wala...
      li niou wara bayi moy nékk fi di créer ay mbir you amoul di saupe. texte yi lepp louniou fi wakh amna exception!
    Auteur

    Dd

    il y a 1 semaine (10:23 AM)
    "La décision est prise de confectionner un code. On est allé voir toutes les familles religieuses, pour leur parler de notre projet, qui s'inspire du code qu'avaient proposé les guides religieux à Senghor en 1971. On est allé voir tous les marabouts et ça s'est très bien passé", rappelle M. Niang. Nous sommes dans un pays laïque pas musulman. Si l'on doit revoir le code de la famille ça sera pour les femmes car c'est elles qui subissent les affres de cette lois.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (14:17 PM)
      elles ne savent même pas ce que contient ce code de la famille .
      ils faut leurs demander le contenu de code et vous verrez...
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (14:30 PM)
      ce sont des juristes, you idiot! elles sont sur le terrain et sont témoins des drames causés par ce code inégalitaire.
    Auteur

    il y a 1 semaine (10:45 AM)
    quelle ONG europeenne a encore financé "ces mercenaires" de type nouveau.



    Ah ces manequins: ils portent les habits du coutrurier du jour.



    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (11:01 AM)
      c'est ça la bonne question. depuis que les gens ont cessé de comprendre que l'homme et la femme sont complémentaires et qu'ils tirent leur différence de la volonté divine qui a créé des caractères physiques différents, le monde a commencé à perdre son équilibre. maintenant, à ce rythme c'est le genre lui-même qui va disparaître et on ne saura plus qui est home et qui est femme.
    Auteur

    G_

    il y a 1 semaine (10:51 AM)
    Allez voir au us et en Europe, pour voir les conséquences que ces changements des bases et fondements du domaine humain, de ces codes régissant cette vrai Code de Famille. Et en réalité, c'est une source de problème qui brise les Familles. Demandez aux mères célibataires, et vous aurez cette même affirmation.

    We already Have our own,

    That is Proudly inked on us.
    Auteur

    il y a 1 semaine (10:57 AM)
    Dans les familles normales et responsables le problème de chef de la famille ne se pose pas, c'est dans une minorité de familles bizarres que des femmes se disputent l'autorité avec l'homme. On ne peut pas se marier sur la base des règles islamiques qui sont très claires en la matière et vouloir les amender à la place de Dieu au risque d'instaurer un désordre social sans issue.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (14:56 PM)
      wakh deug yalla! niom daal li lene nekh ci diiné bi rek laniou dieul, lilene ci nekhoul niou ni moy lolou!
    Auteur

    il y a 1 semaine (10:58 AM)
    Lol, le Senegalais comprendra t'il vraiment ce qui est en jeu?
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (11:35 AM)
      pourquoi les hommes veulent-ils fixer l'age du mariage à 18 ans ? le mariage pour les sénégalais a pour principal objectif la procréation. or la procréation ne repose pas sur le seule volonté, mais avant tout sur la réunion de certaines conditions biologiques chez la femme et l'homme. donc ce n'est pas l'age qui fixe la maturité ou la majorité sexuelle mais la biologie humaine qui échappe totalement à l'homme et sous le contrôle exclusif de notre créateur.
      ces féministes, elles comprennent tellement cela qu'il ne combattent pas la sexualité précoce (avant 18 ans), mais le mariage ''précoce'' lequel n'est précoce que par leur solution arithmétique (10+8 ans) et non biologique.
      en parlant d’infanticide: entre le mariage précoce et la sexualité précoce, entre les deux qui cause le plus d'infanticides?
      j'attends les activistes.
    Auteur

    Nkhson

    il y a 1 semaine (11:00 AM)
    Il est vrai que le code de la famille au Sénégal semble assez obsolète sur certains points, qui n'intègrent pas justement la prise en compte des droits de la gente féminine. Face aux mutations sociales, qui affectent tous les pays du monde, des réformes appropriées sont nécessaires. Il convient de corriger un certain nombre de manquements aux droits de la femme, eu égard à son rôle prépondérant dans la famille, au sein de la société. Mais ces réformes ne doivent en aucun cas remettre en cause les fondements de la société, basée sur les préceptes religieux, sous tendus par la charia. Il n'est pas question d'adopter un mimétisme mécanique de pratiques occidentales, qui riment souvent avec un libertinage exagéré au regard de nos valeurs sociales, culturelles et religieuses. En tout état cause, il faudrait élargir le débat aux forces sociales dont les associations féminines, les islamologues, les sociologues mais mais aux juristes et législateurs. Tout ce beau monde se fixera comme objectif principal de nous sortir un code de la famille des meilleurs possibles pour le pays.
    Auteur

    Careful

    il y a 1 semaine (11:15 AM)
    Nos soeurs '' intello'' fiancées par des ong et lobbying homosexuels veulent laisser leur culture et religion pour copier celle des autres surtout des occidentaux à cause des complexes après vos faux cheveux, ongles,... Êtes vous normales et conscientes de ce que vous voulez c'est à dire détruire la place de l'homme dans la société? Allez vous marier car vos mamans et nos mamans se sont mariés dans le même cadre et elles n'ont jamais été malheureuse. Vous êtes une très petites minorités car la majorité des Sénégalais et senegalaises bien éduqués et conservateurs savent très bien très bien que l'homme est et restera le pilier dans une famille normale
    Auteur

    Deug

    il y a 1 semaine (11:33 AM)
    Il faut réviser le code. On a tous des mères, on a vécu et continuer de vivre leur souffrance et leur combat pour subvenir au besoin de la famille. Bravo à la famille Sénégal
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (11:52 AM)
      tu mens
      vous dites que ce sont les femmes qui font vivre la famille, c'est faux archi faux

      certes il y"a des exceptions, mais les hommes ce sont toujours sacrifiés pour les femmes (dépenses pour la maison, et la famille de la femme, loyer, construction maison, fêtes etc......

      les femmes vous êtes de vraies badolos
      vous pensez que ces diplômes qui font que vous travaillez vont vous apporter tout le bonheur vous vous tromper

      et même quels diplôme la plupart dans les entreprises sont des nullards avec des comportements dégueulasses

      ces hommes que vous prenez pour ennemie ne sont vos cibles, votre cible c'est de vous éduquez vous même de penser à ce qui fait avancer l'être humain notamment ces femmes qui sont exploitées, qui ne vont pas à l'école

      on a vu une communauté interdire l'école dans sa localité voire même interdire la femme certains privilèges vous n'avez rien dit

      vous poussez les hommes à se braquer et vous serez les seules perdantes
      j'invite les hommes à faire leur introspection et à penser à leur propre bonheur plus tôt que de penser au bonheur de ces femmes
      vous avez trop souffert pour ces gens qui ne le méritent pas
    Auteur

    Lass

    il y a 1 semaine (11:36 AM)
    Il y a nécessité de revoir certains aspects de ce code, notamment la recherche de paternité, la jouissance des ayants droits sur la pension, l'autorité parentale

    et la révision du caractère irréversible du choix de la monogamie comme régime matrimonial
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (15:01 PM)
      fi koufi nangouwoul sa dom kenene yor ko. la société a ses moyens de gestion des cas. il y a forcément des cas extremes mais je parle de la majorité des problèmes dont vs parlez ont solutions et tiow meussoul djib. arretez d'allez en france voir des choses et venir vouloir les appliquer (recherche de parternité...) .
    Auteur

    Thieuy

    il y a 1 semaine (11:39 AM)
    Il faut des C* pour maintenir le religieux à la mosquée, et appliquer la constitution.

    Je trouve ça inadmissible qu'on soit un Etat laique et que tout soit décidé par des barbus fanatiques
    • Auteur

      Quelle Imbécillité !!!

      il y a 1 semaine (11:52 AM)
      encore un qui a été scolarisé à perte !
      tu parles d'appliquer la constitution tout en préconisant de "maintenir le religieux à la mosquée" !!! tu sembles ne pas comprendre que la constitution donne totale liberté au religieux d'aller où bon lui semble ! car le religieux est lui aussi citoyen tout autant que les autres !
      au lieu de tout miser sur tes c*** tu ferais mieux de commencer à faire travailler ta cervelle !
      impudent va !
    Auteur

    Diaby

    il y a 1 semaine (12:31 PM)
    Si on parle égalité entre hommes et femmes, il faut chacun ou chacune partage les dépenses quotidiennes de la famille une année c'est la femme qui achète le mouton de la tabaski l'autre année c'est l'homme un mois la femme qui paye le loyer de la maison l'autre mois c'est l'homme et on doit partager tous les dépenses, si non y'a pas intérêt de se marier avec une sénégalaise, les hommes se font plumer comme des cons au Sénégal dans l'islam avecl'iman malick l'homme est responsable de sa famille et de son épouse il doit tout à sa femme si celle-ci s'occupe la famille et reste à la maison par contre l'homme ne lui doit plus rien si elle travaille à l'extérieur pour son compte beaucoup d'hommes se font berner par manque de connaissances religieuses un homme ne doit plus rien à sa femme si celle-ci travaille.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 1 semaine (15:06 PM)
      et tu verras jamais ces pseudo juristes senegalaises ou feministes se battre pour le partage des dépenses de façon égalitaire. c'est tout aussi bete que ça. on laisse aux hommes leurs responsabilités.
    • Auteur

      Societésansfamille

      il y a 5 jours (03:15 AM)
      c pourkoi en europe ya pas de famille, les hommes ont peur d;etre en famille a cause des lois féminins
      tu vas aux eu toutes les familles sont maman et enfants, jamais papa, maman et enfants; surtout chez les noirs
      senegal on copie l'autre surtout si ya des lobbies derrieres avec de l'argent
    Auteur

    il y a 1 semaine (12:41 PM)
    Encore une fois il n’y aura pas debat. Les Karim Xrum warakh (amna yeene mais son faible niveau d’instruction ne lui permet pas de comprendre certains enjeux), l’usurpateur de titre qui se fait appeler professeur Cheikh Omar Diagne et specialiste en manipulations et speculations inutiles, le moralisateur et specialiste en bonnes moeurs Mama Makhtar Gueye et d’autres conservateurs religieux comme imam Kante …vont encore sortir pour nous dire que ce sont les lobbys de franc maçons, des homosexuels, des europeens, des ennemis de l’islam qui sont derriere tout cela, comme si les senegalais etaient de gros enfants incapables de penser et de prendre des initiatives par eux memes.

    Les intellectuels qui devraient etre au devant de la scene dans ce genre de debat vont se taire s’ils n’optent pas pour la langue de bois, de peur d’etre traites d’ennemis de l’islam et complices des franc maçons.

    Nos dirigeants, deja occupes a voler et piller, se mettront a faire leurs petits calculs pour ne voir que ce qui est rentable pour eux “politiciennement” parlant. Et le peuple, comme d’habitude sera laisse a lui meme, s’il n’est pas manipule a coups de qutba. Et le debat sera clos.

    Ce pays va tres mal. Notre espace public s’enfonce dans la mediocrite. Tout debat souleve est pollue des le depart par ces nouveaux censeurs moraux dont les seuls arguments sont: complots, lobbys. franc maçons. Ne leur demandez jamais de preuves de ce qu’ils avancent. Ils n’en ont pas besoin. “Les ennemis de l’islam sont a l’affut” suffit pour endormir les gens, comme le prouve la plupart des commentaires ici meme.

    Auteur

    Zunbulo

    il y a 1 semaine (13:47 PM)
    Encore les féministes frustré (club de nerveuse)
    Auteur

    Labaane Féministes Yi

    il y a 1 semaine (14:40 PM)
    En tout cas, féminisme môme Kou ko bayiwoule di nga djankhou ba ménopausée di soga dégueu alkhayri, gnou sooke la labaane.
    Auteur

    Ndela Madior Vs. Sada Kane

    il y a 1 semaine (14:59 PM)
    En tout cas le projet de Ndela madior Diouf de réformer le code de la famille risque de ne pas prospérer car Sada Kane sur qui Ndela s'acharne ne l'avait pas violé. C'était entre 2 adultes consentants il y'a 27 ans de cela. Ndela qui était majeure et étudiante en médecine a décidé de garder l'enfant sur conseil de son gynécologue.
    Auteur

    il y a 1 semaine (16:31 PM)
    Le Senegal vit son Moyen âge. Dire que ce sont des intellos qui débitent autant de conneries. C'est grave!!!

    Un vrai homme ne doit avoir aucunement peur du pouvoir des femmes. Les reubeu sont passés par là. La femme est Satan, c'est ce qu'on nous apprend depuis tout petit. Les religions révélées semblent avoir détruit l'ame des africains. C'est normal qu'une mafia politico religieuse nous dirige. Des jeunes endoctrinés qui raisonnent comme des viellots. Les occidentaux rigolent car tout ce que vous dîtes est exactement ce que leurs ancêtres non instruits disaient il y'a des siècles. On a du pain sur la planche.
    Auteur

    Deug

    il y a 1 semaine (16:50 PM)
    On est ceedo et on doit en être fier, on n’est pas arabe ni juif ni chrétien, on doit adapter nos textes à notre negritude qui notre vrai nature
    Auteur

    Méditation

    il y a 6 jours (14:58 PM)
    Qui est ce qui a créer l'homme et la femme? n'est ce pas lui le créateur, il a créer l'homme, la femmes, les relations qui doivent exister entre eux et les a réglementer. Quiconque veut changer cette réglementation change l'ordre des choses et

    risque le chaos. Les sociétés que nous essayons de copier à travers cette meutes de femmes manipulé et très opportuniste et très ambitieuse n'ont pour seule référence que la réussite financière. Qui d'entre ces femmes s'occupe de sa progéniture peut être celles qui ont foutu leur mari dehors en les ayant déplumé par l'intermédiaire de ces soit disant avocates et féministes et leur lobbies. Elle ne parle d'égalité que quand ça les arrange. Liberté ne vaut pas forcément responsabilité. Chère sœurs, revenez sur terre. Dieu connait mieux ses créatures que quiconque. Le code de la famille doit être changé oui mais au regard de la charia un code pour les pour les musulmans, un code pour les chrétiens et qui sera choisi au moment de célébrer le mariage comme le cas de l'option polygamie ou monogamie.
    Auteur

    il y a 6 jours (08:51 AM)
    Les lobbys maçonniques œuvrent pour changer notre mode de vie basée sur la religion monothéiste. L’Occident est en déclin identitaire à cause de ces nouveaux droits sataniques. Si nous faisons les fous de changer le code de la famille nous sommes cuits.
    Auteur

    il y a 6 jours (09:44 AM)
    Association des femmes juriste maconic
    Auteur

    Waw Kay

    il y a 5 jours (08:54 AM)
    Imaginer un royaume avec deux rois..........
    Auteur

    il y a 2 jours (16:57 PM)
    Demain ces mêmes "activistes" vont se mobiliser pour la légalisation de pisser dans la rue, et après, pour q'il n'y ait plus d'autorité dans le pays, puis que la capitale soit transférer de Dakar à Touba.
    Auteur

    Yalmbine

    il y a 19 heures (02:53 AM)
    Et quid de l'irréversibilité du régime monogamique, un piège pour l'homme? En effet après la rupture du lien conjugal pour lequel le régime monogame a été adopté, seul l'homme est bloqué pour la vie dans ce régime en cas de remariage alors que la femme peut se retrouver dans un ménage polygame sans problème. L'homme condamné à rester monogame pour la vie n'a donc aucune seconde chance de rectifier une erreur d'option si tel était le cas, ce qui est bien souvent le cas. Les conséquences d'une telle situation peuvent être préjudiciables aux deux conjoints en cas de remariage, y compris avec la divorcée réconciliée avec son mari, si ce dernier ne veut pas ''commettre la même erreur'' de signer monogamie. Chat échaudé craint l'eau même froide
    Auteur

    Yalmbine

    il y a 19 heures (03:01 AM)
    Et quid de l'irréversibilité du régime monogamique, un piège pour l'homme? En effet après la rupture du lien conjugal pour lequel le régime monogame a été adopté, seul l'homme est bloqué pour la vie dans ce régime en cas de remariage alors que la femme peut se retrouver dans un ménage polygame sans problème. L'homme condamné à rester monogame pour la vie n'a donc aucune seconde chance de rectifier une erreur d'option si tel était le cas, ce qui est bien souvent le cas. Les conséquences d'une telle situation peuvent être préjudiciables aux deux conjoints en cas de remariage, y compris avec la divorcée réconciliée avec son mari, si ce dernier ne veut pas ''commettre la même erreur'' de signer monogamie. Chat échaudé craint l'eau même froide
    Auteur

    Yalmbine

    il y a 19 heures (03:03 AM)
    Et quid de l'irréversibilité du régime monogamique, un piège pour l'homme? En effet après la rupture du lien conjugal pour lequel le régime monogame a été adopté, seul l'homme est bloqué pour la vie dans ce régime en cas de remariage alors que la femme peut se retrouver dans un ménage polygame sans problème. L'homme condamné à rester monogame pour la vie n'a donc aucune seconde chance de rectifier une erreur d'option si tel était le cas, ce qui est bien souvent le cas. Les conséquences d'une telle situation peuvent être préjudiciables aux deux conjoints en cas de remariage, y compris avec la divorcée réconciliée avec son mari, si ce dernier ne veut pas ''commettre la même erreur'' de signer monogamie. Chat échaudé craint l'eau même froide

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email